Accueil » Domination féminine » L’effet ruche ou les mécanismes de la solidarité féminine
AIMELES Antiféminisme

L’effet ruche ou les mécanismes de la solidarité féminine

Publié le 31 mars 2015 par Léonidas Durandal à 16 h 00 min

qu’il s’apercevra que sa compagne ne correspond pas à l’idéal féminin qu’il porte en lui. Ainsi le bourdon est dangereux pour la ruche, et il vit en dehors. La plupart des femmes préfèrent prendre un pauvre type, qu’un bourdon pour compagnon. Cependant, la contradiction est là. Les femmes éduquent leurs fils en bourdons, mais voudraient bien de compagnons réalistes. Cet intérêt contradictoire entre mère et compagne se traduit aujourd’hui par des séparations en masse, voire des situations de célibat accepté.

Chevalier-maman

Chevalier-maman

Les femmes n’ont pas les hommes qu’elles désirent, mais elles sélectionnent leurs fils à devenir des bourdons ou des faibles, et de générations en générations, la désunion entre hommes et femmes grandit.

Le bourdon, bon fils, n’est pas forcément un bon partenaire.

 

Conclusion

Manque de respect entre nations au niveau international, ambiance au travail étouffante, ingérence, tolérance envers l’idéologie homosexualiste, familles désunies, propagation de l’idéologie de mort pro-choix, incompétence, mutilations, tout cela n’a jamais été possible que par un pouvoir fort des femmes, une intelligence collective dont nous subissons encore les effets néfastes en France et ailleurs parce que nous n’avons pas su la prendre en compte, parce que nous l’avons méprisée. Au lieu de réfléchir à des utopies désincarnées égalitaires, nous devrions prendre nos caractères comme un donné dans le monde et travailler à une société meilleure à partir de ce donné. L’effet ruche doit avoir un cadre et des limites. Envahissant pour notre société, il est une fabrique à ratés parce qu’il n’est pas contrôlé. De même les hommes ont bien des défauts, mais il a été décidé de leur élimination. Il n’est donc pas question de se concentrer sur un problème qui n’existe plus mais de voir en quoi nous pourrions améliorer ce qui peut l’être. Cela passera par une prise en compte du pouvoir des femmes et sa remise en question.

 

1 « Une équipe sans leader serait plus performante », Cadremploi du 30/01/2015.

2 « Le rap de deux jeunes femmes contre le viol », Madame Figaro du 18/03/2015.

3 « Fausses accusations et si on en parlait ? », Aimeles.net du 18/07/2014.

4 « Meurtres de femmes : les empoisonneuses », Aimeles du 28/10/2014.

5 « Pourquoi la pilule contraceptive n’est pas encore interdite ? », Aimeles du 19/07/2013.

6 « Cet article est une déprogrammation », Aimeles du 28/07/2011.

7 « Supériorité des femmes pour imposer un mensonge en novlangue », Aimeles du 26/01/2015.

8 « Un homme ne peut survivre en démocratie », Aimeles du 19/03/2014.

9 « Le monde de l’entreprise pour les femmes », Aimeles du 29/05/2013.

10 « Elections départementales : la parité absolue », France24 du 12/03/2015.

11 « Il fallait bien qu’elles pourrissent aussi le milieu des jeux vidéos », Aimeles du 26/09/2014.

12 « Dans la Silicon Valley, la parole se libère sur la discrimination des femmes », Figaro économie du 30/03/2015.

13 « Chômage des hommes et des femmes en France », Graphique.

14 « Pourquoi la crise affecte-t-elle les femmes en particulier ? » CADTM du 17/02/2015.

15 « La stupidité des hommes féministes », Aimeles du 08/12/2012.

16 « Il faut interdire les réseaux professionnels féminins très vite. », Aimeles du 21/04/2012.

17 « L’affaire du stylo : l’humour est mort ce soir », Aimeles du 25/06/2013.

18 « Les publicités sexistes : analyses à l’emporte-cruche », Aimeles du 24/04/2012.

19 « Virginie était-elle une fille facile ? » Rue89 du 25/03/2015.

20 « Justice entre femmes : existe-t-il des pratiques sexistes ? », Le Point du 31/08/2012.

21 « L’individu femelle dans les sociétés humaines », Aimeles du 03/01/2015.

223 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "La mairie de Paris échappe finalement à une amende pour avoir trop promu les femmes" libération du 27/01/2021.

    70% de femmes nommées en 2018 à la mairie de Paris, Anne Hidalgo est logiquement condamnée à cause des lois anti-discrimination qu'elle défend politiquement. Mais la ministre l'autorise à ne pas respecter la loi et à ne pas payer son amende. Depuis, la loi a été changée pour que d'autres Anne Hidalgo ne soient pas condamnées. Enfin, cette libéralité provient d'une ministre qui va être dans le camp adverse d'Anne Hidalgo pour la prochaine élection présidentielle ! (contre Emmanuel Macron)

    Donc pour chaque femme qui se dit féministe :

    – les femmes ont le droit d'être sexistes dans leurs prises de décision.

    – le femmes ont le droit de ne pas respecter les lois.

    – Les femmes sont au-dessus des autres citoyens (hommes). 

    – les femmes politiques ne respectent même pas les lois qu'elles font voter (c'est dire la valeur qu'elles attribuent à leur propre travail).

    – les femmes doivent faire voter des lois par pur intérêt, et abrogent les lois qui ne leur conviennent pas sur une base éminemment sexiste. 

     – les femmes ont le droit d'être déloyales et de favoriser des femmes contre les membres masculins de leur équipe. 

    – les journalistes comme ceux de libération trouvent très bien, de se placer au-dessus des lois, de ne rien respecter, et le cas échéant, d'être considérés comme des sous-citoyens s'ils sont hommes. 

    – les femmes ont le droit d'être bêtes comme des cruches et cela ne doit pas atteindre leur carrière. 

    A chaque fois que nous avons des femmes en politique en France, c'est toujours la même histoire. Quand elles ne bouchent pas les trous, elles sont très décadentes et font baisser le niveau tellement bas qu'elles nous ouvrent l'imagination. Elles sont à ce point bêtes qu'elles croient à ce qu'elles défendent. Quand elles n'ont plus leur cul à vendre, il ne reste plus rien d'elles. Je ferai une seule exception avec Martine Wonner récemment. Mais ce sont des exceptions qui confirment à chaque fois la règle. Tellement bêtes que la plus belle en devient forcément hideuse. 

    • Ping de Cyrus de sexe male:

      N'oubliez pas non plus, M. Durandal, jusqu'en 2017 Marion Maréchal-Le Pen. De plus, la député UMP Virginie Duby-Muller me semble tout à fait convenable dans sa fonction. Mais, comme vous le dites, ce sont des exceptions.

      Cordialement,

      Cyrus

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Google sommé de s'expliquer après le licenciement d'une chercheuse noire" Figaro du 05/12/2020.

    Remarquez que le secteur fonctionnarisé permet difficilement le licenciement de quelqu'un. Pour elles, c'est inhumain.