Accueil » La pieuvre féministe » Les syndicats enseignants défendent une théorie du genre qui selon eux n’existe pas.
AIMELES Antiféminisme

Les syndicats enseignants défendent une théorie du genre qui selon eux n’existe pas.

Publié le 3 février 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 42 min

toujours les autres… Il faut dire qu’en matière d’égalité, si on étudiait de plus près l’idéologie véhiculée par ces syndicats depuis 40 ans, et les résultats qu’on peut leur attribuer, Manuel Valls se verrait obligé de faire voter leur dissolution. Car on dit que les milices d’extrêmes droite font du mal à la France en matière d’égalité, mais bien moins que tous ces syndicats enseignants qui ont été le relais de l’échec scolaire d’un système qui fonctionnait bien mieux quand il était encore calqué sur celui de l’école libre (méthodes d’apprentissage, rôle de l’élève et du maître, place des hommes et de Dieu, morale laïque entièrement calquée sur la morale catholique, reprenant même des textes de l’Ancien Testament).

Si au moins, ces syndicats avaient été honnêtes et francs du collier, cet incident sur la théorie du genre aurait été pour eux l’occasion rêvée d’expliquer à tous les parents leur démarche pédagogique et notamment que cette « école primaire a un rôle déterminant à jouer pour éduquer, sensibiliser et prévenir, (en matière d’)éducation à la sexualité et aux notions de genre »les élèves(p2 document général).

Pourquoi ont-ils voulu cacher aux parents leurs objectifs ?

objectifs genre

Il est vrai que ce genre de phrases contenu dans le document syndical : « l’étude et le respect de la diversité demandent que ces évocations (l’approche de l’homosexualité et des questions de genre à la maternelle) puissent être effectives, lorsqu’il en est besoin, dans les albums de littérature jeunesse, lors de la reprise des insultes, en éducation à la sexualité, lors de la prévention des discriminations, lorsque les élèves abordent ces questions, etc… » (p4 document général) mises en corrélation avec ce genre d’album :

Papa porte une robe

, auraient pu faire tiquer certains parents qui seraient tombés dessus et que l’explication qui leur aurait été donnée pour justifier l’emploi généralisé de tels concepts pédagogiques dans l’école publique ou privée sous contrat, aurait pu se révéler acrobatique.

Si on rajoute aux nombreuses imprécisions scientifiques du document pédagogique que pour eux « l’homosexualité, la transgression du genre, tout comme l’homoparentalité ou la transparentalité doivent être abordées intelligemment sans les considérer comme tabous et sans vouloir le faire à tout prix » et surtout qu’ « Il importe donc de donner une image positive de l’homosexualité et de faire disparaître ces préjugés. » (p6 document général), effectivement, il valait mieux cacher la vérité aux parents. Bon nombre d’entre eux à la lecture de telles déclarations, auraient pu vouloir retirer leurs enfants avant qu’on ne les dévoie, et pas seulement une journée par mois.

En fait, je crois que les syndicats ne sont pas encore capables d’assumer leur orientation genrée. Ils devraient pourtant faire un effort pour donner l’exemple… même si ce n’est pas facile. En effet, la théorie du genre est un concept sans base scientifique réelle qui, niant la complémentarité des hommes et des femmes, nous conduit à une aberration pédagogique sans nom et à un pari fou : parler d’homosexualité à des enfants quitte à tuer toute pudeur chez eux et ceci dès la maternelle pour réduire plus tard, de pseudos inégalités entre filles et garçons.

Si « ces études (de genre) se sont historiquement heurtées, et se heurtent toujours, a de puissants discours essentialistes qui rapportent les différences perçues et la hiérarchie entre les hommes et les femmes a un substrat biologique, a un invariant « naturel » ». (p17 document de base), il y a peut-être des raisons à cela, plus objectives et plus scientifiques d’ailleurs que celles énoncées par le cerveau malade d’une lesbienne américaine et reprises dans ce genre de document.

