Accueil » Eglise/Religion » L’islamisation de la France est une bonne nouvelle, si elle ne veut pas être catholique
AIMELES Antiféminisme

L’islamisation de la France est une bonne nouvelle, si elle ne veut pas être catholique

Publié le 30 janvier 2015 par Léonidas Durandal à 15 h 43 min

Les outrances de la République laïciste envers Dieu sont terminées (2). Ce ne sont pas des Catholiques qui auront su les empêcher, notre Eglise est trop féminisée pour cela, mais bien des Mohamétans. Il était temps parce que l’air devenait vraiment irrespirable. A force de détruire toute idée de sacré, notre société foulait aux pieds ses citoyens, et de plus en plus. Infanticides par avortements, euthanasie, isolement, oppression psychologique au travail et politique dans la société, unions de duos... Une société sous influence islamique aura au moins l’avantage de faire reculer toutes ces conceptions débiles de la vie en société, conceptions individualistes auxquelles notre Eglise catholique féminisée n’aura pas su s’opposer de manière efficace.

Une République propre à faire échouer toutes les institutions qu’elle investit.

Durant 200 ans, nous avons attendu une amélioration. Mais rien n’est arrivé. La bourgeoisie catholique qui a collaboré au système n’aura permis que sa perpétuation et sans résultat. Car il faut bien le reconnaître, en dehors de ce naufrage complet de période récente, l’histoire de la République laïciste n’aura été ponctuée que d’une longue succession de régressions institutionnelles et de massacres qui auront ensanglanté l’Europe entière. Encore aujourd’hui, avec cette histoire ridicule de Charlie Hebdo et ses 17 morts, nous avons réussi à soulever une bonne partie de l’Afrique et du Moyen-Orient et à provoquer par ricochets des milliers d’exactions en dehors de notre territoire. Mais engoncés dans nos certitudes collectives en forme d’aveuglement, nous ne voulons pas le voir. Le plus cruel pour quelqu’un qui a les yeux ouverts, c’est de constater comment d’autres catholiques ont payé le prix de l’incurie athée/maçonnique/judaïque française.

eglise-brulee-niger

Eglise brûlée au Niger

 

La responsabilité des Catholiques français dans ce marasme.

La responsabilité des Catholiques français dans la situation actuelle n’est pas nulle. Notre Eglise qui ne vit que par le culte marial, aura laissé au diable les gisements de foi inexploités. Une Eglise quasi-exclusivement composée de femmes, dont les représentants sont cooptés par leur mère, et qui ne viennent à la foi que par Sainte Marie ou par la croyance en quelque source d’eau magique, cela ne pouvait durer qu’un temps. Juste le temps que la société s’épuise et se confronte à d’autres. C’est fait. Cette Eglise de France faible théologiquement a laissé des organisations diaboliques, d’abord prendre le pouvoir, puis l’exercer sans pitié, et enfin, vaincue, Elle a fini par adhérer au projet du diable. Elle a été si bien pacifiée qu’aujourd’hui, il y a plus d’écologistes athées prêts à se sacrifier pour leur cause, que de Catholiques capables d’endosser la croix du Christ pour améliorer nos environnements mortifères. La République laïciste nous dominait gentiment, nous avons un peu crié au début, nous nous sommes débattus comme une vierge folle, et puis pénétrés virilement par une organisation plus forte, nous avons fini par céder. C’est terrible d’êtres garants de la Vérité mais de se laisser violer. Car il y a une règle de Dieu à laquelle aucune organisation ne peut déroger, même l’Église : « Un arbre se juge à ses fruits ». Dès que l’arbre ne donne plus de fruit, il est impitoyablement brûlé. La République laïciste bien qu’ayant tout échoué, est devenue plus forte que notre Église catholique. La loi naturelle divine est en train de faire le reste.

 

Une Eglise n’ayant pas encore intégré la loi naturelle.

