Accueil » Etat de droit et politique » Le déni de grossesse ou quand la maladie et la responsabilité n’existent plus
AIMELES Antiféminisme

Le déni de grossesse ou quand la maladie et la responsabilité n’existent plus

Publié le 28 octobre 2015 par Léonidas Durandal à 16 h 36 min

26 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Affaire Fiona : Cécile Bourgeon hospitalisée à Lyon après avoir ingéré des médicaments" AFP du 17/12/2020.

    Ici, ce n'est pas un déni de grossesse. Toutefois, cette femme se découvre responsable au moment où elle est condamnée. Et encore, cherche-t-elle à se poser en victime. Indécrottable. 

  2. Ping de Hancel de sexe male:

    Etant enfantiste, pas féministe, le sort des enfants me touche particulièrement. Voici un enième infantcide horrible qui laissera comme d’habitude les féministes donneuses de leçons indifférentes :

    https://www.parismatch.com/Actu/Faits-divers/Pendant-trois-ans-le-petit-Yonatan-abuse-par-sa-mere-est-reste-cache-dans-le-placard-1631805

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Quintuple infanticide : Sylvie Horning condamnée à 20 ans de réclusion criminelle" L'Obs du 20/06/2019.

    Il va bien falloir en arriver là pour stopper ces crimes. 

    Et toujours notre Israël Nisand qui défend le déni de grossesse. C'est comme si l'on justifiait les crimes par empoisonnement à l'époque où l'on n'avait pas de tests pour dépister le cyanure. 

    • Ping de Hancel de sexe male:

      Je pense que c’est, entre autres, grâce à nous que ces tueuses en série commencent à être condamnées. Personnellement, chaque fois qu’une affaire d’infanticide matriarcal sort dans les médias, je cours me connecter sur twitter, facebook, youtube, etc, et comme un pilote de chasse, je bombarde de commentaires indignés l’inaction de la justice complice avec son délire féministe du déni de grossesse. Mes comptes signalés par les SJW sont à chaque fois supprimés mais je les recrée inlassablement et je retourne au combat.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    Et moi qui croyait que le « déni de paternité » allait fonctionner !

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Affaire de l’enfant du coffre : « On était heureux jusqu’à ce que Séréna naisse » », L’Obs du 13/11/2018.

    Voilà les conséquences des infanticides par avortement : des femmes en viennent à croire qu’un enfant n’existe que lorsqu’elles le décident. L’ambiance familiale ne devait pas être si fabuleuse avant.