Accueil » Domination féminine » Le totalitarisme de l’intime permis par le féminisme
AIMELES Antiféminisme

Le totalitarisme de l’intime permis par le féminisme

Publié le 7 mars 2022 par Léonidas Durandal à 11 h 54 min

Le discours ambiant nous habitue à l’intervention du groupe dans notre intimité. Vous avez de moins en moins de place pour penser et ressentir, ou même vivre de manière autonome et différente.

La première de ces interventions a probablement été justifiée par les « disputes de couple » qui ont été rebaptisées « violences conjugales ».  Avant, ces désaccords, qui allaient jusqu’au « drame passionnel », étaient déplorés par la société comme autant de phénomènes inévitables, et surtout dont les individus avaient la responsabilité. Désormais, les structures familiales s’étant appauvries, la société s’est mise en tête d’endosser ce rôle protecteur, et de soustraire cette responsabilité aux individus et aux familles. Quand l’homme violent d’hier était écarté par un environnement humain, il est désormais emprisonné et interdit de circuler où il veut par les forces de l’ordre. Les femmes subissant un drame passionnel, sont devenues des victimes de féminicide, c’est à dire, non pas victimes de désordres sentimentaux, mais des sortes de victimes émissaires de la déstructuration sociale.

La société a organisé la déstructuration des familles, du coup, le groupe culpabilise quand une femme meurt alors qu’elle a été mise sous son unique protection. Il faut donc, en réaction, organiser une répression terrible contre les auteurs de ces crimes, répression surtout médiatique, auteurs qui remettent en cause directement la compétence de la collectivité. Qu’importe la réalité psychologique réelle de ces femmes, parfois en attente de coups, qui se dénigrent et aiment se dénigrer. Qu’importe également que les séparations soient par essence violentes parce qu’elles toucheraient à ce que nous avons de plus intime. Les femmes ou les hommes impliqués importent peu finalement. Leur drame personnel n’est qu’un prétexte à ordonner une société où la notion de famille doit être combattue, car elle génère toutes ces inégalités dont la société veut se départir par souci d’apaisement.

Car au lieu de s’attaquer à la jalousie que les individus nourrissent entre eux, notre société déchristianisée n’a rien trouvé de mieux que de supprimer les différences inter individuelles. Or la jalousie persiste et chaque différence, aussi petite soit-elle, devient alors l’objet d’une haine de plus en plus féroce, d’autant plus que le phénomène psychologique a été nié.

La suppression des différences n’appelle pas à une société plus harmonieuse, mais au contraire, de plus en plus violente où le moindre dépassement génère des angoisses parmi des individus devenus hyper-sensibles. Du coup, pour éviter de choquer ces personnes enfermées dans leurs illusions indifférenciatrices, il ne faut plus qu’un seul individu dévie de la norme, et il faut le pourchasser là où il est. L’intervention de ces danseurs à pulsions homosexuelle dans une église, s’est faite au nom de l’homosexualisme que l’Eglise catholique devrait pratiquer, c’est à dire l’indifférenciation des sexes. Vous me direz que ces provocateurs évitent d’aller dans des mosquées ou des synagogues, alors que ces lieux vivent aussi de différence sexuelle. Cependant la réaction violente des mohamétans et victimaire des juifs, confronterait les auteurs de ces blasphèmes à une différence qu’ils ne veulent surtout pas envisager. Pour éviter d’être mis face au réel, ils chassent donc la bête malade du troupeau, l’Eglise catholique, s’attaquant aux uns et aux autres à mesure qu’ils peuvent le faire. Et en dehors de notre Eglise actuelle, qui de plus faible que cet individu privé de structures familiales ou religieuses et qui adhère profondément à la vision égalitaire du collectif ? Celui-là est donc poursuivi jusque dans son intimité. Il n’est plus question de guider les gens par des préceptes millénaires, en jouant sur la liberté de conscience, tel que l’envisageait l’Eglise catholique. Il faut pourchasser les mal pensants. L’uniformité des médias dominants et la censure impitoyable exercée à l’encontre de sites aussi petits que le mien, participe de ce mouvement.

