Accueil » Questions idéologiques » La marche des « salopes » en Angleterre ou l’incitation au viol et à la pédophilie.
AIMELES Antiféminisme

La marche des « salopes » en Angleterre ou l’incitation au viol et à la pédophilie.

Publié le 15 juin 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

 

Lettre Timothée première, 2ème chapitre 9ème paragraphe :

« Je veux aussi que les femmes, vêtues d’une manière décente,

avec pudeur et modestie, ne se parent ni de tresses, ni d’or,

ni de perles, ni d’habits somptueux

2.10 mais qu’elles se parent de bonnes oeuvres,

comme il convient à des femmes qui font profession

de servir Dieu. »

 

 

Elles-mêmes se sont appelées des salopes… c’est tout dire.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110611.AFP4012/une-marche-des-salopes-rassemble-des-milliers-de-personnes-a-londres.html

Ce mouvement proviendrait du Canada comme par hasard, où le pire des féminismes sévit. Aujourd’hui, il faudrait s’assumer, assumer ce qu’on est pour ne pas tomber dans la perversion. Les règles et la loi seraient à l’origine des désordres. Alors, décomplexés de tout, déculpabilisés, nous aurions tous les droits. Les hommes n’ont qu’à se tenir tranquilles!

 

marche-des-salopes

 

Le monde ne peut fonctionner ainsi. Les règles et les lois sociales ont pour but de limiter la violence entre individus en prenant chacun en compte. Chaque fois qu’on veut ignorer cette règle, qu’on ignore qu’il y a des gens aux motivations différentes sur cette planète (vous savez qu’il existerait des hommes ?), on provoque de plus grands désordres que ceux qu’on croit empêcher. Tel est le cas en ce moment en ce qui concerne l’habillement des femmes en occident. En tant qu’hommes, nous n’avons pas à accepter l’accoutrement de femmes vulgaires qui se dénuderaient totalement dans la rue sous prétexte que « leur corps leur appartiendrait ». Au nom de ce dogme, les féministes ont déjà commis le pire des crimes de l’humanité : l’holocauste de l’avortement sur l’autel de notre matérialisme. Au nom de ce dogme, elles ont réduit les rapports sociaux à une hyper-sexualisation pour se plaindre ensuite d’être victimes de harcèlement sexuel. Aujourd’hui, elles veulent s’habiller comme elles l’entendent toujours parce que « leur corps leur appartient » Mais étudions d’un peu plus près cette attitude.

 

Dans le langage courant, il est admis que nous ne sommes pas autorisés à dire n’importe quoi : on ne peut insulter quelqu’un, diffamer, porter de faux témoignages ; il est moralement condamnable de mentir pour des raisons personnelles, de rabaisser un individu en particulier, de provoquer rumeurs et calomnies.

Comme notre langue, notre corps possède un langage qui régule les rapports sociaux, qui les ritualise pour contenir de nombreuses formes de violences. Une femme qui se dénude en public, qui s’habille comme une traînée envoie plusieurs messages (et je ne parle pas de ce qu’elle croit envoyer mais de ce qu’elle envoie réellement ):

 

_ Mon corps appartient à tous ceux qui me regardent. Eh oui, contrairement à ce que disent celles qui s’habillent n’importe comment, quand on laisse voir des parties intimes de notre intimité on abandonne en partie la propriété de son corps. Que dirait-on d’une célébrité qui communiquerait dans les journaux sur son intimité contre de la monnaie sonnante et trébuchante mais en disant « vous n’avez pas le droit de lire ces journaux parce que mon intimité m’appartient » On parlerait d’hypocrisie. Le message est explicite : « je vous laisse voir ce que vous avez le droit de voir », et en l’occurrence vous avez le droit de tout voir ou presque. Le corps de femmes qui nous envoient ce genre de message, nous appartient donc en vue.

