Accueil » Erreur idéologique » Le ridicule n’a pas tué le féminisme, rien ne tuera le ridicule.
Antiféminisme Aimeles

Le ridicule n’a pas tué le féminisme, rien ne tuera le ridicule.

Publié le 10 janvier 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Je viens de m’apercevoir que j’ai châtié un peu durement Binoclard. En effet, après avoir été voir ailleurs, j’ai bien peur que son article reste la première et la meilleure contestation possible de mon site. Suite aux nombreuses interventions médiocres que je reçois des féministes, et qu’il me faut souvent censurer tant le niveau est bas, je dois faire ce constat : je n’ai pas de vrai contradicteur. Je vais rester toute ma vie vie comme Michael Schumacher, gagnant tous les grands prix de l’intelligence, de la culture, de la rhétorique, du développement intellectuel, sans concurrence et sans opposition réelle. Malheureusement à vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Pour vous illustrer à quel point l’opposition est faible, voici un article d’une féministe à mon sujet : une de celles-là a décidé de détrôner Binoclard de sa place sur google suite au défi que j’avais lancé. Mais elle est très loin de Binoclard qui est pourtant loin de moi. Devrais-je me contenter d’adolescentes sans culture pour faire mon panégyrique ?Devrais-je toutes les dépuceler moi-même pour leur faire découvrir la vie ? La réponse est terrible. C’est OUI (pour l’instant).

J’espère que ma présente réponse, servira à toutes les autres qui auront les même velléités. Par pitié élevez le niveau !

 

http://actufeministe.blogspot.com/2011/12/reponse-les-femmes-ne-servent-plus-rien.html

 

Le plus criant quand on arrive sur ce site c’est le logo. Un « genre » féminin marche sur le monde avec une attitude conquérante. Très beau résumé du féminisme, je n’aurais pas fait mieux :

 

bannièreCA[1]

 

Il y aurait bien à dire sur la confusion que l’auteure entretient entre sexisme et identité sexuelle, sur ces articles pleins de poncifs, mais là, il n’y a rien d’original. Je me contenterais donc de ce qui me concerne pour ne plus avoir à y revenir.

 

Les subtilités historiques échappant souvent aux féministes, elles ne connaissent pas l’histoire, et en font une mythologie personnelle. Par exemple, pour cette féministe, je m’identifie à un perdant : Léonidas. Comprend-elle la notion de sacrifice, de victoire des idées au-delà des hommes, de force virile, de responsabilité civique ? Non pour une féministe c’est incompréhensible, beaucoup trop subtil ! Mademoiselle a besoin d’explications et il me faut lui faire sa culture (en plus du reste) : je sais que je vais, personnellement perdre cette bataille. Mais je gagnerai la guerre. Léonidas perd pour faire gagner la société. Il se sacrifie. A sa suite, 1million de Perses seront battus par 50 000 Grecs, unis, entre Spartes et Athéniens.

 

Dans l’esprit d’une féministe tous ceux qui s’opposent au féminisme sont forcément masculiniste, des hommes qui n’assument pas leur antiféminisme. Cependant, il est en dehors de leur champ de conception d’imaginer qu’un homme soit antiféministe et pas du tout masculiniste. Je n’ai pas besoin de cultiver mes valeurs masculines pour me sentir homme. Je châtie le féminisme, c’est tout. Le féminisme veut nous faire croire que les identités ne sont pas stables ou souhaitables. Elles le sont très fortement chez moi.

 

N’ayant que peu réfléchi à son article, salopant le travail, la partie qu’elle recopie de mon article est plus longue que ce qu’elle écrit elle-même. Celle-là désirerait que je quitte mon pseudo parce que je n’assumerais pas mon combat. Croit-elle pouvoir jouer sur mon hypothétique complexe de supériorité pour me faire sortir de l’anonymat ? Aujourd’hui les féministes sont flattées, et elles sont pourtant plus incapables et idiotes que jamais. Elles peuvent donner leur nom. Il n’y a aucun risque pour elles sauf à passer pour des imbéciles aux yeux de ceux qui les lisent (et elles ne se privent pas de cet avantage certain dans notre monde). Par contre celui qui mène un combat comme le mien a besoin de se protéger. Je me protège des féministes, qui je le sais, me rendraient la vie impossible comme elles la rendent à tous ceux qui essaient de s’opposer à elles dans leur entourage. Ce sont des tyrans du quotidien qui n’hésitent pas à utiliser les fausses accusations, les mensonges, les calomnies, pour arriver à leurs fins. Face à cela, je me défends par l’anonymat. Contre cela, elles ne peuvent rien, et elles n’y pourront jamais rien. Voilà comment j’ai décidé de contourner leur diktat. Cela les fait enrager : tant mieux !!!! Je sais être en position de faiblesse. Je n’ai pas la prétention d’en démontrer à ces femmes en termes de vilenies, d’absence de morale, de coups tordus. Sur ces points, je les sais beaucoup plus fortes que moi et j’attendrai d’être un peu plus fort pour changer de stratégie. En attendant, mesdemoiselles, pérorez dans le vide, c’est « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

49 Commentaires

    • Commentaire de François:

      Après les Africains, les lesbiennes, maintenant les arbres ?