Car une Eglise incapable de respecter la loi naturelle, ne devrait vraiment pas avoir la prétention d’élever les âmes. Elle en est encore à apprendre les règles de fonctionnement du monde. Or cette loi naturelle, n’a pas été pleinement digérée par notre Eglise. Bien entendu, on s’oppose au mariage homosexuel, mais du bout des lèvres, on évite de froisser, on s’occupe de la souffrance homosexuelle en premier, avant de s’occuper de la souffrance du monde et de ses enfants. Oh, les enfants, eux, ils peuvent crever. Ils grandiront dans le mensonge, comme les autres ! Nous récupérerons leur souffrance. On peut tout ! D’ailleurs quelle a été la mobilisation de l’Église sur les infanticides par avortement à l’époque ? Encore moindre que pour les unions de duos. Et pourquoi ? Parce qu’il ne fallait pas faire de vagues concernant les évolutions progressistes, parce que cela concernait des femmes, et qu’il fallait les protéger ces pauvres petits objets fragiles qui s’étaient faites certainement violer, et qui souffraient, et qu’on récupérerait aussi quand elles souffriraient trop !

L’histoire est cruelle. Les femmes sont parties avorter ailleurs.

Pourtant notre Eglise de France persiste. Pour Elle, le pauvre, c’est toujours la femme. Drôle de déni de la réalité qui laisse une porte grande ouverte au diable, par là où sa tentation se révèle être la plus efficace.

 

L’Église n’a pas su écouter les avertissements qui lui étaient lancés.

Ils auront été nombreux à essayer d’avertir la France. L’un des plus incisifs aura certainement été Georges Bernanos qui s’enflamma contre notre bourgeoisie et le vide occidental qu’elle était en train de promouvoir : «La civilisation européenne s’écroule et on ne la remplace par rien, voilà la vérité. » Eh bien si, ça y est. On la remplace par quelque chose qui n’est plus du vide : la religion islamique. Et il était temps. Car s’il faut vivre dans le mensonge, autant que ce mensonge soit un peu plus proche de Dieu. S’il faut vivre en dhimmis, autant être les dhimmis d’une société religieuse, et non les sous-citoyens d’une République laïciste qui ne respecte même pas ses propres règles s’il s’agit de Catholiques ou de pères.

Une République sanglante, et corrompue.

Car la République laïciste valide les comptes de campagne de ses représentants quand ils sont vérolés de partout. La République laïciste empêche les référendums constitutionnels s’ils s’opposent à ses projets. Et la République laïciste va faire la guerre chez les autres qui ne pensent pas comme elle. La République laïciste tente de se défendre de l’extrémisme islamique, mais pourquoi exactement ? Elle est vide. Plus que vide, son existence même est néfaste au monde. Je ne chanterai plus jamais la Marseillaise, jamais. La Marseillaise est bien le chant qui illustre le fonctionnement de notre noire institution : par le sang et les massacres de bonne conscience. Elle dit se défendre, comme à chaque fois.
bagarreA chaque fois, ou presque, elle agresse les autres, puis s’étonne de leur réaction. Les attentats à Charlie Hebdo n’ont été que le signe d’un retour au réel.
Et ce retour au réel ne vient pas des Catholiques et de leur faiblesse théologique actuelle mais bien des Mohamétans. Eux, vont la mettre à genoux cette République laïciste. Bien entendu, elle pavoise encore. Elle essaie de trouver une issue à sa folie. Elle embastille des enfants de 8 ans pour faire un exemple. Mais je ne suis pas certain qu’elle osera bien longtemps utiliser la police des familles quand des quartiers entiers se soulèveront. Les rigueurs de la loi française et de tous ses valets, c’est pour les familles femellisés, pas pour les croyants soudés entre eux.

Quant à Charlie Hebdo, ils finiront aussi par plier car comme dirait l’autre « la peine de mort, ça dissuade ». Ces dessinateurs pré pubères ont profité de la masse de crétins catholiques et athées qui leur ont donné une caution pour continuer dans la provocation. Cependant, quand le choc sera passé, la réalité sera encore là : la liberté d’expression ne surpasse en rien le respect que l’on doit aux autres. Le Pape a su nous le rappeler. Et les autistes qui voudront persister dans leur individualisme creux devront faire face à cette sentence. Ils se préparent des lendemains qui déchantent.

Le retour au principe de réalité.

Dès à présent, si Charlie Hebdo est autorisé à publier ses caricatures débiles, nous Catholiques, nous sommes empêchés de diffuser notre film sur la conversion pacifique d’un Mohamétan (1). Le sous-citoyen catholique doit encore plier l’échine. Il va le faire, il en a l’habitude. lapotreLa République laïciste se joue de lui comme d’un détail, et elle commence à le censurer de partout, lui et les autres, pour empêcher les « débordements ». Pendant ce temps la société civile fait disparaître la moindre production artistique qui pourrait gêner le Mohamétan moyen (2). Oubliée rapidement la liberté d’expression pour tous, même si personne n’est insulté. Le paravent de la liberté charliesque cache la soumission d’une République déjà vidée de toute substance. Car l’anticléricalisme primaire ne peut plus servir de dogme face à une religion qui n’a pas de clergé organisé.

