Accueil » Homme en lutte » Le combat pour assumer notre combat
Antiféminisme Aimeles

Le combat pour assumer notre combat

Publié le 23 décembre 2015 par Léonidas Durandal à 12 h 17 min

En dehors de toute question pour savoir qui a tort et qui a raison, aucun de mes proches n’est capable d’assumer socialement son opposition aux unions de duos homosexuels, ni son vote FN, ni son antiféminisme, ni son appartenance à égalité et réconciliation, ou sa circonspection face à la religion de la shoah. Pour l’instant le politiquement correct est encore de mise. Ce contrôle des esprits nous indique encore ce que nous avons le droit de penser de ce qui nous est interdit.

 

L’instinct de survie.

Les gens qui m’entourent savent d’instinct qu’ils seront sanctionnés socialement s’ils défendent des idées anti-immigration de masse, écologistes (différence sexuée pour l’espèce humaine), identitaires ou anti-victimaires. Ils sont en position minoritaire, ils le savent et même s’ils pensent avoir raison, que les faits leur démontrent chaque jour que le chemin que nous suivons est le mauvais, même si nous sommes officiellement en démocratie, ils ont peur de la réaction majoritaire qui ne manquerait pas de les ramener à la raison par quelque remarque pleine d’assurance appuyant le politiquement correct, par quelque mise au placard ou harcèlement de toutes sortes, juridiques ou autres. L’exclusion sociale est devenue la meilleure arme de contrôle des populations en démocratie.

 

Le bouc émissaire

La meute se mobilise vite en ce cas, trop avide de se soulager de ses propres tensions en abattant quelqu’un. Ceux qui ne le comprennent pas tout de suite, en font l’amère constat au fur et à mesure qu’ils se font taper sur les doigts. Le rouleau compresseur est impressionnant. Les personnes inexpérimentées dans le combat croient que seule une minorité décide dans ce cas. Elles pensent aussi que les moyens de rétorsion sont petits quand un être a décidé d’être indépendant intellectuellement du système. Immanquablement et à force d’expériences, dans l’occurrence où celles-ci réussissent à en engranger assez pour pouvoir le constater, elles payent un prix élevé et doivent en déduire combien elles eurent tort dans leur orgueil. M Soral, Dieudonné ou Reynouard qui ont cru pouvoir s’exempter de ce genre de règles, l’ont appris à leurs dépens. Ce n’est pas seulement des personnes isolées qui les ont combattus mais un système sûr de regrouper derrière lui une majorité, majorité qui a cautionné le mensonge et les exactions.

 

Le contrôle intime

Souvent même, l’esprit critique est ostracisé dans son entourage. Voilà d’ailleurs où le contrôle est le plus efficace. La divergence d’opinion sert à briser des familles déjà fragilisées par une volonté de contrôle étatique intrusive. Les esprits qui se savent majoritaires, représentants de l’Etat dit “Républicain”, n’hésitent pas à attaquer violemment les contestataires durant les réunions de famille. Et les contestataires qui veulent mettre en pratique leur idées pacifiques pour la société, sont obligés de reculer. Pour permettre l’altérité des points de vue, il faudrait pouvoir discuter, mais l’empêchement à l’altérité tue le débat. Les personnes de bonne volonté sont coincées. Je ne parle ici que des réunions de famille. Mais tout un tas d’autres formes de contrôles existent également. Je ne ferai pas l’offense d’expliquer aux pères militants comment ils se retrouvent en marge de la société, et parfois même en marge de leur propre famille, sans l’avoir vu venir. La ruche féminine sait y faire dans ces cas-là.

 

Une majorité consciente qui vote pour son propre intérêt

L’excuse du manque d’information de la majorité est de peu de valeur quand un aussi grand nombre de sources sont désormais disponibles, quand cette majorité a si peur d’un changement de majorité à la tête de ses institutions. A la vérité, le citoyen majoritaire est au moins coupable de laisser-aller si ce n’est d’une complaisance de bon aloi quand on songe à toutes ces informations contradictoires qu’il reçoit mais auxquelles il ne prend jamais le temps de donner un autre sens que celui du politiquement correct. Ou à sa manière de voter quand il demande le changement sans l’exiger.

 

Un militantisme entravé

La peur gagne ainsi. La majorité s’auto-engendre et ne nous permet pas de réformer notre société. Nous sommes contraints au silence dans nos existences sociales. Si nous sommes militants, nous devons prendre des pseudos pour combattre, héberger nos propres sites basés parfois à l’étranger, respecter des lois sur la liberté d’expression de plus en plus privatives de liberté, transmettre des informations discordantes seulement indirectement, nous n’avons pas accès pleinement aux réseaux sociaux, et parfois nous sommes contraints à mentir pour “>

Lire la suite

24 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “ÊTRE UN EMMERDEUR ? JE VOUS EXPLIQUE POURQUOI !”, Jean Rausis du 30/08/2017.

    Il dégage beaucoup d’énergie positive. Il est en avance.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Bande dessinée. Marsault et Ring, c’est terminé”, Breizh du 26/09/2018.

    Vous avez du talent; vous n’êtes pas de gauche; vous n’avez pas le droit de vivre. C’est notre état et la justice qui couvrent de tels agissements qu’il faut attaquer. Sinon, qu’ils nous donnent le droit de nous défendre.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “1000 abonnés, une tournée nationale et le Manifeste 2018” Alexis Fontana du 08/09/2018.

    Ce serait bien qu’il réussisse son projet de fédération…

     

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    ‘Vidéo) Les survivants :

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    “France Inter : « Le moment Meurice » dégueule sur Donald Trump, « les noms franchouillards qui sonnent ploucs », « ça sent la gourmette à la première communion »”, NDF du 24/03/2016.

    Les défenseurs de Donald Trump en France se sont crus plus malins que les autres. Ils ont répondu à un journaliste (forcément de gauche aujourd’hui) et se sont faits piégés parce qu’ils n’étaient absolument pas prêts à défendre leurs idées. C’est un coup classique de la déconstruction : interroger quelques médiocres dans une manifestation qui se croient capables d’assumer le combat mieux que n’importe qui et qui apparaissent pour ce qu’ils sont : des blancs-bec. Rien de mieux pour délégitimer un combat en s’en moquant. Le pire c’est de voir les internautes qui soutiennent Donald Trump, critiquer en commentaires le journaliste au lieu de constater le marasme communicationnel. La médiocrité de la droite historique illustrée pour les nuls.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.