Accueil » Etat de droit et politique » Le silence des élites : de l’enfermement personnel à l’autisme social
AIMELES Antiféminisme

Le silence des élites : de l’enfermement personnel à l’autisme social

Publié le 16 janvier 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Ils ont désormais très peur que le peuple n’accrédite plus leurs mensonges et leurs modes de vie alors ils se réfugient dans le mépris au lieu d’essayer prendre en compte une pensée qui est différente de la leur. Des journaux comme rue89, observent de loin, essayent d’avoir une approche scientifique sur un phénomène qui leur échappe et qu’ils n’ont pas vu venir, tant leur explication du monde est faussée par leur manque de réflexion, même à la veille du raz de marée (Mariage pour tous, l’Eglise est à l’agonie (sic) (juste avant la première manifestation), 3 choses à savoir sur la manif anti-mariage gay, Espagne, Belgique, le mariage gay passé dans la paix, pourquoi pas ici ? Des émissions comme le Petit Journal de Yann Barthès essaient bien de se la jouer « in » pour compenser, mais ça ne va pas très loin. Les quelques jeunes qui les regardent encore ne vont pas en ressortir avec de grandes convictions, ni avec une idée très élevée de la politique. Ils sont vides, à sens unique sous de faux airs détachés, et il n’est plus très loin le temps où ils seront ringardisés quand nous aurons démasqué ces imposteurs de la pensée toute faite et qui semblent ne pas vouloir y toucher. Payant un grand nombre d’artistes pour effectuer leur sale boulot, ils convainquent de moins en moins de jeun’s. A 40 ans, immanquablement, ces derniers finissent par se réveiller avec la gueule de bois et à devenir totalement hermétiques à la télévision, grâce à eux. A l’autre bout de la doxa, les réflexologues de l’intelligentsia suivent un chemin identique. Dès que les derniers rats auront quitté le navire coulant de l’idéologie libéraliste, la mode changera de camp.

 

130116Barthes2

 

En attendant, cette période de latence est très étrange à vivre. Sur quoi va-t-elle déboucher ? Combien de temps un gouvernement autiste et qui se trompe sur tout peut-il continuer ? Comment une démocratie qui n’a plus d’élite éclairée, ni d’opposition conséquente peut-elle vivre ? Sommes-nous condamnés à un effondrement sans réaction d’aucune part ? L’histoire est souvent surprenante. Je ne crois pas que nous allions dégénérer sans que quelque crise prononcée ne survienne. En ce moment, j’ai plutôt l’impression d’un calme avant la tempête. Certes, ce calme dure depuis bien longtemps, mais le niveau d’incohérence que nous avons atteint ne me semble pas devoir perdurer bien longtemps. Petit à petit les institutions se sabordent elles-mêmes et quand il n’en restera plus aucune, je ne vois pas bien où toute cette énergie destructrice se dirigera. Notre longue dépression qui dure désormais depuis 40 ans semble au bout de sa course. Bientôt, il ne devrait plus rester que le suicide ou la réaction.

3 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Covid-19 : Des dizaines de plaintes ont déjà été déposées devant la Cour de Justice de la République. Un phénomène massif, unique en Europe." L'Obs du 23/04/2020.

    Les Français ont encore l'illusion puérile, ils sont les seuls en Europe, que l'état va se retourner contre l'état. Ils attendent des réponses de maman. Ils peuvent attendre. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le manque de respirateurs au coeur de la crise" L'Express du 24/03/2020.

    Ca c'est le point de vue du journal gauchiste qui a permis à cette bande d'incompétents d'arriver au pouvoir. dans la réalité, les grandes entreprises ont proposé des solutions au gouvernement qui a été incapable de les gérer :

    "Le grand ménage" H16 du 127/03/2020

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Un homme sur deux est un agresseur sexuel? « Non », répond Marlène Schiappa », L’Express du 18/02/2018.

    Du coup, devant l’outrance de Caroline de Haas, Marlène Schiappa n’est pas restée dans le silence, sans toutefois démonter le raisonnement sur lequel se base toutes ses interventions propres. Dommage que Caroline de Haas n’ait pas été prise au sérieux. Un journaliste aurait pu lui demander : « Admettons qu’il n’y ait qu’un homme sur trois agresseur de femme, comment comptez vous les punir sérieusement pour les dissuader de recommencer ? » Les féministes réclament la prison pour les agresseurs, refusent la correctionnalisation des plaintes etc… Il aurait fallu lui faire cracher qu’elle voulait mettre 10 millions d’hommes français en prison ou tout au moins sous contrôle judiciaire et social.