Accueil » Paternité » La situation difficile des pères en France : accepter la traversée du désert, repousser le refus de paternité
Antiféminisme Aimeles

La situation difficile des pères en France : accepter la traversée du désert, repousser le refus de paternité

Publié le 6 avril 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Bref bilan de l’échec féministe.

La machine idéologique féministe est en train de vouloir nous récupérer. Face à son affaiblissement, elle cherche de nouvelles ressources. Les vieilles recettes ne marchent plus. Elles ont tout échoué. La libéralisation de la contraception et de l’avortement, nous ont menées à adopter des comportements de plus en plus irresponsables. Les familles fragiles en ont été les premières victimes. Le divorce de masse a exacerbé les problèmes entre hommes et femmes autour des enfants. Les enfants, plus que jamais, ont été les premières victimes de cette déresponsabilisation des adultes. La politique de soutien aveugle aux femmes et d’étouffement des hommes, ne nous a pas amené à une nouvelle forme d’harmonie sociale. Au contraire, les femmes déresponsabilisées, sont devenues de plus en plus irresponsables, jusqu’à fonder, dans des cas extrêmes, des familles sans père. En parallèle, les hommes « responsabilisés de forces » ont tenté d’échapper par tous les moyens, à ce carcan de la bien pensance par exemple en fuyant des familles où ils n’étaient plus rien. Dans d’autres cas, ils ont été jetés comme de vieilles chaussettes inutiles ou interchangeables à souhait. Contrairement aux sermons féministes, les femmes n’ont pas acquis le droit de travailler de manière salariée, elles en ont subi l’obligation. Leurs hommes ont perdu toute saveur et elles sont devenues, soit tyran de leurs enfants, soit égocentriques et laxistes envers eux, finalement dépassées. Nous commençons à avoir du recul sur les résultats de la folie féministe. Le nombre d’exclus familiaux a grandi, tandis que les couples et les familles saines ont toujours plus de mal à survivre.

 

 

Plus personne ne les croit.

 

Les féministes ont beau nous dire qu’il faut aller toujours plus loin dans l’utopie, nous les croyons de moins en moins. Elles ont beau refaire l’histoire, manipuler les chiffres, contrôler les recherches, occuper l’espace médiatique, ces fanatiques religieuses ne nous font plus rêver. Et aujourd’hui, si officiellement, tout le monde les soutient encore, leur idéologie est devenue une coquille vide qui ne vit plus que par l’ampleur des subventions d’état qu’elle reçoit et grâce à l’immaturité des jeunes hommes qu’elle entretient dans l’illusion. Cependant la vieille sorcière a encore quelques tours de malice dans son sac. En ce moment même, elle nous tend un fruit empoisonné, à nous les pères. Elle est un train d’essayer de rallier à elle les dernier égarés dans une nouvelle bataille souterraine, dont nous les hommes, nous sommes l’enjeu. Et le choix que nous allons devoir faire, va être rude.

 

 

Une première tentation.

 

Il y a peu, les féministes nous ont tendu une première perche : peut-être pouvions nous décider ensemble des avortements, hommes et femmes ? Tout un tas d’articles sont parus pour nous « responsabiliser ». Ce système féministe qui nous avait empêché par voie constitutionnel en 1980, de nous opposer sérieusement à l’avortement de notre épouse, voulait maintenant, nous faire mettre les mains dans la mare de sang, sans nous donner pour autant de pouvoir légal. Il fallait, bien entendu, finalement, légitimer ces dames quoi qu’il arrive (« Avortements, et si on donnait la parole aux hommes ? » égalité info.fr). For heureusement, dans ce débat, les hommes ont fait ce qu’ils savaient faire de mieux ces derniers temps surtout face à une femme : ils ont fui et ont refusé même d’en discuter. Les quelques tentatives d’hommes d’amorcer l’engouement (Libération 14/11/2011) se sont soldées par un échec cuisant.

Ainsi nous avons évité, bien malgré nous, de prendre part au crime.

Le prochain débat, nous n’aurons pas l’opportunité de le fuir, car cette fois, les féministes nous tendent une jolie pomme par trop alléchante.

 

 

Le refus de paternité.

 

Les associations de pères en rêvaient. Les féministes l’ont fait. Quel père violé par son ex, par une paternité imposée ou pas, n’a pas rêvé de sanctionner le comportement irresponsable de celle qu’il avait choisie à tort ? Combien d’entre nous n’ont pas envié le pouvoir totalitaire de ces femmes qui peuvent tuer leurs enfants, les abandonner, les confier à d’autres ou bien décider de les garder ? Combien même n’ont pas voulu rétablir un peu de justice et d’égalité entre nos deux sexes ?