 

_ Baisez-moi. Pourquoi une femme qui voudrait que n’importe qui la désire, ne voudrait pas aller plus loin dans ce « don » avec n’importe qui. Elle envoie le message : « je suis libre pour tous, vous pouvez m’aborder » Si une femme cherche à séduire la conséquence normale est qu’on tente de la séduire ? Non ? Sauf à croire que le corps ne parle pas, qu’il n’y a aucun message dans l’habillement, que ce qui est à l’intérieur ne correspond pas à l’extérieur. Dans ce cas, nous aurions affaire à des malades. Passons donc au point suivant :

 

_ Je vous emmerde. Je suis belle, je suis jeune, j’ai tous les droits, j’exerce ma puissance sexuelle sur les pauvres objets mâles que vous êtes. Ce genre d’attitude tend à maintenir une domination sur les hommes en sexualisant tous les rapports sociaux : une femme qui se laisse aller à exciter un homme pour obtenir ce qu’elle veut est par définition une putain : elle acquière un pouvoir en échange d’un autre. Elle excite les hommes à satisfaire leurs penchants naturels, obtenir de la tendresse, de manière facile. Or elles ferment cet accès à une sexualité libérée en affirmant par la suite que ce n’est pas cela qu’elles recherchent, que leur désir d’être comblées « >

Lire la suite

102 Commentaires

  1. Ping de François ALLINE:

    Recette pédophile facile : Prenez une société maternaliste : Le Japon où cette activité est endémique et pénalisée pour la forme sous pression de l’ONU seulement depuis 2014.

    LA FEMME FAIT L’HOMME !

    Soyez une mère toute puissante, abusive, fusionnelle, incestuelle voire mieux, incestueuse donc castratrice dans tous les cas. Gardez le plus longtemps votre fils dans votre lit. Soyez omniprésente dans sa vie, intrusive et possessive. Abolissez la distance parent/enfant. Habituez votre enfant le plus tard possible à un contact charnel avec l’adulte que vous êtes, il s’en souviendra lorsque sa sexualité se développera et reproduira ces instants chargés d’émotion… Le pédophile est d’abord et avant tout un affectif en manque d’un plaisir de sensations vécues enfants (80%)  http://www.citizenside.com/fr/photos/societe/2013-03-08/75920/japon-toujours-le-probleme-de-la-pedophilie.html#f=0/675678

    Pour « lutter » contre la pédophilie, les japonais fabriquent des poupées fillettes en silicone de 7/8 ans pourvues d’organes sexuels parfaitement réalistes et installent des distributeurs de culottes usagées de petites filles… http://www.hellocoton.fr/japon-commercialisation-de-poupees-sexuelles-d-enfants-pour-pedophiles-8496895 Pas de poupées de garçons…

    Nous sommes dans une structure familiale fermée où le culte des ancêtres tient lieu de religion. L’amour entre conjoint est déconsidéré et très mal vu. Après 50 ans les rapports sexuels dans les couples japonais sont inexistants. L’éducation de l’enfant est exclusivement du devoir de la mère ; celle du père obsolète puisque laminée par un Occident femeliste tout puissant. C’est cette fonction éducative mère/enfant, fils en particulier, qui lui donne son véritable statut social. Elle doit en faire un homme… Elle s’y consacre, certaines allant jusqu’à masturber leurs ados en période d’examen pour les déstresser… Résultat : 70% des jeunes garçons japonais de 18/34 ans ne s’intéressent pas plus aux filles qu’au sexe, on les appelle les « herbivores » (pourquoi aller ailleurs quand on a tout à la maison…). http://nicole-giroud.fr/les-garcons-herbivores-au-japon-3089

    Le maternalisme enferme dans sa réalité engendrant troubles sociétaux et désordres moraux. Aujourd’hui, au Japon, ils sont 400 000 jeunes, dont 80% de garçons, de 15/35 ans à s’enfermer dans leurs chambres pendant des mois, des années, avec pour seul contact vers extérieur internet (Record : 20 ans). Leur mères leurs passent des plateaux repas sous la porte. On les appelle hikikomori. Taux de suicide des 15/34 ans en première cause de décès (5 fois plus qu’en France en proportion) Les chiffres augmentent d’année en année. http://www.slate.fr/story/98961/hikikomori

     

    Pas de panique, ces modes arrivent en France. On fait même des émissions comme « qui veut épouser mon fils » pour promouvoir la pédophilie maternelle appelée plus couramment « inceste ». 44% des jeunes français de 18/34 ans préfèrent leur console de jeu au sexe et les « hikikomori » gagnent du terrain ; ils sont plusieurs milliers.

