Accueil » Eglise/Religion » Le mariage catholique pour M De Chateaubriand dans le génie du Christianisme.
Antiféminisme Aimeles

Le mariage catholique pour M De Chateaubriand dans le génie du Christianisme.

Publié le 15 juillet 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

“Mais enfin le mariage chrétien s’avance; il vient avec un tout autre appareil que les fiançailles. Sa démarche est grave et solennelle, sa pompe silencieuse et auguste; l’homme est averti qu’il commence une nouvelle carrière. Les paroles de la bénédiction nuptiale (paroles que Dieu même prononça sur le premier couple du monde), en frappant le mari d’un grand respect, lui disent qu’il remplit l’acte le plus important de la vie; qu’il va, comme Adam, devenir le chef d’une famille, et qu’il se charge de tout le fardeau de la condition humaine. La femme n’est pas moins instruite. L’image des plaisirs disparaît à ses yeux devant celle des devoirs. Une voix semble lui crier du milieu de l’autel : « Eve ! sais -tu bien ce que tu fais? Sais -tu qu’il n’y a plus pour toi d’autre liberté que celle de la tombe? Sais-tu ce que c’est que de porter dans tes entrailles mortelles l’homme immortel et fait à l’image d’un Dieu?» Chez les anciens, un hyménée n’était qu’une cérémonie pleine de scandale et de joie, qui n’enseignait rien des graves pensées que le mariage inspire : le christianisme seul en a rétabli la dignité.

C’est encore lui qui, connaissant avant la philosophie dans quelle proportion naissent les deux sexes, a vu le premier que l’homme ne peut avoir qu’une épouse, et qu’il doit la garder jusqu’à la mort. Le divorce est inconnu dans l’Église catholique, si ce n’est chez quelques petits peuples de l’Illyrie, soumis autrefois à l’État de Venise, et qui suivent le rit grec ( Voy. Fra-Paolo, sur le Concile de Trente. ) Si les passions des hommes se sont révoltées contre cette loi, si elles n’ont pas aperçu le désordre que le divorce porte au sein des familles, en troublant les successions, en dénaturant les affections paternelles, en corrompant le cœur, en faisant du mariage une prostitution civile, quelques mots que nous avons à dire ici ne seront pas sans doute écartés.

 

Sans entrer dans la profondeur de cette matière, nous observerons que, si par le divorce on croit rendre des époux plus heureux (et c’est aujourd’hui un grand argument), on tombe dans une étrange erreur. Celui qui n’a point fait le bonheur d’une première femme, qui ne s’est point attaché à son épouse par sa ceinture virginale ou sa maternité première, qui n’a pu dompter ses passions au joug de la famille, celui qui n’a pu renfermer son cœur dans sa couche nuptiale, celui-là ne fera jamais la félicité d’une seconde épouse : c’est en vain que vous y comptez. Lui-même ne gagnera rien à ces échanges : ce qu’il prend pour les différences d’humeur entre lui et sa compagne n’est que le penchant de son inconstance et l’inquiétude de son désir. L’habitude et la longueur du temps sont plus nécessaires au bonheur, et même à l’amour, qu’on ne pense. On n’est heureux dans l’objet de son attachement que lorsqu’on a vécu beaucoup de jours, et surtout beaucoup de mauvais jours, avec lui. Il faut se connaître jusqu’au fond de l’âme; il faut que le voile mystérieux dont on couvrait les deux époux dans la primitive Église soit soulevé par eux dans tous ses replis, tandis qu’il reste impénétrable aux yeux du monde. Quoi ! sur le moindre caprice, il faudra que je craigne de me voir privé de ma femme et de mes enfants, que je renonce à l’espoir de passer mes vieux jours avec eux! Et qu’on ne dise pas que cette frayeur me forcera à devenir meilleur époux : non, on ne s’attache qu’au bien dont on est sûr, on n’aime point une propriété que l’on peut perdre.

 

Ne donnons point à l’Hymen les ailes de l’Amour; ne faisons point d’une sainte réalité un fantôme volage. Une chose détruira encore votre bonheur dans vos liens d’un instant : vous y serez poursuivi par vos remords, vous comparerez sans cesse une épouse à l’autre, ce que vous avez perdu à ce que vous avez trouvé; et, ne vous y trompez pas, la balance sera toute eu faveur des choses passées: ainsi Dieu a fait le cœur de l’homme. Cette distraction d’un sentiment par un autre empoisonnera toutes vos joies. Caresserez-vous votre nouvel enfant, vous songerez a celui que vous avez délaissé. Presserez-vous votre femme sur votre cœur, votre cœur vous dira que ce n’est pas ta première. Tout tend à L’unité dans l’homme: il n’est point heureux s’il se divise; et, comme Dieu qui le fit à son image, son âme cherche sans cesse à “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

