Accueil » Domination féminine » Les femmes et leur contrôle des fréquentations des hommes
AIMELES Antiféminisme

Les femmes et leur contrôle des fréquentations des hommes

Publié le 18 juin 2019 par Léonidas Durandal à 23 h 10 min

raison. Mais en même temps, une violence qui ne dit pas ses mots transpire de ces comportements. En fait, ces mères là, n’essayent pas de faire grandir leur enfant. Elles se les approprient psychiquement. Il vaudrait mieux qu’elles les fessent car ces enfants comprendraient qu’ils ont franchi une limite physique. Au contraire, ici, ils intégreront la brimade comme d’un interdit quasi spirituel. L’enfant aura osé faire preuve d’autonomie. L’autonomie aura été sanctionnée et finira par être considérée comme une mauvaise action. N’ayant pas grandi pour l’occasion, chaque situation de vivre de manière autonome plus tard, exposera l’enfant à un danger qui se réalisera forcément à un moment donné ou à un autre et qui validera les vues de la mère.   

Avec l’expérience, toute mère va intégrer plus ou moins instinctivement, que l’abus par le détournement des bonnes intentions, va lui donner du pouvoir, et que ce pouvoir va lui permettre de contrôler son entourage, soit disant pour la guérir d’angoisses qui ne feront qu’aller croissant pour justifier sa prise de pouvoir (la peur de voir l’enfant emporté par une rame de métro, la peur de voir son enfant devenir un délinquant…). Elle piquera une crise si son mari la remet en question, elle lui fera la guerre pour qu’il admette sa prééminence de mère sur sa progéniture, et quand il aura cédé, car qui veut vivre dans un climat de perpétuelle violence, elle contrôlera « ses » enfants dont elle pourra se servir pour faire pression sur toute la société, y compris son mari (voir le roman de Mauriac « Le nœud de vipères »).

Alors en situation confortable, jamais exposée directement, elle pourra envoyer ses petits soldats combattre pour elle, qui d’un professeur trop charismatique, qui d’un mari révolté, qui d’un voisin dérangeant. Dans ce cas, ses enfants verront le monde déformé à travers son regard, et deviendront incapables de juger de par leurs propres sentiments, même à l’âge adulte. Mineur un jour, mineur toujours. Ils auront beau quitter le foyer ou bien détester leur mère et rejeter son éducation, ils seront sous son emprise. Le plus souvent ils reviendront se soumettre à tous ses desiderata en cas de souci, voire ne quitteront jamais vraiment le foyer comme tous ces hommes des pays arabes sanctifiant leur mère, ou comme tous ces hommes passant de femmes en femmes en Afrique noire.

La tribalisation est à l’oeuvre aussi dans notre société, même si la persistance d’une civilisation marginalise encore aujourd’hui, ces enfants. Car leur intégration sociale ne peut être que lacunaire. Par exemple, la fidélité à la tribu va primer sur toute considération de vérité, de justice. Or une civilisation fonctionne sur un état de droit qui déconsidère les réflexes tribaux. Si vous tuez quelqu’un parce qu’il est sur votre territoire (réflexe normal de certains banlieusards), une civilisation saine ne devrait pas vous trouver d’excuse. Tout comme si un représentant des forces de l’ordre tente de vous arrêter et que vous vous cachez près d’un transformateur électrique et que vous vous électrocutez, une civilisation n’ira pas pleurer sur vous, ni même faire de procès aux policiers concernés.

Or la déliquescence du corps familial chez nous, prend des atours parfois plus détestables que dans les tribus quand on songe que dans notre civilisation en bout de course, le rôle des pères peut être réduit à néant par le biais de l’intervention du socialisme étatique conjugué à une technologie hors de contrôle (pour faire un parallèle sur la question de l’élimination des pères par les inséminations artificielles et les modifications géniques qui se justifient par un « puisque ça existe, ce sera utilisé », c’est comme si nous autorisions l’usage des bombes nucléaires dans les relations internationales parce que nous en avons la possibilité).

Plus précisément, et pour en revenir à la thématique de mon article, l’enfant n’aura le droit de fréquenter d’autres enfants que s’ils conviennent à la mère. Bien entendu, au fur et à mesure de l’avancement en âge du petit, la mère va devoir jouer d’habileté pour justifier de son emprise. Elle ne pourra plus l’écarter de tous, elle devra lui faire agréer à ses vues. La mise sous tutelle du père sera alors essentielle pour qu’elle puisse garder son contrôle. D’où la guerre qui lui sera faite pour le mettre sous tutelle lui-aussi et que j’aborderai plus en détail après.

Sur la mise sous tutelle des fréquentations d’un enfant, « >

Lire la suite

6 Commentaires

  1. Ping de Hancel de sexe male:

    « Mineur un jour, mineur toujours. » D’où pédophilie ?

  2. Ping de Thomas Assez de sexe male:

    cette article m'a fait repensé à ces 2 faits :

    https://www.youtube.com/watch?v=exAVS63MxhM

    une mère qui frappe son fils, on ne parle pas de violence, pire elle est traité comme une héroine par tous les médias américains, imaginez que ce soit son père …

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/11/08/01016-20181108ARTFIG00007-affaire-mounia-haddad-la-justice-rend-sa-decision-ce-jeudi.php

    un père qui essaie de proteger sa fille en la ramenant à la maison puisque disparue sans nouvelle avec ses économies prises par le nouveau companion, marié illégalement (religieusement mais pas civilement)… et on parle carrément de séquestration et jugé avec de la prison ferme !

     

     

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Dracarys – Pourquoi Ned Stark est un imbécile ?" Tatiana Ventôse du 03/11/2016

    Voilà l'exacte manière des femmes de concevoir la politique : sous l'angle de la manipulation. Pourtant, elle distingue très bien les décisions personnelles, des décisions d'ordre générale, ce qui est plutôt bien pour une femme. Mais pour elle, avec toute son intelligence, les décisions d'ordre général ne sont pas soumises à une forme de vérité. Comme dans les relations personnelles, il faut d'abord prendre en compte les personnes et leur pouvoir. En cela son introduction des visions de Machiavel sur la politique, pourrait être comprise comme une mort de la philosophie en politique, la mort de Sénèque… qui va conduire Néron à la mort politique, et à la mort tout court, processus qui conduit à la mort de notre civilisation également. Car un pouvoir n'est pas fondé sur de l'habileté, mais d'abord sur une idée noble. Le monde est rempli de personnes habiles en politique. Vraiment très habiles, de Machiavels. Et pourtant nous dégénérons. Une idée noble induit sa défense par des moyens habiles. Pas l'inverse. Il faut reprocher à Ned Stark d'avoir été peut-être malhabile. Mais plus certainement écrasé par un monde dégénéré en cours de féminisation sans ordre ni honneur, ce que le spectateur défendeur de Ned Stark et pourtant féminisé, sent implicitement. L'idée de civilisation perdure longtemps dans l'esprit des hommes, même après sa disparition.      

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.