Accueil » Retour sur nous » L’espèce protégée Charliemouton
Antiféminisme Aimeles

L’espèce protégée Charliemouton

Publié le 12 décembre 2015 par Léonidas Durandal à 15 h 05 min

Le Charliemouton prospère dans les sociétés animales où l’État a de grands pouvoirs et donne de quoi brouter aux citoyens pour qu’ils s’habituent à leur servage. Nourri au grain dès sa plus tendre enfance, le Charliemouton n’a pas de père ni de mère. Il est né de la fonction publique à coup de subventions. Plus tard, il a été à l’école de la République qui lui a appris le vivre ensemble. Plus tard, il a probablement trouvé un emploi dans la fonction publique. Ce corniaud là, vous comprendrez aisément pourquoi il est toujours d’accord avec l’idéologie d’État.Mais, s’il est artisan, il doit quand même se la fermer parce que bon nombre de ses clients sont de la fonction publique. S’il est employé, il doit faire également pareil par peur des sanctions. S’il est cadre, il ne faut pas qu’il froisse ses subordonnés, ni la direction qui n’aime pas les vagues. charliemouton5S’il est pauvre, il reçoit ses subsides de l’État. Il ne peut donc l’ouvrir et bêler autant qu’il voudrait. Cela devient même une seconde nature chez lui. Tant qu’il garde ses illusions, il continue à croire aux mensonges qui sortent tout seul de sa bouche car prendre de la distance avec sa croyance ce serait risquer de perdre : son emploi, ses clients, sa religion, ses amis, sa famille qui sont tous aussi Charliemouton que lui. Or le Charliemouton qui se fantasme comme un grand résistant ne peut se payer ce luxe.

 

L’alimentation du Charliemouton.

Comme je l’ai déjà évoqué, le Charliemouton broute les allocations, puis il broute à l’école, puis au travail mais pas seulement. Vous pourriez vous imaginer qu’arrivé chez lui, il peut alors développer une pensée autonome. Pas du tout. Là il allume la télé, et il se remet à brouter. Il parle avec sa femme qui veut toujours plus de confort, et le voilà qui doit se faire tondre d’autant, et donc brouter en conséquence. charliemouton7Il essaie d’éduquer ses enfants intelligemment. Mais ils ne le respectent pas. Normal, toute la journée, il broute, et il est difficile de leur faire croire qu’écouter va les rendre heureux, lui qui rentre si fatigué de son broutage. Alors il finit par leur céder tout. Ils seront bien assez punis en devant brouter plus tard. Alimenté et alimentant, le Charlimouton croit se servir du système qui le nourrit et ainsi lui échapper, il pense exercer sa profession avec conscience et en toute liberté, tandis qu’il est son propre reflet, celui d’un système médiocre.

 

 

Le bon rapport qualité prix du Charliemouton

La contre-partie du broutage à gogo c’est d’accepter de se faire tondre de temps en temps. Régulièrement, le Charliemouton passe à l’étrille. A la fin du mois, le berger vient le voir et lui retire le trop plein de laine qu’il a sur le dos, à lui et à tous ses copains Charliemoutons : Charges sociales, assurance maladie, impôts sur le revenu, TVA… Sans laine, il lui faut vite revenir à la maison, prier pour que l’État lui donne de quoi continuer à brouter et à se chauffer.

L’État quant à lui, choisit de redistribuer en fonction de la position de chacun dans le troupeau. D’abord aux Charliemoutons à son service (plutôt des fonctionnaires femelles), puis aux Charliemoutons en charge de la reproduction ou en arrêt maladie parce qu’elles vont mettre bas et qu’elles doivent donner du lait à leurs futurs petits Charliemoutons, puis aux Charliemoutons à la retraite, principalement femelles et qui veulent finir de paître tranquillement à la fin de leur morne existence, enfin à tous les Charliemoutons qui n’ont pas de fonction dans le troupeau mais qui sont très dangereux parce qu’ils n’auraient rien à perdre sans les subsides du berger.

