Accueil » Domination féminine » L’image des femmes durant la guerre de 14-18
Antiféminisme Aimeles

L’image des femmes durant la guerre de 14-18

Publié le 11 novembre 2015 par Léonidas Durandal à 11 h 45 min

mort, et fortifie les vivants. Les hommes peuvent aller mourir en martyre en leur nom, sûrs que leur sacrifice restera dans les mémoires et que leur tombe sera fleurie (ça, c’était avant).

1924 momument au morts de perpignan

Monument aux morts de Perpignan

 

 

cpa_14_18_perso5

« Repose-toi héros, brave et vaillant soldat, Ton rêve est accompli après ce dur combat »

 

 

cpa_14_18_perso7

« Gloire aux nobles dévouements »

 

 

cpa_nous_entrerons_dans_la_carriere

« Nous entrerons dans la carrière, Quand nos aînés n’y seront plus »

 

 

cpa_un_soldat_n_a_pas_peur

« Aspire vite et fort, un soldat n’a pas peur ! , Cela va te donner de l’énergie au coeur ! ».

 

Derniere vision George scott

WH42566c

« Au seuil de la cathédrale, Pour la patrie »

Le passif accumulé par les femmes est lourd, celui des hommes l’est encore plus

Notre nation vivait déjà à crédit sur l’idée de progrès et d’amour. Le progrès devait nous libérer par une victoire rapide. En fait, la boucherie n’a presque plus eu de limites. Quant à l’amour qui liait hommes et femmes de cette époque, il a été perverti par des manipulations politiques rendues nécessaires par les circonstances idéologiques. Le réveil n’en a été que plus brutal. Quand les hommes sont revenus de la guerre, après 4 ans, ils n’ont plus souscrit au mensonge. Cette blessure s’est inscrite en leur coeur et nous a été transmise jusqu’à aujourd’hui. Elle a miné les rapports hommes-femmes, miné le contrat social, miné notre Eglise, nos idéaux, nos institutions, permis à une autre médiocratie de se développer.

Manipulés à mourir inutilement, les hommes n’ont pas résisté au désir de se laisser-aller. Quant aux femmes, elles ont comblé un vide que les hommes n’avaient plus la force d’occuper. L’Eglise, elle, s’est résignée à un pacifisme béat.

Je voudrais bien que l’idée de nation et d’Eglise reviennent dans notre pays. Seulement comment faire quand le mensonge est partout ? Les Français se souviennent que ces institutions ont été perverties. Ils en gardent un ressenti profond. La faiblesse des hommes n’est pas plus une solution que leur illégitimité. Nous ne comblerons pas nos lâchetés intellectuelles et morales passées par encore plus de médiocrité. Et les progressistes maçons inconscients d’hier qui ont permis la catastrophe ne sont pas plus dignes de confiance que les progressistes d’aujourd’hui qui vivent vierges de toute culpabilité. Ce sont les mêmes. Leurs idées continuent à miner notre France, la pousse à la féminisation, tout comme elles l’ont poussée à une guerre injuste et mal menée, ces deux mouvements s’alimentant l’un l’autre. Depuis bien plus de 200 ans en France, le mensonge et l’erreur sont progressistes en France. Ce n’est pas un hasard. Aucun pays ne se construit sur du sable.

La propagande de guerre se poursuit

La propagande de guerre n’est pas terminée. Elle se poursuit de manière différente. Avant nous étions poussés à la guerre par amour des femmes. Et les femmes poussées à admirer les hommes prêts à se sacrifier pour elles. Aujourd’hui, les progressistes de type féministe nous culpabilisent pour continuer à nous diriger. L’histoire est passée au crible des études de genre, qui tentent de montrer la guerre du point de vue féminin seul, comme si hommes et femmes n’étaient pas liés dans l’horreur, et comme si nombre d’hommes ne répondaient pas d’abord à l’appel des femmes (1). Non seulement, nous aurions payé un prix énorme pour presque rien, mais en plus, ce serait les femmes qui auraient réellement souffert.


Refaire l’histoire

552388-finnele4Ainsi, nombre d’articles paraissent, du plus innocent « Anne Teuf : «Mon blog raconte en BD la vie de ma grand-mère pendant la guerre de 14-18» », au plus engagé « J’ai Testé les femmes en 14-18…les oubliées de l’effort de guerre ! », en passant par des articles plus généraux « Ces femmes qui ont pris les armes en temps de guerre », ou carrément des fictions mettant en scène nos fantasmes contemporains « BD : La guerre de 14-18 sous « >

Lire la suite

Laisser un commentaire

Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

-

Votre sexe SVP :

-

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.