Accueil » Eglise/Religion » Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti
AIMELES Antiféminisme

Les incohérences politiques dans Fratelli Tutti

Publié le 8 octobre 2020 par Léonidas Durandal à 12 h 02 min

pour les autres. Cela aussi, Dieu l’a permis. Vouloir nous priver de cette liberté au nom du bien, c’est dire à Dieu : « tu as mal créé le monde. Mais moi, je vais l’organiser pour que les règles que tu nous as donnés n’aient plus cours. Je vais faire disparaître le mal. Je vais protéger les gens d’eux-mêmes en les privant de leur liberté. », et tomber de Charybde en Scylla. 

L’utilisation de l’arme nucléaire n’est pas intrinsèquement mauvaise, et au contraire semble-t-elle avoir fait grandi en nous la responsabilité. Nous commettrons peut-être des erreurs dans son utilisation. Tel est le prix à payer pour avancer. 

 

Oublier la doctrine sociale de l’Eglise ?

Après tous ces constats d’incohérences, j’en suis venu à m’interroger sur la doctrine sociale de l’Église. N’est-elle pas le boulet que nous traînons aux pieds, nous et tous les pays en voie de développement depuis le 19ème siècle. L’intervention politique du Pape est tellement anachronique, qu’il faut se demander s’il est bien du rôle de l’Église, de nos jours, d’entrer dans des débats qu’Elle ne maîtrise en rien. Déjà a-t-elle bien du mal en son sein, avec sa théologie, et pourtant a-t-elle voulu étendre le champ de ses prérogatives depuis un siècle et demi. J’ai envie de dire « médecin, soigne-toi », et en l’occurrence, si tu veux faire de la politique, administrer la maison commune, commence par bien administrer ta maison.

Or notre Eglise qui n’a même pas été capable d’organiser jusque là la gestion de ses biens, veut pourtant étendre son aura économique au monde entier. Triste attitude qui nous décrédibilise de fond en comble, sans parler du sous-développement qu’elle génère.

Nous voulons ainsi nous occuper de la paille dans l’oeil des échanges mondiaux, tandis que nous avons une grosse poutre dans nos échanges en interne, ce qui vient à m’interroger sur l’opportunité d’intervenir pour le collectif laïc en tant qu’Eglise catholique. Déjà, tant que notre Eglise n’aura pas perçu théologiquement combien rapports personnels et collectifs connaissent parfois des lois antinomiques, je ne vois pas bien ce qu’elle pourra apporter à notre monde en la matière. Ainsi  confond-Elle encore dans Fratelli Tutti charité privée et solidarité publique :

« Si quelqu’un aide une personne âgée à traverser une rivière, et c’est de la charité exquise, le dirigeant politique lui construit un pont, et c’est aussi de la charité. »

Le Pape n’a pas perçu combien la solidarité nationale coupait de la charité personnelle. En reprenant son exemple, vous comprendrez aisément que lorsque le pont aura été construit, il n‘y aura plus personne pour vous aider à traverser le pont, plus personne pour vous aider tout court. Le lien humain aura été coupé. Comme il l’est dans les maisons de retraite. Les dirigeants socialistes en voulant organiser la solidarité, nous ont coupés de toute forme de charité, notamment intra-familiale, et ils ont désuni les peuples. Chez nous, les gens ne meurent pas de faim, mais comme le note le Pape, ils sont isolés, et terriblement malheureux. Voilà à quoi aboutit cette « charité  publique » qui n’a de charité que le nom, qui est une fausse charité, sans coeur, et qui se transmue plutôt en clientélisme dans la réalité. Le Pape connaît pourtant le danger des bons sentiments :

« « L’amour du prochain est réaliste et ne dilapide rien qui soit nécessaire pour changer le cours de l’histoire en faveur des pauvres. Autrement, des idéologies de gauche ou des pensées sociales en viennent quelquefois à côtoyer des habitudes individualistes et des façons de faire inefficaces qui ne profitent qu’à une petite minorité. »

Or politiquement, la gauche est surtout un système parasite, qui prive le pauvre d’opportunités pour qu’il puisse se sortir de sa condition avec dignité, par le travail, et pour ne plus avoir à travailler. La gauche est un système esclavagiste moderne, où celui qui travaille le fait soi-disant pour la communauté, mais contre son gré, et sans en retirer les profits qu’il mérite.

