Accueil » Etat de droit et politique » Le plan personnel féminin et le plan général masculin
Antiféminisme Aimeles

Le plan personnel féminin et le plan général masculin

Publié le 2 novembre 2016 par Léonidas Durandal à 13 h 16 min

Découlant de la différence sexuelle, voici l’altérité la plus notable entre hommes et femmes. Les femmes discutent à partir de cas ou de ressentis personnels. Les hommes essaient d’avoir une vision globale du monde, de la politique et des individus.

L’immigration

Prenons l’exemple de l’immigration de masse. Pour la plupart des femmes, ce phénomène est vu à travers le prisme de l’individu. De droite, elle se posera la question de savoir si ce changement va la mettre en danger physiquement, si elle risque d’être violée, si elle perdra en sécurité dans les rues et plus généralement dans les lieux qu’elle fréquente. De gauche, elle fera appel à l’humanité des immigrés, la nécessité de les traiter de manière personnelle, de leur offrir de l’aide.

Jamais un homme, exception faite des hommes féminisés, ne se posera la question sous ces angles. Il s’interrogera sur le nombre de places d’hébergement, la situation de l’emploi dans le pays, les possibilités d’intégration, le risque de submersion, les relations entre groupes culturels. Il comprendra vite que les ressources de son monde sont limitées et qu’il faut faire des choix entre individus, et que sinon, tous en pâtiront.

Ces choix pour une femme sont incompréhensibles, voire inacceptables, car pour elle, tous les individus seront d’abord éminemment respectables. A la rigueur, elle remettra en question ses idées politiques si ses ressources familiales sont attaquées, ou si ses enfants sont violentés par exemple. Ce jour-là, l’autre pourra devenir son ennemi. Mais il le sera parce qu’à un niveau personnel, elle aura été affectée.

La femme accède à la compréhension du général par le personnel, et mal. Ce qui provoque des angoisses chez elle. Comme lorsqu’un homme est bousculé par des considérations intimes, la femme est déstabilisée par des réflexions d’ordre général. Dépassée dans ce cas, elle chargera l’homme de calmer ses terreurs en le rendant responsable de son impuissance. Droitisée, elle exigera de lui la sécurité, se dira mal à l’aise dans les rues, face au mouvement migratoire. Gauchisée, elle voudra qu’il mette en place les conditions d’un accueil sans limite pour tous les pauvres de la terre.

Face aux échecs de l’homme, ou face à ses refus, elle protestera, et à l’extrême, se retournera contre lui s’il est trop faible. La politique migratoire « d’accueil » vue par les femmes, oscillera donc entre la peur panique, et une allocation des moyens aléatoire, qui comblera ses attentes individuelles, les siennes ou celles de ceux qui peuplent son imaginaire.

Dans C Polémique « La France : terre d’accueil ou de rejet », le débat tourne vite à l’affrontement entre deux hommes qui défendent des principes généraux et deux femmes qui défendent des principes personnels :


 

Pour les femmes, il en est de la place des étrangers comme de toutes les autres questions de société. En consommatrices, elles ont tendance à penser que les « moyens » peuvent régler tous les problèmes, par magie, comme dans le milieu du professorat dont le budget a explosé ces dernières décennies parce qu’elles ont été écoutées, tandis que le niveau de l’école s’effondrait. Incapables de s’interroger sur leurs responsabilités, elles interrogeront toujours celle des hommes. Elles voudront que le monde fonctionne comme elles, et elles jugeront que tout va mal sinon, surtout au fur et à mesure qu’elles deviendront majoritaires dans un secteur d’activité.

 

L’école

A l’extrême, l’intelligence logique est rejetée pour être remplacée par l’intelligence émotionnelle. C’est assez flagrant dans l’enseignement. La compétence du coeur, naissant de l’intimité, était la prérogative féminine par excellence. Or les femmes fuyant leur famille ont fait baisser, et le niveau du quotient intellectuel, secondaire pour elles en tant que professeur, mais aussi le niveau du quotient émotionnel, parce que s’occupant moins de leurs enfants. Parmi le professorat, les cours de langue, artistiques, expression, ont pris le pas en France sur les cours de sport, mathématiques, technologie. Et au bout de 30 ans, le niveau des élèves en matière de logique a fini par s’effondrer dramatiquement. L’histoire a suivi son cours, de manière implacable. 

Du côté de l’Etat, certains en sont d’abord arrivés à s’interroger sur leur rôle et à s’approprier la question. En premier lieu, personne n’a voulu se poser la question de la baisse du niveau. Les femmes investissaient l’enseignement comme le reste, pour le « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

17 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Karin Slaughter : « La tribune Deneuve a tant fait rire les Américains » », Le Point du 08/03/2018.

