Accueil » Enfance détruite » La prise en otage des enfants français
AIMELES Antiféminisme

La prise en otage des enfants français

Publié le 27 avril 2019 par Léonidas Durandal à 16 h 16 min

la question, mais plutôt par le biais d’une interrogation qui intéresse particulièrement les mères en position de force en la matière : « Avec qui veux-tu vivre ? ». L’enfant dans 99,99 % des cas, veut vivre avec ses deux parents. Mais la réponse à cette question là, il ne lui sera pas permis d’y répondre. Non, il aura le choix entre maman qu’il ne veut pas quitter (si elle remplit son rôle), et papa qui le fera grandir dans la douleur (s’il fait bien son travail). Je vous laisse imaginer le degré de liberté. Que sa réponse soit maman ou papa, il endossera l’exclusion de l’autre parent, alors qu’il a besoin des deux. Et il fera souvent le pire des choix : celui de refuser de grandir.

Or dernièrement, notre société a franchi une étape de plus dans l’horreur, raison pour laquelle je me suis décidé à écrire cet article : il va falloir maintenant que les pères à risque soient détectés grâce aux enfants lors d’une séparation. Notre société qui a réintroduit le divorce comme d’un progrès de l’humanité, n’accepte pas que cette mesure soit suivie de son lot de crimes passionnels. De nos jours, les humains n’ont plus le droit à la passion, en particulier les hommes qui sont accusés de féminicides s’ils ne supportent pas d’être séparés de leur femme (sic).

Durant ces séparations douloureuses, il arrive en outre que des pères prennent en otage leurs enfants. Ceux-là ne supportent pas la dislocation de leur famille au point qu’ils décident de la faire disparaître avec eux. Ils assassinent alors les uns et les autres, au choix. Certaines tendres épouses n’en font pas moins, mais souvent, elles n’ont pas besoin d’en arriver à de telles extrémités pour s’imposer. Chez elles, la prise en otage des enfants se fait plus souvent en amont, de manière affective par un « tu n’aimes pas maman », ou un « si tu veux que nous restions ensemble ». C’est plus discret, mais beaucoup plus efficace en général. Et puis si elles doivent en arriver à tuer leur enfant, contrairement aux hommes, elles seront vites excusées à coup de « dénis de grossesse » et autres « situations psychologiques troublées » ou « violences conjugales ».

Voilà ce qui se joue durant un divorce, une lutte de pouvoir que notre société a permis en facilitant l’ouverture de la boîte de Pandore des séparations. Nous en étions donc là dernièrement jusqu’à ce qu’elle en rajoute une couche. Puisque les parents prennent en otage leurs enfants en divorçant, puisque la France les prend en otage dans l’instruction publique, pourquoi dès lors ne pas les prendre aussi en otage durant les séparations conflictuelles pour leur faire endosser la responsabilité de devoir « détecter le parent dangereux » (qui sera évidemment le père). La clique des enquêtrice sociales sera envoyée à cet effet. La torture n’aura de cesse de vouloir protéger le pauvre petit. Quant à la parole plaintive d’une mère accusant son mari d’être dangereux, elle aura le poids que vous imaginez, si tant est que ce poids ne soit pas déjà énorme (j’en ai fait les frais à titre personnel).

L’assemblée nationale en discute donc. Le tout-contrôle, une démarche de mère abusive, s’est étendu jusqu’aux plus hauts sommets de l’état et utilise l’enfant comme d’un pion responsable d’une situation et de la compréhension d’une situation qui le dépasse de très loin. Nous vivons bien une période de progrès grâce à la féminisation de l’assemblée nationale.

Il faut dire que depuis longtemps, les parents ne mettent plus le nez dans le mariage de leur enfant, ou de moins en moins. Or tout comme un enfant n’est bien souvent, pas capable de s’orienter dans le système scolaire, tout comme il lui est difficile de se projeter dans une société dont il ne connaît absolument rien, il lui est demandé de s’engager pour la vie (qu’il le veuille ou non) dans une relation qui l’a rendu aveugle et donc inapte à décider de son sort. Là encore, l’enfant est pris en otage même s’il n’en a pas conscience, et qu’au contraire, il éprouve un sentiment de puissance à pouvoir décider pour lui. Le parent qui a mis l’enfant dans une telle position pourra lui dire plus tard en cas de séparation : « tu as échoué, mais tu as été le seul a en décidé ». Alors que la vraie phrase devrait être « tu as échoué aussi parce que nous t’avons laissé en décidé seul. »

Faisant « >

Lire la suite

20 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal, 

    J'espère que vous allez bien. À l'image en exergue en haut de la page d'accueil de votre blog, que faisait Durandal ? Voici ma réponse : Léonidas Durandal se préparait et se prépare toujours à devenir Roi de France.

    Vive le roi Léonidas 1er !

    Cordialement,

    Cyrus

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Une jeune youtubeuse de la droite allemande propulsée « égérie anti-Greta Thunberg »" Le Monde du 27/02/2020.

    Le combat entre enfants. Il fallait en arriver là dans notre monde devenu fou. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "#JeSuisMila: ce que révèle le harcèlement d’une ado menacée pour avoir critiqué l’islam" Figaro du 22/01/2020.

    Au nom de la ruche, voilà une jeune fille est clairement entrée dans un débat qui la dépasse complètement. La journaliste voudrait que cette mineure ait un droit à l'oubli, pour préserver sa future liberté. Voilà certainement le même type de journaliste qui ne comprend pas l'anonymat sur internet et qui est prête à sacrifier une partie de notre liberté d'expression pour "protéger" cette jeune. La première éducation qu'elle aurait dû recevoir de ses parents dans notre pays de la grande tolérance, c'est de ne pas apparaître visage reconnaissable et surtout d’intervenir sous pseudo. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    "À Davos, Greta Thunberg n’est plus seule" Figaro du 21/01/2020.

    Une vraie pub pour Bénéton. Jolie manipulation de pédékirastes qui font croire à des enfants qu'ils sont adultes.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "L’activisme écologique de Greta Thunberg l’a rendue plus heureuse, estime son père" L'Obs du 30/12/2019.

    Je suis partagé entre la joie qu'une jeune fille ne se suicide pas, et la déception qu'elle puisse nous emmerder à si bon compte. 

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Poutine : "Personne ne semble avoir expliqué à Greta que le monde moderne est complexe"" lecridespeuples.fr du 15/10/2019.

    Le boss a parlé 

     

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.