Accueil » Eglise/Religion » Le mariage catholique pour M De Chateaubriand dans le génie du Christianisme.
AIMELES Antiféminisme

Le mariage catholique pour M De Chateaubriand dans le génie du Christianisme.

Publié le 15 juillet 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

concentrer en un point le passé, le présent et l’avenir (1).

 

Voilà ce que nous avions à dire sur les sacrements d’Ordre et de Mariage. Quant aux tableaux qu’ils retracent, il serait superflu de les décrire. Quelle imagination a besoin qu’on l’aide à se représenter ou le prêtre abjurant les joies de la vie pour se donner aux malheureux, ou la jeune fille se vouant au silence des solitudes pour trouver le silence du cœur, ou les époux promettant de s’aimer au pied des autels? L’épouse du chrétien n’est pas une simple mortelle: c’est un être extraordinaire, mystérieux, angélique; c’est la chair de la chair, le sang du sang de son époux. L’homme, en s’unissant à elle, ne fait que reprendre une partie de sa substance; son âme ainsi que son corps sont incomplets sans la femme; il a la force ; elle a la beauté: il combat l’ennemi et laboure le champ de la patrie; mais il n’entend rien aux détails domestiques, la femme lui manque pour apprêter son repas et son lit. Il a des chagrins, et la compagne de ses nuits est là pour les adoucir; ses jours sont mauvais et troublés, mais il trouve des bras chastes dans sa couche, et il oublie tous ses maux. Sans la femme, il serait rude, grossier, solitaire. La femme suspend autour de lui les fleurs de la vie, comme ces lianes des forêts qui décorent le tronc des chênes de leurs guirlandes parfumées. Enfin, l’époux chrétien et son épouse vivent, renaissent et meurent ensemble; ensemble ils élèvent les fruits de leur union ; en poussière ils retournent ensemble, et se retrouvent ensemble par delà les limites du tombeau. »

 

 

(1) On peut consulter l’ouvrage de M Bonald sur le divorce : c’est un des meilleurs ouvrages qui ait paru depuis longtemps.

 

 

130715mariage

25 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Voilà un texte de Paul VI qui donne vraiment envie de se marier. Que notre société moderne est loin de tout ce beau :

     

     

    Bienheureux Paul VI, pape de 1963-1978

    Encyclique « Humanae vitae », 8-9 (trad. bréviaire, 6e sam. TO)

    « Dieu créa l’humanité à son image, homme et femme il les créa » (Gn 1,27)

     

     » L’amour conjugal révèle sa vraie nature et sa vraie noblesse quand on le considère dans sa source suprême, Dieu qui est amour « le Père de qui toute parenté, au ciel et sur la terre, tire son nom » (1Jn 4,8; Ep 3,15). Le mariage n’est donc pas l’effet du hasard ou un produit de l’évolution de forces naturelles inconscientes : c’est une sage institution du Créateur pour réaliser dans l’humanité son dessein d’amour. Par le moyen de la donation personnelle réciproque… les époux tendent à la communion de leurs êtres en vue d’un mutuel perfectionnement personnel, pour collaborer avec Dieu à la génération et à l’éducation de nouvelles vies. De plus, pour les baptisés, le mariage revêt la dignité de signe sacramentel de la grâce, en tant qu’il représente l’union du Christ et de l’Église (Ep 5,32).

     

    Dans cette lumière apparaissent clairement les notes et les exigences caractéristiques de l’amour conjugal… C’est avant tout un amour pleinement humain, c’est-à-dire à la fois sensible et spirituel. Ce n’est donc pas un simple transport d’instinct et de sentiment, mais aussi et surtout un acte de la volonté libre, destiné à se maintenir et à grandir à travers les joies et les douleurs de la vie quotidienne, de sorte que les époux deviennent un seul cœur et une seule âme et atteignent ensemble leur perfection humaine.

     

    C’est ensuite un amour total, c’est-à-dire une forme toute spéciale d’amitié personnelle, par laquelle les époux partagent généreusement toutes choses, sans réserves indues ni calculs égoïstes. Qui aime vraiment son conjoint ne l’aime pas seulement pour ce qu’il reçoit de lui, mais pour lui-même, heureux de pouvoir l’enrichir du don de soi.

     

    C’est encore un amour fidèle et exclusif jusqu’à la mort. C’est bien ainsi, en effet, que le conçoivent l’époux et l’épouse le jour où ils assument librement et en pleine conscience l’engagement du lien matrimonial… C’est enfin un amour fécond, qui ne s’épuise pas dans la communion entre époux, mais qui est destiné à se continuer en suscitant de nouvelles vies. »

     

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.