Mais cette idéologie totalitaire ne s’arrête pas là. J’ai déjà évoqué les mesures de répression légales. Elles s’étendent désormais à des faits aussi subjectifs que des relations sexuelles entre individus sexuellement matures requalifiées de violences sexuelles (ici dans le sport), mais surtout, une tendance à demander à l’accusé de prouver qu’il est innocent, au lieu pour la société, de prouver qu’il est coupable. Ainsi, des hommes sont condamnés sur simple déclaration d’une femme, qui les accuse de violences, sans qu’il ne leur soit possible matériellement de prouver leur innocence. De nos jours, la société préfère condamner une foultitude d’innocents, hommes, que de laisser un seul coupable, homme, impuni.

 

Le summum  du contrôle légal dans la famille est exercé par l’ASE qui autorise la privation de droits parentaux au nom de la protection de l’enfance. Cette structure qui devrait accompagner psychologiquement les familles en difficulté et à l’extrême rigueur placer quelques enfants, est une usine à rééduquer selon les préceptes de l’état. Voilà comment l’état compense l’irresponsabilité permise par la multiplication des mesures sociales : en contrôlant une majorité d’innocents dans ce qu’ils ont parfois de plus cher : leurs enfants. Et ceci en faisant peser une menace terrible sur toutes les autres familles qui n’ont pas eu affaire à elle.  

Un stade au-dessus dans le contrôle de l’intime : notre société tolère la revendication des féministes à organiser les taches ménagères des couples. Les travaux de chacun des deux sexes sont minutés par les sociologues gauchisants, et l’homme qui ne se plie pas aux critères de propreté de sa femme, est immanquablement culpabilisé. Il faut que les rôles sexués soient confondus malgré les attentes des individus, qui ne s’épanouissent que dans la différence.  

Plus inquisiteur encore, la notion de « charge mentale » oblige les hommes à assumer les souffrances affectives de leur femme concernant l’organisation du ménage. Si une femme se sent lésée ou même fatiguée, la responsabilité en revient à l’homme qui ne partagerait pas assez cette « charge mentale » ou qui ne saurait pas la prévenir chez sa femme (l’ambiguïté nourrit le contrôle).  Ainsi, les féministes entérinent l’idée que non seulement, une personne doit se plier aux sentiments d’une autre pour faire son bonheur, mais loin de se concentrer sur des actes objectifs, elles interviennent dans l’intimité des sentiments des couples. 

Toujours à même de persister puisqu’elles n’arrivent à rien, les féministes se sont dit qu’il fallait pousser encore plus loin le viol des intimités en intervenant sur les fantasmes des hommes et des femmes. La lutte féministe contre la pornographie ne se mène pas au nom de l’élévation des hommes, mais parce que cette pornographie leur ferait perdre le contrôle des désirs masculins. Ainsi les fantasmes de « domination masculine » sont pointés du doigt. Qu’importe d’ailleurs pour celles-là que ces fantasmes soient particulièrement appréciés des femmes, il faut traquer les mal bandants. 

Je crois que la cerise sur le gâteau concerne la langue elle-même. La langue est au centre des questions intimes car elle fabrique la pensée. Les grammairiens en font une structure logique, les féministes une revendication politique, quitte à tuer toute cohérence interne à la langue (en matière de simplicité par exemple). « L’inclusivité » de la langue, concept qui propose la féminisation des adverbes, et de tous les neutres-masculins, par exemple, nous oblige à penser constamment à la manière dont nous parlons, soit-disant pour respecter les femmes. Disons plutôt qu’il s’agit là d’une nouvelle torture psychologique ayant pour objet de nous laisser dans une forme d’impuissance et donc de culpabilisation permanente, d’autant plus que cette écriture inclusive est impossible à prononcer (« iel se sont pris.e.ses el tête immanquablemente« ).   

L’intervention féministe dans le cadre public n’est pas en peine de favoriser une forme de totalitarisme (dernièrement dans les entreprises qui doivent appliquer des « mesures égalitaires »).