24 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Voilà un texte de Paul VI qui donne vraiment envie de se marier. Que notre société moderne est loin de tout ce beau :

     

     

    Bienheureux Paul VI, pape de 1963-1978

    Encyclique « Humanae vitae », 8-9 (trad. bréviaire, 6e sam. TO)

    « Dieu créa l’humanité à son image, homme et femme il les créa » (Gn 1,27)

     

    ” L’amour conjugal révèle sa vraie nature et sa vraie noblesse quand on le considère dans sa source suprême, Dieu qui est amour « le Père de qui toute parenté, au ciel et sur la terre, tire son nom » (1Jn 4,8; Ep 3,15). Le mariage n’est donc pas l’effet du hasard ou un produit de l’évolution de forces naturelles inconscientes : c’est une sage institution du Créateur pour réaliser dans l’humanité son dessein d’amour. Par le moyen de la donation personnelle réciproque… les époux tendent à la communion de leurs êtres en vue d’un mutuel perfectionnement personnel, pour collaborer avec Dieu à la génération et à l’éducation de nouvelles vies. De plus, pour les baptisés, le mariage revêt la dignité de signe sacramentel de la grâce, en tant qu’il représente l’union du Christ et de l’Église (Ep 5,32).

     

    Dans cette lumière apparaissent clairement les notes et les exigences caractéristiques de l’amour conjugal… C’est avant tout un amour pleinement humain, c’est-à-dire à la fois sensible et spirituel. Ce n’est donc pas un simple transport d’instinct et de sentiment, mais aussi et surtout un acte de la volonté libre, destiné à se maintenir et à grandir à travers les joies et les douleurs de la vie quotidienne, de sorte que les époux deviennent un seul cœur et une seule âme et atteignent ensemble leur perfection humaine.

     

    C’est ensuite un amour total, c’est-à-dire une forme toute spéciale d’amitié personnelle, par laquelle les époux partagent généreusement toutes choses, sans réserves indues ni calculs égoïstes. Qui aime vraiment son conjoint ne l’aime pas seulement pour ce qu’il reçoit de lui, mais pour lui-même, heureux de pouvoir l’enrichir du don de soi.

     

    C’est encore un amour fidèle et exclusif jusqu’à la mort. C’est bien ainsi, en effet, que le conçoivent l’époux et l’épouse le jour où ils assument librement et en pleine conscience l’engagement du lien matrimonial… C’est enfin un amour fécond, qui ne s’épuise pas dans la communion entre époux, mais qui est destiné à se continuer en suscitant de nouvelles vies.”

     

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Comment un verre sale laissé dans l’évier peut entraîner un divorce”, Figaro madame du 09/02/2016.

    Evidemment, le supplice de la goutte d’eau est un des plus douloureux. Evidemment, l’homme dans ce cas, a manqué de respect à sa femme. Pourtant, le changement d’exigences en cours de route est lui-aussi scandaleux. Au début du mariage, elle savait très bien que son mari agissait ainsi. Tout d’un coup, elle a exigé plus. Elle a ainsi brisé le contrat. En fait, dès le départ, elle comptait déjà changer son homme, sa personnalité. Elle n’en avait aucun droit. Elle est donc tout aussi en tort. Dans un couple, les torts partagés sont la règle, et les torts exclusifs très rares.

    verre brisé

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Il y a du courage à aller témoigner sur le plateau de “C’est mon choix”. Ce n’était pas gagné d’avance. Voilà un bel encouragement pour tous les couples qui espèrent vivre de façon sérieuse sans être jugés :

    (Vidéo censurée par Youtube: essayer de la retrouver en tapant “c’est mon choix couple traditionnel virginité avant le mariage)

     

    • Commentaire de Manuela:

      c’est sur c’était pas gagné surtout de nos jours si on ne s’est pas envoyé tout un bataillon vous êtes taxé de coincé. En même temps comment transmettre ce genre de valeur au jeune de maintenant? Quand vous entendez les parents dire qu’il faut “profiter de la vie” très ambigüe d’ailleurs. c’est difficile d’être dans le juste milieux parce que vous pouvez très vite tomber dans une éducation trop rigide, au risque de finir comme certains enfants de catho à la sexualité débridée. Je pense que cela relève vraiment de la personnalité que de l’éducation et cela me fait penser au roman de Jane Austen orgueil et préjugés la personnalité des deux aînées Jane et Elizabeth, intelligentes, romantiques matures, contrairement à la benjamine Lydia qui est frivole, égoïste et qui met l’honneur de sa famille en danger en vivant avec un homme sans être mariée.

