Accueil » La pieuvre féministe » Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié
AIMELES Antiféminisme

Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié

Publié le 14 septembre 2015 par Léonidas Durandal à 10 h 16 min

nouvelle campagne médiatique ait été lancée à un niveau national et par un appel concerté au don supporté tout autant par des bienfaiteurs connus qu’anonymes. L’appel devrait être lancé aussi bien aux gays qu’aux hétérosexuels qui ont à coeur les questions de justice sociale.

Pierre Bergé donateur, défenseur, pratiquant de la cause LGBT du sidaction

Pierre Bergé donateur, défenseur, pratiquant de la cause du sidaction qui a été récupérée par les LGBTs

Au début, pour des raisons qui vont être expliquées par la suite, l’appel aux fonds devrait être lancé exclusivement dans la presse gay, magazines nationaux, journaux locaux, affichettes dans les bars, parution dans les photos magazines. Les fonds pourraient aussi provenir d’organisation gays locales de terrain sur les campus ou dans les aires citadines. Eventuellement, des donations pourraient être sollicitées directement dans des publicités dans les gros médias hétérosexuels.

Il n’y aura rien eu de semblable dans l’histoire de la communauté gay aux USA. Si ces mesures échouaient à générer un capital de départ, il y aurait peu d’espoir d’aboutir à une campagne médiatique et peu d’espoir de progrès des droits des gays dans un futur proche. Pour l’instant laissons-nous aller à penser que les gays comprendront combien les donations pourraient servir promptement leurs intérêts à long terme, et qu’un montant suffisant devrait être atteint. Faisons cette supposition courageuse.

 

Prendre l’antenne, ou, échouer.

Sans accès à la télévision, à la radio, à la presse majoritaire, il n’y aura pas de campagne médiatique. C’est un problème délicat –beaucoup de patrons de presse refusant simplement d’accepter dans leurs colonnes ce qu’ils appellent une « cause publicitaire »– une publicité convaincante peut provoquer un déchaînement de ressenti de la part du public et des sponsors, qui est mauvais pour les affaires. La justice a d’ailleurs confirmé le droit du diffuseur à refuser les « causes publicitaires » qui ne lui plairaient pas.

Qu’est-ce que constitue exactement une « cause publicitaire » ? Cela ne concerne évidemment pas les appels creux à l’unité familiale et ses vertus (respect aux Mormons) pas plus que cela ne concerne les tirades contre la perfide Albion (respect à Lyndon La Rouche) ; pas plus que cela ne concerne les rappels à la mémoire parce que « le souvenir qui se perd est quelque chose de terrible » (respect à la fondation Université Nègre Unie) ; pas plus que cela ne concerne les shows religieux qui condamnent le péché gay ; pas plus que cela ne concerne la dénonciation de la guerre nucléaire ou de la discrimination raciale— du moins pas au Massachusetts. On donne leur chance à certains.

inrokuptibles

Campagne médiatique des Inrokuptibles durant le débat sur les unions de duos en 2013

Parce que la plupart des communications directes sont impossibles, la NGTF (ndt : quelque chose comme le « groupe de pression national gay » ou le « réseau gay », cela correspond à LGBT en France) doit cultiver des rapports discrets avec les sales de rédactions et les émissions médiatiques afin de s’assurer que des causes importantes pour la communauté gay reçoivent une couverture ; mais une telle pratique n’est pas idéale, bien entendu, car cela signifie que l’image de la communauté gay est contrôlée par les dernières informations événementielles au lieu de l’être par une stratégie prudente– et récemment la plupart des nouvelles qui ont concerné les gays ont été négatives (ndt : à l’époque, l’auteur fait référence aux contaminations du SIDA qui se sont propagées en occident principalement à cause de certaines pratiques sexuelles…).

Donc que faire pour casser la barrière d’accès aux principaux médias ? Plusieurs choses, en plusieurs étapes.

 

Commencer à petit pas.

Journaux et magazines pourraient très bien être plus appétants en termes de recettes publicitaires pour les gays que la radio ou la télévision.

Et le coût de ces annonces sur papier est généralement inférieur. Mais souvenez-vous que la presse, dans la plupart des cas, est uniquement lue par les Américains les mieux éduqués, de ceux en tous cas qui sont le plus susceptibles d’accepter l’homosexualité. Donc pour que nos recettes aient plus d’impact, nous devrions écarter de notre liste la Nouvelle République et la revue de la nouvelle gauche, et nous concentrer sur le Time, People et le National Enquirer. ( bien entendu, la communauté gay devra s’imposer d’elle-même comme un contributeur publicitaire régulier dans des tribunes averties avant que ce ne soit accepté dans la presse de masse)

Tandis que nous sommes en train de mener la bataille avec des salves d’encre, nous devrions aussi alerter l’opinion publique majoritaire avec une campagne nationale « >

Lire la suite

56 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Angelina Jolie s'offre une sortie shopping avec ses filles Shiloh et Zahara (et elles ont bien grandi)" Figaro du 10/01/2021.

    Shiloh, enfant utilisée par les progressistes pour faire passer leurs idées, cherche à assumer sa féminité depuis qu'elle est adolescente. Elle a échappé aux griffes du diable. Prions pour que les dégénérés ne réussissent pas à la perdre. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Mon oncle Frank: un autre genre d’Amérique sur Amazon Prime Vidéo" Figaro du 10/12/2020.

    Y-a pas à dire, c'est super original : un pédé issu du trou du cul du monde, revient dans sa famille. Avec, ça, y-a pas à dire, les derniers réactionnaires en Amérique vont se convertir à la religion LGBTQIFD?%FDSD$. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Un document de la CIA explique comment faire accepter une guerre à l’opinion publique et pourquoi l’Etat profond est hostile à Trump" Le cri des peuples du 05/12/2020.

    Vrai à ceci près que Donald Trump a diminué le nombre des bombardements, et non pas augmenté. Seule l'Iran peut se plaindre plus qu'avant de son action, pour des raisons qui m'échappent.