    • Ping de Manuela:

      Vous savez je connais beaucoup de femmes faciles qui ne sont pas hypersexy et hypersexuée…  Pour se trimballer comme ça et croire que ça ne va pas ameuter tout le quartier, femmes compris c’est d’ailleurs aux femmes que ça énerve le plus soyons honnête, enfin les plus jalouses surtout, faut vraiment être hystérique pour penser que ça.  En fait elle ont un besoin insatiable d’être désirée, ça c’est évident, parce qu’une femme est parfaitement consciente de ses attributs (si elle en a) et d’ailleurs si vous êtes confrontée malgré vous à des hommes en manque mais très souvent mariés vous veillerez à porter un pantalon ou une jupe pas trop moulante avec un petit chemisier col claudine, la tenue parfaite des filles de bonnes familles qui paraissent sages, (oui bon d’accord ça en existe aussi certains) afin d’éviter les regards concupiscents et que cela se retourne contre vous surtout avec leur femmes… encore une fois c’est toujours une histoire de femme.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        C’est marrant comme les hommes n’existent pas dans leur regard, qu’ils ne sont que des objets. En tous cas, voilà ce dont votre description me donne l’impression.

        • Ping de Manuela:

          Exactement, je le crois en tout cas, les filles ou jeunes femmes mettent tout les hommes dans le même panier. Alors qu’elles devraient s’en prendre aux femmes. Mais sincèrement j’ ai fréquenté un lycée professionnel je sais parfaitement comment il est difficile d’assumer sa féminité à cause des filles, en fait pour parler honnêtement si on met un décolleté ce n’est pas parce qu’on souhaite que l’on regarde nos yeux… surtout si comme moi vous mesurer 1.55 cm!!!  Oui les tenues sexy emmerdent particulièrement les filles, parce qu’un garçon ou un homme ne viendra jamais vous reprocher votre tenue de façon indélicate. La tenue c’est très compliqué je trouve, parce qu’on dit que l’habit ne fait pas le moine et parfois pourtant j’ai l’impression que oui, tout dépend du contexte. D’ailleurs ça me fait penser à une autre anecdote pendant ma scolarité; Un beau jour trois enseignantes égyptiennes et voilées sont venues en stage dans notre lycée… SCANDALE, le clan des rebelles sans cervelles s’est indigné,  notre prof de français a essayé de nous expliquer que ces femmes étaient là que pour 3 semaines et qu’il fallait être tolérant le baratin classique, mais ça ne leur suffisaient pas, elles qui étaient pour la plupart non-croyantes, athées et de gauche continuaient en argumentant que notre lycée était privé avec l’aumônerie, ainsi que la charte du lycée qui nous obligeaient à porter une tenue « professionnelle », c’est à dire dans le tertiaire vous ne vous pointez pas en survêtement en gros c’est ça, c’est vrai qu’on a rarement vu une assistante de direction dans cette tenue… Mais elles, elles était toutes en jeans et converses, et un couple de lesbiennes gothiques écoeurantes, également en tertiaire, qui n’était pas dans ma classe,  se faisait suffisamment remarquer en nous polluant à se rouler des pelles à la limite de copuler dans les couloir (si ça c’était pas de la provoc?!?) mais là bizarrement les cruches de ma classe n’avaient rien à dire la dessus, ça ne les dérangeaient pas apparemment?!? oh les filles, oh les filles elles me rendent marteau…

      • Ping de kasimar:

        Votre commentaire me fait penser à une caricature du blog de Sani où une jeune femme habillée hyper sexy qui nous dit : « si je m’habille comme ça c’est pour que l’on cesse de m’importuner »

        Il y a en effet une certaine hypocrisie chez certaines qui pensent qu’en s’habillant de la sorte, elles ne subiront pas au moins le regard concupiscent des hommes et le regard jaloux ou méprisant des femmes.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « A NY, manifestation topless pour le droit à manifester seins nus », Figaro madame, du 24/08/2015.

