Accueil » La pieuvre féministe » Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié
AIMELES Antiféminisme

Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié

Publié le 14 septembre 2015 par Léonidas Durandal à 10 h 16 min

qu’ils acceptent de diffuser pour les Mormons ou autre. Comme d’habitude, les téléspectateurs seront soumis à des sketchs irréprochables sur l’importance de l’harmonie et de la compréhension à l’intérieur de la famille– et à ce moment là, le narrateur pourra terminer en disant « Ce message vous a été offert par le Groupe de Travail National Gay » (NGTF). Tout cela le plus calmement et dans une ambiance la plus tamisée possible. Souvenez-vous : l’exposition médiatique est tout, et la manière de communiquer contient le message.

«  …l’exposition médiatique est tout, et la manière de communiquer contient le message »

La communauté gay devrait se joindre à d’autres forces respectables de lutte pour les libertés civiles et ceci afin de promouvoir de doux messages concernant le multiculturalisme américain, et se terminant toujours par une référence explicite au groupe de travail gay ou à d’autres organisations gays.

1994 au Sidaction, Clémentine Célarié embrasse un gay séropositif. Le suicide pour toute perspective.

1994 au Sidaction, Clémentine Célarié embrasse un gay séropositif.

Usant du meilleur dans la pire des situations, nous pouvons également proposer des appels aux dons et aux donations compatissantes pour financer la recherche sur le SIDA– si Jerry Lewis et la marches des dîmes (ndt : association américaine de protection de la santé des enfants) le font, pourquoi pas nous ? Comme si la sexualité des enfants concernait les parents !Notre prochain pas de côté nous conduira à assurer la promotion locale de groupes de défense en périphérie de la communauté gay : des mamans et des papas hétérosexuels désemparés informant d’un numéro d’appel et des temps de rencontre pour les « parents de gays », ou quelque chose comme ça. Vous imaginez ce genre d’annonces présentées entre des messages pour les anciens combattants et l’union des travailleurs de la poste ?

 

 

Etape visuelle 3 : sortir la grosse artillerie.

A cet instant, notre tactique tranches de salami nous aura ouvert, petit à petit, un large accès aux médias majoritaires. Et maintenant ? Ce pourrait être le moment de faire sortir les annonces gay de leur placard. Les messages de telles annonces pourraient s’adresser directement aux peurs persistantes du public à propos des homosexuels comme autant d’étrangetés détestables et à rejeter. A titre d’exemple, voici les formats possibles pour la télévision et les annonces publicitaires permettant d’éroder les mauvaises représentations persistantes :

 

Format A pour la familiarisation : le témoignage d’estime.

Pour rendre les gay moins mystérieux, présentez une série de spots publicitaires courts mettant en scène des garçons ou des filles « d’à côté », jeunes et attirants, ou des grands-papis et mamies délicieux et rassurants. Assis dans un environnement intime, ils répondent à un interviewer derrière sa caméra avec assurance, bonhomie et charme. Leurs commentaires mettront en avant 3 éléments de vie sociale :

 

1 Il y a quelqu’un de spécial dans leur vie, une relation à long terme (pour souligner une stabilité gay, la monogamie, l’engagement) ;

2 Leurs familles sont très importantes pour eux, et les soutiennent (pour souligner que les gays ne sont pas « anti-famille », et que les familles en général n’ont pas à être anti-gays).

Tout à l'air normal !

La parentalité ou plutôt la parenté de personnes à pulsions homosexuelles. Tout à l’air normal ! Rien sur l’achat d’enfants ? et la suppression de la mère ?

3 Aussi longtemps qu’ils peuvent s’en souvenir ils ont toujours été gays, et sont probablement nés gays ; ils n’ont certainement jamais décidé de leur préférence d’un côté ou d’un autre (soulignant ainsi que les gays font ce qui est naturel pour eux, et qu’ils ne sont pas contre-nature). Les individus devraient être questionnés seuls, non pas avec leur compagnon ou leurs enfants, car la présence d’autres personnes pourrait faire surgir malencontreusement des questions dérangeantes à propos de la complexité des relations sociales gays, ce que ces spots ne pourraient pas expliquer. Il est toujours préférable de faire une chose en même temps.

 

Format B pour créer des associations positives : le message de la célébrité. 

Gareth Thomas, le célèbre rugby man dans 7 à 8.

Gareth Thomas, le célèbre rugby man à pulsions homosexuelles dans 7 à 8 et septembre 2015.

Tandis qu’il pourrait être utile de présenter des soutiens célèbres par l’intermédiaire de figures populaires gays ou de sympathisants hétérosexuels (Johnny Mathis ? Marlo Thomas?), le climat homophobe américain pourrait rendre peu probable une telle fièvre de soutiens dans un avenir proche. Les premiers spots de célébrités devront donc identifier des personnalités gays ou « >

Lire la suite

56 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Angelina Jolie s'offre une sortie shopping avec ses filles Shiloh et Zahara (et elles ont bien grandi)" Figaro du 10/01/2021.

    Shiloh, enfant utilisée par les progressistes pour faire passer leurs idées, cherche à assumer sa féminité depuis qu'elle est adolescente. Elle a échappé aux griffes du diable. Prions pour que les dégénérés ne réussissent pas à la perdre. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Mon oncle Frank: un autre genre d’Amérique sur Amazon Prime Vidéo" Figaro du 10/12/2020.

    Y-a pas à dire, c'est super original : un pédé issu du trou du cul du monde, revient dans sa famille. Avec, ça, y-a pas à dire, les derniers réactionnaires en Amérique vont se convertir à la religion LGBTQIFD?%FDSD$. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Un document de la CIA explique comment faire accepter une guerre à l’opinion publique et pourquoi l’Etat profond est hostile à Trump" Le cri des peuples du 05/12/2020.

    Vrai à ceci près que Donald Trump a diminué le nombre des bombardements, et non pas augmenté. Seule l'Iran peut se plaindre plus qu'avant de son action, pour des raisons qui m'échappent.