Accueil » Enfance détruite » Le sacrifice de Fiona
AIMELES Antiféminisme

Le sacrifice de Fiona

Publié le 25 octobre 2013 par Léonidas Durandal à 11 h 34 min

entamé, en mettant le dernier enfant qui leur reste à massacrer, dans une famille d’accueil ou en le laissant chez les parents de la mère homicide. Quant à vos quotidiens féministes, n’en parlons même pas, eux qui ont montré ces mères de familles aller déposer une fleur en l’hommage de la petite Fiona, et qui ont trouvé cela touchant, ces mêmes mères qui quelques années auparavant avaient certainement signé tout un tas d’attestations pour que la mère homicide puisse facilement martyrisé ses filles par l’intermédiaire d’un partenaire sexuel quelconque, tout cela parce qu’elle était mère, tout comme elles, et qu’entre femmes, il faut se soutenir face à la gente masculine. Tous et toutes, de belles pourritures, dotées d’une conscience vierge de toute culpabilité, tout comme nos juges, tout comme l’aide sociale à l’enfance quand il s’agit de traiter équitablement (et je n’ai même pas dit de manière égale) les pères.

Voilà ma colère est forte, car encore une fois, nous allons rester encore comme des cons face à l’incompréhension puérile d’une société qui ne voit que par les femmes et qui ne favorise que l’oppression des hommes, ici des pères. Personne n’accusera, personne ne dira, parce que paraît-il il faut aimer avant de juger. Eh bien non, quand on ne sait pas où est le mal, on ne sait pas où est l’amour non plus. Aujourd’hui, sous prétexte d’amour envers nos femmes, nous en sommes arrivés à laisser nos filles crever. Jolie compassion que je vous laisse, vous sans morale, vous qui ne croyez pas que le mal existe, vous qui parlez toujours de droits des femmes et jamais de leurs devoirs, vous qui au final, ne savez plus aimer, vous, saloperies de féministes. Cette société du divorce et des avortements, du mariage homosexuel, et du droit de tous sur les plus faibles, est une société inhumaine, débile, basse, régressive et qui va d’un seul mouvement, toujours plus bas, en dessous de notre animalité.

131025fiona5

Pour toutes ces raisons, il est temps que la société soutienne enfin les hommes et les pères en particulier dans leurs familles. Il est temps que le père de Fiona retrouve sa fille, aussi féminisé soit-il, et que le couple homicide aille reposer durant une très longue période, derrière les barreaux. Ainsi, le simple bon sens devrait gouverner notre société pour que nous retrouvions un semblant de cohérence.

Références :

Les débuts de l’affaire Fiona : actu voila 26/09/2013

Le père de Fiona ne pouvait plus voir ses filles à cause de la mère. Elle le « renvoyait chier » selon ses propres termes, et le nouveau compagnon de la mère l’insultait et l’empêchait d’avoir des contacts même téléphoniques : Auvergne France 3 du 25/09/2013

Bagarre autour de la résidence, pauvre maman qui a quitté tous le père de ses enfants pour aller vivre un enfer ! Figaro du 30/09/2013, La mère de Fiona sous l’emprise de son compagnon.

La mère de Fiona a enterré son enfant, mais elle l’aimait : Figaro du 02/10/2013

Et pour aller plus loin :

Articles connexes Brice Bernard, les filles mères open cuisse, ou encore ici sur les familles monoparentales.

Elle emmène l’enfant à son beau-père pour qu’il se fasse violer au parloir : DNA.fr du 23/09/2013

17 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Procès Fiona: le mystère Cécile Bourgeon, « mère indigne », « mordue d’enfants » », L’Express du 16/11/2016.

    Pourquoi donne-t-on des subventions pour que de telles femmes fassent des enfants ?

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « La mère de Fiona veut sortir de prison », Le Parisien du 13/04/2016.

    A part ça  tout va bien.