 

Vous l’aurez compris, le Charliemouton à qui l’on prend le plus de laine est plutôt de couleur blanche, il a plus de 50 ans et il ne fréquente que des Charliemoutons femelles. charliemouton8Et pour cela, il est culpabilisé autant que possible d’être ce qu’il est. Car plus un Charliemouton est gros et productif, plus il est un concurrent sérieux pour l’État. Il n’est donc pas perçu comme une chance mais comme un danger. Il pourrait se transformer en loup de la finance et négocier directement les conditions de sa liberté. Il ne serait plus Charliemouton. Il ne pourrait plus être tondu aussi facilement.

 

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Encore un excellent article sur slate.fr: http://www.slate.fr/story/112705/charlie-hebdo-sideration-sans-sursaut Un an après, les Charliemoutons sont sidérés … mais amorphes !

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Pourtant, on sent un brin de révolte dans cet article très bien écrit. Ouf, je respire en le lisant. Le constat pitoyable de notre niveau de conscience politique est mené. Le problème pour cet auteur, bureaucrate de gauche : comment vivre en accord avec son aspiration. Cela me semble difficile. A la limite de l’incohérence. A voir s’il est aussi bon à critiquer qu’à proposer des solutions.

  2. Ping de gastirad39:

    Lèonidas: Voici un excellent article sur l’usage de la peur en politique.

    http://www.slate.fr/story/112263/exercer-peur-politique

    “Car en politique, la peur est avant tout instrumentalisée, utilisée à des fins qu’il faut sans cesse décrypter. Quand des dirigeants nous disent «Ayez peur, nous nous occupons du reste», Patrick Boucheron en appelle à la «vigilance», en tant qu’historien, mais surtout en tant que citoyen. Quand les gouvernants mettent en place une «politique de la peur», Corey Robin rappelle qu’un tel programme passe avant tout par des institutions qui structurent cette peur et nous disent de qui avoir peur et comment. …Le renforcement des mécanismes de contrôle, des procédures d’exception, les discours de prudence et d’incitation à être «attentif ensemble», tout cela ne va pas de soi et doit sans cesse être questionné.”   Et aussi: http://www.slate.fr/story/96871/peur-collective

    Pour le cas de Charlie Hebdo, le mécanisme de création de l’identité par la peur est manifeste. La réponse «je suis Charlie», avec cette affirmation du «je», est affirmation de l’identité personnelle, fait valoir le chercheur Nicolas Roussiau, professeur de psychologie sociale à l’université de Nantes et qui a dirigé l’ouvragePsychologie sociale de la religion. Et c’est aussi l’identité sociale qui est brandie, lorsque le groupe affirme «Nous sommes tous Charlie».

    «Il faut que l’autre soit rejeté hors du cadre de référence. Cloporte, cafard… On s’autorise toutes les horreurs», explique le professeur d’histoire contemporaine Frédéric Chauvaud. 

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Pour qu’un tel mécanisme de peur ait de l’emprise sur les citoyens, il faut d’abord qu’ils aient été entièrement féminisés dans leurs familles. Imaginez quelle serait la réaction d’un homme sûr de sa position prêt à se défendre, si on lui parlait d’attentats : nulle. Par contre, perméable aux émotions de sa femme, il en vient à accrédité la parole de nos gouvernants.

      • Ping de gastirad39:

        Léonidas: Le féminisme n’est rien d’autre qu’une peur collective ciblant les femmes  et qui est distillée par nos politiques par petites doses depuis un siècle et demi, mais surtout depuis 1971 date de l’invention de la création monétaire illimitée aux mains des politiques. Cette création a permis de financer le féminisme, sans éveiller l’attention des hommes. Mais elle entraîne la paupérisation inexorable de toutes les sociétés féministes.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “VIDEO. A Berlin, des réfugiés distribuent des fleurs pour faire oublier Cologne”, L’Express du 12/01/2016.

    Apparemment l’espèce Charliemouton prospère également en Allemagne.

  4. Ping de gastirad39:

    Léonidas: Je ne vois pas de haine dans mes propos. Y-a-t-il de la haine à vouloir prévenir une catastrophe qui nous menace tous ? Je me vois plutôt comme un médecin qui cherche à guérir la maladie, potentiellement fatale, qui ronge notre corps social. Ce médecin peut-il haïr ses patients ? Quant aux parasites, les empêcher de nuire signifie-t-il forcément les détruire ? Ne peut-on pas leur confier d’autres tâches plus positives ? Nos parasites font croire qu’ils sont forts utiles. Peut-être le croient-ils eux-mêmes ? Est-ce les haïr que de les détromper en révélant les mécanismes de la tromperie ?

