Accueil » Domination féminine » Les femmes battues, un phénomène anecdotique
AIMELES Antiféminisme

Les femmes battues, un phénomène anecdotique

Publié le 24 novembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

s’occuper de ses enfants et qui les laisse se blesser. Celle-là, il ne faut pas la pointer du doigt. Ou bien, c’est cet homme de famille, simple homme, seulement homme, qui meure sur sa toiture, et dont il est inutile de se préoccuper. Je crois qu’il serait temps que nous changions nos priorités. Le tirage de couverture communautaire montre chaque jour ses limites. L’idéologie du non sens de la domination masculine a poussé notre société dans le non sens et l’absurdité d’un conflit sans fin entretenu par des folles, qui ne s’attaquent pas aux problèmes de la société, mais qui sacrifieraient tout le monde à leur égocentrisme si cela leur permettait de survivre une seule journée.

 

Le phénomène des femmes battues est anecdotique dans notre société. Il ne sert qu’à maintenir une pression culpabilisatrice sur des hommes innocents. Les hommes sont rarement violents. Ils le sont de plus en plus depuis que les féministes se sont attachées à détruire toutes les institutions familiales dans notre société en réduisant la famille à leur petite personne. Les hommes violents servent d’excuse à des féministes qui les ont créés de toute pièce pour satisfaire à leur cupidité. Les viols n’ont jamais été si nombreux que depuis la libération de la femme.

 

En période de crise, nous pourrions rationaliser un peu nos dépenses publiques. S’il n’est pas déjà trop tard pour notre Nation, l’association antiféministe aimeles demande à ce que toutes les subventions aux associations de femmes battues, entre autre, soient coupées. Il est ridicule de consacrer de l’argent à un tel tonneau des danaïdes et cela en pure perte pour pourvoir à quelques démons insatiables. Le diktat émotionnel de la pauvre femme battue doit cesser. Les femmes battues sont rares et sont rarement des victimes. Par contre elles nous font payer cher la pitié gouvernementale que nous leur accordons. Nous avons d’autres chats à fouetter en France, accidents domestique, cancers, précarité des hommes tombés dans la rue, enfermés en prison, subissant l’échec scolaire de manière majoritaire, commençons par ceux-là qui constituent le gros de la troupe et par ordre de priorité.

19 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    129 femmes décédées suite à une dispute conjugales en 2017 contre plus de 500 morts SDF hommes. Où va la pleurniche ?

  2. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Je découvre aujourd’hui votre article, qui en grande partie recouvre le mien.

    (L’article en question : Léonidas: Je m’excuse de placer ici ce message, mais je ne trouve pas d’autre entrée.

    De quoi meurent les femmes ?

    Tapez: » nombre de décès par an en France » sur google et vous avez une page de 14 sites parlant des violences faites aux femmes (+ un sur les hommes battus). En gros on serine: « Un homme violent tue une femme tous les 3 jours » De quoi faire croire que chaque femme risque de se faire tuer par son chéri tous les 3 jours !

    Le féminicide serait-il la première cause de décès des femmes ?

    Allez sur Wikipedia.org: mortalité en France » pour approcher la vérité.

    Pour 2013, année de référence, on note 120 femmes tuées par leur conjoint/ compagnon. Rapporté aux 277 000 décès féminins cela représente 0, 04% des décès en 2013.

    Cette proportion infime mérite-t-elle l’énorme battage médiatique que tous les médias imposent depuis 30 ans ?

    N’y a-t-il pas des dangers mortels bien plus pressants pour les femmes ?

    Le cancer du sein a causé en 2013: 11630 décès soit 4,2 % des décès féminins (100 fois plus !)

    Les transports ont fauchés 830 femmes (8 x plus)

    Le suicide a emporté 2500 femmes dépressives en 2013 (25 X +!)

    Mais le premier tueur de femmes, et de loin, ne fait pas dans la dentelle mesdames. Il tue chaque année 1 femme sur 3: 100 000 mortes par an dont la moitié de jeunes de moins de 45 ans. Ce sont les maladies cardio-vasculaires qui explosent chez les femmes depuis 20 ans et surtout ces 10 dernières années.

    Pourquoi les féministes ne dénoncent-elles pas ce monstrueux féminicide ? Pourquoi pas des campagnes aussi acharnées que contre les hommes violents ?

    Il faudrait alerter les femmes sur les causes, détailler les remèdes … Je les ai trouvés ! La pilule, le tabac, l’esprit d’indépendance qui pousse les femmes à courir des risques …

    Bref, le féminisme ! ! !
    Fin de l’article)

    J’aimerai savoir comment vous avez calculé les budgets concernant les violences faites aux femmes. Merci d’avance. Je pense qu’en 2017 ce doit être bien supérieur.

    Comme vous, je conclus que les féministes ont démesurément exagéré les dangers de la vie de couple pour les femmes. Pourquoi ?

    De plus, le féminisme protège-t-il les femmes ?

    C’est tout l’inverse !

    Le mode de vie proposé expose énormément les femmes, au point de provoquer 100 000 mortes par an par maladies cardio-vasculaires, y compris chez des femmes jeunes.

    De plus, il les incite à la confrontation avec l’autre, aux disputes continuelles. Hors, il est difficile de résister à un homme poussé à bout. Même pour un autre homme ! Et même si cet homme n’est pas armé ( un tournevis, un marteau, …les mains suffisent)

    La meilleure protection de la femme, se sont les bonnes relations dans son couple. Alors, loin de menacer, l’homme se fait protecteur. Hors, en glorifiant sa FAUSSE indépendance(elle dépense 80% des revenus du couple), le féminisme détruit ces bonnes relations. Destruction méthodique, organisée par nos lois. Les « violences faites aux femmes » sont en expansion indéfinie depuis 40 ans. Bientôt, un simple regard justifiera le  dépôt d’une plainte par une femme.

    Nos lois, donc nos Politiques, n’ont de cesse d’étendre les privilèges féminins: droit au travail, à la pilule, à l’avortement, au divorce… Ces lois détruisent peu à peu  les droits des pères dans la femmille… et les bonnes relations dans le couple. Ces lois n’ont pas même l’excuse;de la nécessite urgente.

    Ce sont elles qui introduisent la violence: celle des femmes imbues de leurs droits, et celle d’hommes exaspérés.

    Les hommes en sont venus à refuser le mariage, la vie en couple, les enfants… voire le travail !

    Une dernière remarque. Chaque fois qu’une personne (homme ou femme) critique le féminisme, cette idéologie la refuse et souvent sans même y répondre passe à la vitesse supérieure.

    Nous sommes bien dans le domaine de la propagande tyrannique. Mais vient-elle de folles hystériques (femen, égéries féministes..) ou de forces occultes bien plus puissantes, capables de soudoyer nos Politiques ?

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Petite erreur inhabituelle de ma part, je n’ai pas mis les références. Cependant, elles se retrouvent assez facilement. Il suffit de les chercher sur les sites gouvernementaux et les journaux féministes. En fait, il y avait eu tout un tas de statistiques à l’époque et pour lesquelles, il n’y a pas de raison qu’elles ne soient pas encore disponibles.

      Voulez-vous que je publie votre commentaire sur le suicide des policiers ? Du coup, là-aussi, il me faudrait les références.

  3. Ping de Martin:

    Et le système des divorces fabriqués pour violence psychologique. Un moyen de faire fonctionner une « pompe à fric » avec les complicité des psy dit expert à la cour des JAF, et un moyen pour l’état de nationaliser des biens privés. Ce système rapporte aussi beaucoup d’argent à la nation.