Et c’est vrai, si le refus de paternité pouvait nous être donné comme un droit venu du ciel, en théorie, nous rétablirions un peu de ce fossé d’humanité qui s’est creusé entre nous et nos compagnes ? Une situation plus équilibrée pourrait nous permettre de parler enfin d’une voix qui porte dans nos familles ? En théorie…

 

En pratique, cette proposition venue des féministes, n’ira pas contre leurs intérêts :

 

 

Que va-t-il se passer en réalité ?

 

Vous savez à quel “>

Lire la suite

43 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Près de 40 % des Français trouvent le congé de paternité trop court”, Le Monde du 17/01/2019.

    S’occuper d’un chiard de cet âge, cela ne s’appelle pas paternité.

  2. Ping de gastirad39:

    Lolo: Il me semble avoir été clair, mais pas assez sans doute.

    En apparence, il n’y a pas d’ennemi contre qui se rebeller. le mondialisme désigne aux hommes.certaines femmes (les féministes) comme ennemies. Mais celles-ci s’en défendent, prétextant qu’elles sont victimes des hommes. Si les emplois surtout masculins, industriels, agricoles, commerciaux disparaissent, par millions, c’est semble -t-il dû au jeu de la concurrence. Et pas à des accords “de libre échange”. La promotion des femmes serait due à leurs qualités, libérées par l’instruction… Pas par une organisation minutieuse d’une suite d’avantages peu apparents octroyés sous prétexte de Parité, au nom de la loi.

    Et tout cela stimulé par des élus, curieusement TOUS féministes, qui votent les lois promouvant les consommatrices et  signent les accords internationaux démolissant nos entreprises et poussant les producteurs au chômage. De plus, ces accords sont européens, rendant nos élus irresponsables … Et il faudrait encore parler des aides sociales et de la dette qui masquent les réalités, des chiffres tordus de l’Insee …

    Bref, l’ennemi est invisible. Contre qui se rebeller ? A nous de le démasquer …

    • Ping de Lolo:

      Ah oui d’accord, l’ennemi est donc invisible et les hommes « bêtes comme ils sont » ne se rendent compte de rien. Sauf quelques élus qui se précipitent sur internet pour faire leur BA, au milieu d’autres blogs dénonçant d’autres choses cachées.

      Les hommes sont des sous-citoyens maltraités, méprisés, réduits à l’esclavage mais comme les femmes leur disent le contraire, ils dorment tranquilles sur leurs deux oreilles.

      La situation ne doit pas être si grave que cela finalement pour qu’ils ne trouvent personne contre qui se rebeller!

  3. Ping de Lolo:

    Quand le censeur dénonce la censure….

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Quand un crétin essaye de donner des leçons de morale alors qu’il lui a déjà été expliqué qu’il n’était pas ici en territoire neutre. Vous êtes idiot de vouloir chercher des torts aux gens sans chercher à comprendre leurs arguments. Un, vous ne progressez pas. Deux, vous restez dans votre petite joute médiocre et sans intérêt. Une joute médiocre et sans intérêt n’a pas sa place ici.
      Je ne peux pas vous forcer à utiliser votre cerveau pour autre chose que des chicaneries de femelle contrariée. Par contre, je n’ai pas à faire supporter à mes lecteurs un tel comportement enfantin qui empêche les débats.
      Encore une fois et pour essayer de vous adresser à votre cerveau : il y a des règles de discussion sur ce site. Je ne défends pas la liberté de parole toujours et partout. Je ne l’ai jamais défendue. En matière de censure, je dénonce seulement les sociétés qui ne respectent pas leurs propres règles tout en affichant leur volonté de mettre en réseau les gens, alors qu’en fait, il ne s’agit que de contrôle des populations.

      Ici, vous êtes sur un site qui ne flatte pas les gens, qui ne veut pas les séduire, qui ne dit pas ce qui les arrange, qui ne s’exprime pas comme ils l’entendent, un site qui force au respect des règles. Ceux qui n’ont pas le niveau, doivent se taire, lire, et s’instruire. Cela semble être votre cas. Je ne veux plus entendre que d’humbles questions de votre part. Et dites-vous bien que si je prends le temps de vous répondre, vous me devrez une gratitude éternelle.

