Accueil » Art » (Série TV) La paternité déchue dans Angel
AIMELES Antiféminisme

(Série TV) La paternité déchue dans Angel

Publié le 20 avril 2016 par Léonidas Durandal à 16 h 11 min

height= »176″/>

Connor réapparaît deux fois dans la 5ème et dernière saison, juste pour nous rappeler qu’il est heureux, qu’il a gardé ses pouvoirs et qu’il poursuit sa vie. Il interviendra aussi dans le final de la série pour aider son père. Tout est bien qui finit bien, pour lui.

 

L’histoire vraie

Tout se passe comme si Connor avait manqué de mère, tout autant de père. Les deux questions resurgissent en parallèle, sans jamais s’entrechoquer. Cette séparation prend la forme d’un sas hermétique entre hommes et femmes. L’enfant qui le subit, gère ces deux mondes de manière distinguée sans jamais pouvoir les rapprocher. Telle est la malédiction de l’enfant divorcé. Joss Whedon est l’un de ceux-là. Ses histoires transpirent l’impossibilité d’aimer. Elles correspondent à notre temps, à notre société de la pulsion sexuelle, et donc de la séparation.

 

Enfant du divorce, couple déséquilibré

Connor est d’ailleurs né des ébats mal contrôlés de Darla et d’Angel. La vampire femelle n’a pas d’âme. Elle profite de la vie, ne veut pas construire de relation stable, surtout pas de famille. Elle est l’archétype de la femme indépendante qui sait se battre dans un monde de jouissance. Même si Angel a retrouvé son âme, cela ne l’empêche pas de « fauter » en sa compagnie. Il sait que leur relation ne les mènera à rien, il se laisse aller à elle. Malheureusement, comme beaucoup d’hommes de notre monde, il se fait piéger. Il pensait peut-être que madame serait honnête (qu’elle prendrait toujours la pilule ?). Mais Darla triche aussi avec elle-même, ou pour le moins, joue avec son corps. Par la suite, si elle n’est pas vide de regrets, la vie qu’elle portera en elle prendra le dessus. Comme de nombreuses femmes, elle renaîtra en la maternité. Sa vison de la vie, ses préceptes, changeront alors du tout au tout. Pour résumer, Connor est donc né de l’irresponsabilité de ses deux parents. Sa naissance est symboliquement celle d’un enfant non désiré par le père et non assumé par la mère, comme il en naît tant dans notre monde de la libération sexuelle où l’existence des enfants eût dû être choisie et où bientôt, aucun ne le sera.

Par contre, si Connor n’est pas un enfant voulu, il va finir par être désiré plus que tout. Sa mère va se sacrifier pour lui en mourant et son père le prendre en charge de manière un peu surprotectrice. Angel papa poule est ridicule au possible. L’absence de la mère seule excuse cette faute de goût. En effet, le père qui se voudrait tout, n’est rien. Il renonce à son rôle d’homme et doit en subir les conséquences dans sa vie privée. Angel ne sera pas victime de son entourage par hasard.

Le sacrifice de la mère évoque l’idée catholique du choix en cas de danger durant la grossesse. Autant la philosophie juive oblige la mère à se sauver car elle pourra avoir d’autres enfants, autant l’Eglise laisse ce choix aux femmes. Toujours est-il que Connor va souffrir de grands manques, dès le début, et que les scénaristes n’ont pas esquivé la question des déséquilibres familiaux modernes, tout progressiste qu’ils soient. Dans l’ensemble, l’absence de mère va faire de Connor un être rigide, peu sensible, perdu affectivement, en recherche de femmes d’âge mûr, même si dans les débuts, la présence d’une famille de substitution semble pouvoir combler tous ses manques.

 

Le beau-père, complication dans l’histoire familiale

Très vite dans le scénario, Holtz, l’ennemi juré d’Angel, va le reprendre auprès de lui pour l’éduquer loin de son père biologique, dans une autre dimension maléfique. Holtz c’est le beau-père. Il est celui à qui l’enfant est confié quand une mère refait sa vie. Il est aussi le double symbolique d’Angélus. Là encore, les difficultés des familles recomposées ne sont pas esquivées. L’enfant confronté à un deuxième modèle, se coupe souvent de son père. La double éducation crée en lui, non un monde fait de règles complémentaires, mais deux entités hermétiques et parallèles l’une à l’autre. Dans le monde de Holtz, Connor va devenir particulièrement insensible, car il ne peut s’investir affectivement dans une relation dont il n’est pas le fruit naturel. Son coeur appartient à Angel. Sa vie repose sur Holtz. Il éprouve donc un sentiment fort de loyauté pour Holtz qui l’éduque comme un père et qui remplit des obligations qui lui permettent de survivre en tant qu’enfant. Pourtant, son coeur le pousse vers Angel. Ces deux derniers partagent une complicité naturelle alors « >

Lire la suite

Un commentaire

  1. Ping de gastirad39:

    Fête des Cons

    Dimanche 19 Juin, n’oubliez pas de fêter les Cons de votre entourage !

    C’est en effet le jour de leur fêêête ! C’est le moment de féliciter tous ces mecs devenus papas, plus ou moins malgré eux dans nos sociétés féministes avancées.

    Le moment de leur rappeler qu’en procréant, ils ont abdiqué tout droit sur leur progéniture, au sein d’une Femmille où ils ne sont plus rien.  L’heureux jour de la naissance de leur rejeton ou de leur rejetonne,  ils se sont engagés à travailler à vie pour leur descendance :

    -à financer sa vie, même au delà de  35 ans s’il poursuit ses études ou s’il- elle est handicapée. Par contre le père n’a aucun droit de correction (la fessée quelle horreur, surtout administrée par un mec). Seuls les reproches polis sont de mise.

    – à soutenir leur mère, sans aucune contrepartie. Ils doivent même oublier  qu’ils n’ont pas le droit de vérifier si cette descendance est bien la leur et qu’en fait seule la parole de la mère compte sur ce sujet.

    – à  garantir l’indépendance de toutes et tous. Et d’abord de leur épouse qui de toute façon ne leur doit rien. Bien entendu, les enfants ont des droits garantis par l’Etat Féministe et leur père n’a que des devoirs.

    -à adorer la Mère de ses enfants  quelque soit son attitude. Elle a le droit de l’humilier par des mensonges mêmes publics, de le jeter en prison par de fausses plaintes (violences conjugales), de le priver de ses enfants tout en percevant son argent …

    J’en passe et j’en oublie…

    Donc Dimanche prochain, n’oublions pas de rappeler aux CONS leurs engagements et aussi de courber l’échine devant l’Etre Supérieur qui a su les maintenir dans la Servitude : LA FEMME !

     

    Et que les CONS n’oublient pas ! Ils doivent paraître Cons Plaisants, Cons Tribuables, Cons Currents et surtout Cons Tents !