Accueil » Domination féminine » Le handicap public des femmes
AIMELES Antiféminisme

Le handicap public des femmes

Publié le 15 mai 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 27 min

de bâton.

 

 

Tant que les femmes s’obstineront à contester les hommes dans leurs fonctions, ce pays avancera moins bien et moins vite qu’un autre. Les femmes ne prennent pas que la place des hommes, elles veulent naturellement prendre toute la place. Elles gèrent leurs affaires à la manière d’une mère. Et dès lors, elles mènent tout mal : et leur métier, et leur vie familiale. Agissant de manière inappropriée, elles entraînent collectivement et dans leur sillage des institutions entières qui finissent par s’effondrer (instruction publique, milieu médical, justice, politique, presse…). Qu’elles veuillent travailler dans des secteurs par affinité, tant mieux. Mais il faudra qu’elles acceptent alors une vraie concurrence et non des relations personnelles faites de solidarité tribale/féminine. Il faudra aussi qu’elles acceptent les relations de sujétion et de solidarité avec les hommes, même si cela ne leur est pas naturel.

Les hommes ne pourront pas et ne voudront jamais remplacer les femmes.

Notre pays s’est permis d’écraser les garçons pour mettre à leur place des femmes (8). Et aujourd’hui, on voudrait que ceux-là se comportent en femmes pour pallier aux lacunes de ces demoiselles (9). Voilà ce qu’on pourrait nommer un retournement, un monde qui marche à l’envers, qui nie les individualités, assis sur la bassesse et l’inadéquation. En tant qu’hommes, nous n’avons jamais contesté l’importance que les femmes avaient en tant que mères. Qu’elles veuillent prendre nos places publiques en se croyant plus fortes que nous mais en se révélant d’autant plus incompétentes et dangereuses n’est pas acceptable. Cette position politique absurde des femmes représentées par quelques féministes est un appel pur à la violence auquel nous devons répondre en tant qu’hommes, notamment par ce genre de dénonciation équivoque et argumentée.

1 « Boycott de la commémoration de l’esclavage : le maire de Villers-Cotterêts lâché par Marion Maréchal », NDF du 14/05/2014.

2 « Alstom : Ségolène Royal prend le contre-pieds d’Arnaud Montebourg et soutient GE », Les Echos du 14/05/2014.

3 « Ségolène Royal tacle le gouvernement : « des machos sûrs de leur bon droit. » », Les échos du 14/05/2014.

4 « Anne Lauvergnon revendique son bilan à la tête d’Areva », Les Echos du 14/05/2014.

5 « Areva : le bilan au vitriol des années Lauvergnon. », Le Monde du 13/05/2014.

6 « Tout sauf le mâle blanc : Anne Lauvergnon, une délinquante à la tête d’Aréva », 24/10/2009.

7 « Le Monde une fois de plus à la recherche d’un nouveau directeur », Les Echos du 14/05/2014.

8 « La guerre contre les garçons, partie 2 », Aimeles du 10/07/2012.

9 « Election de Conchita Wurst : la victoire du laid et de l’intolérance », Aimeles du 14/05/2014/

10 « Un homme ne peut survivre en démocratie », Aimeles de mars 2014.

11 « Musée Picasso : Aurélie Filippetti révoque Anne Baldassari », Le Monde du 15/05/2014.

12 « Jill Abramson, la prêtresse du New-York Time déchue », Le Point du 15/05/2014.

162 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Comment le robot recruteur d’Amazon est devenu misogyne », Les Echos du 11/10/2018.

    Ah merde, le robot est misogyne. Et c’est parce qu’il a été pensé par des hommes voyez-vous. Pas du tout parce qu’il sélectionne sur des critères froids, rationnels, et objectifs, non non non !

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Une robe « pas adaptée »: leçon de style de Jean-Michel Aphatie à Aurore Bergé », L’Express du 27/02/2018.

    Vous imaginez la régression pour cette femme : le travail salarié, accepter des limites ? C’est pas ce qu’on lui avait raconté.

    Elle n’a même pas encore compris que travailler professionnellement, c’était se mettre au service des autres. Tout au moins, elle n’a même pas compris qu’il fallait le mimer.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    «  »A son retour de congé maternité, elle découvre un dossier à charge à son nom » », L’Express du 11/12/2017.

    L’employeur n’a plus la liberté de dire qu’une employée ne lui convient pas. L’employée est juge de sa propre efficacité… certainement parce qu’elle est une femme et jugée par un système féminisé.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

      »À 5000 euros par mois, un manager ne doit pas s’emporter » », L’Express du 27/11/2017.

    Dans ces affaires de prud’hommes retraduites par l’Express, il n’y a quasi exclusivement que des femmes demandeuses, dans des situations plus ou moins alambiquées. Le tribunal tranche toujours en leur faveur. Si professionnellement, elles ne conviennent pas, par contre, en matière de récupération de fric par la plainte, elles sont les championnes.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Féminisation de la langue : l’Académie française avance (doucement) », L’Obs du 23/11/2017.

    Mettez une femme à l’académie française et voilà le genre d’opération qu’elle promeut. Le secteur féminisé de la justice lui écrit pour étendre l’étendu des dégâts grammatical. Et cette personne sert de réceptacle à ces demandes décadentes.