 

Une République qui a voulu se payer la tête des descendants d’immigrés comme elle a laissé crever les Français de souche en promouvant la déconstruction culturelle.

Cela me fait rire, en fait, notre République laïciste est persuadée de pouvoir écraser l’Islam en France comme elle a écrasé notre Église catholique. Depuis le début, accompagnée de ses larbins intéressés, elle compte sur la désintégration culturelle progressive des immigrés pour asseoir son pouvoir. Mais les pauvres résistent. Ils veulent bien se payer des portables à 700 euros et toute une technologie de merde pour regarder la télévision chez eux, parfois subventionnés en cela, mais ils ne semblent pas vouloir abandonner leurs croyances ! Au contraire.

Alors face à leur obstination, le petit prêchi-prêcha républicain que Mme Vallaud veut mettre en œuvre à la rentrée, la mobilisation d’enseignants lobotomisés et épuisés par 100 années de laïcisme, ça prêterait à rire si ça n’allait pas retomber sur le petit peuple déchristianisé. Car ce genre de mesure, ça fonctionne avec les gentils catholiques qui croient en la liberté de conscience individuelle plus que tout, quitte à légitimer la faiblesse. Ca marche dans une société de tradition catholique glorieuse qui a laissé de grands restes à l’Occident, même si elle ne se reconnaît plus. Mais chez les Mohamétans, cela ne fonctionne pas du tout comme ça.

 

 

Qu’est-ce que « les Mahométans » ?

Pour bien me faire comprendre, je dis « les Mohamétans » comme s’ils étaient unis et certains vont me le reprocher. Mais ils le sont bien unis, d’une certaine manière, mais pas à la manière catholique. La République laïciste qui essaie de comprendre la religion islamique à travers le prisme de l’Église, est complètement dans les choux. La religion islamique a plusieurs têtes et elle s’adapte autant à la société qu’elle fréquente, que la société s’adapte à elle. C’est une religion biologique. Les peuples qui adoptent l’Islam créent un nouvel Islam qui n’a rien à voir avec les autres tout en respectant les mêmes principes et en générant en son sein les mêmes mécanismes. Face à cela, la République laïciste croit pouvoir user de son pouvoir comme elle l’a fait avec l’Église. Seulement tous les principes de la République laïciste ne sont que des ersatz catholiques, tous ses réflexes sont conditionnés par la représentation catholique. Et aujourd’hui que la société française n’est plus catholique, la République laïciste n’a plus les armes de son oppression contre une religion commme l’Islam, mais en plus elle a perdu toute légitimité, sans même s’en apercevoir. Par exemple ses principes de tolérance, d’égalité, de liberté et de fraternité, ne veulent absolument plus rien dire. Dans une République laïciste sans Église, la tolérance devient indifférence, l’égalité devient indifférenciation, la liberté devient une insulte perpétuelle jetée au visage des autres, et la fraternité un réseau d’intérêts plus ou moins maçonniques. Toutes les valeurs catholiques sont perverties par la République laïciste qui en devient une coquille vide sans Catholiques.

 

 

Coquille vide mais qui reste oppressive.

C’est là le nœud du problème. Car cet Islam biologique, on ne sait pas bien ce qu’il va donner en France. Soit la société catholique retrouve son ascendant et nous vivrons dans un cadre pacifié. Ce doit être le calcul d’un Camel Bechikh et de son association Fils de France. Car partout où la société est catholique, partout il y a tolérance religieuse et liberté de conscience et les croyants vivent plutôt de manière harmonieuse ensemble. Soit la République laïciste achève une Eglise faiblarde puis elle est investie par l’Islam et là, j’augure du pire. Car si l’Islam se mue des oripeaux de notre République sanguinaire, et en adopte les comportements, il est à craindre que la France perpétue ses crimes récents et les surpassent même en intolérance par rapport à d’autres pays islamistes. Soit encore, le scénario de Michel Houellebecq se réalise comme par miracle, et la France sera pacifiée doucement par l’Islam tout en conservant une minorité catholique gentille. Je croirai à ce genre de miracle quand j’en aurai le temps.