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Vous savez, dans les familles cathos dont vous parlez, la religion cache la mort. Heureusement, c’est plutôt minoritaire.
        Il y a quelques temps j’ai croisé un monstre à la sortie de la messe. Le type affichait sur son visage, dans son corps même, sa supériorité de valeurs, basée sur un néant. Je pense qu’aucun de ses enfants ne sera catholique, et que certains d’entre eux ont de bonnes chances de devenir anti-cléricaux, voire de brûler leur vie. Dommage car c’ils voulaient se révolter contre leur père, ils deviendraient d’authentiques croyants. Ce n’est pas la rigidité qui fait la foi, c’est le sens. Nous avons le devoir d’être des fanatiques de Jésus et de relier nos croyances à nos vies. Si nous ne le faisons pas, nous pouvons apparaître comme des catholiques en façade, nous ne le sommes plus depuis longtemps. Le problème du catholique d’aujourd’hui n’est pas celui du bourgeois maltraitant. Mais tout à l’inverse c’est celui de la tiédeur.

        Une bonne règle est facile à reconnaître, elle relie au monde, aux autres. Vous ne trouvez pas que c’est une belle idée que celle de la virginité avant le mariage, ou tout au moins d’une forme de chasteté ? Moi, je trouve cela merveilleux, pas rigide du tout, une belle épreuve de vie. Dans cette émission, on voit bien que les gens du peuple ont été fourvoyés. Ils ne pensent que par le sexe. Ils ont vécu les séparations, les abandons, mais ils continuent à ne jurer que par le sexe. C’est presque hypnotique. D’ailleurs en matière de rigidité, qui accepte l’autre sur ce plateau de télévision ? Le catho est raillé. Par contre, il n’essaye jamais de répondre par l’agression.

        • Commentaire de Manuela:

          oui c’est merveilleux, mais malheureusement plus au goût du jour notre société et on fera tout pour vous culpabiliser. Stephenie Meyer qui est l’écrivain de twilight s’est fait taper sur les doigts par les féministes pour justement avoir prôné la virginité des deux héros jusqu’au mariage et l’héroïne qui se sacrifie pour garder son bébé. Les cathos sont plus ouvert sur le monde que les athées ou n’importe qui, le sexe est devenu la nouvelle religion si pour certain le sexe passe avant tout par l’affectivité d’autre sont beaucoup moins timides.

          • Commentaire de kasimar:

            Vous mettez le doigt quelque part avec cette phrase. “Les cathos sont plus ouvert sur le monde que les athées ou n’importe qui” comme le dit Paoli JF dans tyrannie de la faiblesse il n’y a pas de société d’athées. Il y a forcément une croyance un dogme qui lie un peuple. Là nous sommes plus dans le dogme marxiste, le dogme nationaliste, le dogme islamiste, le dogme matérialiste, le dogme de la compétition par le sexe … Et toutes les catégories citées sont loin d’être toutes ouvertes à ce qui les différencient. Pour celà il faut lire tous les travaux effectués par la psychologie sociale, pour comprendre que l’humain est un être excluant en groupe.

    • Commentaire de Mindstyle:

      Je me souviens d’un soir où je travaillais dans un établissement de restauration rapide à côté de mes études.

      Il y avait ce collègue assez sympa, avenant, toujours de bonne humeur.

      Un soir où je descendais dans les vestiaires pour me préparer, je l’ai surpris en pleurs; sa petite amie venait de le quitter; ils devaient en être à 4 ans de relation, et bien sûr, ils se préservaient tous les 2 pour le mariage.

      Mais son ex-petite-amie lui a alors avoué avoir fauté avec un autre et finalement, tout ce temps, tous ces espoirs n’ont mené à rien, si ce n’est la trahison.

      Mon opinion personnelle est que notre société est noyautée par un réseau d’individus malfaisants, un réseau dont les ramifications s’étendent à l’échelon local; ils travaillent depuis des lustres à saper les fondements de notre société; une société ne peut pas dégénérer d’elle-même de cette façon; il faut la combinaison d’une propagande incessante et des ramifications LOCALES pour générer ce CHAOS.

      Bien sûr, il y a ceux qui sont au sommet du système, ceux qui disent aux mass-médias ce qu’ils doivent écrire pour le lendemain, mais il y a aussi ceux qui sous la forme d’un réseau ultra-ramifié agissent sur nous de façon individuelle et génèrent chaos et confusion partout où ils passent.

      Certaines personnes agissent d’une manière telle qu’on a l’impression que quelque chose où quelqu’un, ou bien une croyance, leur a donné carte blanche pour JOUER UN ROLE, contribuer au maximum à la dégénérescence de la société en frappant les individus de manière isolée.

      En compagnie de ces personnes, plus rien n’est vrai, plus rien n’est faux; tout deviens possible; votre réalité est totalement brouillée.

      On ne sait même pas si les protagonistes participant à cette émission, y compris ce couple catholique, ne contribuent pas intentionnellement à détruire les derniers pas de résistance à la sexualité débridée.

