Accueil » Moyens déloyaux » « Le miracle de Noël », qu’est-ce qu’on se marre durant les fêtes !
AIMELES Antiféminisme

« Le miracle de Noël », qu’est-ce qu’on se marre durant les fêtes !

Publié le 15 novembre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

! Celle avec qui il va coucher, a beaucoup de talent !

 

Miracle-de-noel-ensemble

 

 

Miracle 16 : c’est encore l’enfant qui apprend aux adultes (ici à patiner). Encore un rapport inversé.

 

Miracle-de-noel-soir-lit-petite-fille

 

 

 

Miracle 17 : leurs pères respectifs n’ont pas été à la hauteur. L’enfant et le beau-père se découvrent un vécu commun. Ah ces géniteurs inconséquents ! La complicité est en train de naître.

C’est la théorie du genre avant l’heure, on ne naît pas de nos parents…

Miracle-de-noel-champagne

 

 

Miracle 18 : le père « naturel » et indigne vient jouer les gêneurs lors de son retour.

 

Miracle-de-noel-noire

 

 

 

Miracle 19 : « l’employée du mois » lui apprend qu’il peut construire d’autres rapports de complicité avec ses employées, en particulier avec ces pauvres mères célibataires.

 

Miracle-de-noel-feu-de-cheminée

 

 

Miracle 20 : La bonne mère-célibataire, spécialiste en la matière, rassure le patron quant à son aptitude à faire un bon père. Elle sait tout faire celle-là! Si on lui faisait confiance, on pourrait faire d’elle une bonne patronne, meilleure que le patron, c’est certain (voir la séquence 19), et puis un meilleur père que son premier mari aussi. Quand je vous dis que si on écoutait les femmes, il n’y aurait plus de guerres dans le monde!

 

Miracle-de-noel-bisou

 

 

Miracle 21 : et grâce au gros client catho, ils se donnent leur premier baiser!

 

Miracle-de-noel-pleurs

 

 

Miracle 22 : le père « naturel » cède sa paternité pour un plat de lentille, et surtout la tranquillité. Il sait qu’avec ce bon parti, il aura peu de chance qu’on exige de lui le paiement d’une pension alimentaire!

 

Miracle-de-noel-discussion

 

 

Miracle 23 : le bon patron déchire le contrat qu’il avait machiavéliquement acquis. Il est devenu plus honnête que son père. (transmission paternelle encore vue de manière négative)

 

Miracle-de-noel-dans l'arbre

 

 

Miracle 24 : l’enfant déçue de voir partir son père monte dans l’arbre pour le voir partir mais elle glisse, son beau-père lui demande de lui faire confiance et de se laisser tomber dans ses bras.

 

Miracle-de-noel-joie-fin

 

 

Miracle 25 : elle accepte et il la rattrape, mieux que la balle qu’il avait loupée dans son enfance devant son père. Ouf, tout le monde est content. Vous vous imaginez s’il lavait laissé choir dans la neige, le scénario aurait été plus original, certes, mais décemment, on n’aurait pas pu en faire un film de Noël…

 

Miracle-de-noel-pere

 

 

Miracle 26 : dernier clin d’oeil du père Noël à la petite Zoé. Eh oui, le gros client catho, c’était le père Noël ! La perte d’un gros contrat est tout excusé.

 

 

 

26 séquences, le miracle est accompli, la famille recomposée n’a plus qu’à vivre de merveilleux instants. Les hommes sont soit des irresponsables (le père), soit des nigauds (le beau-père), et la misandrie est sauve. Les femmes sont vraiment les petites saintes que nous connaissons, jamais intéressées, jamais cupides, tournées vers le monde extra-familial et non égocentriques, qui nous aident à voir la lumière! Les voilà flattées dans leur désintéressement…

 

 

Laissez-moi vous proposer un autre film, plus proche de la réalité mais qui vous fera quand même rêver!!!! Pour ne pas tuer l’esprit de Noël, je vous éviterai mon cynisme, le viol de la petite par beau-papa, le refus de l’enfant de voir sa mère aller avec un autre homme, situations bien moins miraculeuses que dans « le miracle de Noël » mais bien plus courantes.

 

 

 

Le miracle de Noël par Durandal :

 

 

Et si le père Noël réussissait à faire de notre père irresponsable, un tonitruant papa prêt à tout pour obtenir la résidence principale de sa fille face à une maman qui aurait pété les plombs et qui voudrait vivre enfin sa vie qu’elle ne vivra jamais?

 

Oh oui !

 

Mais il nous faut des obstacles pour faire quand même une bonne histoire : le papa serait défait par la justice, il serait très cocu à cause de nombreux cavaliers sans morale et d’une femme toujours insatisfaite, puis la maman indigne aurait une illumination grâce au père Noël. Elle comprendrait toute l’imbécilité du système judiciaire, deviendrait fidèle, et reviendrait auprès de son mari. Eh oui, il faut bien un miracle pour que certaines femmes deviennent responsables ! « >

Lire la suite

Laisser un commentaire

Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

-

Votre sexe SVP :

-

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.