Il en est de même dans le cadre strictement intime. Cette volonté d’obliger les consciences me rappelle la répression que les premiers chrétiens ont subi. L’état entendait que les chrétiens vouent un culte à césar, et entrevoyait cette religion rétive à ce culte comme d’une menace publique. De nos jours, il ne faut pas dire que le féminisme, c’est un grand n’importe quoi, et il ne faut surtout pas agir comme le bon sens nous l’ordonne, ceci au nom du contrôle des femmes sur la société. Voilà qui écarte les hommes et les femmes les uns des autres, en les trompant sur leurs aspirations réelles, tout cela parce que cette société a peur des enfants, des familles et du renouvellement des générations. Pour asseoir son pouvoir, elle joue de toutes les peurs et le manque de sécurité au féminin, femmes qui dominent la société démocratique parce qu’elles y sont majoritaires et y exercent un double pouvoir moral et social. Engoncée dans ses peurs, notre société féminisée en est arrivée à piocher des ressources humaines dans les pays pauvres pour assurer sa propre reproduction, culture de mort qui aboutira à l’effondrement de la dite société, s’il ne s’agit pas de l’effondrement d’une bonne partie de la civilisation occidentale. Le féminisme n’est qu’un moyen de stérilisation social de la part de femmes et d’hommes animés par le diable. Aucune de leurs revendications n’a abouti à un mieux être, même des femmes, qui sont devenues des assassins potentiels grâce à l’avortement. Mortes et promouvant la mort, jusqu’au bout, jusque dans nos âmes à vrai dire, car tel est le but réel du diable : détourner les consciences de la Vie.  

 

12 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "L'instant UA – Le mur des insultes de Lucioles" Université d'Angers du 30/03/2022.

  2. Ping de Que la volonté De dieu soit toujours faite de sexe femelle:

    Bonjour,

    J'étais en train de réfléchir,je me disais que j'ai deux amies,qui ont la même foi que moi, toutes sont antifeministes(je précise qu'on ne s'est pas influencer mutuellement impossible elles ne se connaissent pas et c'est elles qui ont commencé à me parler de cela mais je l'étais déjà)je pense qu'il y a un lien entre la croyance en Dieu et l'antifeminisme.

    Contrairement les athées ou faiblement croyant que je connais sont féministes.

    Donc je sais pas pour vos observations et d'où cela proviendrait t'il.

    Je me dis que Dieu remet l'ordre en place quand on lui donne sa vie et qu'il nous change de l'interieur et nous donne Ses vérités je sais pas si je m'exprime bien je pense que non.Ca c'est ma vision de croyante mais si vous avez une autre explication je veux bien.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour Madame,

      J’avais déjà édité une vidéo sur le sujet pour commencer à en parler en 2014 : https://www.aimeles.net/la-religion-antifeministe-en-ferment-chez-les-enfants/. Je ne croispas avoir tellement développé le sujet depuis. Mais oui, je crois profondément que la religion joue, comme avec le covi. Car les gens qui ne sont pas croyants n’ont aucun repères et se laissent mener par le bout du nez beaucoup plus facilement. Grâce à Dieu, naît la conscience, et la confiance, cela va ensemble. Tous ces gens a-religieux vivent beaucoup plus dans la peur. Ils sont obscurantistes. Leur lutte contre la religion est leur opium, ainsi que l’obéissance au groupe. Le religieux lui doit rendre des comptes à Dieu, pas à l’état, et ça change tout.

      M.D

  3. Ping de QueLaVolontedeDieusoitfaite de sexe femelle:

    Je voulais te dire tu dois parfois te sentir seul ,je dis pas que tu es parfait mais a travers tes écrits moi je vois que tu essayes d'être et d'aller dans le Bien et que tu as Dieu en vue.

     

     

    Je dis pas ça pour que tu te vantes de toi même car je pense que qu'on est RIEN sans Dieu.Que on ne peut rien faire de bien sans Dieu .,j'ai lu un article de ta part et je voulais te dire que cette article m'a poussé à être meilleure envers mon mari et a rester avec lui malgré que lui était assez dur (car je pense qu'il a changer depuis peu merci a Dieu)avec moi dans le passé.On a des enfants en bas âge et ça a été dur et merci a Dieu de t'avoir lu et merci a Dieu car j'ai pas écouter les personnes qui m'ont dit de divorcer et même ma famille tout le monde me l'a dit et ont poussé pour que je le fasse car mon mari est un pervers narcissique pour eux( il ne s'entend pas avec eux) mais les seuls qui m'ont soutenu a ne pas le faire ce sont les vrais croyants en Dieu et l'amour de Dieu que j'ai ressentis dans mes prières.J'etais prête à accepter les choses même si elles changent pas et qu'il soit toujours dur je recitais le nôtre Père dans ma tête quand il insulter ,et le bénissait…j'étais prête à vouloir ce que Dieu veut mais c'est pas moi qui prendrait l'initiative du divorce.

