Accueil » Eglise/Religion » Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti
AIMELES Antiféminisme

Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti

Publié le 8 octobre 2020 par Léonidas Durandal à 12 h 02 min

développement. »

Or ce n’est pas le lieu de naissance qui définit les êtres humains, mais les êtres humains qui donnent une identité à leur lieu de naissance. Voilà ce qui a fait et fait encore la différence entre pays développés et pays sous-développés. Les premiers ont placé l’humain au centre de leur développement. Les autres sont encore prisonniers du groupe et de visions magiques concernant « le développement », ce qui les conduit à choisir à la place les uns des autres, à décider de « droits » de manière artificielle, et ce qui les cloisonnera à jamais dans leur sous-développement jusqu’au jour où ils auront décidé d’évoluer. Cette pensée magique déresponsabilisante est à la source du sous-développement. L’homme est détenteur de son propre salut, de sa propre dignité et il ne la reçoit pas du monde dans un colonialisme moral qui rend impossible sa libération. 

Pour en revenir aux pays développés, le Pape considère que nos économies vivraient d’un gaspillage immense, synonyme pour lui d’abandon des vieux dans les maisons de retraite, et d’extermination des enfants dans le ventre de leur mère. Or il n’a pas compris que les attaques contre les personnes étaient justement une rationalisation économique, transposée à l’humain , et qui s’oppose à tout gaspillage. Notre société ne gaspille rien, pas même les vieux ou les enfants inutiles dont elle se débarrasse. Au fur et à mesure que le prix des objets intègre leur recyclage, nous en sommes venus à récupérer notre merde pour la faire fructifier. A l’opposé, avec les vieux, avec les enfants à naître, nous faudra-t-il apprendre à gaspiller notre temps et notre argent pour vivre dans une société plus humaine, où la loi de la nature ne règne pas en absolu totalitaire.

 

La question de l’immigration

Jamais non plus, le Pape ne fait-il l’analogie entre déplacements de population et traite d’esclave. Il n’a pas identifié ce mouvement qui était à l’oeuvre dans nos sociétés modernes. Pourtant, soit l’immigré est intégré à la machine de production et il perd sa culture, soit il est désintégré. L’immigration nous condamne donc à la submersion et à la réification des travailleurs, même autochtones, ou bien à l’extermination de nombreux immigrés. Les deux ne sont pas antinomiques d’ailleurs : pour ne prendre que la France, celle-ci désintègre nombre d’immigrés, et cela ne l’empêche pas d’être en cours de submersion et de détruire un modèle économique souffreteux, tant nous vivons d’illusions marxisantes/archaïques. Cela ne nous empêche pas non plus de subir l’annihilation culturelle des peuples autochtones telle que le Pape la dénonce.

Car en vérité, l’immigration est un frein à l’augmentation des petits salaires dans les pays riches, et un assèchement de la main d’oeuvre dans les pays pauvres. Elle empêche l’ouvrier autochtone de s’émanciper grâce à l’augmentation du prix de son travail. Et en cautionnant ce mouvement, l’Église participe à un nouveau commerce triangulaire. Car Elle ne fait pas qu’accueillir l’étranger, Elle l’encourage à venir par tout un tas de structures institutionnelles/politiques. Malgré cette nouvelle traite des esclaves, selon le Pape, nous n’aurions pas le droit de voter pour des mouvements politiques qui veulent l’empêcher, enseignement contraire à celui de l’Eglise depuis les premiers temps.

Pour en revenir à des considérations religieuses à propos de la parabole du bon Samaritain, il m’est d’avis que si quelqu’un veut accueillir un étranger, qu’il le fasse à son propre compte. Mais qu’il n’en fasse pas une décision politique supportée par l’ensemble de la communauté, et dont une majorité va être victime.

Poursuivons encore sur ce chemin d’incohérences idéologiques, et abordons la vision du Pape concernant les murs. Là encore, intérieur et extérieur se confondent dans une théologie suspecte. Pour lui, une personne seule ne prospère en rien. Il lui manque « l’altérité ». Qu’en est-il des ermites de l’Église qui Lui ont tant apporté ? Disparus. Les écosystèmes qui s’enrichissent sans apport extérieur, écosystèmes qui ne sont jamais si riches qu’ils sont isolés ? Cela ne fait pas partie de son raisonnement. Tout ouvrir, tout mélanger, tout métisser pour arriver à quoi, quelle originalité ? Pas de réponse. Au contraire, ce phénomène de métissage, serait source de diversité, ce qui est antinomique.

Pour notre Pape, la libre circulation des damnés de la terre ne s’appliquerait pas aux idées. Tout d’un coup, il s’oppose aux torrents de boue et aux fausses nouvelles qui seraient déversés sur les réseaux sociaux. Sur quelle base, les individus pourraient circuler quels qu’ils soient, et les idées ne le pourraient pas ? Parce que les idées « >

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "" Le Vatican ouvre la voie aux vaccins avec des cellules de fœtus avortés : « moralement accep-tables » MPI du 21/12/2020.

    Comment être tous frères si notre vie dépend de la mort d'enfants ? Face à une épidémie très dangereuse, la position du Vatican serait tenable. Mais là, ça paraît excessif.

  2. Ping de François de sexe male:

    Un passage que je voulais depuis longtemps vous soumettre, M. Durandal, à vous et vos lecteurs. Mais il me fallait le retrouver. (et je ne suis pas sûr de poster ce commentaire dans le bon article)

    "C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Eglise au tombeau. (…) « Pour abattre le Catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme. » Le mot est vrai, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-la avec l'Eglise. Corruptio optimi pessima. (…) Le meilleur poignard pour frapper l'Eglise au cœur c'est la corruption."

    Extrait de la lettre n°12 de Vindice, écrite de Castellamare, à Nubius, le 9 aout 1838. (une des lettres de la Haute-Vente [la Franc-Maçonnerie italienne] diffusée par le pape Saint Pie X au grand public.)

    Citée dans « La conjuration antichrétienne – Le temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise Catholique » de Mgr Henri Delassus.

    J'ai réussi à trouver une source informatique : page 1075 (page 327 sur la visionneuse web)

    https://pubhtml5.com/ejtz/ddtu/basic/301-350

    Etonnant non, ce lien entre la corruption de la femme et de l'Eglise !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      La femme est la reproductrice. Si vous réussissez à la corrompre, vous rendez le principe auquel elle appartient, stérile. Ces imbéciles n’ont pas seulement corrompu la femme d’église, ils ont surtout corrompu la femme en général, avec pour conséquence, la stérilité qui est la nôtre. Imaginez, sur une des dernières vidéos que j’ai publiée, les femmes interrogées dans la rue s’imaginent être aussi fortes physiquement qu’un homme, et s’imaginent pouvoir agir et penser à l’identique d’un homme. Comment voulez-vous que ces cruches ne ratent pas pitoyablement leur vie ? Sans même parler de toutes ces demi lesbiennes que l’on aperçoit de plus en plus dans les rues avec leurs cheveux bizarres et leurs tatouages. L’image de la franc-maçonnerie a vraiment une sale gueule surtout si vous songez aux jolies communiantes que nous avions il y a seulement 50 ans. Ces gens là sont laids et promeuvent la laideur absolue. Et ils appellent cela tolérance, ou autre.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Le pape François est favorable aux unions civiles pour continuer le combat contre le mariage homosexuel »" L'Obs du 22/10/2020.

    Je ne comprends pas pourquoi il a voulu se prononcer sur cette mesure civile. C'est faire trop de politique ou pas assez.