Accueil » Domination féminine » Les nantis de Libération ou Ubu roi contre le petit blanc
AIMELES Antiféminisme

Les nantis de Libération ou Ubu roi contre le petit blanc

Publié le 15 décembre 2015 par Léonidas Durandal à 18 h 25 min

la vie. Tous les Français ne sont pas devenus ainsi. Certains n’en ont tout simplement plus les moyens.

 

Le petit blanc a raison d’avoir peur

Si je veux bien laisser notre pornographe fier de l’être à ses propres choix, je ne comprends pas qu’il critique ceux qui essaient d’anticiper sur l’avenir et qui se sentent en insécurité. Oui, ils ont peur. Mais la peur c’est aussi le début de la sagesse comme le disent les sages chinois auxquels il se réfère sans le savoir dans sa chronique sur Star wars. Or ces personnes qui voient l’avenir s’assombrir ont des raisons d’éprouver un tel sentiment. Ils ne sont pas dans une peur irrationnelle comme l’affirme notre journaliste. Ils réagissent parce qu’ils sont bien conscient d’une situation, mieux que lui en tout cas. Ils s’adaptent. C’est le propre de l’homme. Mais riche et gavé, notre journaliste lui en est devenu insensible. Il n’est plus capable d’adaptation, parce qu’il n’a pas à s’adapter, juste à jouir de sa position. Il n’est pas un homme qui se sert de la machine, il est la machine. Pour reprendre son analogie cinématographique, il l’est tout comme Dark Vador qui refuse d’interroger les choix politiques de l’empereur et se laisse gouverner par ses pulsions juste avant de mourir à la vraie vie.

 

Les nantis de Libération ignorent la miséricorde

Il est une autre fonction de l’humain qui est celle de savoir faire preuve de compréhension envers les autres, voire de compassion. Quand bien même le petit blanc aurait tort sur l’avenir, même si je ne vois pas comment cela se pourrait, ces journalistes devraient pouvoir se mettre à la place de leur alter-ego. Loin de là, Olivier Adam l’insulte parce qu’il a l’impudence de vouloir contester sa vision du monde. Quentin Girard fait pire, il n’a plus de sentiments à l’égard de celui-ci, mais un mépris distant. La réalité de ces gens là se limite à leur réalité propre. Non seulement, ils sont incapables d’anticipations, mais de se mettre à la place des autres qui souffrent. Fabrice Luchini a bien raison de remettre en place Dany Boon et tous les autres qui comme lui, jugent de haut ceux qui n’ont pas la chance d’accepter leur appauvrissement (2). L’indécence du nanti qui croit défendre le pauvre en défendant son statut de nabab colonialiste. Heureusement qu’il y a encore des gens qui ont réussi et qui essayent de garder les pieds sur terre. Cela s’appelle religion. Mais nos journalistes en état de mort spirituelle sont bien loin de ces considérations.

 

Le petit blanc a la haine, moins que le progressiste par contre

parti de la haine

Dessinateur Blic (cliquez sur son image pour aller sur son Facebook)

Sur un plan plus psychologique savoir accepter la frustration c’est aussi savoir échapper à la haine. Je suis bien d’accord avec notre journaliste, il y a pas mal de frustration et de haine chez certains électeurs du Front National. Ce n’est pas toujours constructif. Cependant entre deux haines, je trouve celle du petit blanc bien plus légitime que celle du nanti qui s’offusque que les autres ne veuillent pas se sacrifier pour conserver ses prérogatives de nanti. En matière de frustrations, il y en a aussi des positives et des négatives. Les nantis ne connaissent bien souvent ni les unes ni les autres, ils jouissent, ce qui peut les faire sombrer dans la misère, mais aussi dans la haine de l’autre, et ici du petit blanc, ou de tous ceux en général qui ne partagent pas leurs idées et qui sont accusés de vouloir les empêcher de jouir. A l’inverse du nanti, le petit blanc doit accepter de facto tout un tas de frustrations. Cela l’élève humainement même si parfois il est tenté de s’identifier au nanti et croire qu’en devenant comme lui il pourra écarter le calice de la pauvreté de sa bouche. Dans ce cas, il devient aussi bête que le nanti moyen, communiste, jaloux de son prochain.

Maintenant , ayant accepté les légitimes frustrations, et devenant plus humain grâce à sa pauvreté acceptée, il est d’autres privations qu’il ne doit pas tolérer. Elles s’appellent injustice, mensonge, et abus. Celles-là, il est non seulement légitime qu’il les combatte, mais pour un croyant c’est même de l’ordre du devoir. Or aujourd’hui, le nanti persiste dans l’abus de pouvoir conservant jalousement les postes où il exerce « >

Lire la suite

2 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.