Accueil » Paternité » Le père, c’est la famille. La famille, c’est la société
AIMELES Antiféminisme

Le père, c’est la famille. La famille, c’est la société

Publié le 30 octobre 2019 par Léonidas Durandal à 22 h 04 min

le père que contraintes et forcées par les circonstances, quand elles ne se suicident pas.

Actuellement, nous vivons une période de suicide. Et ce n’est pas la première fois de notre histoire humaine. La réussite des hommes du néolithique s’est conjuguée avec une quasi élimination des individus de sexe masculin autour de -5000 ans. La disparition abrupte de sociétés anciennes pourtant complexes, nous donne aussi un indice. L’histoire humaine est un chemin semé d’embûches. Avec les moyens qui sont les nôtres, nous pouvons choisir la vie, ou bien la refuser dans un déni qui paraîtra fou à nos successeurs, et pour cause. Chez ceux qui auront survécu, tout concourra à dire, « mais pourquoi n’ont-ils pas voulu voir ? » .

Oui, pourquoi nous ne voulons pas voir l’importance du père, pourquoi voulons-nous le sacrifier sur l’autel ridicule du matriarcat, pourquoi nous évertuons-nous à massacrer nos enfants en parlant de leur propre protection ? Pourquoi parlons-nous de respect de l’environnement quand nous ne voulons même plus nous distinguer de notre environnement ? Partout où la féminisation totalitaire passe, l’herbe ne repousse pas. Aussi inconsciente soit-elle, elle est formidablement forte et destructrice.

Nous naissons de l’eau et vivons de feu. De nos jours nous vivons de l’eau (mère) en croyant pouvoir naître du feu (l’état). L’eau emporte tout sur son passage, éteignant même les plus beaux brasiers. Voilà ce qui nous arrive puisque rien n’est à sa place.

Le père est à la croisée des chemin. Entre la société et la mère. Entre la culture et la nature. Entre la femme et ses enfants. Entre la logique et les affects. Au milieu de tous, il est nécessairement imparfait. Son rôle doit d’autant plus être célébré qu’il est ingrat et difficile. Voilà qui n’est plus fait lorsqu’une civilisation se délite.

11 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonjour M. Durandal,

    J'espère que vous allez bien. Malgré mon amour de la France, je me dois de dire qu'un de vos plus ''éminents représentants'' a ramené sa merde à Montréal récemment (les Québécois dans la vidéo sont pleinement eux-mêmes, i.e. des raclures bons pour l'extermination) : https://www.youtube.com/watch?v=JwmmUvS78AM

    Notez bien ce que dit la fille blonde à un certain moment au sujet de son ''amoureux''.

    Enfin, notez aussi que dans une station de métro, ils se sont comportés typiquement comme des racailles dans la RATP : ils ont sautés par-dessus les tourniquets au lieu de payer leur droit de passage.

    Si j'étais Maire de Montréal, non seulement l'Igloofest n'aurait pas lieu, mais de tels individus seraient refoulés à l'aéroport. D'autres, exécutés. 

    Enfin, quant à la présence de ces Français et Franco-Maghrébins à Montréal (peut-être aussi Belges et Suisses), ils n'apportent que leur chaos général, dont la fête n'est qu'un aspect, et dont on voit le caractère invivable en France et en Belgique.

    Cordialement,

    Cyrus

    P.S. Il y a des élections municipales à Montréal en novembre 2021. Ça me démange d'y retourner, mais Dieu ne le veut pas.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Il a un beau visage et un corps magnifique, celui de l’effondrement social. J’ai mal pour la blonde. J’ai mal pour le mec de la blonde. J’ai mal pour tous les hommes québécois.
      Là, c’est certain, qu’ils vont construire un truc vraiment sérieux.

      Du côté de la production, le type qui fait la vidéo est à peu près habillé correctement. Il parle sans vulgarité. Et j’ai l’impression qu’il ne sombre jamais dans le dénigrement et je trouve ça pas mal.

      • Ping de Cyrus de sexe male:

        Bonsoir M. Durandal,

        Je vous remercie de votre réponse. Cependant, je ne la comprend pas entièrement. Lorsque vous écrivez '' Il a un beau visage et un corps magnifique, celui de l’effondrement social '', à qui référez-vous ? Ensuite, lorsque vous écrivez '' Là, c’est certain, qu’ils vont construire un truc vraiment sérieux '', parlez-vous de la capacité de ces gens à faire société, à bâtir une société décente pour tous et à laisser un héritage sain aux prochaines génération ? Ou bien ironisez-vous ?

