Accueil » Paternité » On m’a fait croire que j’étais père
Antiféminisme Aimeles

On m’a fait croire que j’étais père

Publié le 16 novembre 2013 par Léonidas Durandal à 17 h 32 min

cela, j’ai compris que ça ne servirait à rien. Elle a fini par obtenir ce qu’elle voulait, tout ce qu’elle désirait, surtout de pouvoir s’accaparer notre enfant. Les femmes de ma famille m’ont dit de ne pas m’inquiéter, que je la reverrai quand elle serait plus grande. Je n’ai jamais pu la garder une seule journée de toute son existence. Je ne l’ai jamais revue.

Depuis, j’ai bien réfléchi. Une femme saine, devrait supplier le père de son enfant de s’occuper de sa progéniture, et je ne parle absolument pas d’argent ici, bien entendu. En tant qu’hommes, nous nous épuisons pour rien dans ces luttes juridiques idiotes. Si une femme ne veut pas d’un père pour son enfant, si la société accepte cela, et l’encourage même par tout un tas de subventions, de lois, de décisions juridiques, tout un système social, nous devrions envisager nos luttes d’une tout autre manière. Nous devrions nous attaquer au fond du problème : comment en sommes nous arrivés collectivement à tolérer la folie de certaines mères ? Comment toute une société peut-elle légitimer cela ? Cette société ne veut pas de pères, ou elle veut des pères assez féminisés pour suivre leurs femmes comme des caniches. Devrions-nous accepter cette amputation au nom du progrès ? Le progrès de qui, pour quoi ?

Je croyais être père, je ne l’ai jamais été.

Avant, je croyais être père, je me suis battu pour cela. Aujourd’hui, je sais qu’on m’a menti. On a voulu m’y faire croire pour que je remplisse mon rôle, que je sois gentil, que je paye, et que je me taise. Objectivement, je n’ai jamais été père, et si je l’avais été, je ne l’aurais été qu’avec la caution de la société, non de mon propre fait. D’autres que moi ont réussi à se faire une place auprès de leurs enfants, même après une séparation, mais la plupart du temps, avec la bénédiction de la mère. Au final, je ne crois pas qu’ils soient mieux lotis que je ne le suis. Ils sont seulement tolérés.

Si à l’avenir, l’âge, la maturité et les circonstances amoureuses me donnent l’opportunité d’être père enfin, j’attendrai au préalable qu’on me supplie de l’être. Ce n’est pas moi qui ait besoin de père. C’est cette société, tous ces enfants qui en ont besoin. Le monde a besoin de pères qu’il en ait conscience ou pas. Et avant de m’impliquer, de donner de moi, j’attendrai que ce monde en ait pleinement conscience et je le laisserai s’effondrer avant de daigner remplir mon rôle. En tout état de cause, il faudra qu’on me le demande très très poliment.

Bien entendu, il faudrait que je puisse me choisir une femme équilibrée.

Je sais qu’il y a des femmes honnêtes qui existent, je les ai vues, mais je suis incapable de les aimer. J’aime les femmes qu’on m’a appris à aimer, comme n’importe quel enfant l’apprend. Et je crois comprendre que nous sommes de plus en plus nombreux à vivre ce que j’ai vécu. La société refuse de voir la souffrance de ses enfants, elle ne veut plus les protéger légalement. Elle tolère que des femmes puissent transgresser toutes les lois de la terre parce qu’elles sont mères. Leurs enfants imaginent alors que c’est normal. Et ils reproduisent majoritairement ce schéma malsain à la génération suivante en tombant amoureux de femmes déséquilibrées s’ils sont garçons ou en devenant ces femmes déséquilibrées s’ils sont filles. Oui, la société harcèle pour violences parfois même de complets innocents parce qu’ils sont hommes, mais elle laisse des mères détruire psychologiquement leurs enfants, en masse, pour mieux les enfermer de générations en générations. Je ne suis pas le seul à avoir subi cette mécanique. Je suis juste un peu en avance. Disons même que bientôt j’appartiendrai à une majorité puisque la société a décidé d’entretenir les décompositions familiales pour éliminer ce qu’elle appelle le « patriarcat » ou la domination masculine.

Le drôle de concept de “domination masculine”.

Je voudrais bien savoir qu’est-ce que la “domination masculine” quand il n’y a plus d’hommes dans les familles ou bien quand ces derniers en sont réduits à la portion congrue ? Cette idée de “>

Lire la suite

34 Commentaires

  1. Ping de laquetedesorigines de sexe femelle:

    Bonjour, je ne sais pas comment vous contacter ! Je suis journaliste et je prépare un sujet qui peut sans doute vous intéresser et pour lequel en tout cas, j’aimerais vraiment vous consulter ! Je recherche des hommes qui ont découvert qu’ils n’étaient pas le père biologique de leur enfant ou bien des hommes qui se battent justement pour faire reconnaitre leur paternité ( parfois sil arrive que l’enfant ait été reconnu avant par un autre homme ou que la femme disparaisse avec l’enfant). Vous pouvez m’écrire à mon adresse pro pour ce documentaire : laquetedesorigines@gmail.com

    Merci

    Anais

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Livre) “Le courage de la paternité” Père de Blignières.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Le gouvernement s’attaque aux violences faites aux enfants” Figaro du 28/02/2017.

