Accueil » Domination féminine » Le handicap public des femmes
AIMELES Antiféminisme

Le handicap public des femmes

Publié le 15 mai 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 27 min

un peu à l’image d’une Margareth Tatcher. Cependant comme de nombreuses femmes qui cherchent à se comporter comme tel, elle n’arrive pas à trouver la juste mesure. Trop autoritaire, trop émotionnelle, ou trop phallique, on se demande si elle réussira un jour à trouver le ton juste. Dernièrement et après juste un mois d’exercice du pouvoir au gouvernement, elle accuse ses collègues d’être machos (3) quand elle ne les contredit pas (2). Souvent les féministes affirment que les femmes politiques ne sont pas jugées de manière équitable, qu’on dit d’elles qu’elles sont « trop ceci ou trop cela » sans raison. Jamais elles n’envisagent que la politique, tout comme d’autres milieux masculins, sont des secteurs où la concurrence avec les hommes accentue le moindre de leur défaut. Et pourtant… Si on ne peut nier que Mme Royal est animée de bonnes intentions, que de maladresses en quelques jours d’exercice du pouvoir. Si elle continue ainsi, non seulement elle est certaine d’échouer, mais elle emportera avec elle le reste du gouvernement. Nous voilà revenus 25 ans en arrière quand Edith Cresson fut premier ministre de la France et que celle-ci, choisie pour des questions d’affinité sentimentale par un homme faible, sema le désordre dans son sillage. Elle dut être débarquée illico presto. Encore ici, l’histoire semble se répéter.

 

  • Anne Lauvergnon accusée du marasme d’Aréva refuse de reconnaître des erreurs de gestion gigantesques. LauvergnonEpinglée par la cours des comptes pour une gestion hasardeuse d’une industrie en plein essor (5), Anne Lauvergnon s’enferme dans le déni (4). On lui retrouve les mêmes défauts qu’à toutes ces nombreuses femmes qui ont réussi : style autocratique, échec dans les prises de risques, dépenses mal calculées. A l’époque, elle doit être débarquée manu militari d’Aréva et elle provoque le scandale en refusant cette décision. Son bilan est calamiteux mais elle croit pouvoir rester en poste grâce à son réseau et au fait qu’elle soit la seule femme à la tête d’une entreprise du Cac 40. Il faut dire qu’à force de placer des gens pour leur image de marque, il ne faut pas s’étonner que ceux-là ne comprennent même plus la notion de compétence, de résultat ou de réussite. Or Anne Lauvergnon est une championne de la discrimination positive dont elle a bénéficié. Car au risque de verser dans le sexisme de manière outrancière, elle n’a pas hésité à défendre publiquement, l’embauche préférentielle d’une femme, soit tout sauf le « mâle blanc » (6).

 

  • Nathalie Nougayrède licenciée du journal « Le Monde », un échec annoncé, une ambiance de travail étouffante (7).

FRANCE-MEDIA-NOUGAYREDEElle aura tenu 15 mois. Entre-temps 7 de ses 11 plus proches collaborateurs auront démissionné. C’est un peu comme Mme Taubira. L’entourage de travail ne tient pas le coup. Mais tout cela, c’est à cause des hommes…

 

 

  • Anne Baldassari révoquée du musée Picasso après 5 années de troubles (11), une mesure rare.
    baldassari

Les raisons invoquées pour son licenciement parlent d’elles-mêmes :
« Alerté par ses services et par la médecine de prévention sur la crise que traverse le Musée Picasso, a missionné l’inspection générale des affaires culturelles pour porter un diagnostic objectif sur la situation sociale de cet établissement. Les conclusions du rapport de l’IGAC font apparaître un climat de travail extrêmement dégradé, une profonde souffrance au travail et une atmosphère anxiogène mettant en danger les agents. »

 

 

  • Jill Abramson, patronne du New-York Time éjectée pour incompétence. AbramsonUn sans précédent. On lui reprochait aussi « ses manières intimidantes, condescendantes et « brusques jusqu’à la grossièreté », selon la radio NPR. (12) Ajouter à cela qu’elle était chargé de développer la version numérique du New York Time mais qu’elle ne voulait pas développer le secteur vidéo (!). Le Point suggérerait quant à lui une ambiance sexiste au New York Time. Un peu facile… (l’article en question n’est pas signé).

 

  • Cette semaine aura vu également Mme Taubira être remise en question sur le fait taubiraqu’elle n’ait pas chanté la Marseillaise durant une commémoration… quand on sème la défiance en favorisant les unions homosexuelles, il ne faut pas s’étonner du retour « >

    Lire la suite

162 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Comment le robot recruteur d’Amazon est devenu misogyne », Les Echos du 11/10/2018.

    Ah merde, le robot est misogyne. Et c’est parce qu’il a été pensé par des hommes voyez-vous. Pas du tout parce qu’il sélectionne sur des critères froids, rationnels, et objectifs, non non non !

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Une robe « pas adaptée »: leçon de style de Jean-Michel Aphatie à Aurore Bergé », L’Express du 27/02/2018.

    Vous imaginez la régression pour cette femme : le travail salarié, accepter des limites ? C’est pas ce qu’on lui avait raconté.

    Elle n’a même pas encore compris que travailler professionnellement, c’était se mettre au service des autres. Tout au moins, elle n’a même pas compris qu’il fallait le mimer.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    «  »A son retour de congé maternité, elle découvre un dossier à charge à son nom » », L’Express du 11/12/2017.

    L’employeur n’a plus la liberté de dire qu’une employée ne lui convient pas. L’employée est juge de sa propre efficacité… certainement parce qu’elle est une femme et jugée par un système féminisé.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

      »À 5000 euros par mois, un manager ne doit pas s’emporter » », L’Express du 27/11/2017.

    Dans ces affaires de prud’hommes retraduites par l’Express, il n’y a quasi exclusivement que des femmes demandeuses, dans des situations plus ou moins alambiquées. Le tribunal tranche toujours en leur faveur. Si professionnellement, elles ne conviennent pas, par contre, en matière de récupération de fric par la plainte, elles sont les championnes.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Féminisation de la langue : l’Académie française avance (doucement) », L’Obs du 23/11/2017.

    Mettez une femme à l’académie française et voilà le genre d’opération qu’elle promeut. Le secteur féminisé de la justice lui écrit pour étendre l’étendu des dégâts grammatical. Et cette personne sert de réceptacle à ces demandes décadentes.