        Il parle certes sans vulgarité, néanmoins il transpire la vulgarité. Ne trouvez-vous pas ?

        Enfin, lorsque vous écrivez '' Et j’ai l’impression qu’il ne sombre jamais dans le dénigrement et je trouve ça pas mal '', j'ai l'impression que vous me critiquer indirectement, peut-être dut à l'utilisation de certains termes grossiers dans mon premier message. Me trompai-je ?

        Cordialement,

        Cyrus

         

         

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Bonjour M Cyrus,

          Pour le visage joli en forme d’effondrement social, je parlais de celui de la blonde. Ne la trouvez-vous pas exceptionnellement belle ?

          Pour le deuxième point, c’était de l’ironie.

          Quant à cet homme « journaliste », je ne parlerais pas de vulgarité. Dans votre religion, je crois qu’il y a un concept très important, qui est l’absence d’hypocrisie. J’ai plutôt l’impression qu’il est là dedans. Mais je n’ai vu qu’une de se vidéos et je ne compte pas en voir d’autres à l’avenir.

          Enfin, merci beaucoup de me faire assez confiance pour me poser la question de mes propos cachés. En l’occurrence, je n’avais pas d’arrières pensées quand je disais qu’il ne sombrait pas dans le dénigrement. Je ne pensais pas du tout à votre propre dénigrement de ce monsieur. Et maintenant que vous le dîtes, je crois que nous pouvons dénigrer l’attitude de certaines personnes pour des raisons objectives. Le mal serait de le faire a priori, de prendre tout le monde pour plus idiot qu’il n’est, sans savoir. Vous n’avez pas fait ça, et cet homme non plus.

          M.D

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Mode masculine : le costume n’est plus de coutume" Libération du 17/12/2019.

    Voilà le résultat le plus dicible de la féminisation. Les hommes deviennent fantaisistes au travail. Ils n'ont plus d'armure, de costume. Ils se rabaissent pour s'intégrer à un groupe féminisé. 

  3. Ping de Guy Bernard de sexe male:

    Bonjour

    Votre article est sacrément limpide quant à votre mise en garde contre la déchéance de notre société actuelle. Moi mème , j'ai tenté de créer une famille lors de mes anciens amours avec certaines femmes. A chaque fois cela c'est soldé par un échec , car simplement ces femmes m'ont quittées , dès lors ou j'imposais au sein de la cellule familiale  ,que j'avais moi mème tenté de créer, mon role fort masculin (que je savais intuitivement nécessaire) et  fut  tout bonnement bafoué insidieusement , simplement utilisé à l'avantage matériel de ces sirènes.  Il en résultait que je préférais m'abstenir d'avoir un enfant avec elles. ……………..Aujourd'hui je n'ai aucun regret de ne pas avoir eu d'enfant , car je sais simplement que cela n'aurait rien changé à ma solitude du moment. A ma stupéfaction,  les souffrances sont telles des hommes que jamais elles ne sont ni abordées ni dénoncées, et je vois tant d'hommes basculer dans leur propres déchéances que j'ai l'impression d'assister à une guerre de tranchée identique à la grande guerre , ou l'on prend à peine le temps de ramasser les cadavres sans se soucier de savoir pourquoi et comment ils sont tomber au champs d'honneur d'un matriarcat scélérat . 

    • Ping de herve de sexe male:

      tu étais certainement trop normal et elles revent secrétement des pires males, c'est leur désir coupable, meme la science l'explique par la triade noire les femmes sont des survivalistes pas des romantiques, elles veulent vibrer meme si elles doivent prendre des coups, leur nature mise en liberté abouti au chaos pour tous !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Du coup, je n’avais pas vu passer votre commentaire. Simplement pour vous dire que je trouve cela dommage que des hommes tels que vous n’aient pu fonder une famille dans des conditions acceptables. Comme dit Hervé, le chaos semble être devenu notre horizon. Moi, je me bats pour qu’il y ait une réaction parmi la nouvelle génération, qu’ils soient armés surtout, qu’ils mènent au moins la guerre qui leur a été imposée.