      Tout pour humilier l’homme français blanc. Celui qui n’a pas compris cela n’a rien compris aux femmes.

      Perso, j’attends beaucoup du mouvement vegan et de l’idéologie qui le sous-tend : l’anti-spécisme

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Les « boudins » répondent aux « fachos » », ER du 22/05/2018.

    2 filles qui se prennent pour des mecs, au-delà du rire, ça fait quand même un peu pitié.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « LA MARCHE DES FEMMES – Les Reportages de Vincent Lapierre », ERTV du 20/03/2018.

    Note : les contributeurs au financement participatif de Vincent Lapierre peuvent visionner la version intégrale de ce reportage sur leur espace privé.

    • Commentaire de Manuela:

      J’ai beaucoup de difficultés à visionner ce genre de reportage.

      Les interventions de l’élu qui parle français comme une vache espagnole et de la vieille lesbienne (j’imagine) m’ont suffi, j’aimerai en savoir plus sur leur vie privée.

      C’est toujours la même chose névrose endoctrinement, névrose endoctrinement et ainsi de suite… Les déviants qui donnent des leçons aux gens équilibrés.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Le date sans consentement d’Emilie : « Il enlève son caleçon » », L’Obs du 10/03/2018.

    Elle est pas à gauche, elle est pas à droite, elle est très maladroite.

    Vu qu’elle lui envoie des messages contradictoires, le mec se met à se branler à côté d’elle. IMPOSSIBLE De l’accuser d’agression sexuelle dans de telles conditions.

    J’aurais jamais imaginé un tel truc. Mais bravo pour l’imagination. Du coup, la fille accepte de passer à la casserole (remarque, elle était déjà en pyjama au moment de le recevoir). A 1h du mat, le type fait sonner son téléphone. Il se barre et elle ne l’a jamais revu, même si elle en crève d’envie. Du coup, elle a les boules…

    Je ne remercierai jamais assez Renée Greusard pour ses articles qui redonnent foi en l’homme.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Allemagne : un short cadenassé fait polémique », Le Point du 22/02/2017.

    Pour conserver son minou en sûreté, les féministes réinventent la ceinture de chasteté.
    Eh, c’est fini le temps des chevaliers !

    • Commentaire de kasimar:

      Les féministes plus liberticides que les talibans ? :/

      Remarquez, y’en a qui vont plus loin, celles qui coupent les gonades à leurs maris « violents » entre autres.

      Sale temps pour se mettre en couple quand on est un homme

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Dommage qu’il en soit encore à parler de féminisme « radical ». Je ne vois toujours pas ce que les féministes « modérées » nous ont apporté.

  6. Commentaire de Nash:

    J’ai été modéré sur antisexisme. Quel magnifique ouverture d’esprit de sa part ! Du fascisme à l’état brut ce qui en dit long sur son « féminisme » …

    Quand je vois ca et les blog comme celui d’Héloïse, je me dit que votre positionnement est loin d’être incohérent.

    Le commentaire que j’avais posté :

    Une petite citation de Clémentine Autain pour aggrémenter votre reflexion :

    « Les violeurs, eux, sont exclusivement des hommes, à quelques rarissimes exceptions. L’infime pourcentage de femmes qui violent contrecarre juste l’hypothèse d’un besoin physique irrépressible typiquement masculin. Le viol ne vient pas combler un besoin sexuel mais satisfaire un désir extrême de possession, de domination, d’asservissement de l’autre. »

    Vous pouvez aussi lire le livre de Marcela Iacub : Une société de violeur ? qui a le mérite d’offrir une analyse intéressante loin des stéréotypes sexistes actuellement véhiculé sur le viol.

    Comment déterminer que 35% des hommes auraient une propension au viol ? Vous citez une étude de 1992 fait sur un échantillon de 192 hommes dont on ne sait rien des antécédents psy et il n’est pas fait mention des facteurs tel que l’identification passive, le transfert, la valeur que l’intérogé donnait à sa réponse. Il y a aussi les fantasmes. Ces chiffres sont trop faible et les résultats pas assez systématique pour en tirer une quelconque conclusion pertinente.