      • Ping de Lolo:

        Humble question dites vous? Très bien: pourquoi les hommes ( dans la vie réelle et pas sur internet j’entends) ne se rebellent-ils pas? Pourquoi pas de révolution, pas de grosses manifestations, grèves? Pourquoi un tel laissé faire?

        La moitié de la population est apparemment considérée comme des sous-citoyens, des déchets, des « juifs d’hitler » ( ce n’est pas rien quand même quand on sait ce qui se passait)  et …. il ne se passe rien, pas de rébellion, pas de révolution, pas de grèves illimitées de millions d’hommes,  mettant ainsi à l’arret l’économie de l’etat Féministe et forçant un changement de société, une nouvelle, ère!

        Mai 68, Greve du RER pour dénoncer le manque d’organisation de la SNCF, grandes grèves contre le plan Juppé, grève contre la loi travail, CPE, révolutions menées par les hommes dans d’autres pays pour un changement de système, quitte à mourir, et là, rien, cela ne semble pas émouvoir les hommes!

        Le féminisme détruit les hommes et tout le monde s’en fout. Étrange, non?

        Leonidas, à quand la vraie rébellion? À quand les grèves illimitées et la révolution, la guerre civile, mobilisant la population masculine qui ne veut plus être sous-citoyen, déchue de tous droits?

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Vous savez, le nègre dans sa plantation n’a pas forcément envie de se rebeller. C’est la nature humaine. Et puis les hommes, par définition ont tous été pondus par une femme. Ils pensent qu’ils doivent tout supporter d’elles. Se battre contre des hommes est un réflexe féministe. Mais cela ne fonctionne pas à l’inverse pour un homme qui aura peur de s’affronter à une femme, qui aura l’impression de ne pas être galant, qui aura même l’impression de s’attaquer à une faible femme, une victime, surtout que les féministes jouent à fond sur ce registre etc… Et puis, c’est vrai, une majorité d’hommes ne prennent pas au sérieux les femmes.

          Vous savez, un peuple, des personnes, peuvent se suicider sans réagir. Franchement, j’en vois beaucoup autour de moi se suicider, très doucement. C’est assez incroyable quand on y réfléchit. La plupart des gens préfèrent mourir que changer d’opinion. Ils s’en vont, lentement, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus supporter leur quotidien, qu’ils fassent une bonne dépression, ou qu’ils se tuent.

          • Ping de Lolo:

            Ils n’ont pas envie de rebeller puisque la nature d’homme leur permet de se pas s’attaquer idéologiquement au féminisme.

            Nous avons donc  la moitié de la populationqui sont des sous-citoyens réduit à l’esclavage,méprisé, on sent que bientôt ils seront envoyés à l’abattoir et ils ne veulent rien faire pour ne plus être victime, considérant qu’il n’y a pas de problèmes et même se laisser mourir sans se rendre compte de tout se qu’il se trame.

            C’est étonnant ce que vous me dites. Soit qu’il n’y a vraiment aucun problème puisque les hommes n’en voient aucun ou alors que pour eux le problème est ailleurs, soit que vous avez 2 siècles d’avance et que vous devriez revenir en 2217 pour enfin délivrer votre message à un peuple prêt à le recevoir.

            Et si finalemen c’etait pas plutôt vous qui vous trompiez ( sans méchanceté de ma part mais si la majorité ne voit pas de peril féministe c’est peut être qu’il n’y en a pas)?

             

          • Ping de Léonidas Durandal:

            J’aime la liberté, l’intelligence, le partage, les différences, la confrontation, le sport, le courage, l’aventure. Peut-être est-ce moi qui ait un problème avec ce monde effectivement, et qui me trompe. Mais il n’est certainement pas question que je change. Je poursuis mon chemin, et je vous conseille de faire de même. C’est la seule manière d’évoluer un peu. Si vous êtes heureux autrement, si vos explications personnelles et celles qui vous ont été transmises vous contentent, alors continuez. Seul un fou ferait le contraire.

          • Ping de Manuela:

            Gardez des gosses et on en reparlera.

             

          • Ping de Alban:

            Lolo, les gens ont voté pour Emmanuel Macron, aux niveaux de la souveraineté ou industriel ou des acquis sociaux, la situation va empirer, pourtant une forte minorité a voté pour lui, parce qu’ils préféraient le statu quo.

            Pourtant, on ne voit pas les gens manifester dans les rues, ou si peu, tout est calme. Selon votre logique il n’y a pas de problème politique en France.

          • Ping de Lolo:

            Alban, pourquoi les gens manifesteraient contre l’élection de Macron? Ce sont les règles du jeux, les gens acceptent les règles qui régissent notre pays.

