Accueil » C'était mieux avant » L’amour entre hommes et femmes durant 14-18
Antiféminisme Aimeles

L’amour entre hommes et femmes durant 14-18

Publié le 11 novembre 2014 par Léonidas Durandal à 10 h 16 min

bien, pour mythifier l’idéologie récente de la libération de la femme et soutenir le combat féministe.

 

Un raisonnement féministe qui flanche.

 

L’immense majorité des Françaises et des Français travaillaient déjà à la ferme avant la première guerre mondiale. Il n’y a donc jamais eu de libération de la femme par le travail puisque les femmes bénéficiaient déjà de ce genre de « libération », ailleurs que dans les secteurs industriels. A l’inverse, les conditions de travail étaient exténuantes, et s’il y avait bien une aspiration des personnes de cette époque, c’était justement de n’avoir plus à travailler. Les féministes quand elles parlent de libération par le travail, veulent donc surtout parler de l’indépendance des femmes par rapport au modèle du couple. Or là aussi, elles sont dans l’erreur la plus complète, puisque de très nombreuses femmes, à toutes époques, ont vécu de manière célibataire et sans que ce ne soit pour elles un avantage. Ces situations subies étaient surtout le fruit d’un déficit d’hommes à marier, ces derniers étant presque les seuls à être tués durant les guerres. Je vous laisse remonter dans notre histoire pour compter le nombre de conflits civils ou militaires qui ont tué majoritairement des hommes et qui ont laissé des millions de Françaises dans le célibat. Ce déséquilibre démographique est très facile à retrouver notamment dans les époques récentes puisqu’ils se répercutent sur plusieurs décennies. A cela, il faudra aussi rajouter que le célibat était surtout une malédiction. Sans enfant, impossible d’être pris en charge durant la vieillesse. Et il fallait faire jouer les solidarités familiales éloignées pour diminuer ces situations de souffrance. Autant dire que de nombreuses femmes seules ont dû finir dans des conditions déplorables, justement à cause du célibat, et que celui-ci n’était vraiment pas une libération à cette époque, s’il ne l’a jamais été. La vraie histoire des femmes reste à faire.

 

Cachez cet amour que je ne saurais voir  entre hommes et femmes de cette époque (afin de masquer notre misère affective actuelle).

 

Je me suis attaché à faire un travail qualitatif mené à partir de lettres de poilus envoyées à leurs femmes et réciproquement. Il m’a suffi pour cela d’aller dans une de ces expositions qui fourmillent dans nos mairies de campagne en ce moment. Les organisateurs, ignorants des subtilités de nos sciences humaines actuelles, ont mis en avant, naïvement des lettres vraies, sans tenter une quelconque démonstration. Si en quantité, ce travail ne vous comble pas, vous pourrez aller plus loin par vos propres moyens. Même si le traitement de l’information sur internet est très orienté par la théorie du genre et la haine de notre patrie, vous avez peut-être les moyens d’accéder à des archives familiales ou à des expos en ville qui ne seraient pas travesties par des cultureux formés à notre université. Je vous encourage donc à fouiller votre propre passé pour accéder à votre histoire, en dehors de cadres universitaires qui sont aujourd’hui majoritairement faussés. Vous y retrouverez la misère des conditions matérielles de ces hommes, mais aussi l’amour qu’ils entretenaient avec leur femme. La situation d’indépendance artificielle des femmes qu’elles ont subie durant la guerre de 14-18 a été l’occasion d’un déchirement terrible, affectif en premier lieu, sans compter la perte de revenus et les pénuries que vous pouvez facilement imaginer. Les femmes en ont été d’autant plus asservies aux conditions matérielles. Quant aux maris, ils en ont perdu la raison ou le sens de la vie en société. Cette perte de sens raisonne jusqu’à aujourd’hui quand on entend des hommes qui ne veulent plus se définir comme tel tant ils ont secrètement honte de leur sexe. Je ne vois donc vraiment pas ce que les féministes trouvent de positif aux évolutions de cette période si ce n’est que nous étions déjà en train de sombrer collectivement… 

 

 

 **********

 

 

Extrait du journal du Capitaine Jacques Escandes, mort il y a 100 ans exactement demain :


L’annonce de la guerre et la France personnifiée à l’image de sa femme :

 

 

 


« La guerre est déclarée entre la France et l’Allemagne. Enthousiasme délirant des chasseurs – Marseillaise –

Lire la suite

6 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Notre belle chanson nationaliste sur 14-18 nous a placés à la presque dernière place de l’eurovision. Il ne fallait pas se leurrer, nous n’avions aucune chance avec une telle démarche. Mais tout au moins avons-nous dit merde à cette fête de l’hypocrisie :

     

    http://www.dailymotion.com/embed/video/x2jqwf1

    Lisa Angell N'oubliez pas – France Eurovision 2015 par tuxboard

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Le nouveau thème introduit au Puy du fou cette année : deux amoureux durant la guerre de 14-18;
    Puissent les auteurs du spectacle avoir été inspirés pour que nous retrouvions un peu de notre passé perdu à cause des clichés féministes sur cette époque :

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « A quoi ressemblait la France en 1914 ? », ER du 11/11/2014

    On peut aussi le voir uniquement de manière quantitative et raisonner sur des anachronismes…
    Quand j’entends qu’ils n’avaient pas de diplôme et quand j’imagine que nos hommes politiques se gargarisent du niveau d’instruction actuel, malgré 30 années de sur richesse.
    Un petit détail quantitatif qui pourra relativiser toute cette daube pour ceux qui comprendront : le dépôt de chanson à la Sacem était de 12 000 titres par an. Soit autant qu’aujourd’hui mais avec une société 1/3 moins populeuse.

  4. Ping de kasimar:

    « La solution finale »Tiens tiens, ça me rappelle une certaine méthode ça … « ailleurs que dans les secteurs industriels »Vous êtes sur que même dans le domaine industriel les femmes ne travaillaient pas ? Germinal d’Emile Zola est pourtant très populaire avec ses nombreuses main d’oeuvre masculine, féminines et enfantines, et ce au 19ème siècle, siècle « patriarcal » s’il en est.

  5. Ping de gael:

    tres bonne article les feministe sont insupportable

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.