Accueil » Moyens déloyaux » Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)
AIMELES Antiféminisme

Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)

Publié le 27 février 2014 par Léonidas Durandal à 20 h 49 min

protéger des germes), car il ne protège pas des germes. Prenez le vaccin (qui est fait pour protéger de la maladie) mais attention, vous pourrez toujours être contaminé et contagieux si vous avez été vacciné. Soignons la maladie en injectant des produits létaux (pour les personnes âgées en maison de retraite). »

Les injonctions contradictoires se multipliant, le citoyen peut devenir aussi fou que le pervers qu’il va se faire un devoir de défendre. Car ayant renoncé à la logique, il ne lui reste plus qu’une croyance religieuse envers l’homme politique/le journaliste qu’il écoute. Cependant, avant d’en arriver à ce stade, il faut y aller un peu plus doucement, et foin d’injonctions, ne présenter d’abord que des positions incohérentes les unes par rapport aux autres. 

Dans cette lettrinfo du figaro en date du 15/01/2021, deux informations contradictoires vous sont proposées : 

D’un côté le nombre de personnes anti-vaccins progresserait. De l’autre, les Français seraient devenus récemment plus favorables à la prise du vaccin covid19. La position anti-vaccin, menaçante, progresse. Mais rassurez-vous, une majorité de plus en plus grande, éclairée, fait confiance au vaccin et aux institutions qui nous le vendent.

Cette pensée magique a pour but (inconscient) de contrôler les masses, comme toute pensée magique, désormais défendue chez nous par le socialisme. La magie ne s’explique pas. Elle raconte une histoire à laquelle les citoyens ont envie d’adhérer car elle joue sur leurs affects : peur de l’irrationnel (la peur de l’irrationnel des fausses « informations » est utilisée ici pour favoriser l’irrationnel), peur de ne pas appartenir au troupeau, volonté de protéger les plus faibles (personnes âgées).

Variante de cette injonction contradictoire, l’inversion accusatoire permet de défendre l’inverse d’idées affichées. Pourquoi me direz-vous, les défenseurs du beau, du bien, du vrai devraient-ils mentir ? En principal parce qu’ils ne peuvent assumer ce qu’ils sont devenus et les idées qu’ils défendent, qui sont à l’inverse du beau, du bon, du bien et du vrai. Et au stade suprême sont-ils devenus cyniques, et le font-ils par pur intérêt, car le diable est de ce monde, et ils est avantageux financièrement et à court terme, de se comporter ainsi. Et puis, dévoyés, beaucoup ne savent pas que Jésus peut les sauver, s’ils font appel à Lui.

Car ici, ce joue un phénomène très religieux et qui est celui de la mimétique girardienne. Le manipulateur, aveuglé par sa propre haine, pas forcément conscient de sa médiocrité, plaque sur l’autre, tous les défauts qu’il possède, ou plutôt qu’il voudrait pouvoir assumer à un titre personnel. Voilà le fait de laïcards en bout de trajet en matière de déchristianisation.

Pendant que Donald Trump est accusé d’organiser un coup d’état, les démocrates l’organisent ce coup d’état en truquant les élections, en coupant les communications sur les réseaux sociaux et dans les journaux, en trafiquant l’information, en jouant de toutes les procédures pour empêcher l’exercice normal du pouvoir ou des élections. Mais ils n’en ont pas vraiment conscience, pas tous, pas la majorité. Leur raisonnement est plus subtil. Il est de cet ordre : « il faut que j’organise ce coup d’état, parce que c’est ce que Donald Trump rêve de faire. Et si je ne le fais pas, c’est lui qui le fera. »

La légitimation de toute l’ordurerie pratiquée par une gauche en état de décadence finale, vient de la haine portée à une personne supposée vivre comme il ne faut pas, ou plutôt tel que le gauchiste rêverait de le faire. Pour le dire plus clairement, tous les gauchistes que j’ai rencontré, rêvaient d’être Donald Trump, mais ils n’osaient pas s’assumer. Ils avaient peur d’essuyer la haine tribale, dont eux-mêmes étaient les émissaires et prisonniers. Et pour résister à cette attirance, devaient-ils le dénigrer de la manière la plus bête et caricaturale qui soit.

Psychanalytiquement, Donald Trump les renvoient à une attirance pour le père, aussi sexuelle, que cette majorité de femmes, puisqu’il s’agit de cela, est incapable de raisonner. Donald Trump est beau, riche, intelligent, plein d’humour, il possède du pouvoir, il a une belle femme. Il faut donc en faire un porc, idiot, grossier, que l’on va tenter de plumer et de mettre au tapis, pour lui résister, pour résister à l’attraction sexuelle qu’il provoque chez elles, et à la jalousie que les hommes féminisés lui vouent, ou que les femmes de leur entourage leur ont transmis. 

Plus généralement, quand vous voyez une personne impliquée affectivement et qui en critique une autre, vous pouvez être certain qu’elle parle d’elle-même. Cette gauche qui dit combattre « >

Lire la suite

112 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Cinq questions sur la guerre d'influence entre Paris et Moscou, révélée par Facebook" AFP du 16/12/2020.

    Quand c'est l'état qui le fait, fini les "fake news" et bonjour la "guerre d'influence". En ce moment notre presse lutte contre le "complotisme". Mais elle ne lutte pas beaucoup contre les "comploteurs". 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.