Accueil » Rire » Le pot au feu et la rose
AIMELES Antiféminisme

Le pot au feu et la rose

Publié le 9 octobre 2017 par Léonidas Durandal à 10 h 26 min

14pt; »>La rose

La femme sentimentale qui tombe éperdument amoureuse, qui agit sur un coup de folie, un coup de génie, qui sent de manière instinctive l’autre, qui donnerait sa vie pour ses proches, qui abat les volontés quand un désir surgit en elle (ce que femme veut, Dieu le veut), qui incarne le beau, la candeur, la vie même, une Sainte Thérèse de Lisieux bonne en tout, savante dans sa foi, intelligente dans ses émotions, oui tout cela existe, et même plus.

Si les auteurs se sont moqués des femmes, ils les ont aussi remerciées des millions de fois de les avoir éveillés et fait grandir.

 

La délicate évolution de la rose et du pot au feu chez la femelle humaine

Jeune fille non réglée, elle est entièrement rose rose. Elle apprend à intégrer l’exemple du rouge et du blanc de ses parents. A la puberté, la rose se teinte progressivement du blanc au rouge, jusqu’à devenir écarlate autour de 16-17 ans dans notre société actuelle. Elle est alors mue par son instinct sexuel. Dès lors, la rose va progressivement laisser place au pot au feu. Autour de 24 ans, la fille a atteint son maximum en terme de lucidité, jusqu’à ce qu’elle trouve un mari. A 28 ans, en général, c’est fait. Au maximum 30-35 ans dans les grandes villes. Dès lors, la rose va réapparaître teintée de blanc immaculé. Sa descendance assurée, à 40 ans généralement, la femme va retrouver la naïveté d’une jeune fille en début de puberté, et croire enfin à l’amour, le vrai. Avant, elle aura pu mâtiner son pot au feu de quelques aventures extra-conjugale, mais cela n’aura été que pure volonté d’enrichissement de son patrimoine génétique. Quant à la suite, il est inutile de l’étudier, car la femme n’étant plus féconde, et pour paraphraser le général de Gaulle, il ne s’agit là que de bagatelle. 

 

Une coexistence assumée entre pot au feu et rose

Un autre que moi a écrit que le coeur des femmes françaises allait au vaincu et leur cul au vainqueur, ce qu’un Allemand m’a bien confirmé avec une sorte de nostalgie rêveuse à moitié revancharde, 70 ans après (ah l’entêtement…). Mais je ne crois pas que ce soit une spécialité bien française bien que la réputation de nos femmes ait largement dépassé les frontières allemandes, pour conquérir le monde.

 

Nous le savons, nous le voyons, nous les fréquentons, nous connaissons aussi leur histoire, leurs jubilations tout juste cachées, leur cyclothymie puisqu’il nous arrive de la subir et plus rarement de nous en délecter. Et en cela, les femmes resteront les femmes. Les Françaises sont seulement en avance sur leur temps. Sachons réagir en tant qu’hommes et apprenons à dompter la bête.

Le pot au feu et la rose coexistent donc chez la femme, ce qui a le don de troubler les hommes. Jeunes, ils ne veulent voir que la rose, et sont bien déçus de tomber sur le pot au feu. Mariés, ils ne voient plus que le pot au feu, et ne savent plus parler à la rose. La relation se délite.

Du côté de la femme il en est tout autrement.

Au début, la femme est une rose peu exigeante qui se satisfait du beau pot au feu qui lui est présenté sous forme de désir masculin passionné, surtout s’il est pourvu d’un avenir radieux. L’étincelle a pris feu entre les deux amoureux. L’homme a été séduit par un corps, pas forcément idéal, une personnalité avec ses manques, une femme humaine qu’il divinise à l’image de sa maman tout petit enfant. Au bout de 3 ans de couple, l’homme va être réceptif à une première forme de lucidité. Au contraire, la femme va commencer à vouloir rêver. Après 7 ans de couple, alors qu’il est entièrement engagé, père d’une descendance plus ou moins nombreuse, l’homme percevra parfaitement le pot au feu chez sa femme. Quant à la femme, elle en aura soupé du pot au « >

Lire la suite

12 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Twitter, un outil aussi utile qu’opprimant pour les femmes », Le Monde du 06/03/2019.

    La journaliste a réussi à se plaindre de ce qu’elle se prévaut en tant que femme. En 10 mots. Un record à ajouter dans le guiness féministe de la pleurniche.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Bill Burr – Les putes à fric » ERTV du 21/12/2018.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Paternité grise. Abusée par un immigré clandestin pour des papiers, elle témoigne « , Breizh du 23/10/2018.

    La rose s’est prise le pot au feu dans la tronche. Ce serait bien d’interviewer le père pour connaître sa version des faits ! Nous découvrions une 3ème version qui ne manquerait pas de sel à mon avis.

  4. Ping de Manuela:

    Et dans le même genre vous devriez faire un article qui s’adresse aux femmes « la caisse à outil et l’artichaut ».

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Harcèlement sexuel: Emma de Caunes accuse à son tour le producteur Weinstein », L’Express du 09/10/2017.

    Le pot au feu : « il va m’offrir un bon rôle de pute progressiste dans l’un de ses films, et plus si affinités. »

    La rose : « il ne m’a pas fait la cour, je vais donc l’envoyer en prison »

  6. Ping de soircynique:

    La seule chose que je tiens pour étrange est de savoir pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien. Tant qu’on ne sait pas répondre à cette question j’en conviens Léonidas, il faut rester humble et se garder de toute rationalité par trop arrogante.

  7. Ping de soircynique:

    L’amour c’est quoi ? Un processus chimique. Rien d’autre. Une ruse de la nature pour nous forcer à nous accoupler et faire des enfants.

    Car voilà le but de toute chose vivante. Que veut la vie ? elle veut la vie. Qu’est-ce que la vie ?. Un désir d’être et de puissance d’être. C’est vrai pour nous comme la bactérie qui se développe sur une éponge. Tout le reste est une fable romantique ou religieuse.

    Seulement voilà ce pot au feu chimique, les sciences ont démontré qu’il est éphémère et nos anciens le savaient.

    Alors on a créé des institutions et des lois de toutes sorte sur la filiation, le mariage, le divorce, les gardes d’enfants puis à l’époque moderne des aides sociale et une fiscalité pro mariage-enfants. Histoire que les gens restent à table de grès ou de force.

    Allons au fond du fond. L’univers et un lego de molécules et d’atomes, les molécules étant elle mêmes composés d’atomes. Tout au final se résume à une question d’assemblage. Entre un humain ou une pierre c’est une question d’organisation de la matière.

    Nous sommes nés poussières et retournerons poussière.