Accueil » Ambiance au travail » Le monde ne sera pas plus beau s’il est dirigé par des femmes (raisons démocratiques)
AIMELES Antiféminisme

Le monde ne sera pas plus beau s’il est dirigé par des femmes (raisons démocratiques)

Publié le 30 avril 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

A force de méconnaissance des femmes, à force de méconnaissance des hommes, à force de confusion, face à ce magma, il reste une idée. Un monde dirigé par des femmes serait meilleur qu’un monde dirigé par des hommes. Les écoféministes sont à la pointe de ce mouvement. Mais elles ne sont pas seules. Cette idée émerge un peu partout dans nos conversations, et pas par hasard (voir ce colloque du médef le féminisme est un humanisme) :

Or, l’histoire dément ce genre d’analyses féministes. Les nombreuses femmes qui ont eu à gouverner, n’ont pas été spécialement meilleures que les hommes. Elles n’ont pas forcément fait le bonheur de leur peuple :

Références historiques

Même aujourd’hui, de nombreux faits divers nous prouvent à quel point elles peuvent être sanglantes, criminelles, voleuses et hypocrites, dans l’actualité récente par exemple :

http://www.sudouest.fr/2012/04/20/opera-la-robespierre-des-notes-de-frais-693055-7.php

Mais rien n’y fait. Les féministes entretiennent une défication des femmes. Et rien ne semble pouvoir s’y opposer.

belleverte
J’ai déjà traité de cette déification dans mes écrits. Aujourd’hui, je voudrais m’interroger sur le manque de culture du féminisme, validé par nos sociétés.
Les féministes aussi sont nées de l’inculture de nos démocraties. La démocratie a de nombreux défauts en comparaison des tyrannies. Un de ces défauts a plus particulièrement permis l’éclosion du féminisme. Les citoyens d’une démocratie sont tout aussi ignorants que les sujets d’une tyrannie. Mais le citoyen d’une démocratie reste persuadé que sa propre liberté peut lui suffire en matière de culture. Le citoyen est imbu du système dans lequel il vit. Il a tendance à confondre « accès à l’école pour tous » et élévation du niveau d’instruction, et élévation de « son » niveau d’instruction. Les citoyens d’une démocratie, se croyant libres de penser, vivant l’égalité au quotidien, partagent une même vérité. Ils croient que la liberté de penser leur a permis d’aboutir collectivement à la réflexion la plus poussée, à une vérité universelle, fruit de la multitude. La vérité ne serait l’addition que de multiples raisons citoyennes se validant entre elles.

Comme l’a déjà démontré M Tocqueville avant nous, loin de pousser la réflexion, le débat démocratique reste souvent superficiel.  1 millions de gens médiocres ne pourront jamais avoir une idée géniale, même s’ils s’y mettent, tous ensemble. tocquevilleEn démocratie, tous poussés à l’égalitarisme, il est très difficile pour un être de se dégager de ce carcan et de penser au-dessus de la multitude. Si vous pensez différemment, vous risquez d’être exclu de votre milieu, qui ne reconnaîtra pas en vous le génie démocratique. On le voit sur internet. Le génie des penseurs à visage découvert sur le web, se borne souvent à ne pas pousser trop loin une idée.

Aujourd’hui, les génies sont des génies intégrés et qui n’en sont pas (M Foucault, M Bourdieux…). En même temps l’anonymat qui nous est permis sur ce genre de média, nous sort d’une société qui ne peut être qu’un frein à notre réflexion. Internet présente donc deux visages : celle d’une multitude démocratique, hideuse, superflue, parcimonieusement éclairée, et celle d’une pensée en construction, référencée, diverse et parfois intéressante. Une face médiocre, consensuelle et démocratique, et une face professionnelle, éclairée, pointue, experte.  Somme toute, les féministes ont bien profité du grand niveau d’inculture atteint par la masse dans nos démocraties. Ici, sur internet, et plus encore ailleurs, elles peuvent penser à visage découvert car elles ont bien infiltré l’idéologie dominante. Naissant de la masse et la manipulant, elles ont su faire croire à tout un tas d’absurdités au bon peuple inculte. Cette façon de juger du passé au regard de nos valeurs présentes n’en est qu’un des aspects les plus visibles, mais également, une des plus difficiles à dépasser dans notre monde sans culture, où la culture même est attaquée. Car les féministes l’ont bien compris, pour tirer définitivement nos démocraties vers le bas et parachever leur travail de mort, il leur faut détruire la pyramide à sa base, et dénoncer la notion même de transmission. La transmission est vécue comme l’affreux patriarcat qui les empêcherait d’accéder à leur propre vérité, à leur propre nature de femme, qui leur interdirait de s’extraire de la domination des hommes, elles qui confondent domination sociale et domination patriarcale, elles qui cherchent un père social tandis qu’il a été défaillant dans leur vie personnelle.