 

Le choix des Catholiques.

Si nous ne nous réveillons pas, seule notre bourgeoisie survivra. Elle ressemblera certainement à celle d’Irak et saura vivre de manière harmonieuse avec une majorité mohamétane plus ou moins tolérante, jusqu’au jour où les marchands viendront tous nous bombarder. Cette communauté catholique aura oublié les pauvres, mais qu’importe, puisqu’il y a longtemps qu’elle les avait oubliés de toutes les manières, elle qui a accepté sans réagir que la misère morale s’installe dans notre pays. Au moins, nous aurons notre chance en terre d’Islam. Nous retrouverons un pays un peu plus moral même si la grandeur de la Foi catholique aura été éludée à l’occasion. La Vérité survivra, mais ailleurs, loin de nos coeurs faibles et pervertis.

A l’inverse, nous pouvons espérer un sursaut collectif. Si nous savons faire notre examen de conscience, si nous tournons nos coeurs vers Dieu, tout est possible. Il faudra alors reprendre notre place au sein de la société, en son centre et avec les plus faibles. Cela en passera nécessairement par un retour des hommes que ce soit par la porte de la théologie, ou bien pastorale. Du côté théologique, j’ai déjà apporté ma pierre à l’édifice. Du côté pastoral, j’appelle tous les garçons animés par la Sainte Foi, à revenir dans leur Eglise, quelles qu’en soient les conséquences. Vous devez constituer une Eglise à l’intérieur de l’Église et ne pas vous laisser effrayer par la féminisation ambiante. L’Esprit Saint sera là pour vous guider. Cette Eglise est vôtre tout autant qu’elle appartient aux femmes. Ne cédez plus une seule parcelle de terrain qui ne vous soit prise.

1 « Timbuktu et l’Apôtre, plus dangereux que Charlie ? », Le Point du 20/01/2015.

2 « Après Charlie Hebdo, la culture s’auto-censure », Libération du 29/01/2015

106 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonjour M. Durandal,

    Je pense que cette réflexion publiée sur YouTube par un chrétien québécois mérite d'être lue et commentée. Qu'en pensez-vous ?

    ÊTRE CHRÉTIEN EN 2022 – PART.1 (16e éditorial anti-système)

    Déjà, les termes « chrétien » et/ou « catholique » posent problèmes, car si je me définis comme catholique, on m’associe immédiatement à la secte conciliaire du démon Bergoglio ; et si je me dis simplement chrétien, on peut très bien supputer que je sois mormon, adventiste, pentecôtiste, témoin de Jéhovah ou bien baptiste évangélique. Or je suis bel et bien catholique, mais au sens patrologique du terme. Qu’est-ce à dire ? La patrologie est l’étude des Pères de l’Église : Augustin d’Hippone, Justin le Martyr, Grégoire de Nysse, Jean Chrysostome, etc. La patrologie (ou patristique) permet d’appréhender, à travers les écrits d’une poignée d’auteurs saints, les différents enjeux qui marquèrent l’établissement de l’Église catholique, aux IIIe et IVe siècles de notre ère. Seulement, nous assistons aujourd’hui à la fin absolue de l’Église vaticane et à son prolongement post-mortem à travers un vulgaire simulacre : l’escroquerie conciliaire. Les prêtres qui sont restés traditionnels se retrouvent de ce fait dans une position paradoxale ; car la vraie tradition, la seule, est censée être authentifiée par le collège des évêques, par les différents conciles et synodes officiels, par les bulles et par les syllabus pontificaux. Les curés qui n’ont pas embrassé Vatican II vivent ce faisant dans l’auto-assertion, ce qui ne peut pas être recevable sur le plan catholique. L’auto-assertion est contraire à l’idée de tradition ; aussi cette conjoncture sent-elle la putrescence à plein nez, peu importe le côté par lequel on l’aborde.