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Non non, mais je vous vois bien les renvoyer à la campagne pour leur apprendre le travail honnête.

      • Ping de gastirad39:

        Léonidas: Ca a déjà été tenté … Sans grand succès à long terme ! Il serait plus simple d’interdire à toute personne de devenir parasite Poly-Tique professionnelle en refusant de la rémunérer. Ces personnes seraient alors obligées de gagner leur vie en exerçant une véritable activité. Pourquoi pas escroc pro ? L’avantage serait qu’alors ces personnes ne ruineraient que des particuliers,  en nombre limité, et assez peu de temps. Au lieu de ruiner des pays entiers pendant des décennies grâce à leur position de pouvoir. (Je pense à NOTRE DETTE, ou aux manipulations monétaires entre autres)

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    Encore des progrès à faire dans la force :

     

  6. Ping de gastirad39:

    Léonidas. Merci de me répondre. Pardon d’être têtu, mais je reste convaincu de la primauté des causes politiques sur les réponses sociales et économiques des individus. D’abord parce que l’histoire prouve que le féminisme n’existerait pas sans Politiques (dernière preuve : « L’Anticléricalisme Féministe sous la 3° république » de Véronique Rieu, dès 1875) Et en économie, la Dette et les gigantesques manipulations monétaires actuelles qui ne peuvent exister sans l’aval des Politiques. Oui, un tyran peut rendre son peuple heureux, S’IL EST RESPONSABLE DEVANT DIEU. Mais nos « démocrassies internationales» actuelles sont des machines à fabriquer des dirigeants IRRESPONSABLES. En effet, la responsabilité des Elus est infiniment diluée puisqu’elle se répartie entre des milliers d’entre eux, divisés entre 2 bandes rivales (ou alliées face à un 3ième larron) grâce au Bipartisme, et s’appuyant sur une armée de fonctionnaires peu responsables. Quant à la démocratie, nos dirigeants actuels gouvernent en monarques républicains avec moins de 20% des voix, grâce à des lois électorales facilitant des « combinacionnes »infinies. Résultat : trouver un responsable , c’est chercher une aiguille dans une meule de foin. Avec des lois appliquées avec mansuétude pour les unes, rigueur pour les autres … et pas du tout pour les Happy Few. C’est ce système qui fabrique des individus égoïstes, soumis et apeurés : les Charliemoutons.

    De plus, ce système politique est infiniment coûteux, pas seulement par le salaire des Zélus, mais par le coût de leurs indécisions. Pire, la tâche des électeurs est impossible ! Un ELU, c’est une personne spéciale, hors du Commun (ou qui le sera après son élection). Hors, on demande à des gens du Commun ( obnubilés par leur propre vie) de désigner  cette personne « hors du Commun ». Pas étonnant de tomber bien souvent sur des  escrocs !  Bref, nous ne résoudrons JAMAIS nos problèmes avec le système politique actuel. D’ailleurs l’histoire de France montre bien que nos Républiques basculèrent sans cesse en dictatures, des 2 Napoléon à Charles de Gaulle.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Je ne dis pas qu’il n’y a pas de problèmes politiques gigantesques. Je veux juste souligner par mon travail que créer de bonnes institutions sans prendre en compte le coeur des hommes, ce sera retomber dans les mêmes travers quand cette machine aura implosé. Il faut aussi comprendre comment cette bureaucratie s’est mise en place. Les gens sont trop contents que leur vote soit acheté par exemple. Ou encore, ils sont avides de sécurité dans notre société. En somme, ils cultivent bien des travers qui pervertiraient n’importe quel système politique, aussi bon soit-il.

      Tout système politique est mû par la croyance. Le Grand Orient s’est imposé idéologiquement en France. Nous avons donc des Français qui ressemblent à l’idéal franc-maçon du Grand Orient et qui cautionnent les lois qui sont votées, des Charliemoutons pleins de bonnes intentions qui n’aspirent qu’à la richesse matérielle, des scientistes sceptiques et avides de créer une religion qui les arrange. Plus que le système politique définirait la croyance, la croyance, la spiritualité en général définissent le système politique et surtout, la manière dont il est conduit. Et cette spiritualité dépend de la profondeur et du travail de chacun dans son coeur. La plupart des gens pensent qu’ils n’ont pas de pouvoir. En vérité, ils en ont un immense pour changer le monde : celui de changer leur coeur envers et contre les circonstances, envers et contre les systèmes politiques même, envers et contre le mal qui ronge chacun d’entre nous. Voilà la vraie perversion : se laisser pervertir l’âme. Et le mal que nous dénonçons chez les autres, il faut d’abord l’avoir expérimenté en soi. Sinon ce n’est que puritanisme.

      Dans votre discours j’ai trop souvent l’impression de sentir que le mal ne serait qu’extérieur, que ce serait les autres les pourris. Vous, moi, nous sommes aussi atteints par cette idéologie féministe. Nous ne lui échappons pas, nous la propageons malgré nous et de bien des manières. Certes, les faits historiques sont là. Mais que disent-ils du coeur de ces personnes qui ont perverti notre Nation. Pas grand chose. Seulement que ces gens là l’ont faite échouer. Mais ils ne disent pas comment.

      J’aimerais que dans un avenir plus ou moins lointain, les chercheurs en sciences humaines travaillent sous le regard de la théologie catholique. Pour l’instant, et parfois sans le savoir, ils adoptent des schémas scientistes, schémas qui seraient sensés tout expliquer. Si la logique doit avoir sa place dans les sciences humaines, la morale aussi. C’est elle qui guide les recherches, aujourd’hui comme toujours. Il serait bon que les gens qui la pratique en aient conscience. Car aujourd’hui pour eux, morale et science se confondent. Ainsi dans votre discours, ces gens qui ont fait le mal féministe auraient mécaniquement décidé de pervertir le système. Or je pense plutôt qu’ils sont tombés dans des travers moraux que nous connaissons tous : orgueil, colère, rancoeur…

      • Ping de gastirad39:

        Léonidas: Merci encore. Sachez que j’admire votre force de travail et l’ensemble de vos pensées. Je ne diverge que sur un point. Ne nous trompons pas d’ennemi. Ne faisons pas le jeu du Malin ; la division. Les femmes, comme les hommes sont manipulés par un système cohérent, une caste dont les buts affichés ne sont jamais ceux réellement poursuivis. Tout parasite se cache dans le corps hôte en secrétant des toxines qui mystifient les défenses naturelles. Les Grandes Causes soulevées par nos Poly-Tiques ne sont que toxines qui aboutissent toutes à prélever toujours plus de taxes ! Des escroqueries ! On utilise notre spiritualité en la déviant. 2 exemples. En 2002, Chirac résolut le problème de la sécurité des banlieues en posant des radars sur les routes (donc des taxes supplémentaires) pour améliorer LA SECURITE ROUTIERE ! L’écologie, elle, a surtout servit à multiplier les taxes (sur l’eau, le diesel …). Puis, le Parasite se multiplie et infeste son hôte en l’affaiblissant peu à peu. Regardez le « millefeuille » politique français (auquel les super-régions viennent d’ajouter une couche) et souvenez-vous qu’un français moyen travaille 208 jours / an pour payer ses taxes. La femme un peu moins, mais pour l’homme, on doit en être à 270.


        Depuis 1789, le corps français est imbibé de toxines. Lisez « La Pension Belhomme » bel exemple de lois détournées pour enrichissement personnel, dès 1793. Une des plus virulente est le féminisme, garantie électorale du système. Oui, comme chacun nous baignons dans cette idéologie, cette toxine. Mais nous avons réagit. Et nous pouvons aider les autres à en sortir. Quant à la science, elle apporte des progrès techniques qui nous facilitent la vie. Mais nos Poly-Tiques s’empressent d’en accaparer les bénéfices, voire d’en dénaturer les effets… Actuellement, les populations des démocraties mondiales s’appauvrissent et l’écart entre riches et pauvres s’accroît. J’ai les chiffres. Ayons foi : « un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup de science y ramène. »A nous d’oeuvrer, avec l’aide du St Esprit.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    Le lion mange du Charliemouton :

  8. Ping de Léonidas Durandal:

    *Joli cri de ralliement : “Non Seigneur, je ne veux pas devenir Charlie !” :



     

