Accueil » Domination féminine » L’effet ruche ou les mécanismes de la solidarité féminine
AIMELES Antiféminisme

L’effet ruche ou les mécanismes de la solidarité féminine

Publié le 31 mars 2015 par Léonidas Durandal à 16 h 00 min

la maladie, il fallait y penser. Aujourd’hui, le système a si bien fonctionné en France, que chez nous, les femmes élisent des conservateurs en matière économique (dans le sens de stabilité des emplois et du modèle social), et des progressistes en matière familiale.

Valéry Giscard D'estaing : la France ira mieux quand elle commencera à supprimer ses lois unes à une.

Valéry Giscard Estaing : la France ira mieux quand elle commencera à supprimer ses lois une à une.

Depuis Valéry Giscard d’Estaing, aucun homme politique n’a dérogé à cette règle, qu’il soit de droite ou de gauche, poussés en cela par la féminisation grandissante de notre société, mais aussi l’appât que constituait le vote féminin majoritaire (8). En parallèle, les organismes internationaux ont propagé une dictature émotionnelle censée faire échapper la moindre femme à la moindre injustice qu’elle subirait, et ceci calé sur notre modèle occidental. L’auto-défense généralisée est devenue perversion à l’échelle mondiale et la grande tolérance envers le monde homosexuel raisonne comme un des nombreux effets de la maladie de la victimisation décuplé par l’effet ruche. Tout bon sens a été sacrifié à cette folie. L’émotionnel s’est répandu comme une traînée de sang. Le droit d’ingérence en est la figure emblématique au niveau militaire. Au début, utilisé à des fins médicales dans des zones de conflit qui suscitaient les apitoiements de la populace (« We’re the world, we’re the children ! »), il est devenu intervention directe dans des pays pacifiques. Les bonnes intentions féminisées ont laissé place à des crimes de masse de la part de l’occident comme en Syrie ou en Libye. Le contrôle et la dictature sont poussés toujours plus loin à mesure que le progressisme s’impose comme seule lecture laïque du monde, seule propre à rassembler. Pendant ce temps, la longue tradition hypocrite et colonialiste de gauche perdure parmi ceux qui croient faire mieux que la religion catholique.

 

Les exactions de femmes sont tolérées.

Mais revenons à un niveau plus personnel, là où tout commence. Les crimes de femmes, leurs fausses accusations en matière d’atteinte à la personne, sont vite oubliées, faiblement sanctionnées (20), car les femmes placent la défense de leurs intérêts corporels au-dessus de la vérité et de la justice, et qu’elles contrôlent notre société. Considérant qu’elles ne sont que rarement coupables, elles laissent les pires d’entre-elles médire jugeant que le mensonge d’une femme n’aura jamais autant de conséquences que la violence d’un homme (3). Des vies sont brisées par dizaines de milliers, en particulier devant la justice aux affaires familiales, mais jamais un Etat très féminisé ne voudra revenir sur ces fausses accusations et les sanctionner au niveau qu’elles méritent. Il faut que les femmes se gardent la possibilité de dire un mensonge pour pouvoir dire une vérité, de temps en temps. Les milliers d’hommes ou d’enfants brisés comptent peu face à une seule femme qui serait victime d’une absence d’écoute.

 

Le bourdon.

Servant d’intermédiaire aux désirs de sa mère, de sa femme, des employées femmes, le bourdon que les Américains appellent aussi le « chevalier blanc » ou que j’avais précédemment nommé « chevalier-maman »,

Le bourdon

Le bourdon

ce bourdon donc, a un rôle clef : il est chargé de permettre l’ascension de ces dames, il a été éduqué à être poli respectueux du sexe qu’il identifie comme faible en toutes circonstances, il est irritable quand il se retrouve en opposition face une femme (6, 12). Par contre, il n’hésite pas à s’opposer aux autres hommes dès que l’un de ceux-là montrerait l’ombre d’un manque de respect envers une/les femmes. Il est le fruit de l’inégalité entre pères et mères dans les couples, en faveur des mères, d’où le surnom que je lui avais donné de chevalier-maman. Il est encore dans le giron de sa mère et pollue le monde de son enfermement.

 

Utilité du bourdon.

whiteknightLe bourdon fait beaucoup de bruit, mais il est très faible intérieurement. Son seul intérêt est de servir de paravent. Malheureusement pour lui, il ne peut remplir le rôle de parfait mari. Trop bête sentimentalement parlant, trop naïf, trop zélé, il risque à chaque instant de se rebeller dès « >

Lire la suite

223 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "La mairie de Paris échappe finalement à une amende pour avoir trop promu les femmes" libération du 27/01/2021.

    70% de femmes nommées en 2018 à la mairie de Paris, Anne Hidalgo est logiquement condamnée à cause des lois anti-discrimination qu'elle défend politiquement. Mais la ministre l'autorise à ne pas respecter la loi et à ne pas payer son amende. Depuis, la loi a été changée pour que d'autres Anne Hidalgo ne soient pas condamnées. Enfin, cette libéralité provient d'une ministre qui va être dans le camp adverse d'Anne Hidalgo pour la prochaine élection présidentielle ! (contre Emmanuel Macron)

    Donc pour chaque femme qui se dit féministe :

    – les femmes ont le droit d'être sexistes dans leurs prises de décision.

    – le femmes ont le droit de ne pas respecter les lois.

    – Les femmes sont au-dessus des autres citoyens (hommes). 

    – les femmes politiques ne respectent même pas les lois qu'elles font voter (c'est dire la valeur qu'elles attribuent à leur propre travail).

    – les femmes doivent faire voter des lois par pur intérêt, et abrogent les lois qui ne leur conviennent pas sur une base éminemment sexiste. 

     – les femmes ont le droit d'être déloyales et de favoriser des femmes contre les membres masculins de leur équipe. 

    – les journalistes comme ceux de libération trouvent très bien, de se placer au-dessus des lois, de ne rien respecter, et le cas échéant, d'être considérés comme des sous-citoyens s'ils sont hommes. 

    – les femmes ont le droit d'être bêtes comme des cruches et cela ne doit pas atteindre leur carrière. 

    A chaque fois que nous avons des femmes en politique en France, c'est toujours la même histoire. Quand elles ne bouchent pas les trous, elles sont très décadentes et font baisser le niveau tellement bas qu'elles nous ouvrent l'imagination. Elles sont à ce point bêtes qu'elles croient à ce qu'elles défendent. Quand elles n'ont plus leur cul à vendre, il ne reste plus rien d'elles. Je ferai une seule exception avec Martine Wonner récemment. Mais ce sont des exceptions qui confirment à chaque fois la règle. Tellement bêtes que la plus belle en devient forcément hideuse. 

    • Ping de Cyrus de sexe male:

      N'oubliez pas non plus, M. Durandal, jusqu'en 2017 Marion Maréchal-Le Pen. De plus, la député UMP Virginie Duby-Muller me semble tout à fait convenable dans sa fonction. Mais, comme vous le dites, ce sont des exceptions.

      Cordialement,

      Cyrus

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Google sommé de s'expliquer après le licenciement d'une chercheuse noire" Figaro du 05/12/2020.

    Remarquez que le secteur fonctionnarisé permet difficilement le licenciement de quelqu'un. Pour elles, c'est inhumain.