     

    Qu’on se le tienne pour dit : l’Église romaine apostolique ne sera jamais regénérée d’aucune façon sur le plan terrestre ; elle le sera en des termes transcendants – elle l’est d’ailleurs de tout temps –, avec la communauté des saints au Ciel. Rien ne sert, ce faisant, d’espérer la venue d’un bon pape, qui remettra l’Église en ordre, qui revigorera les sociétés occidentales, qui ramènera les valeurs ancestrales et morales ; c’est fini pour de bon, car toute la vérité est à présent visible. Quelle est le sens de cette vérité ? Celui-ci : toute société est par essence païenne et l’Église, tout au long de son Histoire de saint Pierre jusqu’à nous, n’a servi qu’à tempérer ce paganisme inhérent à toute culture humaine. Or l’Histoire est finie. Il est minuit passé. Les théories maurrassiennes sur la revitalisation de l’État par le catholicisme n’ont jamais tenu la route ; car ce qu’il faut comprendre, c’est qu’une société ne peut pas être chrétienne, tout bonnement ; parce que l’essence même d’un État est le Mal. S’il n’y avait pas de péché, il n’y aurait pas de société – point à la ligne. Je vous dote d’une courte démonstration.

     

    Ève est née d’une côte d’Adam, et les enfants de ce premier couple étaient censés naître de la même façon mystique : d’une côte d’Adam (à laquelle cependant Dieu aurait rajouté une côte d’Ève pour impliquer les deux partenaires) ; ainsi de suite, peuplant l’Éden dûment, par contiguïté transcendantale. Qui plus est, les deux premiers humains avaient été conçus afin de prendre du plaisir à travers leur corps glorieux pour, via cette jouissance, rendre hommage au Créateur, l’instigateur de ce même corps glorieux. Toutefois, Adam et Ève ont voulu se faire démiurges et engendrer par leurs propres aptitudes, sans le miracle divin, un enfant. Ce reniement du Créateur dans le processus d’engendrement a généré un monstre : Caïn, le fils du Mal. Bien des années plus tard, le Christ sera perçu comme l’enfant réparateur de cette démiurgie perverse, en naissant de la seule manière correcte possible, par le miracle de Dieu. Non seulement il ne sera pas conçu en suivant l’appétit reptilien pour la survie de l’Espèce – ou pour la survie du « Je » ; c’est la même chose –, mais ce Fils ne mourra pas (comme étaient censés ne pas mourir à l’origine Adam et Ève). Le Christ apparaît donc comme l’envers absolu de Caïn ; et Marie comme l’envers d’Ève. On découvre in fine en quoi consiste vraiment le péché originel : c’est le rationalisme, à savoir, dans le cas qui nous sied, l’assignation d’une fin utilitaire au rapport sexuel. Contre toute attente, la faute originelle apparaît comme un geste puritain. Elle correspond au fait d’avoir voulu instrumentaliser la sexualité afin qu’elle pût servir à quelque chose et satisfisse des intérêts égoïstes comme le désir d’enfant, le désir de s’immortaliser sur terre par le biais de sa descendance ou le désir de rendre gloire à sa propre progéniture et à son propre pouvoir de fertilité plutôt qu’à Dieu.

     

    « Si Adam et Ève avaient obéi aux ordres de Dieu et maîtrisé leur désir de l’arbre interdit, ils n’auraient pas été en peine d’un moyen pour propager la race humaine. » Jean Chrysostome

     

    Le Christ a-t-il fondé une civilisation ? Tant s’en faut ; car tout empire est basé sur un crime fondateur – meurtre ou spoliation –, et Jésus n’a jamais mis à mal personne ; au contraire : c’est lui qui s’est fait immoler. La société chrétienne a donc prospéré, au courant de l’Histoire, sur la base d’une parfaite disjonction, une aporie qui prend fin aujourd’hui, où tout est révélé. L’Église (et la chrétienté à sa suite) termine ses jours, maintenant, en renouant de façon tout à fait surprenante avec sa logique initiale : elle finit en martyre comme le Christ. Les prêtres traditionnels, prisonniers de leur auto-assertion, souffrent de cet état de fait, et cette souffrance fait d’eux de vrais martyrs. Chaque chrétien honnête qui souhaiterait comprendre quelque chose à cette histoire d’Église – tradi ou conciliaire –, chaque croyant qui voudrait voir un peu plus clair dans cette affaire, est un martyr ; car l’incompréhension d’un phénomène est une source de souffrance, et l’ignorance appelle l’humiliation. Le christianisme apparaît en dernière analyse comme un adoucissant, qui a su tempérer les mœurs barbares d’une société occidentale foncièrement satanique, du temps de Constantin jusqu’à nous ; aussi cette sorte d’édulcorant n’a-t-il plus de raison d’être aujourd’hui ; car l’aura ecclésiale se situe désormais à la fois partout sur le plan céleste et nulle part sur le plan terrestre.

