Accueil » Les avortoirs » La loi Veil de 1975 sur l’avortement en France : l’histoire d’une manipulation des masses
Antiféminisme Aimeles

La loi Veil de 1975 sur l’avortement en France : l’histoire d’une manipulation des masses

Publié le 29 novembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Si vous pouvez regarder cette image sans éprouver un dégoût profond, inutile de poursuivre la lecture de cet article.avortement

 

Mc 9:42-

” Mais si quelqu’un doit scandaliser l’un de ces petits qui croient,

il serait mieux pour lui de se voir passer autour du cou

une de ces meules que tournent les ânes et d’être jeté à la mer.”

 

 

 

Les étapes d’un effondrement moral en France (et l’analyse particulière de la loi sur l’avortement de 1975)

 

 

1955: l’avortement thérapeutique est autorisé en France par un décret du 11 mai. Gregory Pincus, médecin américain, met au point la pilule contraceptive qui sera commercialisée en 1960 aux Etats-Unis

1956: création de “la Maternité heureuse”, qui deviendra le Mouvement français pour le planning familial (MFPF) en 1960, dans le but de légaliser les moyens anticonceptionnels.

1967 : Le général de Gaulle par l’intermédiaire de Lucien Neuwirth autorise les moyens anticonceptionnels dite pilule contraceptive.

Loi Neuwirth (1967) : la droite orléaniste lance le mouvement des lois sociétales от Léonidas Durandal на Rutube.</

1971 : 343 “salopes” signent un manifeste pour affirmer qu’elles se sont mises volontairement en situation illégale en avortant, et qu’elles dénient à la loi française le droit de les sanctionner (le manifeste des 343 salopes)

1972 : procès de Bobigny. Toutes les femmes mises en cause durant ce procès, la mère, l’avorteuse, la fille ayant avortée, seront acquittées (procès de Bobigny)

Précisions : La mère de Marie-Claire est une fille-mère qui a eu 3 enfants du même homme, à la suite, sans se marier avec lui, ni exiger qu’il n’en reconnaisse un seul. Le géniteur est finalement parti définitivement. Marie-Claire est l’aînée des enfants. Elle avorte par l’entremise de sa mère, et des amies de sa mères. Elle est arrêtée par les gendarmes grâce à son petit ami, un voyou qui avoue le crime. Pour se défendre, Marie-Claire déclare aux officiers, qu’elle aurait été violée par celui qui l’a dénoncée… Gisèle Halimi se sert des affirmations douteuses de la petite et de son réseau politique (Simone Veil) pour instrumentaliser le procès. Elle en fera le procès de l’infanticide par avortement.

1973, 3 février : manifeste de 331 médecins ayant déclaré avoir pratiqué l’infanticide par avortement (GIS, étudiants et médecins d’extrême gauche).

1973, avril : création du MLAC (mouvement de libération pour l’avortement et la contraception) qui regroupe tous les mouvements d’extrême gauche et libertaire pour l’avortement.

1973, juin : le MLAC refuse la loi Messmer qui doit libéraliser l’infanticide par avortement (dans le cas de malformations du foetus, santé de la mère, viols inceste…). Le MLAC veut un infanticide par avortement libre et gratuit.

1973 : l’opposition à la libéralisation de l’infanticide par avortement s’organise : 17 000 médecins, 12 000 élus, 10 000 juristes signent une pétition contre (fondation Jérôme Lejeune, association Laissez-Les vivre).

1974, mai : procès de Grenoble. Le MLCA, le planing familial, le MLF (mouvement pour la libération de la femme) médiatisent le procès d’une autre mineure qui a tué son enfant.

1974 : élection de Valéry Giscard, présentation de la loi sur l’infanticide par avortement en novembre.

1975 : la loi Veil autorise la pratique de l’infanticide par avortement.

1979, décembre : la loi est entièrement confirmée.

1980 : le Conseil d’Etat refuse aux pères et aux maris le droit d’empêcher leur femme d’avorter (interview Gisèle Halimi 04/11/1980).

1982 : remboursement possible de l’infanticide par avortement grâce à la Loi Roudy.  L’assurance médicale sera quant à elle, et désormais, remboursée par l’Etat.

1993: loi Neiertz créant notamment un délit d’entrave aux infanticides par avortements et supprimant la pénalisation de l’auto-avortement.

1999: mise en vente libre de la “pilule du lendemain”.
2001: allongeant le délai légal de recours à un infanticide par avortement de 10 à 12 semaines (soit 14 semaines d’aménorrhée); les mineures peuvent avorter sans que leurs parents ne soient au courant. Les infirmières scolaires peuvent distribuer des “pilules du lendemain” (abortives) à des enfants. L’entretien psychosocial n’est plus obligatoire pour les majeures. Loi Aubry.
2004: autorisation d’avorter chez le gynécologue ou le médecin généraliste en prenant de la Mifégyne (la molécule RU486).

2013 : remboursement total de l’infanticide par avortement par l’assurance sociale.

2014 : la notion de détresse de la femme qui était un préalable à l’avortement est supprimée de la loi, notion devenue effectivement désuète au fur et à mesure des années. La même année, un vote de l’Assemblée nationale réaffirme solennellement le “droit” à l’infanticide par avortement. Après 40 ans de “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

42 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Des pro-vie pointent des irrégularités dans le vote sur l’avortement en Irlande”, RITV du 12/06/2018.

    Couac couac progressiste. Peut-être cela servira-t-il de réveil pour les vrais catholiques de là-bas ?

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Argentine: l’avortement et la “révolution des filles””, L’Express du 11/06/2018.

    “Une femme vaut moins qu’un embryon”

    Ouah, ce genre d’argument débile, ça marche ?

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “#IRLANDE Le “oui” a obtenu plus de 60% des voix lors du référendum en Irlande sur la libéralisation de l’avortement “ L’Obs du 26/05/2018.

    Après l’affaire Savita honteusement montée en épingle, après les films et documentaires sur les méchants couvents qui s’occupaient des enfants de filles-mères, et le travail de la presse progressiste pour la libéralisation des assassinats, le résultat est là.  Ce peuple a renoncé à lui-même.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle