Accueil » Les avortoirs » La loi Veil de 1975 sur l’infanticide par avortement en France : l’histoire d’une manipulation des masses
AIMELES Antiféminisme

La loi Veil de 1975 sur l’infanticide par avortement en France : l’histoire d’une manipulation des masses

Publié le 29 novembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

remise en question qui viendrait de l’extérieur.

 

 

 

6 Culpabiliser et menacer (les hommes) ou le droit du plus fort masqué en rébellion du plus faible.

 

Dans ce manifeste des 343 salopes, la morale n’est déjà plus humaine. Elle est une morale de femme qui s’oppose à une morale d’homme. La femme y est décrite comme la productrice des enfants qui, au besoin, fera la grève du ventre:

 

– Comme tout producteur, je peux, en attendant mieux, faire pression sur la société à travers ma production (grève d’enfants).

en utilisant la terminologie de l’esclavage dans un discours séparatiste sur la famille :

 

« Lutter contre notre oppression c’est faire éclater toutes les structures de la société et, en particulier, les plus quotidiennes. Nous ne voulons aucune part ni aucune place dans cette société qui s’est édifiée sans nous et sur notre dos. »    

                                   

– les êtres humains qui, dans les sociétés modernes, n’ont pas la libre disposition de leur corps (les femmes). Jusqu’à présent, seuls les esclaves ont connu cette condition.   

 

Ou alors, on accuse les hommes de juger des femmes selon leurs critères, et d’être donc forcément partiaux, ou de traiter d’affaires qui ne les concernent pas. Gisèle Halimi au procès de 1972 à Bobigny se permet :

 

« Regardez-vous messieurs. Et regardez-nous. Quatre femmes comparaissent devant des hommes. Pour parler de quoi ? D’utérus, de grossesses, d’avortements. Ne croyez-vous pas que l’injustice fondamentale soit déjà là ? » (histoire cachée du manifeste des 343 salopes)

            

et finalement, dans ce processus d’indépendantisme entre la femme et la mère, entre la femme et l’homme, entre l’épouse et le mari, entre le fonctionnaire et son administré, les féministes finissent même par comparer la grossesse à une tumeur :

 

 être soi à tout moment, ne plus avoir cette crainte ignoble d’être “ prise ”, prise au piège, d’être double et impuissante avec une espèce de tumeur dans le ventre ;    

 

Là encore, ces femmes minoritaires, peut-être psychiquement très instables, imposent leur vision à la majorité des autres femmes, majorité qui ne soutient pas ces féministes sur la forme, mais qui semble bien les soutenir sur le fond par un silence coupable, de manière tacite, comme les sondages de l’époque l’indiquent (66% des femmes auraient été pour l’avortement en 1971) (chiffre comparable à la majorité de femmes pour le mariage homosexuel en 2012). Les droits du citoyen, deviennent les droits de la femme qui veulent se concevoir en dehors des droits de l’humain. Le féminisme, ou l’oppression en général, n’est donc pas un processus foncièrement égalitaire, mais au contraire, une forme de communautarisation inégalitaire, à partir d’une minorité oppressive. L’égalité de traitement aboutit à la reconnaissance des différences naturelles. L’égalitarisme, impossible à atteindre et au profit d’une seule caste, n’a pour fin que de détruire toutes ces différences au nom de la domination d’un groupe social sur l’autre. Le féminisme n’a été que le renforcement d’une forme de domination qui pré-existait et à qui le changement de société donnait de nouvelles perspectives totalitaires, grâce à la richesse, grâce à la technologie.

 

Ici, le maître se présente en esclave, mais il fait bien sentir, tout le long du manifeste, qui a le vrai pouvoir. La femme qui faisait quelques concessions, ne veut plus en faire. Elle veut tous les droits, pour elle, en dehors, des hommes, en dehors de la famille, en dehors des enfants, puisque maintenant, plus rien ne l’en empêche, elle ne voit plus qu’en terme de domination. Droit de tuer, droit d’exploiter les hommes par l’imposition, droit de remplacer les hommes dans les secteurs productifs si tout ce qui précède se révèle insuffisant. Dans une pensée de la domination, le second est un con. Ici, le second est un homme et l’arme fatale, le chantage à la maternité, préalable évident à la création de toute richesse dans une société arriviste. Le jouet de la réussite sociale qui a servi de faire-valoir aux hommes pour leur faire servir docilement les faibles femmes, devient par un retournement idéologique saisissant, l’instrument d’une domination dénoncé par celles qui en profitait : « celles qui te couvraient, t’ont découvert. »

 

 

 

                              

7 Confondre « >

Lire la suite

68 Commentaires