Car quand on peut lire dans un rapport qu’ « Il s’agit donc de déconstruire la complémentarité des sexes pour transformer en profondeur la société. » (P24 document de base), il est normal de s’inquiéter sur la rigueur scientifique entreprise, qu’on soit intellectuellement pourvu ou pas. Ce lexique énoncé avec légèreté évoque bien à celui qui possède un tant soit peu de mémoire historique, une période du 20ème siècle où des fous sanguinaires se sont mis en tête de changer l’homme, se targuant de faire le bonheur de tous, et tuant par là-même des millions de personnes.

Non, « Apprendre et éduquer l’individu à respecter la personne et sa différence y compris dans sa revendication d’identité de genre » (p6 du document général) n’est pas une mission de l’école. La « revendication d’identité de genre » est au mieux une question psychologique, au pire, une question politique. Mais jamais au grand jamais, elle ne doit se traduire en termes « >

Lire la suite

20 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Les syndicats ne soutiennent pas les gilets jaunes », Les Echos du 08/11/2018.

    Quand il s’agit de défendre les vrais gens, et ici leur pouvoir d’achat, chose en quoi les syndicats sont missionnés, il n’y a plus personne.

    • Ping de Manuela:

      Est-ce qu’on a besoin d’être syndiqué pour défendre ses intérêts et ceux de ses collègues?

      A part les feignants et/ou quelques crédules idéalistes qui veut faire partie de cette secte.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        Les syndicats sont, à la base, normalement, des représentants de la société civile. Ce sont des corps intermédiaires qui devraient pouvoir faire le relais entre nos demandes individuelles et l’état/l’entreprise, car une demande individuelle est méprisée, jugée non représentative etc… Nous ne devons pas nous résigner à avoir des représentants incompétents, lâches, vendus et idéologues. En fait, nous ne le pouvons pas sans souscrire à la décadence la plus complète.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « « On veut faire porter à l’école des responsabilités qui ne sont pas les siennes » », Le Point du 22/10/2018.

    Les mêmes qui veulent prendre en charge l’éducation sexuelle des enfants, veulent aussi se délester sur les parents quand ils sont dépassés en matière de violence.

    Aucun professeur n’a à faire l’éducation des enfants, que ce soit en matière sexuelle ou de violence. Un professeur est là pour sanctionner les manques et informer les parents en cas de manquement.

    Et en matière d’éducation, cet homme devrait d’abord s’interroger sur ses affirmations, comme quoi rien n’a changé, mais qu’il faut quand même installer des caméras de surveillance dans les établissements. Ca, c’est le fruit d’une éducation hypocrite qui ne vient pas de banlieue, mais de notre bonne vieille gauche.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Au parc « genré » de Puteaux : « Ah, la petite est chez les garçons ! » », L’Obs du 11/05/2018.

    La représentation de châteaux forts et de carrosse est officiellement interdite par la gauche.

    Hier la gauche laissait choir les enfants en tout. Revers de la médaille, elle essaie aujourd’hui de les formater. A part ça, le genre n’est pas une théorie.

    (Personnellement, le gaspillage des deniers publics pour l’achat de sacs scolaires pour les enfants, me choque beaucoup plus. A mon avis, c’est une forme d’abus de pouvoir)

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « APEL : retrait des maristes de Lyon », Famille chrétienne du 15/09/2015.

     

    Les syndicats de l’enseignement libre sont vérolés eux-aussi. Ils travaillent à des réformes débiles et surajoutent l’incompétence au manque de valeurs, tout comme leur « copains » du public.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Crise à la FCPE : ce que veulent les parents », Le Point du 28/05/2015.

     

    Où on apprend comment les syndicats de parents sont sous le contrôle du PS et pourquoi ils votent donc toutes les mesures gouvernementales depuis 3 ans.

  6. Ping de kasimar:

    Danielle Bousquet non contente de voir que le gouvernement veut se « débarasser » de l’ABCD de l’égalité écrit un courrier au Président de la République, au Premier ministre, au Ministre de l’Education Nationale, et à la Ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/hcefh/actualites-128/article/le-hcefh-appelle-au-renforcementOu comment la pleurnicherie renforce le mouvement féministe

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Très bonne vidéo de Civitas sur l’introduction de la théorie du genre dans le système éducatif et les nombreux mensonges de Mme Vallaud :