     

    Le premier, dans l’Histoire, qui a fondé une ville et, partant, une société, est Caïn. Cette première civilisation s’appelait Enoch et les Enochites se sont multipliés dans le péché, par et pour la corruption, jusqu’à être entièrement décimés au moment du déluge, quelque mille cinq cents ans plus tard. Tout cela pour dire qu’il n’existe à mon sens nul espoir sur le plan terrestre, car le terrestre est globalement fini. Il n’existe nul espoir sur le plan temporel, car le temporel, en raison du péché originel, est par essence le domaine de la corruption et de la fluctuation chaotique. La Création est viciée et l’homme est ce faisant naturellement mauvais, car la Nature, justement, est pleinement corrompue depuis l’épisode de l’Éden. Le Diable en a fait son royaume. Tout ce qui est naturel est démoniaque, comme le montre un peu – voire très – maladroitement le film de Lars von Trier, Antichrist, où éléments forestiers et sorcellerie se conjuguent : prédation rituelle, fécondité dégoulinante, putridité dans l’humus, enchevêtrement de lianes, entre-dévoration des bêtes ; tout le cycle naturel, en somme. Ce qui n'est pas démoniaque, en revanche, c’est le corps glorieux et la jouissance physique qui lui est associée. Or cette joie esthétique, cette existence dans l’Absolu, cette sorte d’exultation purement apolitique, est encore concevable aujourd’hui. Il suffit de s’affirmer paroissien au sens plein et originel du terme – de « par-oïkia » en grec : celui qui vit en parallèle de la cité des hommes, car son véritable lieu de résidence se révèle être au Ciel.

     

    À suivre. Loup-Noir 14 avril 2022

     

    Cordialement,

    Cyrus

    P.S. Joyeuse Pâques !

  2. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonjour M. Durandal,

    Hier, j'ai enfin terminé la lecture du livre de Michel Houellebecq, '' Soumission ''. C'était extrêmement plaisant à lire et fort bien écrit. En plus, lorsque l'histoire se déroule à Paris, une ville que j'aime beaucoup, c'est encore mieux.

    C'est dommage que le candidat musulman ne soit pas associé à la restauration de la souveraineté nationale et que ce soit plutôt une Marine Le Pen, qui n'y croît pas d'ailleurs, et dont l'électorat de base semble plus être, dans le livre du moins, un électorat de gauchiste de droite enragé. 

    Cependant, c'est une très bonne histoire. L'avez-vous enfin terminé et qu'en avez-vous pensé ? 

    Dans l'histoire, les femmes françaises arrêtent de porter des mini-jupes à ras-le-cul. Est-ce un progrès à vos yeux ou bien cela s'inscrit-il contre les moeurs françaises de liberté et de légèreté ?

    Cordialement,

    Cyrus

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "BAPTISTE MARCHAIS explique son geste contre Alice Cordier 😊😊 (BENCH&CIGARS)" JMS unbox du 06/12/2021.

    Une petite raclée bien en dessous de ce qu'elle méritait. Les femmes françaises peuvent vraiment tout se permettre grâce à la loi. Le pire, c'est d'entendre toute la racaille de chevaliers maman féminisés aller à la défense de cette pauvre femme. Quels débiles. L'homme français moyen est remplacé, et ce n'est pas pour rien. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    C’est devenu aussi ça la France. Ben moi, je suis du côté des jeunes de banlieues dans ce cas…

  5. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Voici une vidéo à découvrir qui vous fera réfléchir ou pas si vous êtes plus en avance que lui : ⚫ Feminism and Islam | CRP – YouTube

    Il est Américain, mais vit en Ukraine, je crois. Sa chaîne est à découvrir. Coach Red Pill.

    Objectifying Women: Here's Why According to Science (bitchute.com) : à voir celle-là, aussi. Un Canadien vivant à l'étranger.

    The Science of Why Feminists Find Sexist Men Sexier – Black Pigeon Speaks (newsvideo.su). Un Canadien vivant à l'étranger.

    Feminism is a Shit-Test The West is Failing – YouTube

    Cordialement,

    Cyrus

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.