Accueil » Moyens déloyaux » Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)
AIMELES Antiféminisme

Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)

Publié le 27 février 2014 par Léonidas Durandal à 20 h 49 min

for longtemps. Il doit bien rire d’être devenu une star politique de notre époque à cause de ses orgies personnelles.    

Mythification de l’infanticide par avortement : toutes les femmes mourraient en couches par le passé, suite à une tentative d’infanticide par avortement. En tout cas, voilà comment l’Ined a calculé le nombre supposé d’infanticides par avortement pour mieux faire passer la loi assassine en 1975 en France. Au-delà de ce grossier mensonge, l’état d’esprit actuel est à la mythification des souffrances passées des femmes. Les féministes ont un malin plaisir à l’évoquer, femmes sachant pourtant qu’elles ne risquaient rien, que l’enfant risquait tout et femmes encore, qui étaient surtout très préoccupées de mettre en oeuvre des moyens efficaces d’élimination de leur progéniture. La médecine moderne, leur a fourni l’arme ultime.  Les monstres réels du passé ont été transformés en femmes misérables, victimes d’un juste désir. Pour mieux cacher la nature des femmes actuelles.

Mythification de l’euthanasie : la société catholique de l’époque trouvait utile la souffrance paraît-il et ne voulait surtout pas la soigner. Heureusement, nous sommes devenus plus humains : nous tuons celui qui le demande, quitte à lui faire sentir qu’il est de trop. En vérité, les catholiques ont inventé la notion même d’hôpital et les gens étaient si préoccupés de la santé des membres de leur famille, qu’il leur arrivait de veiller toute la nuit un malade. De nos jours, la souffrance est si bien prise en charge, qu’une visite hebdomadaire dans un epahd pour aller voir un membre de sa famille est considéré comme un exploit. Et si vous n’appartenez pas à la famille du pensionnaire, vous êtes carrément suspect. 

 

Etape n°10 : infantiliser les masses

Bien brimées, bien endoctrinées, les décideurs socialistes ont encore intérêt à infantiliser la population. Non pas complot de leur part. Seulement l’appétence pour le pouvoir comporte toujours le risque de l’infantilisation. Et plus une personne est nulle, plus elle aura besoin d’infantiliser ses électeurs pour cautionner ses échecs. Il faut dire que l’acte de décider pour les autres, est un acte éminemment infantile par nature. Et infantilisant. Un bon homme politique se reconnaît à ce qu’il prend des mesures qui rendent à ses électeurs le pouvoir qui lui a été confié.

Le raté intelligent a remarqué lui, que nombre d’électeurs aimaient retourner en enfance. Chacun d’entre nous a une tendance régressive au fond de lui, qui l’attire à regarder du porno, à imaginer des histoires fantasques, à vouloir obtenir une récompense sans effort, ou à ce qu’on lui parle avec ménagement. Pour peu que le politique sache jouer sur cette corde sensible, l’électeur va se dire « pourquoi pas ? ». Et plus la législation encouragera l’absence de responsabilités, plus ce « pourquoi pas » deviendra « il va nous sauver ». Difficile de sauver un adulte de lui-même et de ses tendances enfantines, puisque justement, il s’aime en tant qu’enfant.

Du coup, le dirigeant pervers, et l’électeur immature vont s’entretenir l’un l’autre dans des lois plus absurdes les unes que les autres. Parce qu’à coups de subventions, il faut bien aider les malheureux dans la misère. Parce qu’à coup de détricotage de la famille, il faut bien libérer l’individu du carcan de ses origines.  Parce que les risques que vous imposent le grand capital, ne sont pas justes. Enfin pour tout un tas de raisons infantiles, si l’on y regarde de plus près, les individus vont être amenés à se servir de l’état comme d’un relais à leur immaturité pendant que d’autres adultes paieront pour leur entretien.  Et cela dans la plus grande des  ingratitudes évidemment. La masse des esclaves contribuables grandissant au fur et à mesure que le nombre d’enfants augmente, car il est rationnel de se comporter en enfant en pays socialiste, et qu’il est complètement irrationnel de vouloir contribuer financièrement à un tel système, ce dernier finit peu ou prou par exploser. Puis, il est donné quelques gages aux vrais créateurs de richesse, pour permettre la survie du groupe, et dès que l’occasion se présente, le discours infantilisant progresse de nouveau, car personne n’a mis un terme à son hégémonie idéologique, que la crise a été vécue de manière « magique », c’est à dire, en dehors de toute vraie responsabilité individuelle ou collective. Dans les temps passés, quelques personnes étaient égorgées en sacrifice pour que la catharsis magique ait lieu. De nos jours, des milliers de personnes sont poussées au suicide, à la rue, ou deviennent dépressives et stériles à « >

Lire la suite

118 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Vous avez aimé les mensonges du temps de Trump ? Vous les adorerez sous Biden" breizh du 03/02/2021.

    A rajouter à la longue liste de la fin de la démocratie en Amérique : les mensonges institutionnels qui salissent les honneurs rendus par l'institution, l'instrumentalisation d'une mort à des fins politiques. Il n'y a pas à dire, cette administration commence fort.  

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Covid : « Je crois que d’ici à cet été nous aurons vaincu le virus »" Le point du 29/01/2021.

    Là, ça commence à sentir vraiment mauvais. Même discours que Joe Biden. Rien n'aura été fait de plus, rien n'aura changé, mais le virus est déjà annoncé comme ne posant plus de problème. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    Lequel des deux journaux ment à votre avis ? Il n'y a pas de piège :

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Coronacircus – Le spectacle des fausses vaccinations" Réseau international du 08/01/2021.

    Toujours la racaille socialiste à la manoeuvre. 

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Joe Biden jure de « vaincre le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur »" L'obs u 20/01/2021.

    C'est ce que j'appelle un appel à l'unité réussi (enfin c'est pas moi qui le dit, c'est l'Obs dans un autre article). Se fabriquer un ennemi de toute pièce aussi. Le "terrorisme" intérieur quand même. Est-ce qu'il n'est pas complètement fou ?

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "Cinq questions sur la guerre d'influence entre Paris et Moscou, révélée par Facebook" AFP du 16/12/2020.

    Quand c'est l'état qui le fait, fini les "fake news" et bonjour la "guerre d'influence". En ce moment notre presse lutte contre le "complotisme". Mais elle ne lutte pas beaucoup contre les "comploteurs".