Accueil » Moyens déloyaux » Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)
AIMELES Antiféminisme

Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)

Publié le 27 février 2014 par Léonidas Durandal à 20 h 49 min

vraiment s’interroger sur leur pertinence. Ils vivent en symbiose avec les puissants amoraux de ce monde tout en les dénonçant, mais cela leur paraîtra tout à fait normal étant donné leur absence de conscience, mais surtout leur volonté de ne pas la remettre en question en écoutant une pensée alterne.

Leur religion n’est que l’envers d’un système médiatique qui sert leur puissance. En vérité, à force de pouvoir et d’argent, elles en sont arrivées à se prendre pour Dieu. Elles ont perdu la tête et si elles venaient devant nous pour discuter, nous découvririons rapidement la tartuferie. Non, elles préfèrent rester entre elles, former élite, mépriser, et entrer dans la suggestion de masse pour imposer au petit peuple idiot ce qu’elles croient être le bien, leur immanence (31). Ainsi, il s’agit en l’occurrence, non de miser sur l’intelligence des citoyens, mais au contraire, de flatter leurs vices pour arriver à des fins inavouées. Quelles procédures utilisent-elles ?

Dans mon article sur le suicide d’un père dans une école qui n’avait engendré aucune auto-critique de la part du système médiatique, j’avais déjà abordé la question (1). Aujourd’hui, je vais détailler les étapes mentales qui permettent d’imposer de telles aberrations jusqu’à en faire des idées agréées par tous sans aucune forme de remise en question, devenant ce que d’autres ont appelé avant moi le « politiquement correct ». Je vais illustrer mon propos à travers 4 exemples : l’union de duos homosexuels, le débat sur l’euthanasie, la révolution sexuelle et l’avortement (3).

Un préalable au mensonge : y aller pas à pas.

C’est l’histoire de la grenouille ébouillantée parce que la température de l’eau du bain a été progressivement augmentée. Si le peuple s’apercevait où on le mène, il ne l’accepterait pas. Il penserait devenir fou. Petit à petit, on peut lui faire digérer des mesures dont il aurait jugé la dernière inacceptable de prime abord, au nom de bon sens. La limite du bon sens fluctuant de manière variable dans une société relativiste, le système politique adopte des lois de plus en plus extrêmes dans un cadre où le peuple finit par trouver cela normal. Pour illustrer ce phénomène de pas à pas, je donnerai des exemples à chacune des étapes. Pour l’instant, je me contenterai de dire qu’il faut annoncer la fin qu’on veut atteindre quand on est sincère et qu’on utilise ce genre de procédé, ce que nos gouvernants actuels ne font pas. Un exemple : si nos représentants politiques décidaient de se donner les moyens de réduire au maximum le nombre d’avortements dans notre société, une très grande majorité de la population serait prête à accepter des mesures étapes par étapes. Par contre, si ces mêmes personnes affirmaient de but en blanc que leur objectif était de s’octroyer le droit de vie et de mort envers un enfant, que ce soit étape par étape ou non, personne ne serait d’accord. Et pourtant, nous suivons collectivement ce deuxième chemin en France. Les fins de telles idéologies sont donc, nécessairement cachées parce qu’elles sont objectivement mauvaises et qu’elles feraient horreur à tout citoyen un tant soit peu équilibré.

Brève généalogie du mal.

Ces idées perverses actuelles sont nées d’une réflexion laïque qui se veut autonome de la religion et qui tente de penser en termes de valeurs, de manière abstraite. Ces systèmes de réflexion aussi complexes soient-ils sont tous abandonnés les uns après les autres après avoir provoqué plus de morts en 1 siècle que toutes les autres religions réunies depuis l’aube de l’humanité. Cependant, changeant de forme en apparence (de la lutte des classes à la lutte des sexes par exemple), ils survivent encore dans une société qui ne veut pas faire le bilan de ses échecs, et qui trouve toujours de nouvelles idées farfelues et sans révélation pour se donner bonne conscience dans sa maîtrise du monde tout en se concevant sans Dieu. Il faudra rajouter et c’est le sujet de mon article, que toute l’intelligence du monde est vouée à ce projet par trop humain, raison pour laquelle cette fabrique à fantasme a la peau si dure et qu’elle peut tromper autant de gens.

 

Les étapes de la manipulation.

 

Etape 1 : Créer un problème qui « >

Lire la suite

118 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Vous avez aimé les mensonges du temps de Trump ? Vous les adorerez sous Biden" breizh du 03/02/2021.

    A rajouter à la longue liste de la fin de la démocratie en Amérique : les mensonges institutionnels qui salissent les honneurs rendus par l'institution, l'instrumentalisation d'une mort à des fins politiques. Il n'y a pas à dire, cette administration commence fort.  

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Covid : « Je crois que d’ici à cet été nous aurons vaincu le virus »" Le point du 29/01/2021.

    Là, ça commence à sentir vraiment mauvais. Même discours que Joe Biden. Rien n'aura été fait de plus, rien n'aura changé, mais le virus est déjà annoncé comme ne posant plus de problème. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    Lequel des deux journaux ment à votre avis ? Il n'y a pas de piège :

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Coronacircus – Le spectacle des fausses vaccinations" Réseau international du 08/01/2021.

    Toujours la racaille socialiste à la manoeuvre. 

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Joe Biden jure de « vaincre le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur »" L'obs u 20/01/2021.

    C'est ce que j'appelle un appel à l'unité réussi (enfin c'est pas moi qui le dit, c'est l'Obs dans un autre article). Se fabriquer un ennemi de toute pièce aussi. Le "terrorisme" intérieur quand même. Est-ce qu'il n'est pas complètement fou ?

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "Cinq questions sur la guerre d'influence entre Paris et Moscou, révélée par Facebook" AFP du 16/12/2020.

    Quand c'est l'état qui le fait, fini les "fake news" et bonjour la "guerre d'influence". En ce moment notre presse lutte contre le "complotisme". Mais elle ne lutte pas beaucoup contre les "comploteurs".