Accueil » Art » Le naufrage d’une série télévisée par abus de féminisme (The last Kingdom)
AIMELES Antiféminisme

Le naufrage d’une série télévisée par abus de féminisme (The last Kingdom)

Publié le 4 juin 2020 par Léonidas Durandal à 15 h 42 min

maltraitée, elle répond qu’elle a l’habitude parce qu’elle est une femme. Oubliés les guerriers morts sur le champ de bataille, les hommes, principales victimes des guerres, des conflits sociaux et personnels.

Tout d’un coup, juste avant ce 6ème épisode (SE04), les femmes sont devenues magiquement positives, toutes. Une loi a dû être votée au parlement britannique pour ça. C’est à se poser sérieusement la question puisqu’en France désormais, chaque image négative concernant le sexe faible est proscrite par le CSA.

Les femmes, mais aussi les filles et leurs rôles deviennent invraisemblables. Ainsi, le consentement catholique, seul a protéger les femmes par le passé, largement écorné par la série, n’existe plus quand il s’agit maintenant de marier deux royaumes. La limite de 14-15 ans non plus. Ici, la très très jeune promise de « Mercie »semble être sortie tout droit d’une société traditionnelle mahométane. Allez savoir pourquoi… Si par le passé, des femmes ont été mariées un peu prématurément chez nous, les restrictions à ces abus ont été le fait de notre Sainte Eglise. Mais voilà-t-il pas que dans cette série, les mères s’érigent brusquement contre cette pratique, parce que tout d’un coup leurs intérêts ne coïncideraient plus avec ceux de leur famille ou du royaume. Toujours aussi invraisemblable. Ainsi, la reine de Mercie ne veut pas que sa fille soit mariée sans son consentement à elle (tout un symbole), alors qu’elle aurait tout intérêt que cette petite bâtarde qu’elle a eu avec un Danois le soit (la série a été beaucoup plus réaliste par le passé).

Cette fois, l’anachronisme n’est plus un détail, il est devenu le centre de l’intrigue pour nous faire adhérer au rôle historique mythifié et falsifié des femmes dans le passé. 

Le début d’un épisode d’anthologie (SE04 EP06)

En cette période trouble, la jolie rouquine (prostituée du roi de Mercie) se promène seule dans la campagne et réussit à prévenir Uhtred avant une compagnie entière d’hommes.
Le coronavirus arrive ! Je ne blague pas. Le scénario date de fin 2019-début 2020 et a été modifié pour l’occasion. Il ne faut surtout pas s’approcher des malades. Cependant, cela n’empêche pas un des valeureux héros d’euthanasier au couteau un pauvre bougre. Pas de coup de canif dans le contrat progressiste. 
Le guerrier musculeux et courageux du passé, tremble comme une feuille à cause du virus
Ayant pris le maximum de risque, en exil volontaire avec son chevalier servant qui lui sert la gourde (tout un symbole), notre reine n’attendra pas son preux défenseur Uhtred et s’en ira dans la campagne, sans escorte, persuadée que son amoureux va lire dans ses pensée et la retrouver (non ce n’est pas typiquement féminin…)
Pendant l’absence de la gentille reine de Mercie, le méchant seigneur tente d’imposer son fils efféminé à la tête du royaume.
Face au virus, le méchant roi du Wessex ordonne la fermeture des frontières ! Ce n’est pas sa soeur qui aurait agi de la sorte !
Au choix : les migrants/les Parisiens, vont se réfugier à la campagne pour échapper à la maladie.
A cause de la maladie, quelques poursuivants de la princesse abandonnent la lutte, même si la maladie ne touche que les incroyants, dixit le félon de l’histoire, faisant passer en cela tous les catholiques pour des obscurantistes. L’abandon des cavaliers apeurés est ridicule. 
Même notre viril héros se paye d’une bonne petite promenade à pied dans la campagne. Sa mission : garde chiourme. Qu’il est bon de retourner aux sources !
Dans les sociétés païennes du nord, le corbeau était le messager des dieux, relation entre le ciel et la terre. Je me dis que la série ne va pas s’échouer lamentablement, et qu’elle est en passe de se relancer quand je vois cette séquence avec la princesse malade et le rêve éveillé de la corneille. Mais ce n’était « >

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Interdit d'interdire – Séries télés : nouvel opium du peuple ?" Interdit d'interdire du 24/11/2021.
    Pauvre François Bégaudeau relégué au rôle de réac face à toutes ces femmes avides de progrès ! 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Ratched: Netflix propose un rôle au-dessus d’un nid de coucou" Figaro du 25/09/2020.

    «En revoyant le film de Milos Forman, j’ai vu une professionnelle aux prises avec une institution patriarcale où elle n’est pas capable de dire ce qu’elle pense, ni d’exprimer sa bonté», souligne la fidèle muse de Ryan Murphy .

    Miss Ratched, une des rares descriptions de femme méchante réussie dans la littérature. Un de ces nombreux bourreaux transformé en victime par notre société qui ne supporte plus de voir les femmes telles qu'elles peuvent être. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Comment on en vient à brûler Harry Potter" Le Point du 19/09/2020.

    C'est assez normal effectivement. Quoi qu'on puisse penser de la qualité du récit de Harry Potter, les hommes sont des hommes, les filles des filles, les femmes sont des femmes et les garçons sont des garçons. Assez inadmissible pour le féminisme. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Le Satanisme à Hollywood" Elo veut savoir du 08/06/2020.

    Ben, je ne savais pas trop où mettre cette vidéo, mais comme je trouve le sujet très important, j'ai pensé à le mettre ici, même si ça ne correspondait pas exactement :

     

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.