    Ou comment prendre ses désirs pour la réalité. Ses compatriotes ont élu Donald Trump, et ils se moquent bien d’idiotes comme celles-là.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « L’appel de Trump a fait « pleurer » la veuve d’un soldat tué au Niger », L’Express du 23/10/2017.

    « Donald Trump est empêtré dans une nouvelle polémique, niant avoir dit à la veuve d’un soldat mort au combat que son époux « savait ce pour quoi il s’engageait ».

    En même temps…

    Voilà l’utilisation d’un drame personnel pour déstabiliser une nation.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Jean-Marie Le Pen – Zemmour et Naulleau sur Paris Première »

    Toutes les questions de la journaliste portent sur sa relation à sa fille et sa petite fille. Toutes les questions des hommes sont des questions politiques :
     

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Quand l’accouchement se vit dans la violence », Figaro du 18/04/2017.

    Il ne s’agit plus de soigner, il s’agit de prendre l’émotion des femmes en compte. Voilà pourquoi le niveau de notre médecine est devenu ce qu’il est.

    Les femmes ont voulu quitter la maison pour accoucher à l’hôpital parce qu’elles avaient peur. Aujourd’hui elles ont peur de l’hôpital. Rien ne saurait résister à ce mouvement d’hystérie.

    • Commentaire de kasimar:

      Ben voilà ce qui arrive quand on veut professionnaliser certains domaines, en l’occurence l’accouchement. Jadis, c’étaient les sages femmes(quoi de mieux qu’une femme qui plus est expérimentée en la matière pour prendre en charge une débutante ?) qui s’en chargeaient, désormais on parle d’auxiliaire puériculteur(trice) sans parler des gynécologues ou des « professionnels » de l’intimité de ces dames, sans se soucier réellement de leur pudeur.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Polémique autour d’un allaitement dans un commissariat », Le Point du 14/04/2017.

    Si vous rajoutez cela à l’effet ruche, vous avez une femme qui tente de faire pression sur la société en utilisant son sein. Dans un système légitime, ce serait même inenvisageable. Mais désormais…

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « «Je leur en veux», le ressentiment d’Anne Hidalgo contre Hollande, Valls et Macron », Figaro du 12/01/2017.

    Anne Hidalgo se croit dans une famille. Elle imagine que les idées de gauche sont très valables et que seuls les personnes qui les incarnent ont été incapables de les mettre en pratique. Voilà l’exacte définition d’une absence de remise en question politique : elle s’attaque aux personnes au lieu de se demander pourquoi ses grandes idées sont inapplicables. La démagogie personnelle des femmes à la tête de l’Etat à de beaux jours devant elle. Elle est quand même maire de Paris.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) La guerre en Syrie par Nicole Ferroni du 14/12/2016.

    Bon ben au moins, elle reconnaît en tant que femme qu’elle n’y comprend rien et que la guerre c’est moche. Il aurait fallu peut-être que France Inter y pense avant de lancer tous les idiots utiles dans celle-ci, il y a 4 ans. Bravo les hypocrites qui ont soutenu une petite minorité de réformistes naïfs, puis carrément de terroristes sanguinaires, avant de se couvrir de mensonges pour éviter la honte de dire une seule fois dans leur vie : « Nous avons eu tort » :

     

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Trois sociologues ont étudié le harcèlement de rue à Bordeaux, leurs conclusions sont inquiétantes » Huffington du 25/11/2016.

    Il faudrait prendre en compte la souffrance personnelle de chaque femme ? De la folie furieuse.

  9. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Ces femmes qui défendent D Trump envers et contre tout » BFM du 08/11/2016.

    Elles le défendent toujours pour des raisons liées à la personne.

  10. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Pour une imprescriptibilité des crimes sexuels » Pétition du 02/11/2016.

    La souffrance des femmes est considérée forcément comme légitime. Le mensonge, les fausses déclarations, et la responsabilité des femmes n’existent pas dans ce texte. 1 femme a été victime, il faut que tout le système mette en place des solutions impraticables et dangereuses pour l’équité et la justice. Un délire complet.

  11. Commentaire de Djé:

    Rions un peu avec les décisions de « Justice »…

     

    http://www.20minutes.fr/strasbourg/1955395-20161105-lorraine-couple-condamne-avoir-viole-fillette-5-ans

    30 ans de prison pour le viol d’une petite fille par un homme…

    Soit.

    http://www.20minutes.fr/societe/1908051-20160812-jacqueline-sauvage-pourquoi-tribunal-refuse-liberation

    10 ans de prison pour le meurtre d’un homme par sa femme…

  12. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « A Matignon : sole à tout prix pour B. Ayrault », Breizh du 05/11/2016.

    Pendant que monsieur fait de grands discours sur la pauvreté, madame la prof gauchiste d’Allemand exige de la sole à 100 euros le kilo hors saison.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription