Accueil » Eglise/Religion » Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti
AIMELES Antiféminisme

Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti

Publié le 8 octobre 2020 par Léonidas Durandal à 12 h 02 min

de l’autre, et perdre ainsi en diversité, je suis persuadé qu’il va nous falloir revenir et de manière urgente, au travail sur notre propre culture catholique laissée à l’abandon.

 

De la mauvaise politique qui finit par déboucher sur de la mauvaise théologie 

La résurgence de systèmes mafieux que le Pape dénonce, n’est qu’un appendice de cette absence de murs : quand l’homme n’est plus en sécurité, il doit faire appel à des organisations alternatives pour le faire. Car la nature a horreur du vide, tout comme l’économie ne supporte pas la disparition de la propriété privée, qui constitue pour elle des murs à l’intérieur desquels elle prospère. Bien entendu, dans un monde idéal, il n’y aurait pas de péché et de mauvais comportements. Ce sera après la fin des temps. En attendant, l’homme est né pécheur, ce péché lui colle à la peau et nous ne devons pas faire comme si le monde pourrait fonctionner sans. 

« Si toute personne a une dignité inaliénable, si chaque être humain est mon frère ou ma sœur et si le monde appartient vraiment à tous, peu importe que quelqu’un soit né ici ou vive hors de son propre pays. Ma nation est également coresponsable de son développement, bien qu’elle puisse s’acquitter de cette responsabilité de diverses manières : en l’accueillant généreusement en cas de besoin urgent, en le soutenant dans son propre pays, en se gardant d’utiliser ou de vider des pays entiers de leurs ressources naturelles par des systèmes corrompus qui entravent le développement digne des peuples. »

Ici, le Pape réintroduit la notion de responsabilité collective, qui par conséquent, réintroduit le principe de punition collective et les injustices archaïques qui vont avec, débouchant sur les sacrifices humains comme d’une catharsis. Par là-même, il s’attaque au salut individuel catholique. Car si nous sommes responsables collectivement du bien être des autres nations, voire des autres en général, nous sommes tributaires des échecs d’une majorité qui décide pour nous, d’un président qui détourne le mandat pour lequel il a été élu ou encore, autre exemple non limitatif, de l’ignorance générale. En vérité, l’expérience catholique nous apprend qu’il est déjà bien difficile de se gouverner soi-même, et qu’étendre cette responsabilité au monde entier, c’est charger les épaules du croyant d’un poids qu’il ne pourra jamais porter, le confinant à une culpabilité sans fin, ce qui arrive d’ailleurs aux meilleurs des gauchistes. 

Et puis, si je dois me placer du côté du pauvre, non, les gens n’ont pas besoin de sauveur pour se débrouiller par leur propre moyens. Au contraire ont-ils besoin de Jésus pour se réfréner dans leur moralité intérieure quand ils sont devenus riches à force de liberté.

De même, comment le Pape peut-il dénoncer l’isolement croissant des individus dans nos sociétés « modernes » et vouloir tout en même temps que les corps intermédiaires, dont la nation, disparaissent. L’établissement d’un gouvernement mondial ne rendra pas son identité à ces individus là :

« Nous avons besoin d’un ordre juridique, politique et économique mondial « susceptible d’accroître et d’orienter la collaboration internationale vers le développement solidaire de tous les peuples ».[120]

Je pense même qu’à l’inverse, ces structures désincarnées/éloignées renforceront encore la mainmise des technocraties sur les personnes. Et pour reprendre l’exemple de la pandémie mondiale comme le Pape François le fait :

« (pendant) la pandémie de Covid-19 …nous nous sommes rappelés que personne ne se sauve tout seul, qu’il n’est possible de se sauver qu’ensemble. » (proposition 32)

Chez nous en France, au contraire, le gouvernement a pris des décisions qui nous mettaient en danger, et nous nous sommes sauvés individuellement, en faisant appel aux compétences de chacun (fabrication de masques, soin, mesures d’hygiène).

La société ne se confond pas avec le collectif, ni avec le socialisme. A l’inverse de l’idée défendu par le Pape, c’est plutôt le capitalisme qui nous a donné les moyens de soigner les gens en fournissant des produits et des respirateurs, tandis que le collectivisme nous enfermait chez nous et nous isolait en nous faisant payer le prix de ses déficiences, tout en ayant l’outrecuidance d’accuser le capitalisme ! Le manque de respirateurs et le décès des personnes âgées sont directement dus à la politique socialiste de clientélisme, d’immigration et des restrictions liées à celle-ci, pas à l’économie de marché. Tout comme les pays qui ont réussi à se développer ont dû se départir du socialisme (voir comment l’Argentine s’enfonce depuis quelques décennies grâce à son progressisme tout neuf, voir comment les états démocrates des USA ont « >

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "" Le Vatican ouvre la voie aux vaccins avec des cellules de fœtus avortés : « moralement accep-tables » MPI du 21/12/2020.

    Comment être tous frères si notre vie dépend de la mort d'enfants ? Face à une épidémie très dangereuse, la position du Vatican serait tenable. Mais là, ça paraît excessif.

  2. Ping de François de sexe male:

    Un passage que je voulais depuis longtemps vous soumettre, M. Durandal, à vous et vos lecteurs. Mais il me fallait le retrouver. (et je ne suis pas sûr de poster ce commentaire dans le bon article)

    "C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Eglise au tombeau. (…) « Pour abattre le Catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme. » Le mot est vrai, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-la avec l'Eglise. Corruptio optimi pessima. (…) Le meilleur poignard pour frapper l'Eglise au cœur c'est la corruption."

    Extrait de la lettre n°12 de Vindice, écrite de Castellamare, à Nubius, le 9 aout 1838. (une des lettres de la Haute-Vente [la Franc-Maçonnerie italienne] diffusée par le pape Saint Pie X au grand public.)

    Citée dans « La conjuration antichrétienne – Le temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise Catholique » de Mgr Henri Delassus.

    J'ai réussi à trouver une source informatique : page 1075 (page 327 sur la visionneuse web)

    https://pubhtml5.com/ejtz/ddtu/basic/301-350

    Etonnant non, ce lien entre la corruption de la femme et de l'Eglise !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      La femme est la reproductrice. Si vous réussissez à la corrompre, vous rendez le principe auquel elle appartient, stérile. Ces imbéciles n’ont pas seulement corrompu la femme d’église, ils ont surtout corrompu la femme en général, avec pour conséquence, la stérilité qui est la nôtre. Imaginez, sur une des dernières vidéos que j’ai publiée, les femmes interrogées dans la rue s’imaginent être aussi fortes physiquement qu’un homme, et s’imaginent pouvoir agir et penser à l’identique d’un homme. Comment voulez-vous que ces cruches ne ratent pas pitoyablement leur vie ? Sans même parler de toutes ces demi lesbiennes que l’on aperçoit de plus en plus dans les rues avec leurs cheveux bizarres et leurs tatouages. L’image de la franc-maçonnerie a vraiment une sale gueule surtout si vous songez aux jolies communiantes que nous avions il y a seulement 50 ans. Ces gens là sont laids et promeuvent la laideur absolue. Et ils appellent cela tolérance, ou autre.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Le pape François est favorable aux unions civiles pour continuer le combat contre le mariage homosexuel »" L'Obs du 22/10/2020.

    Je ne comprends pas pourquoi il a voulu se prononcer sur cette mesure civile. C'est faire trop de politique ou pas assez.