Accueil » Domination féminine » Loi égalité hommes-femmes : faillite au féminin (+vidéo)
Antiféminisme Aimeles

Loi égalité hommes-femmes : faillite au féminin (+vidéo)

Publié le 8 février 2014 par Léonidas Durandal à 14 h 46 min

figure masculine, se traduit par la revendication de pouvoir féminiser tous les ordres professionnels et leurs instances représentatives là où cette image persiste (avocats, architectes, vétérinaires, experts comptables, géomètres) (article 23). A noter que ces professions se sont largement féminisées depuis quelques années et que les ordres professionnels masculins n’ont pas fait barrière à ce mouvement. Cet article 23 vise donc les derniers dinosaures qui ont autorisé cette féminisation et qui vont bientôt en être victimes après avoir cru que leur profession en profiterait. Les derniers hommes dans ces professions se réveillent, et en appellent aux différences de compétence entre sexes, mais bien trop tard. Ils doivent accepter de voir leur profession se vulgariser au fur et à mesure qu’elle se féminise, leur sincérité confondante faisant presque pitié (vidéo 3)

 

Des femmes sans héritage paternel incapables de saisir les impératifs réels.

La féminisation n’est pas une caractéristique particulière de notre société. Les civilisations naissent d’hommes enfantés par des femmes et elles retournent à la mère avant de mourir. Toute société qui s’affaiblit a tendance à régresser vers le sein maternel, protecteur, rassurant, ne trouvant plus dans ses hommes, la force de se perpétrer. Cette régression est particulièrement difficile à vivre pour un esprit conscient. Il doit accepter de voir dilapider l’héritage qui lui avait été transmis, et ce, progressivement, de génération en génération. Il peut vivre et se dire heureux, il doit accepter de voir ses fils devenir stériles, et ses filles emportées par l’histoire. Triste époque. A force d’accumuler le pouvoir social, des femmes éduquées sans père mettent en place une vision du monde détachée des réalités, détachée du père.

Indépendance

Retrouvez le blog de M Sani ici.

Les faits sont têtus mais que dire à des individus qui vivent dans une société plus riche que jamais et qui croient tout pouvoir, parce que leurs erreurs ne se traduisent pas directement par des drames et ne sont jamais sanctionnées. Rien. Les ramener au bon sens masculin ? Quel est le sens d’une société qui brûle en quelques générations, une énergie fossile qui a mis des millions d’années pour se constituer ? Le sens s’est perdu par avidité. Sevrés trop tôt de nos mères, nous sommes devenus insatiables, en quête de féminisation par manque de féminité. Notre avidité est encore plus grande que nos réserves de pétrole d’ailleurs. Car dans notre société ultra-riche, notre Etat est endetté, signe d’une incompétence généralisée qui est devenue le lot de notre société dans ce qu’elle a d’administratif et même dans nos plus grandes entreprises. Un exemple pratique dans la loi égalité hommes-femmes : le téléphone “grand danger”. Sa mise en place pour les femmes victimes de viol ou de violences conjugales ne coûtera que quelques centaines de milliers d’euros par an (article 9). Cependant il en est de cette mesure comme du reste, et qui gaspille pour des riens gaspille pour beaucoup quand il en a les moyens. Ici, la France entière est munie de téléphones portables, de smart phones et compagnie, appareils qui possèdent de multiples applications. Au lieu de créer une application pour relier ces femmes au commissariat le plus proche, logiciel qui aurait coûté, au pire, quelques milliers d’euros à sa création, notre Etat féminisé a préféré poursuivre l’achat d’un matériel à entretenir tous les ans pour plusieurs centaines de milliers d’euros par an, et ceci afin de protéger ces pauvres femmes. Il fallait une mesure qui coûte de l’argent pour avoir du poids, celle-ci a été votée. Mais le pire, c’est le manque d’efficacité de telles mesures : normalement ce genre de téléphone grand danger aurait dû être couplé à une plate forme téléphonique efficace. Que nenni, le téléphone grand danger a été voté d’un côté et la mise en place d’une deuxième plate forme téléphonique, de l’autre (article 12). Et que dire de ce deuxième numéro de téléphone. Il y a quelques années, le 3919 devait répondre aux femmes victimes de violences conjugales, mais il n’a pas été conçu pour dispatcher les appels. Et comme il y a d’autres numéros, déjà subventionnés, nos députés ont décidé de créer un nouveau numéro pour rediriger les appels au bon endroit. Rien n’est conçu de manière globale dans une société féminisée. Tout n’est que gaspillage. Si les femmes victimes de violences sont accueillies par des personnes aussi incompétentes que celles qui légifèrent, il n’est pas étonnant que leur situation perdure.
Cette incapacité à prendre en compte “>

Lire la suite

32 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Index égalité femmes-hommes: 17% des entreprises dans le rouge en France", Figaro du 17/09/2019.

    La France, ce grand pays de liberté ! Ce n'est pas 17% qui sont dans le rouge, mais 83% qui sont rouges tendance coco. Et cerise sur le pompon, à mon avis, les 17 % doivent avoir un indice de performance supérieur aux autres. Comme ça, la boucle est bouclée.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “L’écart de salaire entre Williams et Wahlberg choque les Etats-Unis” Les Echos du 11/01/2018.

    Donc, ils retournent quelques scènes, l’homme négocie seul un tout petit paiement, et les journaux titrent sur une différence de 1500% entre les deux, sans préciser qu’il s’agit d’un paiement modique et à la marge. Pour rappel statistique : 1500% de rien, cela fait toujours rien.

    Complexe de castration mal résolu.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “Ni vues ni connues, les féministes à l’attaque de la constitution !”, Stéphane Edouard du 18/12/2017.

    Ouhhh, il l’a encore mauvaise de son éviction de M6 :

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.