Accueil » Les avortoirs » Les infanticides par avortement dans la société française à partir de 1556
Antiféminisme Aimeles

Les infanticides par avortement dans la société française à partir de 1556

Publié le 30 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

permettait de part son assise culturelle et spirituelle, et que le code Napoléon ou des Paul Robin ont cherché à reproduire sans jamais pouvoir y arriver. Cet éclat que le code Napoléon a tenté d’égaler par des moyens trop humains s’est révélé n’être que la pâle copie d’un modèle inspiré par des impératifs plus hauts. Une loi d’inspiration humaniste échouera toujours à s’élever au niveau d’une loi qui tourne son regard vers l’infini.

 

 

Il n’est pas étonnant que dans ce cadre de contraception naissante, ce soit une action marchande motivée par des désirs progressistes de confusion entre hommes et femmes (Paul Robin et sa mixité) qui ait rencontré l’avidité de désirs individuels et la tolérance d’un Etat qui ne savait déjà plus bien sur quel pieds danser d’un point de vue moral. Ici comme ailleurs, le progressisme s’est retrouvé en bonne compagnie avec le libéralisme, le darwinisme, le féminisme, l’eugénisme et moult utopies démagogiques qui allaient participer, pour bonne part, à ensanglanter notre 20ème siècle en voulant guider l’humanité.

 

Le vécu des infanticides au 19ème siècle :

 

En ce début de siècle, la dégradation de la conscience morale et des lois ne tardent pas à avoir des conséquences en matière d’infanticides. Entre 1830 et 1860, le nombre d’infanticides double (4). L’infanticide par avortement est surtout l’affaire de prostitués, d’une grande majorité de bonnes qui sont interdites de se marier car travaillant auprès d’une patronne, ou encore de veuves et de femmes ne désirant plus « agrandir » le nombre de leur progéniture. De nombreuses de ces femmes qui ont déjà une famille et qui commettent ce genre de crime vivent en l’état de filles-mères, ce qui tendrait à contredire l’idée généralement répandue que celles là auraient voulu échapper à l’infamie d’un tel statut (4) mais qu’à l’identique de celles qui agissaient de même au 16ème siècle, elles auraient choisi et assumé leur position sociale en laissant en vie leurs premiers enfants avant de vouloir limiter leur descendance.

Les pauvres dont on pardonne l’ignorance, sont plus excusés que les riches. Les tribunaux sont extrêmement tolérants envers ce genre de crimes. Si dans la loi, ces femmes sont jugées responsables, dans les faits, elles se retrouvent aisément acquittées même lorsqu’elles ont assassiné un enfant né viable ((3) paragraphe 17,23). La dernière personne qui passera à l’échafaud à cette époque pour ce genre d’accusation, sera même un homme, pour complicité, et ce dans le premier quart de ce siècle. Les hommes qui ont à juger ces femmes leur trouve tout un tas d’excuses pour leur faire échapper à leur juste sanction ((3) paragraphe 44, 45, 47) et malgré l’horreur des crimes, les acquittements sont donc fréquents.

 

 

Les lois au 20 ème siècle :

  • 1920 : loi du 31 juillet réprimant “la provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle” Au sortir de la guerre et en ce début de 20ème siècle, on ne se préoccupe plus du tout de morale religieuse, mais de repeupler la Nation.
  • 1923 : l’avortement n’est plus défini comme un crime mais comme un délit par la loi du 27 mars. Cette mesure aurait eu pour but de sanctionner plus efficacement ce genre de faits devant les tribunaux, qui hésitaient à condamner trop sévèrement les femmes s’étant rendues coupables de ce genre de crime. Toutes ces mesures n’empêcheront aucunement la baisse de natalité jusqu’en 1939, ce qui peut expliquer le volontarisme de la politique nataliste du gouvernement de Vichy qui suivra.
  • 1935 : tandis que la France s’enfonce dans la crise économique, le Dr Jean Dalsace ouvre à Suresnes (Hauts-de-Seine) le premier dispensaire de “birth control” (contrôle des naissances) à la suite d’un mouvement apparu aux Etats-Unis. Ces greffons de la culture américaine se retrouveront être bien souvent à la mode dans notre société française, alors qu’entièrement inadaptés aux problèmes que nous rencontrions.
  • 1939 : le Code de la famille aggrave les peines sanctionnant l’avortement.
  • 1942 : la loi du 15 février fait de l’avortement un crime contre la sûreté de l’Etat, passible de la peine de mort. Cette loi est abrogée à la Libération.
  • 1943 : Marie-Louise Giraud, reconnue coupable d’avoir pratiqué 27 infanticides par avortements, est guillotinée.
  • 1955 : l’avortement thérapeutique est autorisé par un décret du 11 mai. Gregory Pincus, médecin américain, met au point la pilule contraceptive qui sera commercialisée en 1960 aux “>

    Lire la suite

12 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Nouveau-né mort en Bretagne: la mère en prison”, AFP du 01/11/2018.

    Vont-ils commencer à sanctionner ces homicides dès lors qu’ils sont en train de se multiplier… responsables de nombreux morts.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “IVG : faut-il supprimer la clause de conscience pour les médecins ?” L’Obs du 23/09/2018.

    Nous sommes passés d’une situation où les faiseuses d’ange assassins étaient condamnées, à une situation où nous envisageons d’obliger les soignants à devenir des assassins.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Remise en cause du droit à l’interruption volontaire de grossesse dans la Sarthe”, Paternet du 01/08/2018.

    Une ministre et une députée qui considèrent l’infanticide par avortement comme “un soin”. Nous sommes très proches d’une forme de maladie mentale collective.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “A Bordeaux, une mère jugée pour l’infanticide de cinq nouveau-nés”, L’Express du 19/03/2018.

    Désormais, des mères se permettent de tuer leurs enfants après la naissance.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle injecte à sa fille des produits vétérinaires pour la tuer :


    Express du 07/08/2013

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle emporte son enfant dans la mort en se défenêstrant :


    Sud ouest du 08/08/2013

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle injecte à sa fille des produits vétérinaires et la tue :


    Express 07/08/2013

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    Si mon travail offre une vue d’ensemble sur le sujet, la coïncidence a voulu que le même jour où j’ai publié mon texte, Civitas nous envoie une lettre d’information avec une vidéo de Jean de Viguerie spécifique au thème de l’avortement sous l’Ancien Régime :

    La porte latine mai 2013

     

    Une communication sur la conférence qu’il a tenu sur ce sujet devrait être publiée d’ici peu. Je l’attends avec impatience. Son travail plus détaillé que le mien sur la période sus-mentionnée complètera, je l’espère, ma partie sans lui retirer, toutes les hypothèses théoriques sur lesquelles je me suis basé pour avancer mon concept “de responsabilité relative des femmes” dans notre société française jusqu’à aujourd’hui.

  9. Ping de TAMERE:

    ise en marche de la féminisation de la société provoquée par de nombreux hommes, par des femmes malades, et la libéralisation des mœurs sont allés de pair avec un chamboulement qui leur a été néfaste : progressivement déresponsabilisées au foyer et dans leur relation de couple (divorce, maternités refusées), alors qu’elles l’étaient déjà en terme judiciaires, elles ont été responsabilisées totalement dans un domaine salarié où plus elles s’investissaient plus elles perdaient leurs prérogatives de femmes, dans les activités familiales qui leur étaient chères. Ainsi, une génération d’hommes immatures et de femmes psychologiquement troublées,  ici sont écrits par vous même les termes vous définisant. Une telle bêtise fait peine à lire. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.