      L’essentiel est de “créer le débat” afin de fournir un prétexte à la propagande en attribuant des rôles :

      “Toi, tu fera partie du couple “qui se préserve” ; ne donne pas trop de poids à tes arguments; le but du débat est de faire dégénérer un peu plus les moeurs pour abattre les individus afin qu’ils ne croient en rien.”

      “Toi tu essaiera de les convertir; la présentatrice ira dans ton sens en les ridiculisant et le chauffeur de salle sera là pour faire applaudir le public afin de les tourner en dérision”

      Nous faisons littéralement face à des individus qui se cachent, qui oeuvrent à la destruction de la société, à son maintien dans un état léthargique et imbécile; des individus qui chaque jour, chaque matin se demande comment ils pourront faire un peu plus de dégâts autour d’eux afin d’asseoir un peu plus leur domination et cela également à l’échelon LOCAL, dans les soirées, les collèges, les lycées, puis les lieux d’études supérieurs… (Destruction des âmes à petit feu avec la drogue, l’alcool, la manipulation “amoureuse” etc. )

      Bref, avec cette émission, le débat a été créé, et c’était le but; remettre en cause “les vieilles valeurs”, créer une brêche dans les mentalités, présenter un autre éventail des possibles.

      C’est très pernicieux; c’est pour ça que ça fait des années que j’ai jeté ma TV à la poubelle; mais ça fait plusieurs décennies que la France est gangrenée par un Mal qui se cache, qui agit de manière souterraine et dont on ne voit que la face émergée de l’iceberg, celle qui nous semble la plus évidente et la plus inoffensive.

      J’espère qu’un jour, ce Mal sera anéanti et que la pourriture qui gangrène ce pays sera bientôt contrainte de cesser ses agissements.

       

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Le mal agit ainsi. S’il y a une organisation à un niveau local, c’est celle de satan. Et en ce premier jour de Carême, il faut surtout se rappeler qu’il cherche à étendre son emprise partout, sur nos âmes aussi, et que la France est particulièrement visée, parce qu’elle a un lien particulier avec le Christ. Une des ruses les plus efficaces du diable est ainsi de faire croire qu’il n’existe pas. Celui qui ignore son existence, ne peut comprendre comment le mal réussit à s’étendre. C’est pourtant assez simple : la raison seule est complètement inopérante à agir contre lui, et nous vivons en ce moment dans un monde qui rend un culte à la raison. Les hommes d’aujourd’hui sont bien fragiles face au mal, car ils ne misent que sur la raison, et ils ne veulent pas étudier leur âme pour mieux comprendre celle des autres. En vérité, ils manquent de tout, et en premier lieu d’amour. Ce sont des forteresses blessées. Isolées, elles sont bien fragiles face à un mal qui lui, est organisé.

        • Commentaire de kasimar:

          ” et nous vivons en ce moment dans un monde qui rend un culte à la raison”

           

          Vous trouvez ? moi je trouve plutôt que c’est à l’émotion que l’homme voue un culte. la raison est un outil auquel je fais le plus confiance pour avancer dans la vie, en vouant un culte à Dieu SWT

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Le monde rend un culte à la raison. Mais le contrôle se fait par les émotions.
            Regardez combien les gens croient que l’innovation technologique va résoudre tous leurs problèmes, qu’ainsi ils vont pouvoir vivre de manière éternelle et qu’ils n’auront plus de question à se poser. Et quand il s’agit de soumettre les gens, il suffit de jouer sur leurs affects, des sentiments bas.

          • Commentaire de kasimar:

            Oui mais la raison peut permettre également de chercher les signes du Seigneur. Mais il ne faut pas uniquement compter sur la raison, je suis d’accord avec vous

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    De bons conseils pour réussir la vie sexuelle de son couple (au sein du mariage catholique en ce qui nous concerne) :

    https://youtu.be/DD7cFHs1F-Q?list=PLzHYNI5Wyl7N1aFsq2GeBHMM_t_-yF4xV

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Pas vraiment en lien direct avec la foi, encore que, ces deux articles permettront aux catholiques qui se fourvoient dans leur conception de l’amour, de se sortir d’une ornière dans laquelle ils sont tombés, peut-être à cause de certains discours naïfs véhiculés dans nos Eglises :

    “Le grand amour”, Jean Garneau juin 2000.

     

    “Les mythes amoureux : l’amour inconditionnel”, Jean Garneau août 2000.

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Tolkien nous révèle le secret d’un mariage heureux”, Altéia du 20/08/2015.

    Avis aux femmes qui dans 80% des cas, prennent la décision de se séparer.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “A propos de l’âme soeur” BR du 31/03/2015.

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    En France, les riches se marient de plus en plus entre eux, Figaro du 27/01/2015

    Dommage collatéral de la déchristianisation.

  9. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Cette info ci-dessous c’est un peu dire que le suicide ça tue :

    monde info.org 12/05/2014

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle