Accueil » La pieuvre féministe » Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié
AIMELES Antiféminisme

Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié

Publié le 14 septembre 2015 par Léonidas Durandal à 10 h 16 min

monde. mauresmoMais un autre aspect de votre campagne devrait être plus agressif et percutant : pour compenser la mauvaise presse de plus en plus présente à l’encontre des homosexuels en ce moment (ndt : le Sida bat son plein), la campagne devrait peindre les gays comme d’éminents piliers de la société. Oui, oui, nous le savons, ce vieux tour craque de partout. D’autres minorités l’ont usé jusqu’à la corde en annonçant fièrement « Est-ce que vous savez que ce grand homme (ou femme) était ……… ? » Mais le message est vital pour tous ces hétérosexuels qui caricaturent encore les gays comme des personnes « étranges » (ndt : le terme « queer » est utilisé en anglais…) ombrageuses, solitaires, ratés, alcooliques, suicidaires, incapables avec les enfants.

Le rôle prééminent d’hommes ou de femmes gays ou bisexuels saute réellement aux yeux. De Socrates (ndt : Socrates était marié. L’auteur veut certainement parler de Platon qui appréciait les très jeunes hommes…) à Shakespeare (ndt : Shakespeare était marié, avait trois enfants et seule la communauté homosexuelle prétend encore qu’il était bisexuel en jouant sur des interprétations anachroniques et tendancieuses de quelques uns de ses vers) , d’Alexandre le Grand (ndt : rien ne prouve qu’Alexandre le Grand était au mieux bisexuel. Seules des interprétations, là encore anachroniques, et faisant références aux moeurs grecques de l’époque pourraient le suggérer, sans aucun fondement factuel) à Alexandre Hamilton, de Michel Ange à Walt Whitman, de Sapho à Gertrude Stein, la liste est évidente pour nous mais choquante pour l’hétérosexuel américain (ndt : à l’évidence, l’ensemble des références données sonnent en forme manipulation). En peu de temps, une campagne médiatique intelligente et efficiente pourrait donner à la communauté gay l’image d’une véritable déesse mère féerique de la civilisation occidentale.

En suivant la même ligne, nous ne devrions pas oublier de chercher le soutien de célébrités. Les célébrités peuvent être hétérosexuelles (Dieu vous bénisse Ed Asner, où que vous soyez) ou gay.

 

5 Donner un sale air aux persécuteurs.

A l’étape suivante d’une campagne pour les droits des gays bien après que les slogans soient devenus communs, ce sera le moment de s’attaquer durement à nos opposants. Pour être affectés, ils doivent être ostracisés. (cela sera nécessaire plus que tout, car à ce stade, l’ennemi poussé dans ses retranchements quadruplera ses attaques au vitriol et de désinformation (ndt : les auteurs sont en train d’accuser les autres de ce qu’ils sont en train de faire). Ici, notre but est double. Premièrement nous remplaçons l’opinion majoritaire fière de son homophobie par la honte et la culpabilité. Deuxièmement, nous ferons que les antigays aient l’air si haineux que les Américains moyens voudront se dissocier eux-mêmes de ce genre de types.

homophpbeIl devrait être montré des images d’homophobes agressifs dont l’apparence secondaire et les croyances dégoûteront l’Amérique modérée. Ces images devrait inclure : le Ku Klux Klan demandant que les gays soient brûlés vivant ou castrés ; des pasteurs bigots du sud bavant leur rage hystérique au point qu’on hésite entre leur aspect comique ou dérangeant ; des punks menaçants, des voyous, et des prisonniers parlant de manière détendue des « tapettes » qu’ils ont tué ou qu’ils aimeraient tuer ; un voyage dans les camps de concentration nazis où les homosexuels étaient torturés et gazés.

Une campagne pour diffamer les persécuteurs devrait rendre fou la plupart de nos fervents ennemis, bien entendu. Mais que pouvons-nous faire d’autre ? Celui qui se sent morveux se mouche, et nous devrions le leur faire éprouver, sous le regard de l’Amérique.

 

6 Solliciter des fonds : la responsabilité commence ici.

N’importe quelle campagne médiatique de cette sorte requiert des dépenses sans précédent sur plusieurs mois voire plusieurs années, une levée de fonds sans précédent.

Une campagne de publicité effective est une proposition coûteuse : plusieurs millions de dollars devraient faire tourner la machine. Il y a 10-15 millions d’homosexuels adultes dans ce pays : si chacun d’eux donne simplement deux dollars pour le financement de cette campagne, leur trésor de guerre amassé devrait pouvoir concurrencer la plupart de leurs ennemis les plus médiatiques. Et puisque ces gays n’ont pas normalement de charge de famille, ils ont plus de revenus discrétionnaires que la moyenne, ils seront donc susceptibles de contribuer d’autant plus.

« … nous ferons que les antigays aient l’air si haineux que les Américains moyens voudront se dissocier eux-mêmes de ce genre de types. « 

Mais l’accepteront-ils ? Ou bien est-ce que la communauté gay est aussi irresponsable, égoïste, non engagé et myope que ses critiques le proclament ? Nous ne le saurons jamais avant qu’une « >

Lire la suite

56 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Angelina Jolie s'offre une sortie shopping avec ses filles Shiloh et Zahara (et elles ont bien grandi)" Figaro du 10/01/2021.

    Shiloh, enfant utilisée par les progressistes pour faire passer leurs idées, cherche à assumer sa féminité depuis qu'elle est adolescente. Elle a échappé aux griffes du diable. Prions pour que les dégénérés ne réussissent pas à la perdre. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Mon oncle Frank: un autre genre d’Amérique sur Amazon Prime Vidéo" Figaro du 10/12/2020.

    Y-a pas à dire, c'est super original : un pédé issu du trou du cul du monde, revient dans sa famille. Avec, ça, y-a pas à dire, les derniers réactionnaires en Amérique vont se convertir à la religion LGBTQIFD?%FDSD$. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Un document de la CIA explique comment faire accepter une guerre à l’opinion publique et pourquoi l’Etat profond est hostile à Trump" Le cri des peuples du 05/12/2020.

    Vrai à ceci près que Donald Trump a diminué le nombre des bombardements, et non pas augmenté. Seule l'Iran peut se plaindre plus qu'avant de son action, pour des raisons qui m'échappent.