Accueil » Bienfaits relatifs du divorce » Les taux d’agressions très élevés dans les familles non biologiques aux USA.
AIMELES Antiféminisme

Les taux d’agressions très élevés dans les familles non biologiques aux USA.

Publié le 19 juin 2014 par Léonidas Durandal à 16 h 12 min

est à prévoir que beaucoup de femmes, dans ce cadre sont à la source de la violence que les féministes dénoncent, de par leurs comportements, alors que la société ne veut pas le reconnaître. Et bizarrement, elles en sont aussi victimes de par la violence que ces situations génèrent. Ce paradoxe ne peut pas être résolu sans intégrer l’influence néfaste que le féminisme a eu sur la société. Si les féministes veulent dénoncer les violences faites aux femmes, et elles auraient raison de le faire en intégrant aussi les hommes à l’humanité, par contre, il serait bon de les voir se battre pour le mariage d’un homme et d’une femme, cadre différencié autrement plus sécurisé que la pseudo-liberté de suivre ses pulsions sexuelles.

 

Les féministes du Figaro Madame, celles qui ajoutent du scandale au scandale

 

Notre société a cru réinventer l’eau chaude, elle n’a fait que propager la violence (2). C’était tellement bien les séparations ! On ne se disputerait pas ! On mettrait fin à tous les problèmes de la terre ! Désormais, le désastre est là. Et il prospère. Car le laxisme a évidemment entraîné le laxisme. Mais les criminelles d’hier n’en démordent toujours pas. Et si avant, elles prônaient la « libération sexuelle » des femmes, notamment par le divorce, comme fin indépassable de l’histoire, aujourd’hui elles dénoncent ces maux nouveaux qu’elles ont contribué à faire naître.

Le déni.

 

Les féministes comme celles du Figaro Madame sont complètement dépassées par leur concept de libération la femme (1). Alors elles se pincent le nez sur ces statistiques qu’elles ne sauraient sentir, et qui sont fausses parce qu’elles seraient « mal interprétées », mais surtout parce qu’elles ne leur conviennent pas, parce qu’elles connaissent une fille-mère (elles) pour qui ça se passe bien. Pour elles ça se passe bien. Pour leur enfant, c’est moins sûr.

 

La solidarité féminine et ce qu’elle a de malsain dans le monde du travail salarié.

 

En fait de mauvaises interprétations, des femmes incapables d’introspection se limitent à des situations personnelles pour toute analyse politique : il ne faut pas généraliser semblent-elles nous dire pour éviter d’affronter toute règle générale à laquelle elles ne comprendraient rien. Elles sont au Figaro Madame et loin d’assumer une position un tant soit peu indépendante, elles veulent surtout prouver à leurs soeurs qu’elles ne sont pas les affreuses réactionnaires qu’on s’imagine. Il leur faut donc doubler sur la gauche « Libération » par des remarques féministes qui n’ont aucun sens, manipulant la forme pour mieux éluder le fond. A cette fin, elles espèrent être reconnues comme de vraies journalistes, enfin je veux dire, des journalistes progressistes de gauche, féministes, celles-là même qui vivent dans leur temps ou plutôt sur son dos, à l’image de ces filles-mères. Qu’importe même que les femmes soient les victimes de leur philosophie. Une femme ça ne se comporte jamais mal, ça n’est jamais responsable de son destin et des conséquences de ses choix, c’est libre une femme. Et si c’est malheureux, c’est à cause des autres, du monde, des hommes. Point à la ligne. Il y a pourtant un moment où il faudrait savoir affronter ses propres incapacités, son propre enfermement quand on est mû par une volonté de se mettre en concurrence avec le masculin et qu’on rate tout.

 

Dénoncer la forme pour mieux éluder le fond.

 

Les deux scientifiques ont proposé une solution parmi d’autres pour limiter les agressions envers les femmes et les petites filles : que les femmes privilégient le mariage dans leur vie et valorisent le père de leurs enfants (3). Il était si facile de se focaliser sur le titre provocateur de l’article pour en écarter le fond, ou bien d’oublier que ces scientifiques n’en faisaient pas la solution unique à tous les maux de violence sociale. En l’occurrence, ne fallait-il pas qu’un lecteur de bonne foi se pose au moins la question de la fragilité des humeurs et des unions, plutôt que de jouer les vierges effarouchées ? Cherchez la stabilité, vous trouverez la stabilité. Prenez exemple sur des épouses qui réussissent et vous aurez plus de chance de réussir votre vie. Investissez sur le père de vos enfants et vous aurez plus de chance de diminuer la violence au sein de votre couple. Il s’agissait donc d’inviter les femmes qui échouent « >

Lire la suite

28 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.