    Je voulais également dire que j'etais prête si lui voulait vraiment divorcer et si c'était la volonté de Dieu a l'accepter quoiqu'elle soit de faire de mon mieux et d'être là pour lui dans le futur,de lui pardonner au ciel qu'il ne souffre pas à cause de ses péchés et que je ne retire aucun mérite d'être comme cela car tout est grâce à Dieu

     J'étais aussi prête quand il en aurait besoin ou qu'il veuille revenir de tout pardonner même si parfois je m'en sentais pas capable je demander à Dieu sa force pour que je le fasse si cette hypothèse apparaissait  peu importe mais que la volonté de Dieu se fasse en mon mari.jnetais prête à n'a pas me remarier alors que je suis plutôt pas mal et que j'aurais pu me remarier je me suis remise à Dieu pour qu'il aide et merci a Dieu de m'avoir aider.

     

    Ca m'a poussé à faire de mon mieux et a tout donner.Bien sur mon centre c'est Dieu et ça le sera toujours.Tu vois tes articles ont eu du positif.Mais en faite ce que j'ai compris c'est qu'il faut mettre Dieu au centre.Et ne jamais le quitter de vu peut importe les épreuves c'est le seul qui ne nous décevra pas.

     

    Je voulais dire on peut penser que je suis quelqu'un de bien en lisant ça mais c'est faux sans Dieu je ne suis pas quelqu'un de bien en faite j'ai aucun mérite donc ne m'en donne aucun.

     

    Bon voilà bonne soirée tu n'es pas seul tu es en dehors de la société mais tu es rare et on voit bien que tu veux le meilleur.

     

    Courage et n'écoute jamais si on est pas gentil face à tes ecrits que la Volonté de Dieu se fasse en toi.

     

     

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour Madame,

      Je suis content que la grâce de Dieu soit descendue sur votre front. C’est si rare une telle foi. Souvent les autres nous renvoient nos propres défauts. Et nos qualités. Et comme vous vous êtes imprégnée de Dieu, alors votre mari a vu Dieu à travers vous. Votre mari ne vous mérite pas. Et j’espère qu’il s’en apercevra pour votre bonheur à tous les deux, qu’il saura châtier son orgueil et admettre cela. Cherchez aussi toutes ses qualités et soyez reconnaissantes pour celles là. Bon courage. Enfin, malgré la censure énorme que je subis, que d’autres femmes puissent lire votre témoignage.

      Bien à vous.

      M.D

      • Ping de que La Volonté De Dieu Soit Toujours faite de sexe femelle:

        S'il vous plait juste en disant que mon mari ne me mérite pas cela veut dire comme si j'avais un mérite j'en ais aucun je ne serais vraiment rien sans l'amour de Dieu en moi car c'est Lui qui m'a porter et même si je crois en Lui pour moi tout ça c'est grâce à Lui je ne vaut vraiment rien sans Dieu donc toute la Gloire et le mérite Lui revient à Lui.Dieu m'a choisi ce mari et merci à Dieu si j'ai pu l'aider et si je peux apporter à mon mari quelque chose de bien.Tout est Grâce à Dieu et tout le mérite Lui reveint.

         

        Merci beaucoup à vous

  4. Ping de Que La Volonté de Dieu soit faite de sexe femelle:

    Que la volonté de Dieu se fasse en toi.

    Que chaque personne sur cette terre donnent leur vie à Dieu.

    Que Dieu te bénisse .

    J'espère que Dieu te comble d'amour.

    La société est perdu.

    Je pense que l'humanité ne font que UN il nous reste juste à donner notre vie a Dieu pour les autres.Je donnerai tout et que toute Sa Volonté se fasse en nous.

     

    Bonne soirée

     

     

     

     

  5. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonjour M. Durandal,

    J'espère que vous allez bien. Totalitarisme ou pas, aujourd'hui, c'est Nowrooz, le Nouvel An iranien, le premier jour du printemps de l'an 1401.

    Alors, joyeux Nowrooz à vous et à tous les lecteurs de ce merveilleux site web.

    Cordialement,

    Cyrus a.k.a. Votre Iranien préféré

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.