    Comme vous le dites vous même « J’ai moi-même été très étonnée de trouver un taux très constant dans les études : très souvent autour de 30% ! » et vous auriez mieux fait d’interroger un peu plus l’étude avant de colporter de pareil choses qui finalement continuent de propager vos « mythes sur le viol » le tout derrière l’objectivité feinte de la science !

    Il faudrait aussi que vous fassiez un article sur les stéréotypes entretenu par les femmes et certaines féministes sur les hommes. Notamment le cas de la violence conjugale, les violences sur les enfants et puis vous pourriez interoger la théorie de la domination masculine qui est très clairement hétérosexiste.

    Un vrai document très intéressant à lire (mais il parle que des victimes masculines, c’est tellemment rare !) : http://leblogdenash.over-blog.com/article-a-lire-le-garcon-invisible-s-ouvrir-aux-victimes-masculines-95968677.html

    Quant au plaisir féminin dans la fellation, il est du même ordre que celui de l’homme dans le cunnilingus. Vous prenez la séxualité par le mauvais bout car le sexe c’est avant tout un échange et des fois il faut faire des choses dont a pas vraiment envie ou qui ne donne pas de plaisir mais qui dans l’échange des corps prend du sens.

    Salutations

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      dad0bb8416af8cea57475981ff142636

      Je vous l’ai déjà dit, elles ne mènent pas un combat pour la vérité. Mais continuez à la affronter, vous découvrirez bien le fond de l’affaire. Dès que vous êtes repéré comme portant atteinte à leur intérêts vous êtes viré. J’ai le langage d’un extrémiste, elles en ont les manières.

      Sur le viol, ils proviennent de mères dominatrices qui éduquent leur garçon dans la violence. Elles ne veulent jamais s’interroger sur leurs responsabilités d’éducatrices. Il n’y a rien à en tirer.

  7. Commentaire de Nash:

    Très chèr pierre

    Vous dites que j’ai « une cervelle à un neurone » mais savez vous raisonner par l’absurde ?

    Vous affirmez qu’il n’y a pas de centre pour hommes battus donc que le problème est marginal et si vous inverssez la causalité : Il n’y a pas de centre pour hommes battus car le problème n’est pas pris en compte malgrè un certain nombre d’indicateur comme le relate les cherheurs :

     » Researchers who have an ideological commitment to the idea that men are almost always the sole perpetrator often conceal evidence that contradicts this belief. Among researchers not committed to that ideology, many (including me and some of my colleagues) have withheld results showing gender symmetry to avoid becoming victims of vitriolic denunciations and ostracism (see Method 7 below). Thus, many researchers have published only the data on male perpetrators or female victims, deliberatcly omitting data on female perpetrators and male victims. »

    (Murray A. Strauss, Processes Explaining the Concealment and Distortion of Evidence on Gender Symmetry in Partner Violence, Eur. J. Crim. Policy Res. (2007) 13:227-232 )

     ou encore cet article :

     » 13. Feminist belief perseverance

    Feminist core beliefs about domestic violence include the following: that most men are violent, that women’s violence is in self-defense, that male violence escalates, and that women are by far, the most injured. The data reviewed above reveal something very different; that both genders use violence, women use it against non-violent men, more violence deescalates than escalates, and both groups are injured, with women somewhat more likely to experience negative outcomes. The bbelief perseveranceQ processes used against new data sets to maintain the feminist paradigm include the following: first, to deny female violence while generalizing male violence patterns from the bpatriarchal terroristQ group to all batterers and in some cases, all men (disconfirmed by the Straus surveys). Then, to attack the Straus surveys for ignoring the context of violence: suggesting that females were using violence defensively (disconfirmed by Stets and Straus and other studies cited above,) or that females were substantially more injured (disconfirmed by Archer). When all of these conceptual shields failed, the final step was to attack quantitative research in general (e.g. Bowman, 1992; Yllo, 1988). « 

    (Donald G. Dutton,T, Tonia L. Nicholls, University of British Columbia, The gender paradigm in domestic violence research and theory: Part 1—The conflict of theory and data, Aggression and Violent Behavior 10 (2005) 680–714 )

    C’est bien un raisonnement pervers que d’affirmer que c’est un problème marginal parce qu’il n’y a pas de centre pour femmes alors que l’ouverture de centre est la conséquence de l’acceptation de victimes.