  9. Ping de gastirad39:

    Bravo Léonidas ! Truculent et faisant mouche. Cependant, il est facile de se moquer du “Charliemouton moquette” prêt à tout subir. Espérons que ça réveille sa conscience, mais j’en doute. Il serait peut-être plus rentable de lui fournir de la pensée d’origine non-contrôlée un peu pré-digérée et facilement digeste à son niveau. Et si on s’interrogeait sur le système politique qui le contrôle de la naissance à la mort ? Si les Charliemoutons choisissent mal leurs bergers c’est peut-être qu’ils n’ont aucun choix réel. Le bain culturel ambiant, régit par notre “Etat Profond” répandu par nos “merdias”, notre “Education Médiocrinale”, relayé par la propagande féministe, vise à la crétinisation et à la fémini-soumission du mâle moyen. Si nos berger(è)s peuvent lâcher les loups de tout poil et leurs louves encore pires sur leurs troupeaux, c’est qu’ils sont paresseux, cupides, sans foi ni loi sinon celle de leur profit immédiat. Les récentes élections et leur pitoyable résultat sur le plan démocratique vont-elles hâter la prise de conscience ? Avec 40% d’abstentions + 30% de votes Marine, nos super dirigeants (aux super-salaires) à la tête des super régions ont été choisis par moins de 30% des Charlimoutons ! Et encore, ces votants bêlants sont -ils divisés en dix couleurs différentes.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Je n’insulte pas primairement le Charliemouton. Son attitude procède d’une logique bien définie pour moi. Pour que la situation progresse, il faut que le Charliemouton prenne compte de sa situation asservissante, du fait qu’il est prisonnier, du fait qu’il est meurtrier, du fait qu’il n’élit pas des personnes au hasard mais pour défendre ses intérêts, et que ces intérêts le transforment en mouton et en faible. Cela fait beaucoup. Le Charliemouton élit ses représentants en toute conscience, il est capable de se mobiliser de 10pt de participation en plus pour venir défendre ses intérêts et faire élire ses bergers qui lui ressemblent. Il maîtrise parfaitement le système électoral même s’il vit dans la peur et que cela même est compréhensible (perte d’emploi etc…) C’est vrai. J’ai le plus grand mépris pour lui. Cependant, je sais aussi combien l’autonomie et l’honnêteté sont difficiles, surtout dans notre monde.

      • Ping de gastirad39:

        Merci de votre réponse. Je n’ai pas vu d’insultes dans vos propos. Juste des piques pour titiller l’égo des inconscients, vrais zombis, sans cesse sous prozac propagandesque à haute dose. Le Charliemouton, comme la plupart des “citoyens” ne connait pas l’enjeu véritable des élections. Les super-salaires de nos  irresponsables ( grâce au bipartisme) ne sont qu’une faible partie des dégâts commis par nos Poly-Tiques (parasites polyvalents). Leur pouvoir de nuisance en orientant l’économie et en jouant sur la monnaie ( NOS dettes) est bien plus considérable. Et le féminisme, un simple adjuvant pour faire prendre la sauce et les maintenir au pouvoir.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Vous continuez à penser que les gens, et les femmes en particulier ne sont pas responsables de leurs actes parce qu’ils ne seraient pas informés. Mais ils le sont, et aujourd’hui avec internet, ils ont les moyens plus que jamais de l’être. Au contraire, je pense que le Charliemouton est notre système, que le féminisme est notre croyance à l’heure actuelle, et que sans responsabilisation des gens, nous créerons seulement un autre système en forme de dictature. Vous pensez que le peuple est l’émanation des hommes politiques qui le gouvernent. Je pense que les hommes politiques sont l’émanation d’un peuple. François Hollande est le Français moyen, trompeur, médiocre, individualiste, un peu gras du bide. Il s’est fait élire sur ce thème d’ailleurs “le président normal”. Essayez donc d’imposer des lois contre les gens aujourd’hui, vous verrez comment ils vous mettront des bâtons dans les roues. L’action d’un groupe dépend de ses membres et du chef qu’ils sont capables de se choisir. C’est valable à tout petit niveau comme à un niveau plus important. En vérité, les gens se foutent actuellement de la compétence et de la vérité. Ils cherchent leurs intérêts lors des élections. Il ne faut pas s’étonner que par la suite, ils tombent sur des gens qui leur mentent !

