Accueil » Art » (Série TV) La paternité déchue dans Angel
AIMELES Antiféminisme

(Série TV) La paternité déchue dans Angel

Publié le 20 avril 2016 par Léonidas Durandal à 16 h 11 min

ces armes se retournent contre lui.

 

Construire la confiance entre père et fils éloignés depuis toujours

Durant les premiers conflits, Connor s’échappe de la maison paternelle. Il va vivre dans la rue car il ne peut supporter la présence affectueuse de son père. C’est un garçon à fleur de peau. Il va retrouver son beau-père ou bien traîne dans les bas quartiers à l’image de ces enfants fugueurs qui font leurs propres expériences loin d’un domicile familial vide d’amour. Son père le retire une fois d’un milieu de drogués manu militari. Il y a rencontré une jeune fille qui l’a ouvert aux plaisirs simples de ce monde mais qui est dépendante et qui va donc mourir pour satisfaire à la morale de la série. Plein de bonnes intentions, Connor aide les gens, mais cette aide l’expose aux mauvaises fréquentations. Comme tous ces enfants qui n’ont pas confiance dans les adultes de leur entourage, parce que leurs parents ont failli, Connor teste son père, jusqu’à dépasser toutes les limites de l’acceptable. Aux USA, il y a en ce moment un marché de l’occasion pour les enfants adoptés. Les petits y sont revendus car leurs « parents » ont échoué à les gérer. Il faut dire qu’adopter sur le papier, c’est idyllique. Dans la réalité, la présence d’un foyer composé d’un père et d’une mère qui s’aiment n’est jamais de trop, raison pour laquelle les services de placement sont très regardants sur les adoptions. Or Angel agit de manière isolée, même s’il est entouré d’amis. Seule Cordélia évoque auprès de Connor la douceur d’une mère qu’il a si peu connue, et réussi à calmer ses colères. Connor manque de mère et de ce fait, ne peut accéder à l’éducation d’un père. Quand il met son père à l’eau pour l’éternité, cette souffrance qu’il veut lui infliger est celle de la mer/mère. La compagne de Holtz qui l’aide, l’encourage dans des illusions infantiles. Angel se retrouve entravé par la toute-puissance maternelle à un âge où son enfant aurait dû se libérer depuis longtemps de ses chaines. Combien de père divorcés vous raconteront la même histoire… L’attraction qu’exerce la mère empêche l’enfant de s’individuer et de maîtriser les règles de fonctionnement du monde. Tel ces terroristes, et j’y reviendrai plus tard, ces enfants se donnent pour règle la destruction d’une société qu’ils jugent responsable de leur souffrance. Souvent ils s’en sortent, mal, mais parfois pas du tout.

Tandis que Connor a essayé de le vouer à une souffrance infini, Angel juge qu’il ne pourra apprécier les bienfaits paternels qu’en en ayant été privé. Cette fois là, Connor est mis dehors. Il va devoir assumer ses responsabilités seul pour grandir. Père et fils sont dans une impasse dont ils ne sortiront pas.

Il ne manquait plus que la belle-mère

Après une courte disparition, la belle-mère de Connor du côté d’Angel, va faire sa réapparition. Mais elle a perdu la mémoire. Il est significatif que Cordélia ait oublié Connor petit sur les photos. Cet enfant ne lui appartient pas, ce n’est pas le sien, et comme la plupart des mères qui n’ont pas fait naître un enfant, il lui est étranger. Mais elle a aussi oublié tout son entourage, dont Angel à qui elle ne fait plus confiance. Elle va donc se réfugier chez le seul qui lui dit la vérité et qui a été chassé du domicile paternel : Connor. Bel-maman avec le fils de Papa… la proximité aidant, l’inceste symbolique a lieu. Connor se tape Cordélia et fait résonance à toutes ces familles recomposées où l’agression n’est jamais loin. Cette fois, et ce n’est pas le plus courant, le beau-fils couche avec la belle-mère. Et devinez quoi ? Cordélia devient enceinte. Ainsi, de génération en génération, le père et le fils auront commis la même erreur. Ils se seront engagés à la va-vite avec la mauvaise personne, signe d’une répétition d’héritages mortifères qui marque tant de famille en souffrance. Le fils n’aura pas mis fin au cycle malgré sa peur de le reproduire, ou peut-être à cause de cette peur. Il l’aura perpétuée.

Connor est bien attiré par Faith, la gamine violente de son âge, il est désormais engagé et manipulé par plus fort, une femme d’expérience. Cette laideur est signifiée par l’envoûtement qu’a subi Cordélia et qui est normalement un personnage positif de la série. Un démon l’habite et elle a suscité le coup de queue de Connor pour détourner sa magique semence de son destin. L’être malfaisant cherche à s’incarner dans notre monde « >

Lire la suite

Un commentaire

  1. Ping de gastirad39:

    Fête des Cons

    Dimanche 19 Juin, n’oubliez pas de fêter les Cons de votre entourage !

    C’est en effet le jour de leur fêêête ! C’est le moment de féliciter tous ces mecs devenus papas, plus ou moins malgré eux dans nos sociétés féministes avancées.

    Le moment de leur rappeler qu’en procréant, ils ont abdiqué tout droit sur leur progéniture, au sein d’une Femmille où ils ne sont plus rien.  L’heureux jour de la naissance de leur rejeton ou de leur rejetonne,  ils se sont engagés à travailler à vie pour leur descendance :

    -à financer sa vie, même au delà de  35 ans s’il poursuit ses études ou s’il- elle est handicapée. Par contre le père n’a aucun droit de correction (la fessée quelle horreur, surtout administrée par un mec). Seuls les reproches polis sont de mise.

    – à soutenir leur mère, sans aucune contrepartie. Ils doivent même oublier  qu’ils n’ont pas le droit de vérifier si cette descendance est bien la leur et qu’en fait seule la parole de la mère compte sur ce sujet.

    – à  garantir l’indépendance de toutes et tous. Et d’abord de leur épouse qui de toute façon ne leur doit rien. Bien entendu, les enfants ont des droits garantis par l’Etat Féministe et leur père n’a que des devoirs.

    -à adorer la Mère de ses enfants  quelque soit son attitude. Elle a le droit de l’humilier par des mensonges mêmes publics, de le jeter en prison par de fausses plaintes (violences conjugales), de le priver de ses enfants tout en percevant son argent …

    J’en passe et j’en oublie…

    Donc Dimanche prochain, n’oublions pas de rappeler aux CONS leurs engagements et aussi de courber l’échine devant l’Etre Supérieur qui a su les maintenir dans la Servitude : LA FEMME !

     

    Et que les CONS n’oublient pas ! Ils doivent paraître Cons Plaisants, Cons Tribuables, Cons Currents et surtout Cons Tents !