Accueil » Moyens déloyaux » Le mariage ou la prison
Antiféminisme Aimeles

Le mariage ou la prison

Publié le 5 novembre 2019 par Léonidas Durandal à 19 h 34 min

supporter le poids de tous leurs échecs. L’accusation de viol ou d’agression sexuelle vient alors réparer l’ego d’une femme qui n’a pas obtenu ce qu’elle désirait d’un homme entreprenant : son engagement.

Là où il est très facile de le constater, c’est lorsqu’une de ces relations entre professeur et lycéenne débouche soit par un mariage, soit par la prison pour l’homme concerné. Vous n’entendrez jamais parler d’agression sexuelle entre un professeur et une mineure de plus de 15 ans, si le dit professeur s’est comporté de manière chevaleresque et a fini par épouser son élève. J’en connais autour de moi. Peut-être seront-ils même célébrés par notre société comme l’est actuellement le couple présidentiel. Par contre, si le dit professeur ne s’est pas contenté d’une de ses élèves, ou si la « proposition indécente » n’a pas obtenu le consentement de l’élève, vous verrez l’affaire portée devant les tribunaux.

A taper sur un moteur de recherche quelconque « professeur, agression sexuelle », vous verrez apparaître des centaines de cas de cet ordre. Le dernier en date est particulièrement significatif.

A Nancy, l’un de ces professeurs s’est tapé plus de dix de ses élèves sur de nombreuses années. Il attendait qu’elles s’en aillent au loin pour en prendre de nouvelles. Il avait seulement omis un détail : le bourrage de crâne exercé par l’université française et la société sur ces jeunes filles après leur départ, et qui finirait par le rattraper.

Voilà donc, une de ces jeunes qui se considère injustement traitée. 1 seule sur plus de 10 en 8 ans, alors que tout le monde doit être au courant comme c’est toujours le cas. Et suite à la plainte de celle-là qui n’a pu obtenir le mariage, voilà que toutes les autres se considèrent soudainement flouées, l’une des 10 allant jusqu’à l’accuser maintenant de viol.

Oh, je peux vous garantir que s’il était resté avec la première de la série, vous n’en auriez jamais entendu parlé. Mais voilà, ces filles là ont retravaillé leur histoire au gré des révélations des autres. Elles ont compris qu’elles avaient été considérées comme de la chair fraîche, et elles ne l’ont pas accepté.

Pour s’en sortir, il aurait fallu que ce professeur puisse maintenir les apparences d’une relation amoureuse unique. Mais à plus de 10, la révélation devenant publique, ces filles devaient se considérer désormais comme des traînées si elles ne portaient pas plaintes. Erreur qu’elles ont réparé immédiatement. Leur réputation est si sauve que toute la société s’est mise à les plaindre.

L’homme est dans une position terrible dans notre société. S’il s’engage, il est privé de droits. S’il oublie son préservatif, il est rançonné. Et désormais, s’il refuse le mariage, il est considéré comme un prédateur sexuel et va en prison. Le mariage ou la prison. Tel est le sens de ces nombreuses accusations de viol sur les campus américains. A tel point que la notion de « consentement rétroactif » est en train d’émerger, et d’être évidemment combattu tant les excès de ces dames ont été importants en la matière.

Dépressions, hommes faussement mis en prison, carrières brisées. Les cas se comptent par 100aines. En France, nous n’en sommes pas à l’ombre d’une prise de conscience. Un professeur femme peut même se permettre d’accuser faussement ses élèves garçons d’agression sexuelle pour se défendre de leurs récriminations, dans ce cas, ce seront ses élèves qui seront sanctionnés. Même les mineurs n’ont aucun droit face à elles, lorsqu’ils sont de sexe mâle. Et ne parlons pas des hommes publics sur qui la jalousie publique joue à plein (voir les commentaires).

Elles se permettent tout au fur et à mesure que tout leur est permis. Et la petite propagande suit son cours pour étendre leurs droits. Or celle-ci est en train d’impacter profondément des hommes qui étaient déjà sous les fourches caudines féministes. Car le chantage implicite « mariage ou prison » ne s’étend pas uniquement entre les professeurs et leurs élèves, ou entre étudiants plus ou moins prometteurs, mais bien à toute la société.

Ces femmes vénales qui connaissent toute la fragilité d’un époux, savent appuyer là où ça fait mal quand elles y ont intérêt. Ainsi, les chantages de prostituées sur des hommes mariés se multiplient, tant et si bien qu’un journal « >

Lire la suite

6 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Meghan Markle en "Mère Noël" : les photos cruellement publiées par "The Sun"" Figaro du 06/12/2019.

    Ici, la prostitution a débouché sur un mariage. Le prince Andrew qui a refusé, se retrouve ostracisé. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "«  Ma mère m'emmène voir mon copain au parloir, car c'est interdit aux mineurs sans un adulte »" Le Point du 10/11/2019.

    Normalement la loi considère ces actes comme des agressions sexuelles sur mineures de moins de 15 ans. Et là, bizarrement, la pratique judiciaire laisse faire. Il y a une loi pour les hommes sous protection d'une femme mineure et une loi pour les hommes qui ne bénéficient d'aucune protection de femme. Pire encore, si l'on considère que la société a tendance à juger ces actes comme de la pédékirastie quand la famille proteste… ici, notre société hypocrite juge de la situation de manière pragmatique : il est difficile d'empêcher les relations sexuelles entre une fille formée et un garçon majeur, en particulier chez les groseilles. 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Alors celle-là, je sais pas comment vous l’avez trouvée cette info, mais ça vaut 10. Que dire ? Pauvre gars. Après une telle expérience, je ne serais pas étonné qu’il se tourne vers des hommes. Non, mais c’est du n’importe quoi. C’est révoltant, absurde, aux limites du croyable. C’est du gorafi. Et la justice qui cautionne ça à cause du discours féministe ambiant. Elles n’ont pas honte toutes ces femmes, juges avocates, et autres ?

      En fait, c’est devenu une agression sexuelle à partir du moment où il l’a traitée de grosse salope ! Le délire.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "«Il m’a détruite»: Adèle Haenel précise ses accusations envers Christophe Ruggia" Figaro du 05/11/2019.

    Par contre, cette lesbienne n'attaque pas la réalisatrice Céline Sciamma, qui l'a embauchée, et avec qui elle a couché… Nous avons affaire à une détraquée qui s'est décidée à témoigner après avoir vu Netherland, un reportage sur les pseudos victimes de Mickael Jackson qui ont poussé ce dernier au suicide tout en se servant grassement au passage en lui extorquant des 100aines de milliers de dollars avec la complicité de leurs parents. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    Quand une femme essaie de sortir de son infantilisation, voilà les réactions des autres femmes en commentaire (et des hommes qui ne conçoivent les femmes que comme des enfants). Il y a pas à dire, l'infantilisation, c'est très confortable :

     

     

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.