          • Ping de gastirad39:

            Léonidas: Votre vision de l’humain est bien noire pour ne pas dire désespérée. Mon passé d’enseignant me rend plus optimiste. L’humain recèle des aptitudes insoupçonnées (compassion, altruïsme, sens du partage, de la justice …) qui  ne demandent qu’à être mises en valeur. Les religions, philosophies … (chrétienne en particulier) cultivent ces aptitudes. Les politiques actuelles visent au contraire à les contrarier systématiquement. Le moutonnisme peut mener à la générosité aussi bien qu’à l’égoïsme. Notre Charliemouton ne se fait mener que par la peur et son égo primaire, parce que nos dirigeants en ont décidé ainsi. Le féminisme repose aussi sur la peur et l’égoïsme . En retour, Charliemouton choisit ses dirigeants  conformément à son image, par mimétisme. Mais, s’il lui est démontré que les valeurs « officielles » sont contraires à l’intérêt général ET à son intérêt particulier, son attitude  changera. Bien sûr, c’est un travail de longue haleine : une EDUCATION au sens noble. Il a fallu des dizaines d’années pour que Rousseau et les philosophes des Lumières mettent fin à l’absolutisme. Hélas, la démocratie qui suivit fut vite capturée par des Poly-Tiques qui en firent ce dont nous souffrons  aujourd’hui. 1789, fut l’aboutissement d’un long processus culturel et d’une crise aussi longue. Nous vivons aussi une longue crise, générée elle aussi par un mauvais système politique. Il nous appartient de montrer à nos contemporains que d’autres systèmes de décisions collectives sont possibles et que seul un changement POLITIQUE peut résoudre nos problèmes. Nos Charliemoutons en sont déjà conscients, mais leur confusion est entretenue. D’autres forces sont en recherche avec nous, dans la haute finance comme en démocratie. Mais le féminisme est le fondement du système

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Seul le changement des coeurs changera le monde. Les humains d’abord. Les efforts du coeur. Voilà en quoi je mise. Il y a eu des démocraties, des Républiques, des tyrannies heureuses. Quel était leur point commun : les hommes moraux qu’elles avaient à leur tête. Le système importe peu. La moralité d’un peuple seule compte. Ce sont les croyances qui font les peuples. Les systèmes politiques ne sont que le vernis de ces croyances.

            Vous voyez les hommes politiques abuser, et vous avez raison : mais pourquoi abusent-ils sinon de par leur niveau de conscience. Je les crois très sincères et animés de bonnes intentions, tout comme nos Charliemoutons. Mais ils ont une spiritualité pauvre. Et donc, leur niveau de conscience en est d’autant faible. Or ils sont comme ce peuple. Si le peuple les remettait vraiment en question, pas simplement en votant Front National au premier tour, il y a longtemps qu’ils se seraient remis en question. Mais le peuple ne va pas jusqu’au bout de sa menace. Il croit pouvoir se sauver, il croit pouvoir les sauver.

  10. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) La France organique est morte :

  11. Ping de Léonidas Durandal:

    “Cyril, rescapé du Bataclan souhaite “Monter une armée pour tous les tuer””, Europe1 du 11/12/2015.

    Retour de culpabilité, irréalisme bisounours. Il confirme que les terroristes se sont bien esclaffés de rire en les shootant.

  12. Ping de observateur:

    Le revenu universel – solution a la crise …

    L’industrie du Charlie mouton a encore de beaux jours devant elle.

     

     

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Là, je ne vous donnerais pas entièrement raison. Je suis très impatient de voir les résultats de cette expérimentation sociale. Aujourd’hui beaucoup de gens cotisent et ne touchent rien. Si on donne la même chose à chacun et si on laisse libre les gens en faire ce qu’ils en veulent, peut-être observera-t-on des comportements inattendus, plus libres, surtout moins contraints par l’Etat et moins intrusifs. A voir…. Disons que contrairement aux apparences, cela pourrait être un progrès par rapport au RSA. De toutes les manières, désormais, ce sont des millions de gens qui ont été mis sous tutelle par l’Etat. Nous ne sortirons pas du contrôle et de la dépendance de l’Etat comme cela. Songez que toutes les structures familiales qui permettaient d’amortir les crises, ont été détruites.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.