            La règle est ainsi faite qu’on peut voir un président choisi par une minorité d’ électeurs. Les gens acceptent,?ce sont les règles de notre nation.

            Par contre cela ne les empêchentpas de manifester contre la loi travail ou autre.

            Certains on la prise de grève facile, n’hesitant pas à brandir la menace pour un oui ou pour un non (On touche à un de mes nombreux privilèges, hop grève. On nous demande un effort, hop grève etc).

            Mais il me semble que ce dont on parle ici est autrement plus grave que l’élection de Macron, plus grave que des réformes, des réorganisations etc menant aux mouvements sociaux.

            Il s’agit de la vie de la moitié de la population. Et ceux là même qui font grève facilement dans différents domaines professionnelles se taisent honteusement alors qu’ils sont prêts à se dresser contre un patron, une administration pouvant leur faire subir des représailles. Très étrange selon moi.

            Apparemment tout le monde s’en fiche en fait, tout le monde vit sa petite vie, sauf quelques irréductibles, peut être sincères dans leurs intentions, faisant de cette guerre contre du vent une affaire personnelle ( sans mépris de ma part).

            Peut être peut-on envisager que certains dénonçant un grand danger caché cèdent un peu trop facilement à de l’alarmiste et à la paranoïa. C’est le sentiment qu’on a quand on regarde ce combat d’un œil extérieur.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            @Lolo : Ne vous considérez pas comme un oeil extérieur qui aurait l’omniscience sur la pensée de tout le monde (“et du fond de sa tombe, l’oeil le regardait”). Encore une fois, employez “je”. Seul Dieu peut sonder les reins comme vous avez eu la prétention de le faire dans le paragraphe précédent.
            L’important, finalement, ce n’est pas tellement de savoir si les gens sont conscients ou pas. Le problème, c’est la vérité. Pendant des millénaires, l’esclavage a été considéré comme normal, avant que quelques personnes que vous auriez prises pour folles ne s’inquiètent de la question.
            Vous ne voyez donc que par le mal en ce monde ? Vous ne croyez en rien ? Allez, dîtes moi ce qui vous fait bander.

          • Ping de Alban:

            Lolo, c’était une analogie entre la situation politique et la situation de la moitié de la population. Dans les deux cas, les gens ne réagissent pas.

            Concernant les problèmes masculins proprement dits, c’est qu’il n’y pas d’associations hoministes ou masculinistes pour s’en occuper, ou si peu. Si les féministes ne s’emparaient pas de problèmes féminins comme le harcèlement ou les violences conjugales, on n’en parlerait probablement pas.

  4. Ping de gastirad39:

    Lolo: Vous êtes le parfait produit du mondialisme: individualiste(=égoïste) et cynique, car participant à un système qui s’impose à tous contre l’intérêt de tous, en cachant ses véritables objectifs.

    Etudiant la féminisation de la police et de la Gendarmerie, j’ai découvert qu’elle fut minutieusement organisée, et de longue date, avec des complicités politiques évidentes. L’idéal de  parité n’est qu’un prétexte à une promotion sans fin de la femme. Il faut lire ce site:

    http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/11-12/c1112010.pdf

    Je me suis demandé dans quel but. Peut être parce que les femmes intéressent la mondialisation en tant que consommatrices indépendantes (égoïstes). Les hommes principaux producteurs sont à abattre pour les mondialistes, du moins dans les pays “riches”.

    Car le mondialisme consiste à produire à bas coût dans les pays “pauvres” pour vendre aux “riches”, avec un profit maximum. Populariser une idéologie prônant l’indépendance des femmes et leur enrichissement via leur promo sociale, tout en appauvrissant les hommes (réduits au chômage), c’est ça  le Féminisme, et c’est remplir vos objectifs à long terme.

    Mais à plus long terme encore, les femmes seront inéluctablement perdantes.

    Quand tous les coqs auront été plumés et anémiés, pour tirer encore du profit, il faudra plumer les poules !

  5. Ping de gastirad39:

    A tous

    Pour moi, le féminisme est au service de puissantes forces financières dont les buts réels n’ont rien à voir avec les buts affichés. Ces forces utilisent également les dirigeants politiques “achetés” et avides de pouvoir.

  6. Ping de gastirad39:

    Léonidas:

    oui, vous avez raison: les femmes souffrent aussi !Le féminisme a été imposé par des forces financières et politiques très puissantes . Bien avant  Mai 68.

    Je vous ai transmis sur overblog le résultat de mas recherches sur la féminisation de la GN

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.