Voici la raison pour laquelle les féministes nous apparaissent si bêtes et en même temps, pourquoi elles sont si dangereuses. Une personne normalement constituée, un tant soit peu cultivée, trouve toujours que le féminisme n’a rien apporté au monde. Cette personne s’arrange souvent pour le penser bas, et ne pas le montrer à ses contemporains qui ne le comprendraient pas, même si elle n’en pense pas moins. L’homme cultivé un peu au-dessus de la moyenne, sait bien quel sort il lui serait fait en démocratie, s’il osait attaquer trop durement une idée acceptée par tous. Devant la bêtise du féminisme, il se résigne souvent, il ne pousse pas plus loin la révolte et la réflexion. C’est une grave erreur. C’est ignorer combien les idéologies de mort s’incrustent particulièrement en démocratie et s’y imposent en dehors de tout bon sens, parce qu’une majorité les croient vraies. La démocratie engendre aussi l’idée antidémocratique. Regardez la notion de quotas par exemple, qui n’évalue plus le citoyen à sa compétence mais en fonction de critères communautaires. Cette idée de quotas est à la notion même du complot antidémocratique dénoncée par M Soral. Aujourd’hui, ceux qui pensent ou qui en ont l’intuition, doivent mener une guerre totale contre le féminisme. Elles ont créé un système dont elles se font le propre référent historique. Elles s’inventent une mythologie qui pourrit les manuels scolaires, les décisions politiques, l’esprit de nos concitoyens. Dans leur monde la culture n’a plus sa place. Elles sont leur propre culture, et un esprit éclairé doit tout entreprendre pour détruire une telle façon de penser. Né d’un égocentrisme sans fond, de démocraties toujours en renouvellement et en putréfaction, le féminisme n’est qu’une cellule cancéreuse de la démocratie.

76 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Maladie de Lyme : une plainte bientôt déposée pour « conflit d’intérêt » », L’Obs du 19/12/2017.

    « Marisol Touraine et Agnès Buzyn ont toutes les deux renouvelé par arrêté ministériel Benoît Jaulhac à la direction du CNR pour cinq ans. Cette décision pose la question de la négligence de l’Etat, voire sa responsabilité pénale « , estiment les avocats.

    «  »La femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignera une femme incompétente. » François Giroud

    N’en jetez plus, la cours est pleine.

  2. Ping de inlo:

    En soit, de base le féminsme c’était donner le droit de vote aux femmes et leur permettre de faire des études supérieures si elles en étaient capables (du moins c’est ce que j’ai compris), je vois pas où est le problème

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Pour le droit de vote, référez vous à mes articles sur le sujet.
      Pour les études, les femmes en ont toujours fait, seulement, la société considérait que la stérilité n’était pas une vocation et que ces études devaient servir la famille.
      Moi, cela ne me dérange pas que nous consacrions beaucoup de temps et d’argent à former les futures mères de famille même si elles ne rentabilisent pas l’investissement après. Seulement il faudrait un peu moins d’hypocrisie. Les femmes cherchent par tous les moyens à se former comme avant, aux lettres, à la culture générale, parce qu’elles veulent surtout fonder une famille en s’intéressant avant à leurs domaines de prédilection. Elles ne veulent pas non plus se retrouver dans des métiers à galérer parce qu’elles n’auraient pas le niveau par rapport aux hommes. Cette situation qui n’est pas admise par le féminisme, fait qu’il y a une grande hypocrisie actuellement sur la formation des femmes.

      Maintenant, vous ne répondez pas à la démonstration de l’article. Ce serait bien si vous discutiez avec moi, ou avec les idées que je défends, au lieu de défendre vos préjugés et vos ressentiments.

      • Ping de inlo:

        Ah navrée, je me suis trompée d’onglet, je réagissais sur votre article sur « il n’y a pas de bonnes féministes » celui où vous expliquez la différence entre hommisme et féminisme. « au lieu de défendre vos préjugés et vos ressentiments. » Ah là encore il y a eu méprise je pense. Je ne défend pas de préjugé. Je suis venue ici suite à un débat, je me renseigne sur les deux courants, féminisme et antiféminisme et je compte me forger une opinion après. En ce qui concerne la formation des femmes, le fait est que j’ai une amie qui avait 17 ans à l’époque et expliquait vouloir étudier l’histoire de l’art par pure curiosité intellectuelle, que son ambition principale était d’avoir beaucoup d’enfants, de mijoter des bons petits plats et d’etre une bonne épouse. Elle s’est fait lynchée comme pas possible (plus par les filles d’ailleurs). Aussi, on comprend l’hypocrisie de certaines.

        En ce qui concerne votre article : je n’ai pas grand chose à ajouter. Le fait est que la politique est la politique, et qu’homme ou femme à la tête, les impératifs sont les mêmes et donc la gouvernance sera la même. Les intrigues pour accéder au pouvoir aussi.  Il suffit de regarder les nombreuses magouilles dans lesquelles Hilary Clinton est impliquée pour s’en rendre compte.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Mais justement, je pense avoir assez prouvé dans mon blog que la politique genre Hilary Clinton, était typiquement féminine.

        • Ping de kasimar:

          Eh oui, mais même dans l’Histoire, Tchatcher ou Médicis pour ne citer qu’elles sont exceller dans l’horreur.

          Pour une moi une femme peux faire mieux ou pire qu’un homme.

          Par exemple Marie AWS est parmi les meilleures créatures et c’est une femme.

          Le problème des féministes est de se fourvoyer en pensant que les femmes feraient « mieux »  que les hommes, tandisque hommes sont différents entre eux, de même que les femmes sont différentes entre elles. C’est celà que notre société bien-pensante a du mal à intégrer, qui est pourtant simple à comprendre

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.