    Je n’y crois pas. Ces follasses veulent défendre une vision désexualisée de la poitrine des femmes au nom de l’égalité des sexes.. Et après elles voudront qu’on leur suce le bout des nichons avec ardeur. Complètement incohérent.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Suisse : un quart des couples adolescents violents », Figaro Madame du 06/05/2015.

    Quand une société idolâtre la sexualité, la négation de l’autre n’est pas loin, et la violence qui s’en suit…

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « Le président de la cour d’assises : « Virginie était-elle une fille facile ? » »

    Eh oui, si elle avait envoyé des messages contradictoires à son environnement, l’accusé aurait pu avoir des circonstances atténuantes, même si cela n’aurait rien excusé.

    • Ping de gastirad39:

      Léonidas: Le problème est mal posé. Il est évident qu’un viol suivi d’un meurtre est condamnable. Et il a été condamné. Ce qui est condamnable, c’est l’exploitation qui en est faite. La façon de s’habiller, de se comporter est-elle sans conséquences sur nos vies ? sans dangers ? La réponse est évidente ! Laissez-vous votre maison ouverte à tous vents parce que les cambriolages sont condamnables ? Il s’agit bien de rééduquer l’homme, vu comme nuisible et donc d’une campagne de haine sous prétexte de libérer la femme !

      De plus, il faudrait parler de fréquence. Le viol suivi de meurtre est-il si fréquent ? Quelques dizaines ou centaines par an ? Tous condamnables bien sûr. Par contre, une femme qui harcèle psychologiquement un homme et le pousse au  suicide, c’est très courant. Notre société pratique la chose tous les jours: ça s’appelle le féminisme. Et rien qu’en France, il y a environ 8000 hommes qui se suicident par an. Ne pourrait-on pas s’intéresser à ce problème là en URGENCE au lieu de manipuler l’opinion publique sur des cas bien plus rares ?

      • Ping de Léonidas Durandal:

        En usant de cas personnalisés, les féministes suscitent la compassion. Les 8000 hommes sont sans visage, parce que les hommes eux-mêmes acceptent leur aliénation au féminisme. Ils ont donc moins de poids qu’une seule victime femme qui est exaltée dans toute plainte fausse ou vraie qu’elle pourra soumettre à la société. D’où les très nombreux cas de fausses agressions en plus de la disproportion concernant les chiffres.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « De la prude à l’allumeuse, tout tiendrait à la longueur de la jupe », Figaro du 23/03/2015, Lucile Quillet.

    Mais non, la façon dont vous choisissez de vous habiller ne dit rien de vous, cela n’a rien à voir !!!! D’ailleurs pourquoi s’habiller ?

    • Ping de kasimar:

      Eh bien, je croyais que l’on luttait contre la femme objet ? 🙄 Ah selon l’article “instructif” en lien, ce serait donc une liberté de s’habiller comme une vulgaire pouffiasse façon Kardashian, Nabilla et autres “stars” de la téléréalité.
      Salim revient ils sont devenus fous 😯

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Femmes indécentes dans la rue : bataille de Hashtag », Rue89 du 17/11/2014.

    Nos frères kenyans font le ménage dans les rues. D’un coup, c’est beaucoup plus propre.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Les fémens enfin poursuivies pour exhibition sexuelle :

    « Les actions des fémens devant la justice », Figaro du 15/10/2014

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.