Accueil » Les avortoirs » La loi Veil de 1975 sur l’avortement en France : l’histoire d’une manipulation des masses
Antiféminisme Aimeles

La loi Veil de 1975 sur l’avortement en France : l’histoire d’une manipulation des masses

Publié le 29 novembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

décadence sociale, ils ne sont pourtant plus que 7 députés à voter contre…

2015 : Malgré sa généralisation, les professionnels de santé sont de moins en moins nombreux à vouloir pratiquer des infanticides par avortements. Marisol Touraine, ministre de la santé, lance donc une grande campagne publicitaire pour “dé-stigmatiser” l’acte. Elle oblige les sages-femmes à pratiquer des avortements médicamenteuses. Elle rend gratuit tous les actes médicaux connexes. Elle permet à tous les médecins de centre médicaux de pratiquer des infanticides par avortement chirurgicaux. Elle envisage la réquisition des autres médecins à un niveau régional. 

 

 

 

 

1 Émergence d’un mal ancien (avant 1966).

 

Les tabous moraux, unions, modalité de fidélité, maternités, autorisations sexuelles, respect de la vie, ont toujours été remises en questions par des familles en perte de sens dans les sociétés évoluées. Dès le 4ème siècle avant JC, le serment d’hypocrates précise qu’un médecin n’est pas autorisé, au nom d’apollon, à délivrer des pessaires abortifs (poisons pour avorter).

Grâce aux progrès médicaux en Occident, ces revendications qui étaient inadmissibles, car elles mettaient en danger la santé des femmes qui les pratiquaient, deviennent soudainement acceptables.

Mais plus, la pilule, le désir de multiplier les partenaires sexuels avant le mariage, la remise en cause des institutions morales (dont celle du mariage), la course à la croissance, la rentabilisation des processus productifs, tout cela, arrive en même temps dans nos sociétés dîtes “modernes” pour lever le tabou de l’élimination des enfants non désirés.

 

 

Le progrès médical a agi comme un révélateur de l’état moral de nos sociétés. Les possibilités offertes par la science et notre richesse ont déstabilisé nos institutions morales en nous donnant l’impression que tout se réduisait à nos seuls désirs, dont celui de gérer la vie comme d’une affaire rentable. Mais pas seulement. 

 

 

 

2 Les filles en rupture avec leur milieu bourgeois : des sociopathes en puissance de plus en plus écoutées après 1968.

 

La révolte adolescente a toujours existé. Mais elle pose un problème particulier pour les filles de bourgeois. Les adolescences mal gérées chez les pauvres ne provoquent que des dégâts qui se limitent à leur environnement proche. Chaque individu dans ces milieux n’en influence qu’un petit nombre. Chez les puissants, il en est tout autrement. La révolte du garçon sera toujours positive. Elle l’amènera à remplacer symboliquement le père en faisant mieux que lui dans la société, ou à perpétuer le roman familial. Même s’il échoue, le garçon aura concouru  au développement de son pays. Je parle bien évidemment de familles traditionnelles et pas des familles modernes où la féminisation est telle qu’elle provoque l’implosion des adolescents, et non leur révolte. Donc, dans ces familles traditionnelles, seules familles viables dans une civilisation viable, il reste le cas des adolescentes bourgeoises. Non appelées à remplacer leur père, pourtant soumises à son éducation, ayant les moyens culturels de prendre la place d’un homme dans la société, n’ayant pas de problèmes financiers ou d’intégration sociale les obligeant à se marier, si l’éducation de ces filles là est ratée et qu’elles finissent par se révolter contre leur famille, elles deviennent immanquablement facteur de désordre social(cas Gisèle Halimi). En effet, la révolte qu’elles nourrissent au sein de leur famille, il leur faut la retourner contre la société. Pour elles, pas de possibilité de prendre la place du père, ni de s’y identifier entièrement. Si l’exemple familial de leur mère ne leur paraît pas acceptable ou assez gratifiant, et si elles ne veulent pas martyriser un homme en étant sa femme ou des enfants en devenant leur mère, il ne leur reste plus qu’à engager toutes leurs frustrations dans une reconnaissance des femmes à l’identique de celle des hommes dans la société, ou carrément à s’identifier à un homme. L’origine du mal féministe est à aller chercher dans un ratage complet de l’éducation de quelques filles de la bourgeoisie. Ces femmes cultivées et malades, ayant la nostalgie du phallus (voir la relation de Simone Veil avec son père), soignent leurs blessures intimes en détruisant la société et en se servant des armes qui leur ont été transmises, raison pour laquelle elles sont très dangereuses : dès le début, elles ont des réseaux, de l’argent, et manipulent habillement la culture de l’élite, sans parler de l’utilisation de la solidarité de caste entre femmes.

 

Leur richesse et leur statut leur permettent de cacher plus ou moins habillement leur maladie intime dans un combat social d’émancipation individualiste clivant pour “>

Lire la suite

45 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Un portrait de Simone Veil a été vandalisé et recouvert par une croix gammée.” AFP du 13/02/2019.

    Mince alors. Il y en a qui ne sont toujours pas convaincus du progrès de l’holocauste des petits enfants français.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “PMA pour toutes: la mission parlementaire dit oui”, AFP du 15/01/2019.

    Donc le grand débat organisé par M Macron s’exprime très majoritairement contre la PMA, mais la mesure passe en force. Ou quand le débat n’était qu’une fanfaronnade pour justifier des décisions prises à l’avance parce que ses résultats ne conviennent pas. Voilà le niveau de notre démocratie. Et après ces mêmes crétins diront : “Mais pourquoi les Français n’ont plus aucune confiance en nous ?”

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Le Parlement britannique prend la main sur le Brexit en infligeant un camouflet à Theresa May”, Le Monde du 08/01/2019.

    Oups, le parlement britannique n’entre pas dans la stratégie du chaos pensée par l’oligarchie mondiale. Mais d’où lui vient son intelligence et son indépendance ? En tout cas, cela nous change de nos députés français majoritairement vendus.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “Des pro-vie pointent des irrégularités dans le vote sur l’avortement en Irlande”, RITV du 12/06/2018.

    Couac couac progressiste. Peut-être cela servira-t-il de réveil pour les vrais catholiques de là-bas ?

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    “Argentine: l’avortement et la “révolution des filles””, L’Express du 11/06/2018.

    “Une femme vaut moins qu’un embryon”

    Ouah, ce genre d’argument débile, ça marche ?

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    “#IRLANDE Le “oui” a obtenu plus de 60% des voix lors du référendum en Irlande sur la libéralisation de l’avortement “ L’Obs du 26/05/2018.

    Après l’affaire Savita honteusement montée en épingle, après les films et documentaires sur les méchants couvents qui s’occupaient des enfants de filles-mères, et le travail de la presse progressiste pour la libéralisation des assassinats, le résultat est là.  Ce peuple a renoncé à lui-même.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.