    Et dans un même mouvement, violences et éducation seront confondus. Car c’est déjà le cas.

  4. Ping de Cyrus:

    Bonjour Monsieur Durandal,

    J’espère que vous allez bien. Une question me titille l’esprit depuis un certain temps déjà. La voici : ne serait-ce pas plutôt l’écrasante majorité des femmes occidentales qui seraient méchantes (si je puis me permettre ce terme) ?

    En fait, j’ai l’impression que les femmes de votre entourage ont eu raison de vous répéter l’importance du père et d’être gentil. Je crois plutôt que ce sont les femmes qui ont COMPLÈTEMENT raté le coche. Veulent-elles que nous soyons, a contrario, des ” méchants ” ? Des brutes ? Ne savent-elles pas ce qu’est un gentleman ? Les figures tutélaires d’Eisenhower, de Charles de Gaulle ou de Mohammad Mossadegh (ancien Premier Ministre d’Iran) doivent-elles être rejetées et suscitées le dégoût, notre dégoût ?

    Je crois que les hommes ont raison d’être gentil (en plus d’être viril). Ce sont les femmes (sauf exception) qui ne SAVENT PLUS être gentilles, douces, attentionnées et féminines. Le bon gars, c’est en fait un homme. Mais un homme des années 1950. Virilité, paternité, gentillesse. De nos jours, les trois sont là, mais se heurtent à une société QUI NE LES REÇOIT PLUS. C’est notre système économique, culturel, moral, éducatif et légal qui empêche la réémergence d’un Charles Ingalls. Au fond, vous êtes un Charles Ingalls (La petite maison dans la prairie). Le problème, c’est que les femmes ne sont plus que des Mme Oleson.

    Qu’en pensez-vous ?

    J’aimerais saluer Mme Manuela pour ses prises de position toujours intéressantes et enrichissantes.

    Cordialement,

    Cyrus

    • Ping de Manuela:

      Merci beaucoup si je peux en retour vous rassurez, je pense qu’il existe encore des Caroline Ingalls mais elles se cachent parce que en ce moment, les femmes en général plus que les hommes se plaignent du coût de la vie, mais n’ont aucun scrupule à faire du shopping tous les 15 jours (ventes privées, soldes… elles ont toujours une bonne excuse pour dépenser inutilement) elles vous incite à faire de même, la manucure, les vacances toutes les 5 minutes pour éviter de se retrouver chez soi pour fuir les problèmes… donc si vous ne regardez pas dans la même direction vous êtes une originale et puis faire la psy pour une copine c’est pas la meilleure solution parce que d’une part vous n’êtes pas psy, c’est difficile d’être objectif et d’autre part certaine femmes sont tellement matérialistes et ne sont pas assez lucides et forte pour entendre des reproches constructives, Donc elles se plaignent tout le temps plutôt que de se remettre en question, mais quand les enfants arrivent on ne peux plus tricher…

      Pour tout vous dire je connais qu’une seule Caroline Ingalls tout le reste sont des Nelly, mais Nelly s’est fait dompter, si vous voyez ce que je veux dire ;). Charles Ingalls est parfait mais c’est pareil y’en a plus beaucoup des hommes qui fendent du bois. Je pense que les femmes ne sont pas aussi difficile qu’on le croit c’est juste qu’on nous a mal orientées, ce qu’on cherchent chez un homme c’est pas ce que pensent certain, mais qu’il sache écraser une araignée c’est déjà très bien…;)

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Les hommes gentils attirent l’abus. C’est horrible à dire, mais notre gentillesse a été le ferment de tous les abus en Occident. La gentillesse doit avoir un pendant : la lutte contre le mal. Or aujourd’hui on veut nous faire croire que le mal n’existe plus : résultat, il ne reste plus que cette gentillesse qui confère à la niaiserie. En fait, il ne faut pas être ni gentil ni méchant, il faut être impitoyable contre le mal et plein de gratitude pour le bien.

      • Ping de Manuela:

        c’est certain qu’un homme trop conciliant ou trop romantique vous ennuie à mourir, c’est pour ça que certaines femmes recherchent des hommes plus agressifs en fait tout doit être savamment dosé une femme bien dans sa peau saura faire la différence les femmes aiment se sentir protégées, mais nous ne sommes pas non plus des guimauves.

        • Ping de Cyrus:

          Bonjour Monsieur Durandal et Mme Manuela,

          Je vous remercie infiniment de vos réponses. En fin de compte, mon intuition fut juste. C’est un équilibre intérieur pour les hommes qu’il leur faut atteindre. C’est vrai qu’être trop romantique a un côté très niaiseux et qu’il n’est guère nécessaire d’aller jusque-là. Néanmoins, vous confirmez ma pensée ainsi que mon sentiment à l’effet que ce n’est pas tant notre gentillesse qui pose problème, mais l’absence de classe, de gentillesse, de ” ladyness ” de l’écrasante majorité des femmes occidentales.

          Pauvre elles ! Savent-elles au moins à côté de quoi elles passent ou sont passées ? En plus, puisqu’elles ne font rien dans le monde politique pour que cela change, ça confirme la thèse de M. Durandal selon laquelle, le leadership politique et les affaires de l’État, c’est d’abord et avant tout une affaire d’hommes, mais d’hommes responsables.

          Cordialement,

          Cyrus

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.