Accueil » Eglise/Religion » Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti
AIMELES Antiféminisme

Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti

Publié le 8 octobre 2020 par Léonidas Durandal à 12 h 02 min

aux crimes qui se passent dans la rue par exemple. Or dans la pratique, ceux qui interviennent exacerbent souvent les tensions. Notre Pape cite régulièrement Augustin dans son texte. Un autre Augustin en France a voulu jouer les bons samaritains dernièrement en se prenant pour un justicier. Il a été laissé entre la vie et la mort. S’il n’avait rien fait, tout le monde s’en serait très bien sorti. Mais il avait développé le complexe du sauveur. Il a mis sa vie en danger, pour rien. Voilà ce qui arrive quand on ne réfléchit pas aux conséquences de ses actes.

A l’inverse, autant notre Pape est favorable aux conflits individuels dans la rue pour des raisons futiles, autant les nations n’y auraient pas droit du tout :

il est très difficile aujourd’hui de défendre les critères rationnels, mûris en d’autres temps, pour parler d’une possible “guerre juste”. Jamais plus la guerre ![242]

La justice qu’un individu doit obtenir selon le Pape, devant les tribunaux, ou lorsqu’il se fait agresser et qu’il doit être défendu, n’est plus possible pour une nation. Toute sa dialectique qui assimile les lois personnelles aux lois collectives s’efface alors. La nation n’aurait plus de raisons de mander justice. Les peuples opprimés non plus. Tout cela parce que la notion de « guerre juste » aurait été détournée. Ne serait-il pas préférable de lutter contre les désinformateurs, et l’esprit niais qui encourage les gens à adhérer à des guerres imbéciles ? Bachar Al assad n’a-t-il pas eu raison de se défendre des terroristes islamistes ? S’il ne l’avait pas fait, le bilan en termes de morts n’aurait-il pas été plus important comme en Libye ? Et enfin, cette shoah que notre Pape dénonce à corps et à cris, n’a-t-il pas fallu une guerre pour y mettre fin ?

Même les soulèvements populaires ne trouvent grâce à ses yeux :

« Les manifestations publiques violentes, d’un côté ou de l’autre, n’aident pas à trouver d’issues. Surtout parce que, comme l’ont bien souligné les évêques de Colombie, lorsque sont encouragées « des mobilisations citoyennes, leurs origines et leurs objectifs n’apparaissent pas toujours clairement ; il y a des genres de manipulations politiques et on a observé des appropriations en faveur d’intérêts particuliers ».[219]

Il est vrai que les manipulations populaires font florès dans l’histoire. Seulement c’est aussi jeter le bébé avec l’eau du bain. La naissance des USA, ou de tous les anciens pays colonisés, cache certes des intérêts particuliers, mais qui pourra défendre que ces mouvements violents n’étaient pas nécessaires ? Vouloir proscrire toute violence, c’est figer un monde dans l’injustice, monde qui naît aussi de la violence, dans les cris et les larmes. Il n’y a pas de règles générales en l’occurrence. L’amour des siens, ou de la patrie, peut pousser des individus à prendre les armes, en toute justice, et à faire la guerre pour déboulonner des sépulcres blanchis. Tout comme la naïveté des populations et leur instinct grégaire peuvent les amener à participer à des manipulations oligarchiques. Combattre ce genre de mouvement collectif, ne se fera qu’en réhabilitant la responsabilité individuelle. Et surtout sans puritanisme.  

En la matière, la sécurité procurée par la menace nucléaire, est effectivement une fausse sécurité :

« La paix et la stabilité internationales ne peuvent être fondées sur un faux sentiment de sécurité, sur la menace d’une destruction réciproque ou d’un anéantissement total, ou sur le seul maintien d’un équilibre des pouvoirs. »

Cette « fausse sécurité » est pourtant préférable à la guerre. Et jamais le monde n’a connu un tel développement depuis qu’il a ce pistolet sur la tempe. C’est aussi ça l’exercice d’une responsabilité qui a donné jusque là, de bien meilleurs résultats que toutes les réactions absolues, de mère protectrice. Et pour cause. Même dans les rapports humains, l’absence de réaction face à l’agression, encourage le harcèlement. Jésus n’a pas cautionné ses assassins, il les a pardonnés. Nuance. Le reste de sa vie, il l’a passée à les dénoncer, à ne pas les laisser faire, à porter la contradiction et le conflit. A semer le trouble.

Car il faut une opposition pour qu’il y ait équilibre ou martyre ou réconciliation ou entente. Sans cela, il y a chèque en blanc à satan, qui se joue de nos désirs totalitaires de perfection. Par ailleurs, Dieu ne nous a pas créés impuissants. Au contraire, nous a-t-il donné la possibilité de choisir entre le bien et le mal, entre la destruction et la vie. Les nations également ont ce pouvoir. Et à leur tête, des individus qui décident « >

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "" Le Vatican ouvre la voie aux vaccins avec des cellules de fœtus avortés : « moralement accep-tables » MPI du 21/12/2020.

    Comment être tous frères si notre vie dépend de la mort d'enfants ? Face à une épidémie très dangereuse, la position du Vatican serait tenable. Mais là, ça paraît excessif.

  2. Ping de François de sexe male:

    Un passage que je voulais depuis longtemps vous soumettre, M. Durandal, à vous et vos lecteurs. Mais il me fallait le retrouver. (et je ne suis pas sûr de poster ce commentaire dans le bon article)

    "C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Eglise au tombeau. (…) « Pour abattre le Catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme. » Le mot est vrai, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-la avec l'Eglise. Corruptio optimi pessima. (…) Le meilleur poignard pour frapper l'Eglise au cœur c'est la corruption."

    Extrait de la lettre n°12 de Vindice, écrite de Castellamare, à Nubius, le 9 aout 1838. (une des lettres de la Haute-Vente [la Franc-Maçonnerie italienne] diffusée par le pape Saint Pie X au grand public.)

    Citée dans « La conjuration antichrétienne – Le temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise Catholique » de Mgr Henri Delassus.

    J'ai réussi à trouver une source informatique : page 1075 (page 327 sur la visionneuse web)

    https://pubhtml5.com/ejtz/ddtu/basic/301-350

    Etonnant non, ce lien entre la corruption de la femme et de l'Eglise !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      La femme est la reproductrice. Si vous réussissez à la corrompre, vous rendez le principe auquel elle appartient, stérile. Ces imbéciles n’ont pas seulement corrompu la femme d’église, ils ont surtout corrompu la femme en général, avec pour conséquence, la stérilité qui est la nôtre. Imaginez, sur une des dernières vidéos que j’ai publiée, les femmes interrogées dans la rue s’imaginent être aussi fortes physiquement qu’un homme, et s’imaginent pouvoir agir et penser à l’identique d’un homme. Comment voulez-vous que ces cruches ne ratent pas pitoyablement leur vie ? Sans même parler de toutes ces demi lesbiennes que l’on aperçoit de plus en plus dans les rues avec leurs cheveux bizarres et leurs tatouages. L’image de la franc-maçonnerie a vraiment une sale gueule surtout si vous songez aux jolies communiantes que nous avions il y a seulement 50 ans. Ces gens là sont laids et promeuvent la laideur absolue. Et ils appellent cela tolérance, ou autre.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Le pape François est favorable aux unions civiles pour continuer le combat contre le mariage homosexuel »" L'Obs du 22/10/2020.

    Je ne comprends pas pourquoi il a voulu se prononcer sur cette mesure civile. C'est faire trop de politique ou pas assez.