    A ce sujet voici l’intervention d’une avocate au colloque SOS Hommes Battus (voir : http://leblogdenash.over-blog.com/article-hommes-victimes-et-femmes-violentes-premier-colloque-de-l-association-sos-hommes-battus-87189184.html)

    « Les hommes victimes de violences au sein du foyer ne sont pas crus lorsqu’ils déposent plainte, voient leurs plaintes refusées ou sont contraints de déposer une main courante. Le risque de renoncement est alors très élevé. Il est intéressant de noter que lorsqu’un dépôt de plainte a lieu en présence d’une femme, celle-ci est plus facilement prise en compte par les services. »

    Si je fais le compte, vous m’avez à de nombreuses reprises insulté, invectivé sans jamais apporter d’éléments aux débats puique vous avez une posture intellectuel très loin d’une approche objective et ce n’est pas le pire c’est que vous ne voulez pas écouter une autre approche.

    Petit condensé :

    « il ne sait pas lire, c’est tout. »

    « Vous êtes bien piètre, nash »

    « pas lâcheté sans doute ? »

    « ça dépasse sûrement votre cervelle à un neurone. »

    « Si on écoute des gens comme vous, des millions de victimes (femmes ET hommes) sont ignorées, voilà ce que je dis.  »

    « Votre refus d’endosser l’étiquette masculiniste montre bien la réalité : vous êtes dans la peur dont je parlais plus haut. Vous ne voulez pas changer, vous restez figé sur vos positions.  »

    « Si vous aviez un brin d’intelligence »

    Mais à part ca, Pierre est « non violent » (sic !). Tout cela me laisse perplexe …

  8. Commentaire de Nash:

    J’ai déjà compris mais ca faisait longtemps que je voulais échanger avec PierreGr tant son mode de pensée, sa facon d’écrire me laissait voir un vrai idéologue limite fachisant, un techno prêtre de son temps. J’ai pas été décu et il s’est révélé lui même au fur et à mesure de la discution et tout s’est accéléré quand il m’a parlé de sa looooooooooonguuuuueeeeeeeee psychothérapie.

    Il s’est crashé quand il a fait un jolie transfert virtuel agrémenté de petites phrases du type « si vous aviez un brin d’intelligence » et de toute puissance infantile « je connais très bien l’inconscient humain ».

    Il s’est montre tel qu’il est : malhonnête, menteur, calomnieur. Il n’a pas hésité à travestir mes propos, me diaboliser en m’accusant de promouvoir la non prise en compte des victimes de pédophile mais sa perversité a été mise à jour lorsqu’il a affirmé qu’il n’y avait pas de centre pour hommes battus donc pas d’hommes battus.

    En gros son raisonnement :

    1 – Vos chiffres sur les victimes masculines ne valent rien et pour lui moi [lui] les hommes battus ca n’éxistent pas

    2 – Il n’y a pas de maison pour hommes battus

    3 – (donc) Il n’y a pas d’hommes battus parce qu’il n’y a pas de maison pour eux.

    Raisonnement pervers car il postule sa futur conclusion. Une tautaulogie en somme.

    Plus attachant et intéressant est le site antisexisme dont le contenu est discutable. L’auteur se donne assurément du mal et a pour défaut de ne pas assez intéroger ce sur quoi elle écrit. J’hésiterai pas à reprendre certains de ses articles.

  9. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Je me demande combien de temps Nash s’en prendra plein la tête avant de comprendre ????

  10. Commentaire de Nash:

    C’est bien votre chance. Vous êtes repris sur des sites où l’on vous critique parfois à juste titre mais au moins on vous fait de la pub !

    Qui est venu critiquer mes différents articles ? :

    Le colloque de SOS Hommes Battus

    Le sexisme anti – homme

    Les fausses accusations de viol

    Ma réponse à RebeCon

    La journée des hommes

    Au deumeurant celle ou celui qui a écrit l’article se grille car cette personne admet votre existence, vous fait de la pub en somme a fait une erreur stratégique. En prenant le temps de vous répondre elle entérine implicitement votre positionnement ou du moins les prémices à votre engagement.

    L’analyse de la photo est excellent et très juste !

  11. Commentaire de Nash:

    Je crois malgrè tout que les hommes ont besoin de se regrouper. Il faut voir la force de frappe qu’il y a en face :

    Le site antisexisme (très consensuel et qui cache une vision politiquement correcte sous un vernis scientifique. Ah la science à la Lyssenko!)

    OLF

    Egalité 2012

    Plusieurs petits blogs ….

    On y retrouve toujours les mêmes dont pierregr et consort. Qu’est ce que vous pensez de ces sites ?

    Il faut être mobile et s’investir dans plusieurs axes quittent à avoir plusieurs niveaux et spécialité tant qu’il y a une organisation.

    Vous êtes « vieux » mais vous avez un côté jeune rebel, limite anar qui me plaît beaucoup.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription