Accueil » Erreur idéologique » Le ridicule n’a pas tué le féminisme, rien ne tuera le ridicule.
Antiféminisme Aimeles

Le ridicule n’a pas tué le féminisme, rien ne tuera le ridicule.

Publié le 10 janvier 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Je viens de m’apercevoir que j’ai châtié un peu durement Binoclard. En effet, après avoir été voir ailleurs, j’ai bien peur que son article reste la première et la meilleure contestation possible de mon site. Suite aux nombreuses interventions médiocres que je reçois des féministes, et qu’il me faut souvent censurer tant le niveau est bas, je dois faire ce constat : je n’ai pas de vrai contradicteur. Je vais rester toute ma vie vie comme Michael Schumacher, gagnant tous les grands prix de l’intelligence, de la culture, de la rhétorique, du développement intellectuel, sans concurrence et sans opposition réelle. Malheureusement à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Pour vous illustrer à quel point l’opposition est faible, voici un article d’une féministe à mon sujet : une de celles-là a décidé de détrôner Binoclard de sa place sur google suite au défi que j’avais lancé. Mais elle est très loin de Binoclard qui est pourtant loin de moi. Devrais-je me contenter d’adolescentes sans culture pour faire mon panégyrique ?Devrais-je toutes les dépuceler moi-même pour leur faire découvrir la vie ? La réponse est terrible. C’est OUI (pour l’instant).

J’espère que ma présente réponse, servira à toutes les autres qui auront les même velléités. Par pitié élevez le niveau !

 

http://actufeministe.blogspot.com/2011/12/reponse-les-femmes-ne-servent-plus-rien.html

 

Le plus criant quand on arrive sur ce site c’est le logo. Un « genre » féminin marche sur le monde avec une attitude conquérante. Très beau résumé du féminisme, je n’aurais pas fait mieux :

 

bannièreCA[1]

 

Il y aurait bien à dire sur la confusion que l’auteure entretient entre sexisme et identité sexuelle, sur ces articles pleins de poncifs, mais là, il n’y a rien d’original. Je me contenterais donc de ce qui me concerne pour ne plus avoir à y revenir.

 

Les subtilités historiques échappant souvent aux féministes, elles ne connaissent pas l’histoire, et en font une mythologie personnelle. Par exemple, pour cette féministe, je m’identifie à un perdant : Léonidas. Comprend-elle la notion de sacrifice, de victoire des idées au-delà des hommes, de force virile, de responsabilité civique ? Non pour une féministe c’est incompréhensible, beaucoup trop subtil ! Mademoiselle a besoin d’explications et il me faut lui faire sa culture (en plus du reste) : je sais que je vais, personnellement perdre cette bataille. Mais je gagnerai la guerre. Léonidas perd pour faire gagner la société. Il se sacrifie. A sa suite, 1million de Perses seront battus par 50 000 Grecs, unis, entre Spartes et Athéniens.

 

Dans l’esprit d’une féministe tous ceux qui s’opposent au féminisme sont forcément masculiniste, des hommes qui n’assument pas leur antiféminisme. Cependant, il est en dehors de leur champ de conception d’imaginer qu’un homme soit antiféministe et pas du tout masculiniste. Je n’ai pas besoin de cultiver mes valeurs masculines pour me sentir homme. Je châtie le féminisme, c’est tout. Le féminisme veut nous faire croire que les identités ne sont pas stables ou souhaitables. Elles le sont très fortement chez moi.

 

N’ayant que peu réfléchi à son article, salopant le travail, la partie qu’elle recopie de mon article est plus longue que ce qu’elle écrit elle-même. Celle-là désirerait que je quitte mon pseudo parce que je n’assumerais pas mon combat. Croit-elle pouvoir jouer sur mon hypothétique complexe de supériorité pour me faire sortir de l’anonymat ? Aujourd’hui les féministes sont flattées, et elles sont pourtant plus incapables et idiotes que jamais. Elles peuvent donner leur nom. Il n’y a aucun risque pour elles sauf à passer pour des imbéciles aux yeux de ceux qui les lisent (et elles ne se privent pas de cet avantage certain dans notre monde). Par contre celui qui mène un combat comme le mien a besoin de se protéger. Je me protège des féministes, qui je le sais, me rendraient la vie impossible comme elles la rendent à tous ceux qui essaient de s’opposer à elles dans leur entourage. Ce sont des tyrans du quotidien qui n’hésitent pas à utiliser les fausses accusations, les mensonges, les calomnies, pour arriver à leurs fins. Face à cela, je me défends par l’anonymat. Contre cela, elles ne peuvent rien, et elles n’y pourront jamais rien. Voilà comment j’ai décidé de contourner leur diktat. Cela les fait enrager : tant mieux !!!! Je sais être en position de faiblesse. Je n’ai pas la prétention d’en démontrer à ces femmes en termes de vilenies, d’absence de morale, de coups tordus. Sur ces points, je les sais beaucoup plus fortes que moi et j’attendrai d’être un peu plus fort pour changer de stratégie. En attendant, mesdemoiselles, pérorez dans le vide, c’est “>

Lire la suite

53 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Manifeste des 343 femmes européennes : “Mon corps, mes droits !””, L’Obs du 12/10/2018.

    Des écologistes favorables à l’infanticide par avortement, cela en dit long sur le sens de la démarche…

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “« Beaucoup d’hommes perçoivent #MeToo comme un danger pour leurs privilèges »”, Le Point du 09/10/2018.

    Elle confond contrainte et soumission (lacunes en matière psychologique). Elle prête des intentions aux personnes qui ne sont pas d’accord avec elle. Elle indifférencie les rapports masculins-féminins en s’attaquant à la notion de “consentement”, mais elle s’étonne d’être accusée de vouloir perturber/détruire les relations entre hommes et femmes. Je m’arrête là pour le factuel même s’il y aurait bien à dire. Voilà une personne qui intellectualise les rapports sentimentaux en singeant ce qu’elle croit connaître des hommes. Elle ferait mieux de s’appliquer à devenir une femme digne de ce nom.

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.