Accueil » Les avortoirs » Les infanticides par avortement dans la société française à partir de 1556
Antiféminisme Aimeles

Les infanticides par avortement dans la société française à partir de 1556

Publié le 30 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

la question sera résolue, mais plutôt en faisant tout pour faciliter, dans un cadre éducatif institutionnel ou associatif, l’accès à la connaissance de la vie affective et sexuelle, du sens de la relation, de la maternité et de la paternité. C’est sur cette base que devrait être dispensée l’information sur la contraception pré et post rapport sexuel et sur les risques psychologiques et organiques d’une IVG.

Le recours excessif à l’IVG met en évidence avec force les insuffisances du maniement et de la mise à disposition de la contraception en France. Une société mieux éclairée dans son mode de contraception subirait dans une moindre mesure la violence de l’interruption de grossesse. On ne peut éluder à cet égard la question de l’extension de la prise en charge d’une contraception oral.”

 

Passons sur le refus étrange de constater l’eugénisme de notre société s’il provient de la somme de choix individuels en provenance des femmes qui, faut-il le rappeler, avortent dans 97% des cas quand les tests prénatals détectent une trisomie 21 chez leur enfant (18). Certes, il s’en est fallu de peu qu’à cette occasion le diagnostic médical d’une interruption médicale de grossesse soit transféré des médecins aux femmes, et si pour le coup on ne leur a pas donné à toutes un doctorat de médecine, il faut s’en réjouir. Mais la vision misérabiliste des femmes soutenue par cette compagnie d’hommes, certainement de la même loge, ne doit pas nous faire oublier la niaiserie d’un tel raisonnement appliqué à des êtres humains. Ce texte est un morceau d’anthologie pour comprendre l’incapacité renouvelée de nos mâles modernes à envisager les femmes comme des êtres responsables à part entière et ce, il faudra bien en faire le constat, depuis la révolution. Désirant défendre leur chimère, l’idée qu’ils sont seuls à se faire de la veuve et de l’orphelin, ils en ont oublié, à chaque fois la Loi du Père et sa supériorité, et ce qui pourrait leur apparaître comme plus grave à leurs propres yeux : les femmes.

 

Ici, pour eux, le recours à l’IVG serait excessif dans notre société parce que ce genre de “cas dramatiques”, loin d’être de la responsabilité des femmes qui les mettraient en œuvre, proviendraient en fait d’un défaut d’éducation personnel de celles-là en amont de l’acte. Dans une société du tout information et de la sexualité expliquée dès le plus jeune âge, permettez-moi d’en douter.

En 2001, ils ont donc cautionné l’allongement des délais pour avorter car ils ont jugé que l’augmentation du nombre d’avortements était complètement déconnectée des facilités conférées aux femmes pour le faire (voir l’analyse très intéressante et chiffrée du site chrétien la trêve de Dieu). Grâce à ce genre de raisonnements, la libéralisation des mœurs qui avait pourtant échoué en tout, s’est poursuivie. La pilule du lendemain a pu être autorisée dans la foulée, et sa délivrance à des enfants mineurs a été confiée à des infirmières scolaires. Les pharmacies doivent pouvoir la leur délivrer gratuitement depuis 2002. Les parents n’ont même plus la certitude de pouvoir être informés des avortements de leurs filles et de la contraception de tous leurs enfants, en général. Car suivant l’avis du conseil d’éthique, le gouvernement a jugé que les personnes les plus aptes à faire ce travail d’éducation auprès des enfants, n’étaient plus leurs parents, mais les « institutions et les associations ». Si ces « associations » et ces « institutions » avaient réussi à remplacer les parents depuis les tentatives avortées des écoles Bouquier après la révolution, cela se saurait. Au contraire, il semble bien que papa et maman soient irremplaçables. Et quand ceux-là travaillent de manière salariée pendant que des fonctionnaires s’occupent du petit, la réussite de ce dernier sur le plan affectif n’est pas garantie à tous les coups alors même que l’école de la République y a mis des moyens monstrueux. Il n’y a qu’à voir dans nos banlieues ou chez certaines familles de grands bourgeois quand l’enfant est abandonné. Oups, j’oubliais que la raison seule est importante et que celle-ci peut éduquer n’importe qui au sein « d’associations » grassement payées pour le faire, en collaboration avec des « institutions » de fonctionnaires. Laissez-moi rire, jaune.

Pour poursuivre dans le libéralisme, en 2004, l’avortement médicamenteux à moins de 5 semaines, a été autorisé par l’Etat en dehors d’établissements prévus à cet effet (récapitulatif du “>

Lire la suite

12 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Nouveau-né mort en Bretagne: la mère en prison”, AFP du 01/11/2018.

    Vont-ils commencer à sanctionner ces homicides dès lors qu’ils sont en train de se multiplier… responsables de nombreux morts.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “IVG : faut-il supprimer la clause de conscience pour les médecins ?” L’Obs du 23/09/2018.

    Nous sommes passés d’une situation où les faiseuses d’ange assassins étaient condamnées, à une situation où nous envisageons d’obliger les soignants à devenir des assassins.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Remise en cause du droit à l’interruption volontaire de grossesse dans la Sarthe”, Paternet du 01/08/2018.

    Une ministre et une députée qui considèrent l’infanticide par avortement comme “un soin”. Nous sommes très proches d’une forme de maladie mentale collective.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “A Bordeaux, une mère jugée pour l’infanticide de cinq nouveau-nés”, L’Express du 19/03/2018.

    Désormais, des mères se permettent de tuer leurs enfants après la naissance.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle injecte à sa fille des produits vétérinaires pour la tuer :


    Express du 07/08/2013

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle emporte son enfant dans la mort en se défenêstrant :


    Sud ouest du 08/08/2013

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Elle injecte à sa fille des produits vétérinaires et la tue :


    Express 07/08/2013

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    Si mon travail offre une vue d’ensemble sur le sujet, la coïncidence a voulu que le même jour où j’ai publié mon texte, Civitas nous envoie une lettre d’information avec une vidéo de Jean de Viguerie spécifique au thème de l’avortement sous l’Ancien Régime :

    La porte latine mai 2013

     

    Une communication sur la conférence qu’il a tenu sur ce sujet devrait être publiée d’ici peu. Je l’attends avec impatience. Son travail plus détaillé que le mien sur la période sus-mentionnée complètera, je l’espère, ma partie sans lui retirer, toutes les hypothèses théoriques sur lesquelles je me suis basé pour avancer mon concept “de responsabilité relative des femmes” dans notre société française jusqu’à aujourd’hui.

  9. Ping de TAMERE:

    ise en marche de la féminisation de la société provoquée par de nombreux hommes, par des femmes malades, et la libéralisation des mœurs sont allés de pair avec un chamboulement qui leur a été néfaste : progressivement déresponsabilisées au foyer et dans leur relation de couple (divorce, maternités refusées), alors qu’elles l’étaient déjà en terme judiciaires, elles ont été responsabilisées totalement dans un domaine salarié où plus elles s’investissaient plus elles perdaient leurs prérogatives de femmes, dans les activités familiales qui leur étaient chères. Ainsi, une génération d’hommes immatures et de femmes psychologiquement troublées,  ici sont écrits par vous même les termes vous définisant. Une telle bêtise fait peine à lire. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.