Le Pape sait faire preuve de lucidité politique, mais il l’applique à un cadre socialiste, ce qui le prive de pertinence :

« Par exemple, « on ne peut affronter le scandale de la pauvreté en promouvant des stratégies de contrôle qui ne font que tranquilliser et transformer les pauvres en des êtres apprivoisés et inoffensifs. Qu’il est triste de voir que, derrière de présumées œuvres altruistes, on réduit l’autre à la passivité » ![184]

Ce raisonnement enfin pragmatique, qui devrait constituer la base de son raisonnement, lui sert à « >

Lire la suite

7 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "" Le Vatican ouvre la voie aux vaccins avec des cellules de fœtus avortés : « moralement accep-tables » MPI du 21/12/2020.

    Comment être tous frères si notre vie dépend de la mort d'enfants ? Face à une épidémie très dangereuse, la position du Vatican serait tenable. Mais là, ça paraît excessif.

  2. Ping de François de sexe male:

    Un passage que je voulais depuis longtemps vous soumettre, M. Durandal, à vous et vos lecteurs. Mais il me fallait le retrouver. (et je ne suis pas sûr de poster ce commentaire dans le bon article)

    "C'est la corruption en grand que nous avons entreprise, la corruption du peuple par le clergé et du clergé par nous, la corruption qui doit nous conduire à mettre un jour l'Eglise au tombeau. (…) « Pour abattre le Catholicisme, il faut commencer par supprimer la femme. » Le mot est vrai, mais puisque nous ne pouvons supprimer la femme, corrompons-la avec l'Eglise. Corruptio optimi pessima. (…) Le meilleur poignard pour frapper l'Eglise au cœur c'est la corruption."

    Extrait de la lettre n°12 de Vindice, écrite de Castellamare, à Nubius, le 9 aout 1838. (une des lettres de la Haute-Vente [la Franc-Maçonnerie italienne] diffusée par le pape Saint Pie X au grand public.)

    Citée dans « La conjuration antichrétienne – Le temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise Catholique » de Mgr Henri Delassus.

    J'ai réussi à trouver une source informatique : page 1075 (page 327 sur la visionneuse web)

    https://pubhtml5.com/ejtz/ddtu/basic/301-350

    Etonnant non, ce lien entre la corruption de la femme et de l'Eglise !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      La femme est la reproductrice. Si vous réussissez à la corrompre, vous rendez le principe auquel elle appartient, stérile. Ces imbéciles n’ont pas seulement corrompu la femme d’église, ils ont surtout corrompu la femme en général, avec pour conséquence, la stérilité qui est la nôtre. Imaginez, sur une des dernières vidéos que j’ai publiée, les femmes interrogées dans la rue s’imaginent être aussi fortes physiquement qu’un homme, et s’imaginent pouvoir agir et penser à l’identique d’un homme. Comment voulez-vous que ces cruches ne ratent pas pitoyablement leur vie ? Sans même parler de toutes ces demi lesbiennes que l’on aperçoit de plus en plus dans les rues avec leurs cheveux bizarres et leurs tatouages. L’image de la franc-maçonnerie a vraiment une sale gueule surtout si vous songez aux jolies communiantes que nous avions il y a seulement 50 ans. Ces gens là sont laids et promeuvent la laideur absolue. Et ils appellent cela tolérance, ou autre.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "« Le pape François est favorable aux unions civiles pour continuer le combat contre le mariage homosexuel »" L'Obs du 22/10/2020.

    Je ne comprends pas pourquoi il a voulu se prononcer sur cette mesure civile. C'est faire trop de politique ou pas assez.